19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 16:45

NOTRE DAME DES LANDES

Samedi 13 avril, RV fourche en main à 10h pour plusieurs cortèges depuis les bourgs alentours.

Appel à lire ci-dessous et à rediffuser le plus largement possible - Pour plus d’infos, visuels : zad.nadir.org/semetazad contact : semetazad@riseup.net

Rendre fertile ce qu’ils veulent rendre stérile :

  le 13 avril nous occuperons et cultiverons pour que la zad échappe au béton

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSRrOR17sdbXpHD_Fjwdn8Hw_oKnsKV1CJwXr14xm751cpnSNAehQ


Sous une pluie intermittente mais insistante, plus d'un millier d'opposants anti-capitalistes, agriculteurs ou citadins, certains venus en famille, ont convergé sur la «zone d'aménagement différé».

La manifestation était scindée en deux groupes. L'un, plus marqué par la composante anticapitaliste de l'opposition, a emprunté la «RD281», une route barrée de chicanes depuis le début des tentatives d'expulsion en octobre 2012, jusqu'au site dédié au projet du nouvel aéroport.

Des citadins avaient également fait le déplacement, refusant le modèle de société associé, selon eux, au symbole représenté par ce projet de transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, prévu initialement en 2017.

 

le cortège anticapitaliste parti de "la Paquelais"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les "zadistes" anti-capitalistes installés là depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.

La manifestation était scindée en deux groupes. L'un, plus marqué par la composante anticapitaliste de l'opposition, a emprunté la "RD281", une route barrée de chicanes depuis le début des tentatives d'expulsion en octobre 2012. Derrière une banderole proclamant "Sème ta Zad, occuper, cultiver, résister", une fanfare composée de musiciens portant des masques d'animaux donnait le tempo, suivie de manifestants portant pelles, bêches, sarcloirs ou fourches sur l'épaule.

"Avec les différents chantiers agricoles, nous renforcerons l'implantation dans la durée des occupations sur la Zad", a expliqué à la mi-journée un porte-parole des opposants, monté sur une remorque. "Construire là où il veulent détruire, cultiver là où ils veulent bétonner", a-t-il proclamé.

"L'hiver n'a pas été évident, les conditions climatiques, la fatigue, le stress...", a reconnu Milo, une militante anticapitaliste implantée sur la Zad depuis un an, qui a vécu les intenses affrontement lors des expulsions de l'automne.

"Là on est au début du printemps, c'est plein de nouvelles énergies": "Peut-être qu'on va pas faire germer des graines mais on va faire germer plein d'idées qui vont durer des semaines", explique-t-elle.

Terre détrempée

Dans un champ, une vingtaine de militants enrichissaient, à l'aide de fumier, la terre d'un grand jardin maraîcher collectif, le "Sabot". Dans un autre, à côté de nouvelles cabanes baptisées les "100 noms", des rangs de pommes de terre étaient plantés.

 

 

 

sème ta zad

 

sème ta zad

 

jm2.jpg

 

sème ta zad

 

sème ta zad

 

sème ta zad

Partager cet article

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Notre Dame des Landes opposition

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif