9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 18:13

Bonnets rouges. Un collectif vient de se créer à Dinan

Les bonnets rouges dinannais se réunissent tous les jeudis soirs.

Ils sont une quarantaine à dire vouloir se battre pour la Bretagne d’abord. Ils vont commencer leurs actions sur le pays de Dinan dans les prochains jours. Au programme : interventions en nombre au marché de Dinan pour expliquer leurs revendications, pose d’affiches et distribution de tracts, opération nettoyage sur les remparts et défilé dans les rues de la ville. "Nous défendons d’abord la Bretagne, explique Maxime Briand, le président du collectif. Pour nos emplois, notre culture, notre identité."

 

https://scontent-b-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-frc1/t1.0-9/s403x403/10252055_301570680000897_7775292133341042715_n.jpg 

Un comité Bonnets Rouges à Dinan

le petit bleu: Créé le 12 décembre dernier, le comité des Bonnets Rouges de Dinan en est déjà à sa quatrième réunion. Il revendique une cinquantaine de membres ou sympathisants. Tous se reconnaissent dans les « valeurs d’ouverture » défendues par le collectif “Vivre décider travailler en Bretagne”, dont l’un des leaders est le maire de Carhaix, Christian Troadec.
« Au sein du groupe, il y a des sensibilités politiques différentes. Il y a aussi des étudiants, des patrons, des chômeurs, des ouvriers… Nos différences font notre force. Nous sommes tous Bretons et c’est cela qui nous réunit », souligne Maxime Briand, président du comité dinannais. « Dans le nom du collectif, le mot “décider” est le plus important, c’est lui qui conditionne le reste », estime Gilbert Josse, membre du groupe.

« Décider »

La « relocalisation des décisions » fait en effet partie des revendications des Bonnets Rouges, comme le « maintien de l’emploi et du travail productif en Bretagne », « l’équilibre du territoire breton (à cinq départements) », « le maintien de la gratuité de nos routes et l’abandon de l’écotaxe », « la fin des distorsions de concurrence et du dumping social », « la libération des énergies car l’avalanche de normes et de contraintes administratives décourage les initiatives ».
Pas la peine de s’en cacher, certains Bonnets Rouges de Dinan ont des convictions autonomistes voire indépendantistes… Mais ce n’est pas cette cause-là qu’ils mettent en avant : « Nous nous battons surtout pour un meilleur avenir, pour nos enfants, nos petits-enfants », exprime le porte-parole Emmanuel Le Bihan.
Dans l’immédiat, plusieurs actions locales sont envisagées. « D’abord rencontrer la population de Dinan et des communes avoisinantes pour nous présenter et distribuer nos tracts. Puis nous proposer comme main-d’œuvre auprès d’associations pour la rénovation des remparts de Dinan, en symbole de notre intérêt pour le patrimoine et la culture bretonne. » Sinon, une des priorités sera la rédaction des « cahiers de doléances » en vue des Etats-Généraux du 8 mars 2014.
D’autres idées sont émises, comme celle d’une lettre ouverte aux candidats aux élections municipales. D’ailleurs, les Bonnets Rouges iront-ils jusqu’à constituer leurs propres listes ? « À l’heure actuelle, ce n’est pas un axe de travail du collectif, indique Maxime Briand. Mais tout dépend de la façon dont les choses tourneront… »

 

 

Ecologie à Dinan. Quand les bonnets rouges rencontrent les écologistes

Rentrés de leur action à Jugon-les-Lacs, les Bonnets rouges sont venus à la rencontre des écologistes. Rentrés de leur action à Jugon-les-Lacs, les Bonnets rouges sont venus à la rencontre des écologistes.

Cet après-midi, alors qu'ils menaient une action de sensibilisation aux risques de l'énergie nuclaire, les écologistes ont reçu une visite des Bonnets rouges.

Ce samedi après-midi, les écologistes, habillés de combinaisons blanches, ont mené une action pour sensibiliser les passants aux risques de l’énergie nucléaire. « Trois ans après Fukushima, nous voulons rappeler la situation dramatique qui se vit là-bas. C’est une catastrophe environnementale, technique et humaine. Ça fait peur. »

Au même moment, le collectif des Bonnets rouges, drapeaux bretons au vent, est revenu bruyamment de son action au portique écotaxe de Jugon. Spontanément, les hommes en rouge sont allés à la rencontre des combinaisons blanches. Écologistes contre anti-écotaxe. De quoi faire un véritable feu d’artifice !

« Nous aussi nous sommes pour une taxe verte, mais pas de cette façon-là », ont expliqué les Bonnets rouges. Après cinq minutes de débat cordial et respectueux, chacun est reparti de son côté. Et sur ses positions ! 

 

En combinaison blanche, les écologistes ont distribué des tracts. En combinaison blanche, les écologistes ont distribué des tracts.

 

Les Bonnets rouges, revenus en fanfaronnade de leur manifestation à Jugon. Les Bonnets rouges, revenus en fanfaronnade de leur manifestation à Jugon.

 

Portiques écotaxes détruits : 11 Bonnets rouges jugés

Les 11 militants bretons interpellés vendredi dernier, seront jugés ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Rennes. 8 sont en détention provisoire depuis dimanche. Les 3 autres sont sous contrôle judiciaire.

  • Par Thierry Peigné
  • Publié le 22/04/2014
Des Bonnets rouges devant la cité judiciaire dimanche 20 avril lors de la présentation des 11 interpellés au parquet de rennes © B. Van Wassenhove
© B. Van Wassenhove Des Bonnets rouges devant la cité judiciaire dimanche 20 avril lors de la présentation des 11 interpellés au parquet de rennes
extrait: ils sont suspectés d'avoir participé à la destruction du portique écotaxe de Pontorson dans la Manche le 28 décembre 2013 ou d'avoir préparé la destruction à venir de portiques ou radars. Ils encourent 10 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Les prévenus sont membres du mouvement des Bonnets rouges : 8 du comité de Dinan, un de Rennes, un de Lorient et un d'Erquy.

La justice soupçonne onze personnes interpellées vendredi en Bretagne d'avoir détruit ou tenté de détruire des portiques ou bornes écotaxe. | (AFP/Philippe Huguen.)


Bonnets rouges et militants d'Adsav, un parti indépendantiste d'extrême droite

«La dégradation du portique de Pontorson a particulièrement pu être mise en évidence dans le délai de la garde à vue», a souligné le procureur. Selon lui, les suspects «projetaient de détruire des biens publics en profitant de manifestations» et les interpellations sont intervenues «alors qu'ils se préparaient à commettre à nouveau de tels actes».

Les militants seraient proches du mouvement des Bonnets rouges. Certains sont membres du comité des Bonnets rouges de Dinan (Côtes-d'Armor). Au moins l'un d'entre eux ferait partie du mouvement Adsav

 

 

 

La plupart membres du comité des bonnets rouges de Dinan, l’un des plus actifs de la région. Mais selon le parquet de Rennes, certains seraient aussi membres de mouvances radicales de différents bords : extrême droite, autonomistes bretons… Loin  de l’organisation initiale des bonnets rouges

D’autres « actions violentes » en préparation

Ces militants sont soupçonnés d’avoir préparé et participé à la destruction de plusieurs biens publics, dont le portique écotaxe de Pontorson (Manche). D’après le procureur de la République de Rennes, les suspects s’apprêtaient à commettre d’autres « actions violentes ». Ils en auraient parlé sur les réseaux sociaux.

 

le petit bleu

 

Parmi les onze militants bretons accusés d’associations de malfaiteurs, huit sont des membres du Comité des Bonnets Rouges de Dinan. Ils devaient être jugés en comparution immédiate, cet après-midi, à Rennes,  mais leur procès a finalement été renvoyé au 15 mai. Quatre d’entre eux restent en détention provisoire, les sept autres sont placés sous contrôle judiciaire. Originaires de Dinan, Pluduno, Plerguer, Miniac-Morvan, Vildé-Guingalan, Quessoy, Lorient et La Bouëxière, ils sont âgés de 21 à 47 ans.
les réseaux sociaux font information de lien pour certains des militants avec des responsables  identitaires "jeunes bretagne" ou du mouvement d'extrêe droite ADSAV.
Des noms que nous ne dévoileront pas, et des prénoms Maxime, Amaury, Emanuel, Jason, Rix, puis Nicolas de Vildé Guingalan qui  travaille à Plélan le Petit  comme porcher chez la SCEA Fairier

Agés de 21 ans à 47 ans, les onze prévenus sont tous proches du collectif des « bonnets rouges » de Dinan. Il y a parmi eux un pêcheur, un étudiant en art, un infirmier libéral ou un porcher.

soutien d'ADSAV???? les bonnets rouges et les nationalistes...





Soutien aux prisonniers

LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE EMBASTILLE 4 MILITANTS POLITIQUES BRETONS, SOUTENEZ-LES

Madame, Monsieur,

Depuis mardi 22 avril, 4 jeunes militants Bretons des Bonnets rouges dorment dans les geôles de la République française.

Mis en examen pour « association de malfaiteurs » en vue de la « dégradation ou de la destruction par des moyens dangereux pour les personnes de biens d’utilité publique » et « destruction du portique écotaxe de Pontorson »avec 7 autres militants, ils sont placés en détention provisoire en attente de leur procès qui aura lieu le 15 mai, à Rennes. Les 7 autres sont placés sous contrôle judiciaire.

Ainsi, au sein de la République française, dont l’aspect de plus en plus dictatorial inquiète, on enferme des militants politiques simplement par « suspicion », quant on libère dans le même temps des violeurs ou des délinquants récidivistes comme certains évènements récents l’ont démontré.

Quoi qu’il en soit, pour ces 4 militants politique, qui dormiront ce soir en prison à Rennes et à Saint-Brieuc, il y a urgence.

Adsav! appelle tous les nationalistes Bretons à soutenir massivement Jason;, Maxime, Amaury et Manu.

Adsav! appelle tous ceux qui s’opposaient à l’écotaxe et plus largement contre la fiscalité excessive il y a quelques mois encore à soutenir ces jeunes qui n’ont fait que répondre à l’appel des dirigeants des Bonnets rouges qui appelaient récemment à « un Printemps des Bonnets rouges » et à une radicalisation pour les intérêts Bretons

Apportez dès à présent votre contribution financière à ces jeunes et à leurs familles, qui vont en avoir besoin, afin de continuer à payer loyer, prêts, charges, frais d’entretien, le temps de leur détention.

Si vous ne les aidez-pas, qui le fera alors ?

Pour Adsav!, son porte-parole Ronan Le Gall.



Immigration en Bretagne: la vérité fait mal!

Le mensuel de Rennes consacre, dans son dernier numéro, un article sur la colonisation qui sévit maintenant depuis plusieurs années en Bretagne (http://www.rennes.lemensuel.com/actualite/article/2013/06/28/alerte-au-communautarisme-a-italie-14647.html).

Cet article n’est absolument pas une surprise pour les militants d’Adsav! Le Parti du Peuple Breton

Depuis maintenant 13 ans, Adsav!est le seul parti breton qui dénonce les graves dangers qui menacent notre nation occupée. Nous ne comptons plus les insultes ou menaces reçues pour avoir oser briser un tabou dans la société bretonne: l’immigration massive, qui n’enrichit que les grands patrons.

Voir un boucher obligé de fermer boutique pour la raison qu’il vend du porc dans une des anciennes capitale du Duché de Bretagne est proprement scandaleux.

Les Bretons se doivent d’ouvrir les yeux sur les dangers qui les menacent: aujourd’hui, Nantes, Rennes, Brest, Lorient, Guingamp et toutes les autres villes bretonnes sont touchées par ce phénomène imposé par les dirigeants parisiens qui veulent nous diluer dans leur universalisme à la française.



Nous, militants nationalistes d’Adsav! Le Parti du Peuple Breton, ne baisseront pas les bras.

Debout, nous résisterons! Les nôtres avant les autres!

Le 06 Juillet 2013

 

 

19 septembre 2014 JUGEMENT

Ils sont cinq à avoir été condamnés à des peines de prison ferme. Parmi eux, trois l'ont été à trois ans d'emprisonnement dont dix-huit mois avec sursis, un autre à deux ans de prison dont un an avec sursis et un cinquième à six mois dont quatre avec sursis. Six autres personnes ont été condamnées à des peines de prison avec sursis allant de un an à quatre mois.

Tous membres du comité de Dinan (Côtes-d'Armor) et âgés de 26 à 47 ans, les hommes qui ont été condamnés aux peines les plus lourdes l'ont été pour implication dans la destruction d'un portique écotaxe, le 28 décembre 2013 à Pontorson, dans la Manche. Ils ont été condamnées solidairement à payer10 200 euros d'indemnités à l'Etat.

 

L'un des porte-paroles des Bonnets rouges, Jean-Pierre Le Mat, est venu mardi témoigner à la barre pour soutenir les prévenus et justifier l'usage de la violence. « Les Bonnets rouges ne s'interdisent pas la violence. Faut-il interdire la violence quand le territoire est en danger? Les portiques écotaxe représentaient l'injustice et la lourdeur fiscale comme une Bastille à faire tomber », a t-il déclaré

   19 sept.2014: incendies à Morlaix
 
"Je tire un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu'ils ont fait", s'est félicité samedi le de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret
 M. Merret, un des leaders des Bonnets rouges.
Selon lui, le mouvement "peut faire tache d'huile, ça pourrait être des artisans, des pêcheurs, des transporteurs".

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans LE COLLECTIF

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif