18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 09:17

23n1.jpg

Depuis le 16 octobre à Nodre Dame des Landes, "la guérilla" bocagère" fait rage autour du projet d'aéroport. A la rubrique "mouvement en lien" toute une série d'articles sur la situation, y compris sur la manifestation de réoccupation et ses 40000 manifestants le 17 novembre 2012

Les forces de l'ordre ont commencé à détruire vendredi en fin d'après-midi la ferme du Rosier

 

23n2

 

23n13.jpg

23n5.jpg

des opposant.e.s ramassent les lacrymos pour les relancer

23n4.jpg

23n.jpg

23n9.jpg

23n14.jpg

http://www.ouest-france.fr/photos/2012/11/24/121124135335407_90_000_apx_470_.jpg

Les affrontements entre anti-aéroport et forces de l'ordre prennent des allures de guérilla dans les bocages nantais, le 25 octobre 2012.

 

 

 

infos des opposants

Marie Jarnoux, habitante de Notre-Dame-des-Landes envoie un bien triste document qui éclaire le comportement des flics et des militaires sur place. Il s’agit d’un état des blessés rédigé par madame Stéphanie Lévêque, médecin à Couëron, près de Notre-Dame-des-Landes. Cet état porte sur deux jours d’observation sur place

Ce constat n’est qu’une faible partie de ce qui s’est passé pendant ces deux jours. Madame Lévêque rapporte ce qu’elle a vu personnellement. Environ 100 personnes ont été blessées par la police

Et après on dit qu'on vit en démocratie !?] Sur les violences policières à Notre Dame Des Landes : Communiqué de l’équipe médicale de la ZAD du 24 novembre 2012

Vu sur le site internet de la ZAD et sur mediapart, le 25/11/2012 :

Pas d’images, pas de sensationnel… Pour qui souhaite voir d’un peu plus près ce qui se passe en ce moment sur le site convoité par l’Etat, le Parti Socialiste et Vinci au nord de Nantes, le site de « zad nadir », alimenté par les personnes se trouvant sur place, est assez complet. Et très édifiant.

Avec une précision chirurgicale, le gouvernement tente de semer peur et désolation chez les opposants à ce projet humainement, écologiquement obscène. Les lésions occasionnées par des armes telles que les grenades assourdissantes sont souvent irréversibles. Hollande, Valls et Ayrault sont en train de se rendre responsables d’une nouvelle infamie. Pourtant, les véritables sourds, ce sont eux et leurs semblables…

Depuis Notre-Dame-des-Landes

Depuis des semaines d’occupation et de harcèlement policier et militaire, alors que nous continuons à défendre la zone du bétonnage programmé, nous avons atteint aujourd’hui, samedi 24 novembre, un pic de violence avec une centaine de blessé.e.s, dont une trentaine graves pris en charge à l’infirmerie de l’équipe medic établie à la Vache rit, l’une des nombreuses équipes de soins sur la zone.

On dénombre une vingtaine de personnes touchées par des éclats de grenades assourdissantes, aux jambes, aux bras, à la lèvre, au bas ventre. Ces bouts métalliques ou plastiques entrent dans les chairs, on peut rarement les extraire, et ils restent souvent à vie.

Les grenades assourdissantes sont censées être utilisées selon un protocole précis : notamment en cas d’encerclement des forces de l’ordre, et en direction du ciel, ce qui n’était clairement pas le cas aujourd’hui. Les gendarmes mobiles les utilisent de façon à ce qu’elles explosent à côté ou sur les manifestants, provoquant des blessures graves.

Une personne a été touchée au bas ventre par un éclat d’une de ces grenades offensives, provoquant un gros hématome et des lésions internes. On constate chez deux personnes 10 impacts chacune dans les jambes. Une personne risque de perdre son oeil droit. On constate également une plaie au tympan due à un tir de grenade, provoquant une surdité brutale. Suite à des tirs tendus de flashball, on dénombre quatre blessures au thorax, avec fractures de côtes et état de choc, de multiples blessures aux jambes et aux mains, une blessure hémorragique au visage. Et de nombreux.ses autres blessé.e.s.

Il était difficile d’évacuer les blessé.e.s les plus graves par ambulance ou par véhicule particulier suite aux différents barrages de police. Ces scènes de défilé ininterrompu de blessé.e.s du matin au soir ravive dans nos mémoires le souvenir de l’action de masse contre les pylônes THT (Très Haute Tension) dans la Manche le 24 juin 2012 pendant laquelle les forces de l’ordre ont fait l’usage démesuré des mêmes armes, faisant plus d’une vingtaine de blessé.e.s en une heure.

L’habituelle stratégie de frapper fort celles et ceux qui résistent à leurs plans de destructions ne semble pas fonctionner ici à Notre-Dame-des-Landes. La force et la détermination est bien vive sur les visages. Nous ne lâcherons rien.

 

Un récit du sang froid des forces de l’ordre vanté par M. Valls

lundi 26 novembre 2012, par zadiste

Suite à la manifestation contre l’aéroport de Notre Dame Des Landes, voici un courriel que j’ai envoyé au préfet, pour illustrer l’attitude des forces de l’ordre face à des gens de toutes sortes défendant un espace rural préservé, et prenant le droit de manifester contre un projet destructeur et utile à une faible minorité privilégiée.

M. Le Préfet,

Samedi,

je quittais la manifestation nantaise avec mon épouse et nos enfants comme d’autres familles sur le cours des 50 otages. Oui, nous sommes très opposés à ce projet aveugle et destructeur. La force du droit entre guillemets "démocratique" n’a plus de valeurs lorsque l’action violente et armée est dirigée par l’Etat contre ses enfants. Nous étions déjà assez éloignés de la préfecture quand nous croisons un groupe de CRS posté sur notre chemin. Un gars les invective -sans agressivité- en leur disant que leur présence à cet endroit était de la provocation vu le nombre de familles présentes et l’absence de problèmes à cet endroit, et étant donné que même une famille non manifestante pouvait s’y trouver. Cela n’a pas plus à un CRS qui a commencé à pousser le gars. Nous avons hué cette réaction immédiatement violente alors que rien ne la justifiait en passant devant cette scène. Le CRS n’a pu s’empêcher d’envoyer un coup de bombe lacrymogène totalement injustifiable qu’une petite fille de 7 ans a reçu dans les yeux, je dis bien une enfant gazée par le sang froid des forces de l’ordre. Aucune excuse n’a été proférée de la part du CRS qui a refusé de prêter ou de trouver un linge humidifié pour apaiser l’enfant. Vous comprendrez bien que cela a provoqué une grosse colère de notre part et de la vingtaine de passants, la maman était très remontée devant cette attitude, vous le seriez à moins j’ose espérer. L’attitude de ces agents sensés protéger la population, et non des projets destructeurs pour mieux remplir certaines poches est honteuse. Ce qui nous confirme dans notre combat pour d’autres valeurs que celles que vous défendez en engageant la force et en manifestant un manque de discernement total. J’espère que vous êtes capables de mesure, d’intégrité et que votre honnêteté vous fera considérer cet évènement. Cordialement

de la part d’un opposant au projet d’aéroport.

 

A suivre à la rubrique "mouvement en lien"...les "évènements" antérieurs" / infos zad.nadir.org

Partager cet article

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Notre Dame des Landes opposition

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif