23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 12:54

Mgr Brizard célébrera la messe le samedi 19 août - Saint-Méloir-des-Bois mercredi 15 août 2012(ouest France)


Mgr Philippe Brizard célébrera la messe samedi.

Samedi 19, à 18 h 30, Mgr Philippe Brizard célébrera la messe dominicale en l'église « Saint-Méloir ».

C'est à l'occasion d'une rencontre familiale que Mgr Philippe Brizard, directeur émérite de l'OEuvre d'Orient et ancien secrétaire particulier du Cardinal Jean-Marie Lustiger, a accepté de célébrer la messe. Les paroissiens qui le désirent pourront bien évidemment assister à cette célébration.

À noter que la messe dominicale aura lieu en l'église de Plélan-le-Petit, le lendemain, dimanche 19 août, à 10 h 30.

 

Messe Samedi 18 août, 18 h 30, à l'église...

Saint-Méloir-des-Bois
Messe Samedi 18 août, 18 h 30, à l'église Saint-Méloir. Messe célébrée par Mgr Philippe Brizard, directeur émérite de l'oeuvre d'Orient et ancien secrétaire particulier du cardinal Jean-Marie Lustiger.

 

nos quelques recherches sur le net à partir du nom de monseigneur, de l'oeuvre d'orient  etc..

nous ne  tirons aucune conclusion, nous nous informons simplement en apprenant  "la visite" du recteur de la maison d'Anamie", aumonier de la province St Louis de France de la milice du Christ

 

sur wikipédia extraits

Philippe Brizard: pendant 2 ans, il est le secrétaire du cardinal Lustiger (1984-1986) Il retourne ensuite à La Madeleine, où il assure l'office en tant que curé...

 

Oeuvre d'Orient: Mgr Brizard est remplacé en septembre 2010 par le père Pascal Gollnisch. Il est désormais recteur de la Maison d'Ananie, à Paris. En 2011, il accepte de devenir l’aumônier de la Province Saint Louis de France de la Militia Christi

Chevalerie catholique Militia Christi

www.militia-christi.org/

Le site de l'Ordre Chevalier de la Milice de Jésus-christ.

 

La Maison d'Ananie est une association catholique fondée à Paris en septembre 1939 par l'abbé Jean-Pierre Altermann et plusieurs laïcs, dont Jacques Maritain et son entourage.

Dépendant directement de l'archevêque de Paris, la Maison d'Ananie a diversifié son champ d'action depuis la réorganisation du catéchuménat à la suite du concile Vatican II. Son recteur actuel est Mgr Philippe Brizard.

 

 

l'oeuvre d'Orient

L’Œuvre d’Orient est une association  régie par la loi du 1er juillet 1901, placée sous la protection de l’Archevêque de Paris, présidée par le Vice-amiral (2s) Pierre Sabatié-Garat 


Président : Vice-amiral (2s) Pierre Sabatie-Garat,
Vice Président : Maître Bernard de Froment,
Trésorier : Monsieur Jean Laurent-Bellue,
Secrétaire : Monsieur Laurent Chabannes,
Monsieur Arnaud de Beauregard
Monseigneur Claude Bressolette
Monsieur Christian Lochon
Monsieur Arnaud de La Porte
Monsieur Bruno Meltzheim
Monsieur Pierre Murret Labarthe
Maître Laurent Vallery-Radot

L’organisation n’a pas de succursale dans les pays où elle intervient. A Paris, sa structure opérationnelle compte 8 salariés,  une douzaine de bénévoles et un réseau de délégués diocésains et paroissiaux  partout en France.

Œuvre d'Orient| Observatoire de la christianophobie

www.christianophobie.fr/tag/oeuvre-dorient

25 juil. 2012 – Voici un communiqué reçu de l'Œuvre d'Orient



Voici un communiqué de L’Œuvre d’Orient de ce jour. Encore une horreur commise contre les chrétiens. D.H.

Tôt ce mardi 2 août, une voiture piégée a explosée devant l’église syriaque catholique de Kirkuk, au nord de l’Irak, faisant au moins 16 blessés. Deux autres églises étaient également visées.
L’Œuvre d’Orient dénonce les nouvelles horreurs qui ont ensanglanté une fois encore la communauté chrétienne en Irak. Ces actes terroristes étaient évitables si les mesures de sécurité nécessaires avaient été prises.
L’Œuvre d’Orient demande au gouvernement français d’obtenir des autorités irakiennes qu’elles assument leur responsabilité dans la protection des lieux de culte chrétiens.
L’Œuvre d’Orient espère que le Ramadan, temps de prières et de paix regardé par tous avec estime, ne serve pas de faux prétexte à de nouvelles violences.
Père Pascal Gollnisch
Directeur général de L’Œuvre d’Orient,
de Turquie le 2 août 2011

 

 

 

Source : L’Œuvre d’Orient (service de la communication)

 

forum de discussion extrait
.
Joyeux Ramadan qu’ils se souhaitent, les braves gens, pendant qu’ils s’affament en attendant de se jeter dans les ripailles et goinfreries de la nuit (et du matin avant le point du jour).
.
Il est vrai qu’ils avaient déjà souhaité aux Chrétiens un joyeux Noël à leur façon, ils célèbrent tout à la bombe et à l’arme automatique, avec quelques incendies pour faire joli, et quelques égorgements pour mettre de la couleur : des amis de Dieu qu’on vous dit !
.
Et après ça ils vont à la Mecque pour jeter des pierres sur le diable : ils pourraient économiser le voyage et s’entre-lapider !

 

ce que nous trouvons rapidement sur le net  

 

Conférence - Action française

Action française

www.actionfrancaise.net/

Mouvement politique royaliste et nationaliste héritier des idées de Charles Maurras.

www.actionfrancaise.net/craf/?+-Conference-+

Venez écouter le prince Jean parler, avec Mgr Brizard, des Chrétiens d'Orient Le mercredi 30 mars, à l'Espace Saint-Pierre de Neuilly (métro Sablons), le prince ...

Les Manifestations - Les Manants du Roi

Les Manants du Roi

www.lesmanantsduroi.com/

Les Manants du Roi sont au service du bien commun, de la France et de ses Princes. Leur ambition est de servir.

www.lesmanantsduroi.com/10_princes/11_Manifestations.php

Monseigneur Philippe Brizard ,Directeur général émérite de l'Oeuvre d'Orient et Son ... Les rois capétiens? ... Bien plus fort que le « management capétien »

 

qui sont les manants du roi? 

http://www.lesmanantsduroi.com/

 

Et chez nous, en Occident, ils réclament et OBTIENNENT des mosquées pour y propager la haine de “l’infidèle”… Ca ne vous fait pas réfléchir, ça?

.Cette année encore, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), qui regroupe 57 pays à forte population musulmane, pèsera de tout son poids à l’assemblée générale de l’ONU… Depuis plusieurs années elle tente de justifier et faire avancer une résolution sur la diffamation des religions. C’est au nom de cette même notion de « diffamation » que des chrétiens dans la pratique de leur foi, de leur simple existence de chrétiens, sont condamnés à mort, pillés, massacrés… En de nombreux pays, « terre d’Islam », être chrétien, c’est déjà diffamer et mériter la mort… Une guerre qui cache son nom et dont nous ne voulons pas entendre les cris

 

 

Archives royalistes

www.archivesroyalistes.org/L

30 mars 2011 Mgr Philippe Brizard,. ancien directeur de l'Œuvre d'Orient. Mercredi 30 mars ... A lire : Une révolution dans le royalisme - Deuxième partie ...

« Si les minorités chrétiennes d'Orient sont asphyxiées, c'est - La Croix

www.la-croix.com/.../Si-les-minorites-chretiennes-d-Orient-sont-asph...

7 janv. 2010 – Pour Mgr Philippe Brizard, directeur général de l´OEuvre d´Orient, il est très important de faire savoir ce que les chrétiens d'Orient vivent au ...

 

 

Gens de France communique.... : LAFAUTEAROUSSEAU 

Qui sont "les gens de France"?

En juin 2003 le Prince Jean d’Orléans, Duc de Vendôme, créé l’association « Gens de France » dont l’objet est de contribuer à l’amélioration des relations entre les personnes, au bien de la France et à son rayonnement à l’étranger.

lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2011/03/12/x.html

12 mars 2011 – Mgr Brizard, qui a prononcé l'homélie du mariage du prince

 

Autour du Prince Jean ! Quelques clips vidéos, pour avoir une (faible..) petite idée de ce qui s'est passé.....Et l'homélie de Mgr Brizard.

                                         Plusieurs lecteurs/lectrices se sont étonnés de ne pas voir sur lafautearousseau les vidéos du mariage. C'est que, d'une part, on pouvait les voir ailleurs et que, d'autre part, nous avions pensé nous centrer sur le fond du sujet, que bien sûr les très courtes séquences vues à la télé ou sur le net ne rendent que très imparfaitement, voire pas du tout. Avant de tirer, à la fin de notre "reportage-feuilleton" sur la journée, la leçon politique de cet évènement, qui est bien sûr tout sauf un évènement mondain; et de montrer en quoi il s'agit d'un acte éminemment politique, porteur d'espoir et créateur d'une vraie dynamique, pour nos idées mais surtout pour la France.

 

 

 

224409_2068469064547_1029437803_32220787_7916081_n.jpg

Le site Gens de France- L'Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire

unionroyalistebvm.over-blog.com/article-17017007.html

25 févr. 2008 – Le site del'association Gens de France a un nouveau look. Plus clair, plus agréable, il s'enrichira de nouvelles rubriques et de nouveaux

 

GENS DE FRANCE

12 mars 2011 – Site de la Restauration Nationale · Politique Magazine. ... le prince Jean donnera avec Mgr Philippe Brizard, ancien directeur de l'œuvre d'Orient, une conférence

La Restauration nationale, parfois désignée sous l'acronyme RN, est un centre d’études, de propagande et d’action politiques qui propose de réfléchir et d'agir dans le domaine politique en ayant pour critère l'intérêt national, tout en gardant les doctrines royalistes dont elle est l'héritière. Fondée en 1955 au début de la guerre d'Algérie par Pierre Juhel et Louis-Olivier de Roux, tous deux camelot du roi, la Restauration nationale se définit alors comme le « Centre de propagande royaliste d'Action française ». Elle prendra position pour l'Algérie française et sera en faveur de l'OAS.

 

Qui sont les camelots du roi?

« CAMELOTS DU ROI » ?

actionantifasciste.fr/documents/pdf/camelots.pdf

Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
Aujourd'hui les « camelots du roi » ne sont plus très connus. Il s'agit pourtant d'un ... et les « camelots du roi » en formaient les « troupes de choc. ». Aujourd'hui ...

La branche militante de l'Action française

À l'origine, les Camelots sont chargés de vendre à la criée le journal L'Action française, fondé par Henri Vaugeois et Maurice Pujo.

Ces jeunes adoptent la maxime désormais célèbre « La violence au service de la raison ». Ils ont pour arme favorite la canne à bout ferré ainsi que le nerf de bœuf au poing. Ils prônent un antisémitisme « d'État » que théorise Charles Maurras. Ils s'en prennent à des professeurs juifs par le verbe d'une part et par la violence physique d'autre part1. De plus, les Camelots s'affrontent régulièrement avec les organisations de jeunesse de gauche, ou avec d'autres organisations d'extrême droite.

Lors de leur création, les Camelots sont dirigés par Maxime Real del Sarte, président de la Fédération nationale des Camelots du roi. Présentant un idéal de jeunesse frondeuse et rebelle, ils recrutent bien au-delà des cercles monarchistes.... la Ligue d'Action française, la Fédération nationale des étudiants d'Action française et la Fédération nationale des Camelots du Roi sont dissoutes par décret par le gouvernement intérimaire du radical Albert Sarraut, en application de la loi votée le 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Ce sont les premiers groupements à avoir été dissouts2.

Les Camelots du roi aujourd'hui

Les Camelots du Roi existent toujours aujourd'hui. Ils se sont opposés aux « mouvements gauchistes » de Mai 68. On les retrouve aussi très présents lors des commémorations bicentenaires des années 1980-1990, où ils occupent la cathédrale Notre-Dame de Paris, le Panthéon ou encore le théâtre de l'Europe, et perturbent une interprétation de la Carmagnole d'Hélène Delavault. Ils fleuriront la statue de Jeanne d'Arc contre l'interdiction du préfet et malgré les barrages de CRS en 1991.

Moins nombreux qu'autrefois, ils conservent néanmoins une visibilité, notamment par le biais du Groupe d'Action Royaliste, qui rappelle souvent le rôle joué par les Camelots du roi dans l'histoire, et qui actuellement s'organise en réseau militant tout en cherchant à moderniser le royalisme en ce début du XXIe siècle.

Cet esprit Camelot du Roi est aussi est surtout représenté par une association historique de l'Action française : l'Association Marius Plateau.

[Neuilly] Conférence du prince Jean sur les chrétiens d'Orient ...

afe92nord.over-blog.com/article-neuilly-conference-du-prince-jean-s...

6 avr. 2011 – Ce mercredi 30 mars, Monseigneur Brizard, ancien directeur de l'oeuvre d'Orient et le prince Jean de France, duc de Vendôme donnaient une

 

Religion la croix.com

30/10/11 - 14 H 13 mis à jour le 24/7/12 - 15 H 31

Une manifestation « anti-christianophobie » aux multiples visages

2000 personnes environ ont participé à Paris à une manifestation « anti-christianophobie » organisée par l’Institut intégriste Civitas

Des participants à la manifestation "contre la christianophobie" qui a regroupé entre 1...

(AFP PHOTO / JOEL SAGET)

Des participants à la manifestation "contre la christianophobie" qui a regroupé entre 1500 et 5000 personnes à Paris.

Au-delà du cercle lefebvriste, des familles nombreuses, beaucoup de jeunes issus du catholicisme traditionnel et même des chrétiens d’Orient s’étaient joints au cortège.

Elle a hésité. Devait-elle participer ce samedi à Paris à la manifestation « anti-christianophobie » organisée par l’Institut Civitas, lié à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X ? Élisabeth, la soixantaine, assistante de direction et paroissienne de Notre Dame des Champs, dans le 6e  arrondissement, n’est pas proche du mouvement lefebvriste. Pas plus que des jeunes d’extrême droite du Groupe union défense (GUD) qui ferment la marche. 

 

qui sont l'nstitut Civitas, le GUD? ( nb à la même rubrique "religion" l'institut est largement présenté) 

Institut Civitas

www.civitas-institut.com/

Site de l'Institut Civitas - mouvement dont le but est la restauration de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ

Groupe union défense - Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_union_défense

Le Groupe union défense (plus connu sous l'acronyme Gud) est une organisation étudiante française d'extrême droite réputée pour son activisme violent

 

 

OecuMenic rencontre Mgr Brizard, ancien Directeur de l'Oeuvre d'Orient, le 25 janvier 2012_1/5
OecuMenic, le réseau social des croyants, www.oecumenic.com, a rencontré Monseigneur Philippe Brizard, ancien Directeur de l'Oeuvre d'Orient. Lors de la Semaine de l'Unité des Chrétiens, qui avait lieu cette année du 18 au 25 janvier, le Mouvement Résurrection a organisé, le 25 janvier à l'auditorium G. Bernanos de saint Louis d'Antin, à Paris

Accueil - Mouvement Résurrection

www.mouvement-resurrection.org/

Cette année encore, le Mouvement Résurrection se joint à la communauté pour une mission d'évangélisation durant le festival d'Avignon

 

Monseigneur Brizard et le mariage du dauphin de France

Le Figaro - France : Le mariage princier de Jean d'Orléans à Senlis

www.lefigaro.fr/.../01016-20090504ARTFIG00439-le-mariage-princ...
4 mai 2009 – le prince Jean d'Orléans et son épouse Philomena de Tornos y Steinhart. ...
extraits

Le mariage princier
de Jean d'Orléans à Senlis 

Stéphane Bern Mis à jour le 04/05/2009 à 15:38 | publié le 04/05/2009 à 15:37
le prince Jean d'Orléans et son épouse Philomena de Tornos y Steinhart.
le prince Jean d'Orléans et son épouse Philomena de Tornos y Steinhart. Crédits photo : Abaca

Huit cents invités, artistes, politiques ou têtes couronnées, ont assisté à la cérémonie célébrée dans la ville où Hugues Capet fut élu roi en 987.

Dès les premières heures de la matinée, samedi, le parvis de la cathédrale de Senlis est envahi par une foule de fidèles et de curieux qui, derrière des barrières recouvertes du même drap bleu roi que le dais qui cache les travaux sur le portail de l'édifice religieux, veulent assister aux premières loges à un événement aussi royal que festif : le mariage du dauphin de France, le prince Jean d'Orléans, duc de Vendôme, 43 ans, fils et héritier de l'actuel comte de Paris, avec Mlle Philomena de Tornos y Steinhart, jeune aristocrate hispano-autrichienne de 31 ans.....

«Le mariage d'un prince de France dépasse toujours sa seule personne», avait récemment reconnu le prince Jean. De fait, tout est affaire de symbole. Et ce n'est pas un hasard si l'héritier de la maison de France a choisi de sceller son union dans la ville où le fondateur de sa dynastie, Hugues Capet, s'est fait élire roi en 987. Est-ce le début d'une épopée qui commence samedi par la conquête du bonheur conjugal ? Autant pour rompre avec la morosité de l'actualité que pour communier autour d'un symbole historique fort, les badauds - dont beaucoup de royalistes la fleur de lys à la boutonnière - ne boudent pas leur plaisir à l'arrivée des quelque huit cents invités des noces princières. Avec des appareils photo ou des téléphones portables, ils mitraillent les personnalités. Un spectacle en Technicolor sur le tapis bleu roi....

Parmi les personnalités, l'acteur Lorànt Deutsch au bras de la comédienne Marie-Julie Baup, Florence Woerth, épouse du ministre du Budget, l'ancien ministre de la Culture et président de Versailles Jean-Jacques Aillagon, mais surtout, toutes deux très applaudies, Bernadette Chirac et la garde des Sceaux, Rachida Dati, en sobre smoking noir, qui avait marié civilement Jean et Philomena le 19 mars dernier.....

 

  

Dans le chœur, toute la famille Orléans a pris place autour du comte de Paris et de son épouse, les princesses Hélène, Chantal, Claude, Marion et Béatrice, le duc et la duchesse d'Orléans, le prince Eudes, duc d'Angoulême… sans parler des quelque vingt cousins germains du marié et de.....

De fait, la cérémonie est recueillie, célébrée - en partie selon le rite extraordinaire en latin .....le consentement des époux est reçu par le directeur de l'Œuvre d'Orient, Mgr Philippe Brizard. D'ailleurs, la quête est effectuée au profit des chrétiens d'Orient persécutés ...

 

Monseigneur Brizard et Jean de France en conférence

Mardi 29, mercredi 30 mars : les deux conférences du Prince Jean ...

lafautearousseau.hautetfort.com/.../les-deux-conferences-du-prince-je...

30 mars 2011 – (Lu sur Noblesse et Royautés) Ce mercredi 30 mars, Monseigneur Brizard, ancien directeur de l'oeuvre d'Orient et le prince Jean de France

 

un journaliste catholique s'exprime

mercredi 22 juin 2011

Evêques et pasteurs hamasophiles, débiles et crétins

-
Michel Garroté, journaliste catholique - Cette fois, je me contente de publier le texte (débile et crétin) sans faire de commentaires. Aux lectrices et aux lecteurs de réagir par leurs propres commentaires sur http://drzz.info/ (bougez-vous runtudju). J’ai quant à moi déjà pris position, des dizaines et des dizaines de fois depuis 2007, sur ce sujet galvaudé par de pseudo-chrétiens, avec leur satanée charité à géométrie variable, et, qui, de toute évidence, détestent les Juifs Israéliens ; ne pigent absolument rien aux palestiniens ; et ne bougent pas le petit doigt pour les millions de Chrétiens persécutés, déplacés, torturés et assassinés en Terre d’Islam.
-
Voici l’appel débile et crétin que nous infligent, en France, Mgr Yves Patenôtre, archevêque de Sens-Auxerre, Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle et Saintes, Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, président de Pax Christi, Mgr Philippe Brizard, directeur de la Maison d’Ananie et directeur émérite de l’OEuvre d’Orient, Jean-Arnold de Clermont, pasteur, Jacques Maury, pasteur, Jacques Stewart, pasteur et Jean Tartier, pasteur (début de l’appel débile et crétin) :
« Chers frères et sœurs des communautés chrétiennes de France, dans les prochaines semaines, une nouvelle flottille de la liberté veut relancer la mobilisation internationale pour la recherche active d’un avenir commun pour Israéliens et Palestiniens, condition majeure du règlement du conflit qui les oppose. Elle comprendra un bateau français et va s’élancer vers Gaza pour dénoncer et briser, si possible, le blocus israélien de ce territoire de 41 km de long sur 6 à 12 km de large où vivent plus d’un million et demi de Palestiniens. Il s’agit de répondre à la crise humanitaire que subit cette population même si l’étreinte dont elle est victime s’est très légèrement desserrée depuis la première flottille de la liberté, en mai 2010 ; il s’agit aussi de promouvoir et de faire respecter le droit international. La campagne internationale mobilise en France depuis plusieurs mois de multiples organisations et personnes, signataires de la plate-forme des ONG françaises pour la Palestine, signataires du collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, et signataires individuels, tous attachés à rompre le mur de l’indifférence. Nous pensons que les communautés chrétiennes de France devraient porter cette action dans leurs préoccupations et la prière ».
-
« Par cet appel, nous voulons partager avec nos frères et sœurs chrétiens la conviction qu’une paix juste est possible, que le pardon et la réconciliation sont toujours offerts, et qu’en nous mettant à l’écoute de la Parole de Dieu nous pouvons recevoir de Lui une vision d’avenir. Nous sommes d’autant plus encouragés à lancer cet appel que déjà, en 2006, au lendemain d’un premier appel en faveur d’un bateau pour Gaza, ONG et services liés aux Eglises catholiques et protestantes s’étaient concertés pour y donner une réponse commune. Seules les circonstances politiques du moment en avaient retardé la réalisation. Avec vous, nous voulons partager la Béatitude de la paix : « Heureux ceux qui font oeuvre de paix : ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5, 9. TOB). Il s’agit bien de ‘faire oeuvre’… pas seulement de dire ‘paix ! paix !’. Et par conséquent d’en prendre le risque. Or la paix ne peut dépendre ni de l’usage délibéré de la terreur, ni de l’humiliation, ni de la misère, mais en l’occurrence de la recherche passionnée d’un avenir commun entre Israéliens et Palestiniens, dans le respect mutuel, dans l’application du droit, et dans la quête de la justice. Nous croyons qu’en mobilisant l’opinion internationale autour de cette deuxième flottille de la liberté, nous engagerons les parties en présence et tous ceux qui les soutiennent à faire de nouveaux pas en faveur de cet avenir commun. Il s’agit incontestablement d’une démarche politique. La paix et la justice sont les biens les plus évidents de l’action politique. Pourquoi y serions-nous insensibles ? Nous sommes attachés au droit imprescriptible de l’Etat d’Israël d’exister, en paix, dans ses frontières reconnues, et au droit du peuple palestinien de développer ses institutions démocratiques dans un Etat libre et prospère. La démarche totalement non violente de la deuxième flottille de la liberté n’est pas tournée contre Israël ; elle appelle la communauté internationale à sortir de l’indifférence et à ne pas se contenter de paroles mais à agir ».
-
« Elle exhorte les parties en présence à sortir du conflit pour rechercher les compromis nécessaires entre des droits contradictoires ; c’est une démarche éthique fondée au nom « d’une vision commune bâtie sur l’égalité et le partage, non sur la supériorité, ni sur la négation de l’autre, sous prétexte de peur ou de sécurité ». Mais il s’agit d’abord d’un appel à la prière qui reste la force des croyants dans leur faiblesse et reconstruit en eux l’espérance qui permet de « voir Dieu au milieu de l’épreuve et d’agir avec son Esprit ». Nous vous invitons donc à faire une place particulière dans votre prière personnelle et en communauté pour que la deuxième flottille de la liberté puisse atteindre ses objectifs au service de la paix. Au lendemain de Pâques, où nous avons reçu le message renouvelé de la présence du Christ ressuscité dans un monde promis à la vie nouvelle, nous faisons monter vers Dieu le cri d’espérance de nos frères et sœurs chrétiens d’Israël et de Palestine qui attendent « le triomphe de Dieu sur le mal de la haine et de la mort qui règnent encore sur notre terre ». Chacun des signataires de cet appel est à votre disposition pour répondre à toute question qui vous semblerait utile pour comprendre sa démarche. Vous trouverez par ailleurs, sur les sites du CCFD-Terre solidaire ( http://ccfd-terresolidaire.org ) de la Cimade ( http://www.cimade.org ), de Chrétiens de la Méditerranée ( www.chretiensdelamediterranee.com ), de Pax Christi ( http://paxchristi.cef.fr ) et sur le site de la campagne « Un bateau pour Gaza » ( www.unbateaupourgaza.fr ), tous les renseignements nécessaires et la possibilité de suivre l’opération « Un bateau français pour Gaza » dans le cadre de la flottille de la liberté. Nous vous prions de croire en nos messages bien fraternels » (fin de l’appel débile et crétin).
-
Michel Garroté
Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :
 Michel Garroté, Copyright 2011 http://drzz.fr/ 
 http://catholique-verdun.cef.fr/spip/spip.php?article3635 

Est-ce que la laïciténe deviendrait pas persécutrice?

www.france-catholique.fr › Actualités Œuvre d'Orient

Est-ce que la laïcité ne deviendrait pas persécutrice ? par Mgr Philippe Brizard



Par Matthieu BOUCART - Publié dans : Questions d'actualité - Communauté : Praedicatho.com
Ecrire un commentaire

Dimanche 21 février 2010

Réflexe identitaire?

Le débat sur les rapports interreligieux en France est curieux. D’un côté, on voudrait bien qu’il y eût la paix ; de l’autre est-on si sûr d’employer les bons moyens pour la faire ?

Par parenthèse, je note que le discours n’est pas le même hors de France. Hors de France, il y a le discours, disons, européen, d’essence assez libérale. Chez nous,
surtout chez les chrétiens, nous tenons un certain discours sur les pays à majorité musulmane dans lesquels les citoyens chrétiens sont plus ou moins persécutés. D’un côté, nous globalisons en disant que les chrétiens en Orient sont persécutés et en oubliant que ce n’est pas obligatoire et qu’il y a une culture du vivre ensemble ; de l’autre qu’il est intolérable que l’islam s’étende chez nous avec ses mœurs.

Le discours, que nos politiques tiennent sur la burqa et autre voile, est pour le moins déconnecté et surtout n’arrive pas à clarifier l’opinion et à la convaincre. Je ne sais pas si l’on se rend compte des contradictions dudit discours quand il est proclamé que la liberté de conscience ne peut s’exercer que dans le respect de la laïcité. Il existe même une logomachie surréaliste où sont évoquées, pêle-mêle, les valeurs de la république, la violence faite aux femmes, la lutte contre toute forme d’intégrisme et la promotion d’une société ouverte et tolérante.
Est-ce que la laïcité ne deviendrait pas persécutrice ?

Je tiens là des propos scandaleux qui ne se conforment pas à la pensée unique. Mais, de grâce, réfléchissez un peu. Le musulman qui vit chez moi est mon frère. Lui aussi a le sens de la fraternité, non pas seulement au sens de la devise républicaine mais aussi pour des raisons religieuses. Lui dire, par exemple, qu’on vient à lui avec un esprit laïc et affranchi de toute mentalité religieuse, rompt automatiquement la fraternité. Un oriental ne peut pas être athée ; s’affirmer tel le désoriente tout à fait, c’est le cas de le dire. Et replace de débat et l’incompréhension au plan religieux.

Il existe une crainte de l’islam et des musulmans et on projette les incidents qui se produisent là-bas chez nous. Sont-ils de même nature ?

Qu’il soit clair, on a raison de chercher une solution au nom des libertés publiques dont fait partie la liberté religieuse en vue de faire la paix sociale. La persécution des chrétiens n’est pas seulement une atteinte aux libertés mais un attentat contre la dignité de la personne humaine et une offense faite à Dieu.
Allons-nous répondre à la persécution des chrétiens là-bas, qui jusqu’à une époque récente laissait indifférente l’opinion, en employant les mêmes moyens contre les croyants de l’islam ? Ne serait-ce pas réflexe identitaire ? Il n’empêche qu’il faut aussi songer aux moyens à prendre pour éviter que les communautés musulmanes ne sombrent dans le fondamentalisme. Qu’au moins, les mesures susceptibles d’être prises en France n’aggravent les rapports interreligieux en Orient.


Mgr Philippe Brizard
Directeur Général de l'Oeuvre d'Orient



Est-ce que la laïcité ne deviendrait pas persécutrice ?

par Mgr Philippe Brizard

samedi 20 février 2010

  • Je tiens là des propos scandaleux qui ne se conforment pas à la pensée unique. Mais, de grâce, réfléchissez un peu. Le musulman qui vit chez moi est mon frère. Lui aussi a le sens de la fraternité, non pas seulement au sens de la devise républicaine mais aussi pour des raisons religieuses.

 


26 février 2010 12:13, par Augustin d’Hippone

De grâce Monseigneur, ne pensez surtout pas que vous tenez là "des propos scandaleux qui ne se conforment pas à la pensée unique" ! Votre appel à la tolérance pour plus de paix sociale est certes louable, mais n’attendons-nous pas davantage d’un évêque qu’il nous dise la Foi. Le Saint Père à Ratisbonne a judicieusement rappelé une attitude exemplaire du dialogue islamo-chrétien : "dis-moi, mon frère, qu’est ce qu’il y a de bon dans le Coran et qui n’est pas déjà dans l’Évangile ?". C’est ce manque que le livre récent du Père Marziac, ancien missionnaire d’Afrique, cherche à combler ("À toi mon frère qui est né dans l’Islam", éditions ACCB). Que de malheurs Mgr Duval aurait-il évités, aux chrétiens d’Algérie, s’il avait seulement tenu ce dialogue !... La crise de l’Église, au XXè siècle, aura fait fait plus de martyrs que les empereurs romains durant les 3 premiers siècles.
Oui, nous attendons que vous prononciez des paroles de Vérité, celles qui amènent la Paix du Christ. Saint Jean ne disait-il pas... "aletheia eleuthérosei umas" ?
Augustind’Hippone

Religions et émancipations - Le blog de NPA Paris 11

npa-paris11.over-blog.fr/.../Religions_et_emancipations-2578412.ht...

21 septembre 2010Débat laïcité : une discordance des temps, par Samuel ... "France catholique" sous la signature d'un prélat (Mgr Philippe Brizard) qui, au nom ... s'insurge en fait contre la laïcité, la décrétant persécutrice et réprouvant toute

2 mars 2010


Contribution de Frank L.(NPA Paris 11). (extrait)

Voici un texte paru sur le site catholique traditionaliste "France catholique" sous la signature d'un prélat (Mgr Philippe Brizard) qui, au nom de ce qui doit unir tous les croyants de toutes les religions (ce n'est pas dit explicitement, mais je pense que l'auteur doit cependant limiter son "œcuménisme" aux religions "du Livre", comme on dit dans ces milieux), s'insurge en fait contre la laïcité, la décrétant persécutrice et réprouvant toute tentative de lutter pour le droit des individus (en particulier des femmes) à se libérer des marques de l'oppression religieuse et sexiste.
Le pilier de tout ce développement de haute sophistique étant la déclaration suivante dont je demande à tous de mesurer la gravité des implications:
 "Un oriental ne peut pas être athée ; s’affirmer tel le désoriente tout à fait, c’est le cas de le dire. Et replace le débat et l’incompréhension au plan religieux".

 
Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:16

depuis l'élection cantonale nous "suivons les communes de Plélan, La Landec, Languédias, Trébédan, St Maudez, St Michel, St Méloir et Vildé jusqu'à la fusion avec Plancoët

 

2008/2014 pays de Plélan le Petit..à partir de notre placard à archives

La communauté de communes « dans le désordre »



ECOLE de MUSIQUE

mercredi 03 novembre 2010

Lors de la dernière séance communautaire, le dossier « école de musique » a, de nouveau, été abordé. Un projet qui pourrait voir le jour dès janvier 2011.

L'idée est de faire quelque chose de différent des écoles de musique traditionnelles en proposant plusieurs instruments à tarif unique. Il est constaté bien souvent que les enfants ne vont pas à la musique car c'est trop cher.

Bruno Boileau et Dany Schmitt sont nouveaux résidents dans la commune Un travail a été mené avec les élus communautaires qui franchissent le pas et acceptent la proposition des artistes. « Il faudra s'adapter à chaque demande. Les cours auront lieu en individuel afin d'apporter un enseignement adapté à chacun, car tout le monde ne travaille pas à la même vitesse. Une école à l'américaine en sorte....

subvention Plélan le Petit 2012 musique et développement  797e

subvention intercommunalité musique et développement 464 euros

jeudi 12 juillet 2012 La musique réclame une subvention

L'association pour le développement de la musique du canton de Plélan-le-Petit a fait une demande de subvention exceptionnelle auprès de l'intercommunalité.

Le montant porte sur 400 €.. L'association musicale affiche un déficit de 400 € et s'est retournée vers nous.Je propose une avance sur la prochaine campagne dans la mesure où l'association perdure jusqu'en juin 2013 », a rappelé Pierrick Sorgniard aux élus



en mars 2014 à l'élection municipale, on retrouve comme candidats sur la liste d'opposition

Dany Schmitt, artiste professeur de musique, 49 ans, Bruno Boileau, artiste professeur de musique, 49 ans 





Salle omnisports

le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard a retracé l'ensemble des dossiers qui ont déjà été mis en oeuvre depuis 2008 : Les aménagements de sécurité réalisés à la salle omnisports et la pose de panneaux d'informations,également l'embauche de Romain Créno animateur sportif.

« Pour moi, c'est un vrai plaisir de travailler avec les élus et salariés de Plélan-le-Petit. 2011 verra ... un aménagement de la salle omnisports pour la rendre plus gaie,

L'intercommunalité a des obligations en matière d'affichage, mais aussi de répondre aux règles de sécurité, de contrôle des installations sportives et d'accessibilité aux locaux. En matière d'affichage, l'établissement est mauvais élève. Le plan d'intervention de la salle a été dégradé et n'est plus affiché, il n'y a pas de plans d'évacuation, ni de point de rassemblement, le registre de sécurité n'est pas complet, les issues de secours sont hors service, les copies des diplômes, titres et assurances ne sont pas affichées et le dernier contrôle des installations sportives date de 2003. En matière d'accessibilité, l'ascenseur ne fonctionne plus et il n'y a pas de places de parking réservées.

Les préconisations suivantes ont été faites : prévoir des sanitaires plus petits pour les scolaires, installer plus de lavabos, rendre accessible l'établissement, effectuer le contrôle et la maintenance des installations sportives, plastifier les documents qui devront être affichés (diplômes, assurance, plans...) remettre en état le plan d'intervention de la salle omnisports, compléter le registre de sécurité, afficher le plan d'évacuation, les consignes de sécurité, prévoir un plan de rassemblement sur le parking, remettre en état les issues de secours.

« 26 500 € TTC ont été prévus au budget investissement cette année pour la salle omnisports »,a indiqué le président de la communauté de communes Pierrick Sorgniard. Il est nécessaire de changer la porte d'entrée qui était reliée par code à un Minitel. Mais à ce jour, il n'y a plus de Minitel et l'eau passe sous la porte. Le tapis d'entrée est aussi usagé. « Avec la réfection des peintures, il serait judicieux de refaire le sol »,expliquait le président.



vendredi 17 mai 2013

Suite à notre article paru le 13 mai, relatif au projet de syndicat pour la salle omnisports (compte rendu du conseil municipal de Plélan-le-Petit), les maires de La Landec (Alain Besnard) et de Languédias (Michel Lemétayer) ont souhaité réagir « Nous sommes très étonnés de découvrir dans la presse qu'au sein d'un conseil municipal, on puisse débattre d'un sujet qui doit faire l'objet d'une discussion des élus communautaires de l'ancienne communauté de communes.

...Nous pensons que la décision de créer ou de ne pas créer un syndicat appartient aux élus du territoire concerné. En conclusion, nous considérons qu'il est temps de calmer les augmentations d'impôts qui s'avéreraient nécessaires avec un nouveau syndicat à financer dans un contexte économique difficile».



petit bleu avril 2012

ScannedImage-8.jpg

ScannedImage-9.jpg

L'intercommunalité va restructurer sa dette

mercredi 02 février 2011

C'est à huis clos qu'a été débattu le dossier sur la restructuration des emprunts existants et futurs de l'intercommunalité. Une présentation sur le projet de restructuration de la dette de la communauté de communes avait déjà été faite au bureau, puis en séance communautaire de décembre 2010

Le président Pierrick Sorgniard explique le dossier



Pierrick Sorgniard, président de l'intercommunalité a proposé une augmentation de 3 % des taux d'imposition communautaires.Le président a justifié cette hausse : « L'augmentation des charges usuelles de plus en plus importante

Pour Alain Besnard maire de La Landec, « il faut voir à comprimer davantage les dépenses. On est dans le mur.Pour Pierrick Sorgniard le transport hebdomadaire vers le marché de Dinan sera à revoir« Les animateurs sportifs participent aux animations des écoles à raison de 40 % d'un équivalent temps plein, il n'y a pas de recettes en face. « L'animation c'est super, mais on ne trouve pas la totale contrepartie dans les recettes» poursuit Alain Besnard. On peut s'interroger sur d'autres modes de contributions plus équitables.Que les usagers puissent comprendre qu'ils ne payent que la moitié de ce que ça coûte ».

Les élus de La Landec et le maire de Trébédan se sont abstenus sur l'augmentation des taux d'imposition Pour le président Pierrick Sorgniard, l'objectif est de « donner du souffle en dégageant de la marge budgétaire », c'est-à-dire rembourser moins dans les annuités de 2011 à 2013. Puisqu'après cette date-là, l'intercommunalité devra rejoindre une autre communauté. Au 5 juin 2011, l'encours de dette sera de 1 902 000 € et 477 000 € d'intérêts. L'annuité de 2011 s'élève à 253 000 €. En continuant ainsi, la fin de la dette est prévue pour 2025.

28 000 € pour la médiathèque, 10 500 € pour les deux nouveaux relais de la médiathèque

25 600 € alloués pour la salle omnisports, dont une partie pour les peintures et le sol 20 000 € pour la signalisation avec le pays touristique de Dinan

7 000 € pour le logiciel de gestion de voirie...

...En fonctionnement, la section affiche 1 135 876 €. , 315 350 € sont affectés aux charges à caractère général,

300 900 € pour les charges de personnel,

338 880 € pour les charges de gestion courante (indemnités des élus, service incendie, cotisations aux différents syndicats...)

enlèvement des ordures ménagères. Le taux qui était à 4,20 % pour les foyers hors agglomérations est relevé ??? à 6 % pour atteindre progressivement les 7 % appliqués en agglomération. Les différentes dotations que doit recevoir l'intercommunalité sont calculées à 258 361 €....

...Le percepteur Laurent Guezennec a commenté le budget. « Le résultat de fonctionnement est inquiétantLa dette est importante et il n'y a pas d'excédent en fonctionnement,il faut voir les perspectives 2012. On ne peut pas tout faire supporter aux familles.





De La Zone Artisanale au projet immobilier

 

Le soutien du président Sorgniard presse 19 septembre 2011 le télégramme
1434545_10513748-lalandeczone-20110919-b
Pierrick Sorgniard, président de la communauté de communes,a apporté son soutien au patron et à ses salariés : «Depuis mon élection, c'est la première entreprise que j'inaugure. Christophe (Busnel) est quelqu'un d'efficace, de franc et qui ne mâche pas ses mots (...). Je crois dans son avenir, car tous les ingrédients du succès y sont. Je souhaite longue vie àArmor maintenance et sablage.».

Extrait le télégramme

Lors de l'inauguration, (la première pour le président de l'intercommunalité) Pierrick Sorgniard a qualifié le chef d'entreprise, « de travailleur acharné, efficace, peu enclin aux discussions interminables et qui ne mâche pas ses mots. On aime ici le travail bien fait !

 

CONSEIL MUNICIPAL de PLELAN LE PETIT

 

Etaient présents :MM. Didier MIRIEL, Pascale GUILCHER, Rémy HUET, Yvon FAIRIER, Yvonnick MENIER, Philippe GELARD, Pierrick SORGNIARD, Marie-Line HERCOUET, Isabelle FAUCHEUR, Gilles HAQUIN, Françoise RONDEL, Jacques CAMAR, Arnaud JOUET, Nicole DESPRES, Hervé GODARD et Yvon HUE.

 

conseil municipal de Juin 2012

OBJET : DROIT DE PREEMPTION URBAIN SUR LES BIENS AU 6 RUE DES ROUAIRIES – PARCELLES A N°602, 603, 604, 823, 1161, 1191

 

                Monsieur le Maire invite les membres du Conseil Municipal à se prononcer sur la déclaration d’intention d’aliéner du bien présenté.

 

Après délibération, les membres du conseil municipal, à l’unanimité des membres présents et représentés, par 18 voix POUR, DECIDENT de ne pas exercer leur droit de préemption concernant les parcelles de section A N° 602, 603, 604, 823, 1161, 1191 et donc AUTORISENT la vente de ces biens en respectant les indications notées sur le PLU pour les futurs travaux.

 

Plélan-le-Petit. Un projet immobilier dans le bourg

130103205032831_36_000_apx_470_.jpg

 Cette longère située entre La Poste, la rue des Rouairies et le magasin Intermarché a été rachetée par la SARL Le Plantay avec d'autres terrains et sera l'une des phases du projet immobilier qui selon la première esquisse prévoit 33 logements.

Lors du dernier conseil municipal, Frédéric Marchix et Christophe Busnel, représentants de la SARL Le Plantay, ont été reçus pour une présentation de la première esquisse d'un grand projet immobilier. C'est Yannick Le Digabel géomètre expert du cabinet Prigent et associés, de Rennes, qui a présenté leur projet.

 La SARL a acquis récemment, une ancienne ferme près du magasin Intermarché en centre bourg ainsi que des terrains qui s'étendent jusque derrière le magasin. Selon l'esquisse, la longère d'une surface de 1 600 m 2 serait d'abord réhabilitée en 4 logements, sans dénaturer l'existant (le four à pain et les puits seront conservés).

 À côté, un lot libre d'une surface de 520 m 2 aurait déjà un acquéreur, pour une construction (situé légèrement vers l'arrière de la longère et près de La Poste). Le hangar de la longère serait réhabilité en un logement, sur une parcelle de 580 m 2 . Face à cette longère, une surface de 1 330 m 2 accueillerait du logement collectif ou intermédiaire : soit 6 logements ou 5 logements et un espace polyvalent pour commerce ou service. En ce lieu, il serait possible d'accueillir la maison médicale.

 En retrait par rapport à la voie d'accès au supermarché, cela permettrait l'implantation de stationnements. Derrière l'ancien hangar sont prévus 8 logements en bande, avec des stationnements groupés à l'entrée.

 Sur une autre parcelle, 4 logements sociaux pourraient être créés, tout près de la parcelle communale face au foyer-logements. Ce terrain communal pourrait être coupé en 2 avec une voie au milieu et pourrait lui aussi accueillir, soit la maison médicale sur une des surfaces ou une des habitations.

 Une convention de partenariat entre les pétitionnaires et la mairie serait alors signée dans le cadre d'un projet urbain.

 À ce jour, la commune est bloquée au niveau de ses lotissements, tant que la construction de la nouvelle station d'épuration ne sera pas terminée. Derrière l'Intermarché, 9 lots d'une surface moyenne de 520 m 2 sont envisagés. L'ensemble du projet sera réalisé en plusieurs étapes.

 Pour les voies d'accès depuis la rue des Chênes et des Rouairies, un seul sens de circulation serait proposé. Une voie mutualisée double sens serait prévue entre l'entrée sur l'opération immobilière et l'accès au supermarché. De nombreux espaces verts sont prévus et des voies piétonnes.

 Le maire voit plutôt d'un bon oeil ce projet privé, la commune étant toujours en demande de terrains constructibles.

 

 

Nous retrouvons « plus tard » la longère à vendre par « lot »

Guy Hoquet - Daugan Immobilier

 

Vente Maison 6 pièces Plelan-le-Petit (22980) 97 200 € FAI Référence : 11918
Retrouvez cette annonce sur SeLoger.com :clic Vente Maison 6 pièces | Plelan-le-Petit (22980)
Copyright © SeLoger.com

Maison 6 pièces- Exclusivité Cette maison de 125 m² habitables + grenier, dispose entre autres de 5 chambres, d'un salon / séjour et d'une grande cuisine. Du caractère avec des poutres, des cheminées. Travaux à prévoir. Idéale pour famille nombreuse ! Exposition plein sud. Jardin. Tous commerces et écoles à proximité. Accès axe Dinan/Lamballe, tout proche. DPE: F.



Vente Maison en pierre Plelan-le-Petit (22980) 65 400 € FAI Référence : 11919

Retrouvez cette annonce sur SeLoger.com : clicVente Maison en pierre | Plelan-le-Petit (22980)
Copyright © SeLoger.com

Maison 2 pièces- Exclusivité Située au coeur du bourg, cette maison en pierres est idéale pour donner libre cours à vos envies. Vous pourrez redéfinir les volumes et choisir la décoration. Nombreuses possibilités d'aménagement avec + de 100 m² habitables. Façade exposée plein sud. Jardin. Proximité immédiate 4 voies Dinan/Lamballe. Non éligible au DPE !


Vente Maison 3 pièces Plelan-le-Petit (22980) 65 400 € FAI Référence : 11921
Retrouvez cette annonce sur SeLoger.com : clic Vente Maison 3 pièces | Plelan-le-Petit (22980)
Copyright © SeLoger.com

Maison 3 pièces- Exclusivité Cette ancienne grange exposée sud offre 77 m² de surface au rez-de-chaussée avec un niveau possible en plus. La pierre existante, associée à la grande porte peut se marier avec un aménagement beaucoup plus contemporain et offrir une luminosité sans égale. Dépendances, jardin. Commerces et écoles à pieds. Accès rapide vers Dinan et Lamballe par 4 voies. Non éligible au DPE !

 



Médiathèque

une plainte

Bonjour,
Un visiteur de votre blog Le blog de collectifmoutonnoir vient de reporter un contenu
Voici son message et ses coordonnées.

  • nom et prénom : ( identification supprimée par décision du collectif )

  • email : ( identification supprimée par décision du collectif )

  • description : http://collectifmoutonnoir.over-blog.com/article-emploi-trouve-87019176.html

  • raisons : Informations non fondées et portant atteinte à la vie professionnelle donnant une image négative sur les qualités de la personne.

Les élus ont décidé, unanimes, de pérenniser le poste de Gaëlle Proux, actuellement recrutée en CAE, jusqu'au 28 juillet.Ils ont ainsi décidé la création d'un poste d'adjoint du patrimoine de 2 e classeauquel elle sera d'abord contractualisée.« On a quelqu'un de motivé, dynamique et capable d'entraîner des bénévoles avec elle. Elle donne complète satisfaction. On a la personne adéquate au poste qu'on propose » poursuivait le président.

Les relais médiathèque

«Amener la culture où sont les gens»
«Ce premier relais est un pas important, qui démontre que tout ne se passe pas à Plélan et que l'on peut amener la culture où sont les gens», a dit Pierrick Sorgniard, président de la communauté de communes. « l'objectif à terme est d'avoir un relais dans chaque commune de l'intercommunalité »Un projet qui tenait particulièrement à coeur de l'actuellemunicipalitéet qui a tout de suite reçu un accueil favorable duprésident Pierrick Sorgniard

Les projets 2011

Des relais médiathèque vont être installés àSaint-Maudez, La Landec et Trébédan

St Maudez:Ouvert le 24 septembre dernier, le premier relais de la médiathèque communautaire n'aura pas tenu un an. Une décision conjointe vient d'être prise par le maire Frédéric Chapron et le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard, de fermer ce relais qui ouvrait chaque semaine L'ensemble aura coûté 5 200 €

La Landec:22 000 € + le cooût du mobilier sont inscrits pour les travaux qui ont été réalisés au futur local du relais de la médiathèquequi doit ouvrir bientôt. Depuis son ouverture, le relais médiathèque n'a pas attiré les foules avec seulement 28 lecteurs actifs.La pérennité du relais médiathèque, ouvert dans la commune le 30 octobre 2012, va être discutée au conseil municipal.



.Depuis l'ouverture de la médiathèque en octobre dernier, de nouveaux frais de fonctionnement sont apparus : augmentation du poste électricité...

14 000 € pour l'achat de livres, CD, DVD, 2 500 € pour les cartes informatiques des adhérents et les protections des livres, 2 000 € de frais divers d'animation si nécessaires.

Les charges de personnel sont prévues en hausse également (294 050 €), avec une année complète pour l'agent de la médiathèque dont le contrat aidé se terminera, la disparition d'un contrat aidé au niveau de l'animation sportive. ...

En investissements, 117 673 € pour la médiathèque (dont 115 500 € concernant le règlement de la fin des travaux),..

11 500 € pour la mise en place de deux relais médiathèque

samedi 22 janvier 2011

 

 

L’Embarcadère est lourd à porter

Lire l'article dans l’édition du jeudi5 janvier 2012

La salle de spectacles de Plélan-le-Petit peine à s’imposer dans le paysage culturel. Après plusieurs échecs, la mairie s’interroge. Alors l’Embarcadère ne sera-t-il plus qu’une salle des fêtes de luxe?

 

Un premier bilan à mi-mandat intercommunal

À mi-mandat ou à « la mi-temps », le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard a retracé l'ensemble des dossiers qui ont déjà été mis en oeuvre depuis 2008 : la mise en fonctionnement de la salle socioculturelle l'Embarcadère « Une belle réalisation que l'on nous envie mais qu'il faut faire fonctionner »

Le parquet de la salle Embarcadère va être rénové -

mardi 15 mars 2011

Des travaux vont intervenir à la salle socioculturelle l'Embarcadère, notamment une rénovation du parquet. Il sera entièrement poncé et vitrifié avec trois couches de produit. Le montant des travaux s'élève à 6 888,96 €. Un montant assez élevé, pour un parquet qui date de 2008.

Une modification du rideau doit intervenir sur une issue de secours côté terrasse, ainsi que la pose d'élingues. Coût : 1 269 €.

La pose de butées sur les 200 fauteuils des gradins va améliorer l'assise des spectateurs. La société Master tribune a proposé un devis accepté pour 645 €.

La municipalité a dû annuler son dernier spectacle prévu à l'Embarcadère le 26 février, faute de réservations suffisantes. Elle doit honorer 925 € pour les frais d'annulation de contrat.



Musiques actuelles

Depuis un an, l'association en partenariat avec la production Le chat de gouttière de Frédéric Crèvecoeur, a tenté de donner une dynamique musicale à la salle socio-culturelle l'Embarcadère, par la production d'événementiels et de concerts. Mais, d'ici à quelques jours l'association dont le siège a été transféré à Vildé-Guingalan, va déménager sur la communauté de communes Arguenon-Hunaudaye. Frédéric Crèvecoeur qui avait beaucoup investi tant financièrement que personnellement est très amer et attristé. Il a constaté clairement un manque d'intérêt et de soutien de la part des élus communautaires.

Budget investissements

mercredi 17 avril 2013

le rachat de la salle socioculturelle Embarcadère à l'intercommunalité Plancoët/Plélan pour 141 500 € frais inclus





Intercommunalité : une aide à un emploi associatif

vendredi 25 mars 2011 Le Club sportif plélanais a eu recours à l'embauche d'un contrat associatif à raison de 67 heures par mois. Kévin Crombez est recruté en contrat à durée indéterminée. La communauté de communes apporte son soutien et aide l'association à raison de 39 % du contrat de travail du salarié. Kévin Crombez est mis à disposition par le biais d'une convention, pendant les vacances pour les activités Cap sports et Cap sports vacances par l'intercommunalité. Le montant de l'aide annuelle s'élève ainsi à 4 143,41 € pour la communauté.

...C'est sur un budget de 31 000 € qu'il a fallu compter en dépenses, pour un bénéfice de 4 300 €. L'animateur salarié du club par le biais d'une convention tripartite avec l'intercommunalité et le conseil régional a quitté son mi-temps pour un poste à temps complet à Plessala, fin avril.

Les logements des gendarmes pourraient être classés insalubres

Plélan-le-Petit - 27 Novembre 2012 En attendant une éventuelle vente, le président Pierrick Sorgniard pense que la solution temporaire est la reprise par la future communauté Plancoët Plélan.

« Ces investissements sont un signe fort en direction des instances pour le maintien de la brigade à Plélan-le-Petit, indique le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard.

Lors de la séance communautaire de mercredi, le président Pierrick Sorgniard a souhaité apporter des précisions quant aux travaux réalisés, l'an passé, dans le bâtiment administratif de la gendarmerie..

..Michel Lemétayer s'adressant au président « avoir parlé du budget primitif de la gendarmerie et j'ai autre chose à faire que de déguiser les données.»



6 855 € pour la tonte des espacescommunautaires

vendredi 10 février 2012

Les élus communautaires ont décidé de confier la tonte des espaces situés au niveau de la salle omnisports, du foyer-logements, de la déchetterie, de la salle socioculturelle pour l'année 2012, à raison de 16 tontes, pour un montant de 6 855,04 € hors taxes.





EPHAD

Pierrick Sorgniard, président de la communauté de commune, a accueilli avec joie et humour les invités au repas de Noël....le capitaine Laurent Pruel maîtrise le bateau ..nb il était intervenu à Lamballe comme contrôleur de gestion dans l'entreprise où travaille le président de la communauté de communes

2012Au conseil communautaire, Laurent Pruel,directeur de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Les Chênes a présenté les travaux d'extension de la résidence.une nouvelle organisation doit être repensée pour les cinq ans.

10 ans, c'est à peu près le temps qu'il aura fallu entre les premières discussions de 2002 et les premiers travaux d'une extension de la résidence. Ceux-ci devraient débuter au mois de septembre sur le côté nord-ouest et ne s'achèveront que fin 2014, « dans le meilleur des cas », indique le directeur Laurent Pruel.



Laurent Pruel « quitte le navire »...Ehpad Les Blés d'or Morbihan

Guilliers - 31 Octobre 2013 ouest France

Yves Guézou, a assuré la direction de l'établissement d'hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) Originaire de Paimpol, il est parti pour raisons personnelles et familiales, s. Pour le remplacer, nous avons recruté Laurent Pruel, originaire de Riantec. Avant de prendre ce poste, il a dirigé pendant quatre ans un Ehpad à Plélan-le-Petit. »

Alain Besnard, vice-président en charge de l’Ehpad, en a profité pour annoncer que « vingt nouveaux appartements seront construits cette année et début 2014, avant la mise aux normes de l’établissement. » Le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard a rappelé les différentes étapes qui ont marqué ces 20 ans

Au 1er janvier, la fusion intercommunale avec Plancoët-Val-d'Arguenon interviendra. « Par ce fait, l'EHPAD sera abrité par le centre intercommunal d'action sociale (CIAS) de la future entité, ne modifiant en rien son fonctionnement dans les 2 à 3 prochaines années ».

Des réflexions autour du relais parents assistants maternels -

samedi 01 décembre 2012


Les élus des deux conseils communautaires du pays de Plélan et de Plancoët - Val d'Arguenon se sont réunis le 19 novembre dernier. À compter du 1 er janvier prochain, ils ne seront plus que 47 à participer au nouveau conseil dans le cadre de la fusion.

Lors du conseil communautaire de lundi soir, les élus plélanais ont souligné de « Bons échanges, un climat serein, de l'efficacité et du positif ». Didier Miriel, maire de Plélan-le-Petit, a noté qu'il « faudra être présents aux commissions, mais aussi, qu'il y aura une nouvelle façon de travailler ». Le président Sorgniard de son côté appuie aussi sur la présence et « à s'investir pour se sentir plus concernés ».



RPAM

Les élus posent la question d'une personne à temps plein sur la nouvelle entité pour le RPAM (relais parents assistants maternels). Jusque-là, l'intercommunalité travaille avec l'intercommunalité d'Arguenon-Hunaudaye par le biais d'une convention de mise à disposition de la responsable du RPAM. Un échange sera à prévoir avec Arguenon-Hunaudaye « Un emploi à temps plein pourrait se justifier. Il y a les attentes des assistantes maternelles », a indiqué le président et aussi le projet de maison de la petite enfance. Selon le maire de Saint-Maudez, Frédéric Chapron, favorable : « Il ne faut pas créer de concurrence à ce qui existe déjà, mais réfléchir sur les horaires atypiques et à un point de rassemblement demandé par les assistantes maternelles ».

Le maire de Plélan rappelle que la maison de la petite enfance avait été inscrite au contrat de territoire « Et si rien n'est fait dans trois ans, la somme sera perdue, il faudrait alors voir pour d'autres projets ».

 



VOIRIEDavantage de voirie communautaire cette année

samedi 29 janvier 2011

Les élus communautaires ont fixé une commission voirie pour le 31 janvier à laquelle les maires sont conviés. Il s'agira de définir le programme de voirie pour 2011. « Une ou deux communes devront peut-être faire l'impasse cette année sur la voirie » indiquait Michel Desbois en charge de la voirie. Un budget plus important que les années passées sera consacré avec l'ajout du contrat de territoire à l'enveloppe habituelle.

Intercommunalité de Plélan : la voirie sera l'investissement principal

mardi 03 mai 2011

Parmi les principaux postes d'investissement..7 000 € pour le logiciel de gestion de voirie...

2013intercommunalitéPlancoët/Plélan

St Maudez « Le conseil municipal restera attentif au fonctionnement de notre commune afin que la politique des impôts locaux ne vienne pas pénaliser le budget des foyers Maudeziens. Et ce malgré une redistribution descompétences de la nouvelle entité communautaireoù nous récupérons la charge financière de la voirie, du syndicat de la salle omnisports.»

St Michel « C'est la voirie qui nous préoccupe le plus car elle revient à chaque commune", a expliqué le maire.

La Landecle programme de voirie communale pour 13 330 € TTC.

Plélan le Petit la voirie pour356 600 €

TrébédanUn emprunt de 330 000 €sera nécessaire pour faire face aux frais relatifs à l'école et la voirie.Ils s'ajouteront aux encours, dont deux se termineront cette année et en 2015.

LanguédiasLe conseil a voté un emprunt de voiriequi devra être versé à la nouvelle intercommunalité Plancoët/Plélan, pour le 30 juin. Le montant est de 110 000 €. La commune, au titre de sa voirie réalisée par l'ancienne communauté de communes du Pays de Plélan, doit rembourser sa part (106 000 €). La durée del'emprunt est de 15 ans, au taux de 3,52 %

St Méloir des bois Depuis le 1 er janvier 2013, la commune a récupéré la compétence voirie; les travaux de « point à temps » automatiques sont donc à sa charge. .. un montant de 4 210 € TTC.

ORDURES MENAGERES L'augmentation des impôts communautaires de 3 % fait débat 

Pierrick Sorgniard, président de l'intercommunalité..le coût de la collecte des ordures ménagères, on a décidé de ne pas toucher à la taxe d'enlèvement en 2011

C'est lundi 28 novembre prochain que débutera le nouveau système de collecte des ordures ménagères sur le territoire intercommunal. Une étude a été réalisée en commun avec l'intercommunalité de Plancoët Val-d'Arguenon. L'objectif étant de réduire les coûts, les kilomètres

....enlèvement des ordures ménagères. Le taux qui était à 4,20 % pour les foyers hors agglomérations est relevé??? à 6 % pour atteindre progressivement les 7 %appliqués en agglomération.



Dans le résumé du conseil municipal paru lundi, la conseillère municipale Claire Brugalet a évoqué une augmentation de la taxe de ramassage des ordures ménagères en campagne de 6 % et non pas de 4 %.

À Languédias..La réorganisation des ordures ménagères n'est pas une volonté de la commune. Ça se passait bien pour nous.

2013Le nouveau système mis en place a permis de gagner 200 heures de travail, d'économiser 1 360 litres de gasoil, de parcourir 8 139 km en moins (53 669 km parcourus en 2011 et 45 530 km en 2012), et une diminution du volume d'ordures ménagères de 10 %. Il y a désormais huit tournées au lieu de neuf.



Le tarif de l'eau augmentera l'an prochain (entre +2,5% et +3%)

jeudi 27 septembre 2012

Les membres du syndicat d'adduction d'eau de Quélaron ont adopté la proposition d'augmentation du tarif de l'eau, à compter du 1 er janvier 2013. La part de la Saur augmentera de 3,90 % et celle du syndicat de 2 %.



FUSION COMMUNAUTAIRE

Pierrick Sorgniard a retracé les différents chantiers qui ont été menés au cours de ces 5 dernières années.

De nombreux projets réalisés

Depuis la création de la communauté de communes de très nombreux projets ont vu le jour. L'Embarcadère, avec des commissions pour choisir le matériel ; la médiathèque, avec l'implication des bénévoles dans le choix du mobilier ; l'aménagement de la ZA de Beauvent, avec l'arrivée de nouvelles entreprises ; la rénovation de la caserne de gendarmerie ; le travail d'organisation de la tournée des ordures ménagères ; l'amélioration et les aménagements de la salle omnisports ; l'entretien permanent des voiries du territoire ; la journée de la randonnée avec les bénévoles et les associations ; le développement des associations sportives avec la journée des ados ; le développement de l'accueil de loisirs et de ses activités ; la mise en place des espaces jeux et animations avec le relais parents-assistants maternels ; les animations culturelles, à partir de la médiathèque ; la mise en place de relais médiathèque; le travail sur l'environnement, avec Breizh bocage ; le CRE pour la restauration des cours d'eau ; l'amélioration de la déchetterie ; le développement du Spanc ; le contrat de territoire pour les 6 ans ; l'extension de l'EHPAD les Chênes, qui démarre et la fusion avec Plancoët-Val d'Arguenon qui arrive à son terme.



À quels nouveaux services la population aura-t-elle accès ?

Il y a plusieurs nouveaux services prévisibles. Côté culture, il y aura un accès à l'école de musique de Plancoët et à la ludothèque intercommunale ; le passage d'un dumiste dans les écoles pour découvrir et partager la musique ; la mise en valeur du patrimoine grâce au centre d'interprétation du patrimoine (à Corseul) ; la synergie des deux salles de Solenval et de l'Embarcadère. Côté économie, une politique économique au profit des cinq zones d'activités va être développée. Et la communication touristique va être structurée pour mettre en valeur les capacités d'accueil du nouveau territoire. Enfin, côté communication, une plaquette sur la structure devrait permettre une meilleure information sur les activités de la communauté de communes.


  A suivre, nos archives sur différents points jusqu'à la réforme territoriale et la fusion avec Plancoët en 2014

 

 

Réuni le 27 mai 2013 à la Maison du développement, le conseil communautaire, élargi au Pays de Plélan, a déterminé le nombre de sièges total pour l'effectif du conseil, à valoir jusqu'au renouvellement des conseils municipaux en avril 2014.

Communes de moins de 709 habitants, 1 siège, plus un suppléant (Landébia, Languédias, Pléven, Plorec-sur-Arguenon, Saint-Maudez, Saint-Méloir-des-Bois, Saint-Michel-de-Plélan, Trébédan)

communes de 709 à 1 418 habitants, 2 sièges (Bourseul, La Landec, Languenan, Saint-Jacut-de-la-Mer, Saint-Lormel) ; communes de 1 419 à 2 127 habitants, 3 sièges (Corseul, Créhen, Plélan-le-Petit, Pluduno) 

communes de 2 128 à 2 836 habitants, 4 sièges (pas de communes)

communes de plus de 2 837 habitants, 5 sièges (Plancoët).

 

 

Concernant le pays de Plélan en 2014: P.Sorgiard, vice président Plancoët/Plélan et ancien président (Plélan) n'apparait plus (il ne s'est pas présenté aux municipales à Plélan), M.Lemétayer, maire sortant et vice président communautaire, n'a pas été élu aux municipales à Languédias

 

 

 

 

 

   

 

détail de l'élection municipale pour quelques exemples


Languédias résultat élection municipale 2014  

nb le maire sortant , vice président communautaire.. est battu

  ELU(S) arrivé en tête au premier tour Jérémy Dauphin  élu maire, candidat à une vice préidence au conseil communautaire en avril 2014, il ne sera pas élu

 

 

 

Plorec résultat élection municipale 2014

  • Mme Maryline Lepetit - 219 voix, 90.87%
  •  88.79%
    Mme Jacqueline Allory - 214 voix, 88.79%
  •  88.38%
    M. Roger Brexel - 213 voix, 88.38%
  •  82.98%
    M. Daniel Fouere - 200 voix, 82.98%
  •  81.74%
    M. Roger Kubryk maire sortant/vice président communautaire- 197 voix, 81.74%
  •  79.66%
    Mme Nathalie Boulier - 192 voix, 79.66%
  •  79.66%
    Mme Marie-brigitte Hanon - 192 voix, 79.66%
  •  78.42%
    M. Jacques Joly - 189 voix, 78.42%
  •  78%
    M. Arnaud Boone - 188 voix, 78%
  •  74.27%
    M. Jean-claude Colin - 179 voix, 74.27%
  •  74.27%
    M. Christian Coquel - 179 voix, 74.27% maire conseiller communautaire

  C.Coquel deviendra vice président au conseil communautaire en avril 2012

 

LA LANDEC résultat élection municipale 2014

  •  92.11%
    M. Xavier Leveque - 339 voix, 92.11%
  •  87.5%
    M. Rémy Lepage - 322 voix, 87.5%
  •  87.5%
    M. Didier Saillard - 322 voix, 87.5%
  •  86.68%
    M. Jesse Brunelle - 319 voix, 86.68%
  •  85.86%
    Mme Marie-laure Denoual - 316 voix, 85.86%
  •  85.86%
    Mme Laurence Hernio - 316 voix, 85.86%
  •  85.59%
    M. Armel Michenaud - 315 voix, 85.59%
  •  85.32%
    M. Philippe Marcou - 314 voix, 85.32%
  •  83.42%
    Mme Coralie Girard - 307 voix, 83.42%
  •  82.6%
    M. Alain Le Perchec - 304 voix, 82.6%
  •  82.06%
    Mme Laurence Bouvier Brohannier - 302 voix, 82.06%
  •  79.07%
    M. Michel Bonfils - 291 voix, 79.07%
  •  78.26%
    M. Gilbert Corno - 288 voix, 78.26%
  •  77.98%
    M. Jean-claude Fairier - 287 voix, 77.98%conseiller communautaire
  •  75.27%
    M. Alain Besnard  277 voix, 75.27% maire conseiller communautaire

  Alain Besnard restera vice président au conseil communautaire en avril 2014 (candidat à sa propre succession)

 

ST MAUDEZ résultat élection municipale 2014

  •  94.96%
    M. Bernard Fairier - 151 voix, 94.96%
  •  91.19%
    M. Yannick Manivel - 145 voix, 91.19%
  •  90.56%
    M. Gilles Niquet - 144 voix, 90.56%
  •  90.56%
    M. Fabrice Rivallan - 144 voix, 90.56%
  •  88.67%
    Mme Typhaine Chotard - 141 voix, 88.67%
  •  88.67%
    Mme Caroline Meunier - 141 voix, 88.67%
  •  88.05%
    M. Christophe Hernio - 140 voix, 88.05%
  •  84.27%
    Mme Gisèle Audinet - 134 voix, 84.27%
  •  83.64%
    Mme Evelyne Petton Foucret - 133 voix, 83.64%
  •  81.76%
    Mme Christine Akmanoglu - 130 voix, 81.76%
  •  77.35%
    M. Frédéric Chapron - 123 voix, 77.35%  maire conseiller communautaire

 

 

TREBEDAN résultat élection municipale 2014

  •  81.25%
    Mme Nicole Toutain - 169 voix, 81.25%
  •  79.8%
    Mme Annick Raffray - 166 voix, 79.8%
  •  79.32%
    M. Angelo Lopes Bento - 165 voix, 79.32%
  •  77.88%
    M. David Raffray - 162 voix, 77.88%
  •  77.4%
    M. Eric Perignon - 161 voix, 77.4%
  •  75.48%
    Mme Clémence Essevaz-roulet - 157 voix, 75.48%
  •  75%
    M. Franck Melet - 156 voix, 75%
  •  73.07%
    M. Alain Hamoniaux - 152 voix, 73.07%
  •  68.75%
    Mme Nathalie Leroy - 143 voix, 68.75%
  •  68.26%
    M. Didier Ibagne 142 voix, 68.26%  maire conseiller communautaire
  •  65.86%
    M. Didier Lamy - 137 voix, 65.86%

  Didier Ibagne candidat à une vice présidence au conseil communautaire 2014 ne sera pas élu

 

 

à suivre la communauté de communes de Plélan

jusqu'à la fusion avec Plancoët en 2013...et  "la suite"

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Conseil communautaire
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:16

Les articles à suivre font état de l'évolution de la "situation" y compris avant la fusion de Plélan le petit avec Plancoët. D'autres rubriques peuvent informer sur ce thème comme par exemple celle concernant les impôts et l'évolution des taxes...

 

 

réflexion d'ordre général

 

 

 

L'idée, simple  et profitable aux contribuables-usagers, est de transférer à la communauté de communes des compétences que les communes seules géraient Ces transferts doivent générer des économies d'échelle, permettre une mutualisation des services entre les collectivités membres et rendre un service de qualité à moindre coût aux usagers-contribuables.

L’intercommunalité pensée comme un moyen de réaliser des économies d’échelle est régulièrement critiquée pour s’inscrire dans une logique budgétaire inflationniste.



Les dépenses publiques ont augmenté de 7,2 milliards d’euros en 2012, soit une hausse de 3% par rapport à 2011, et les collectivités locales représentent plus de 20 % des dépenses publiques. La Cour des comptes estime que cette hausse des dépenses publiquesest en partie due à la hausse des dépenses de personnel des collectivités locales( +3 % par an en moyenne de 2009 à 2012).

La Cour des comptes estime que le développement de l’intercommunalité ne s’est pas traduit par une diminution de personnel dans les communes et «n’a pas été générateur d’économies, bien au contraire source Impotslocaux





Selon le Conseil des prélèvements oblogatoires ( rapport 2009)" l'appartenance à l'intercommunalité tend à accroître de manière générale, les quatres impôts directs locaux". Comment ? Notamment en décuplant les indemnités versées aux responsables de ces nouvelles structures. Selon les chiffres du Ministère de l'Intérieur si l'on remonte à l'an 2000 les revenus des élus des " interco" ont augmenté de 279 % en 9 ans. Ce qui est une façon habile et peu visible, de toucher des compléments de revenu. Un exemple frappant est la multiplication des postes de vice-présidents dans les communautés urbaines des grandes villes.source polemiquevictor: Impôtslocaux et intercommunalité



 

L'intercommunalité sans le citoyen...Une moins value démocratique?

L’intercommunalité et la question démocratique

Alors que les intercommunalités s’imposent dorénavant comme des acteurs majeurs de l’action publique locale, leurs représentants sont toujours élus au second degré. Ceux qui dirigent les intercommunalités ne sont donc pas directement élus par la population, mais par les conseils municipaux des communes membres du groupement. Ce mode de désignation des délégués communautaires tend à créer une séparation entre l’espace de représentation du politique, où se discutent les orientations politiques, principalement au moment des élections municipales, et l’espace de la décision élaborée dans des lieux relativement fermés aux citoyens au sein de commissions ou d’assemblées communautaires. Ce débat n’est pas nouveau. Déjà, à la fin des années 1960, le mode de désignation des élus intercommunaux au suffrage indirect avait été critiqué lors de l’examen de projet de loi relatif à la création des communautés urbaines (loi du 31 décembre 1966).

Cette question, toujours d’actualité, se pose dans des termes un peu différents depuis le vote de la loi du 16 décembre 2010. Elle prévoit l’élection des représentants intercommunaux directement par la population à partir des élections municipales de 2014. Il faut toutefois relativiser la portée démocratique de ce dispositif puisqu’il s’agira, selon le principe dit du scrutin fléché, d’indiquer aux électeurs, sur la liste de l’ensemble des candidats, quels futurs élus représenteront la commune au sein de l’EPCI.



 

La dilution des communes dans les collectivités intercommunales?

Paradoxalement, ce qui est construit comme un moyen pour préserver l’autonomie politique des maires participe à renforcer leur dépendance à des instruments codifiés.

Il ne faut pas dissoudre les communes dans une intercommunalité qui supprimerait le maillage avec le territoire.

Il y a menace sur le contrôle des élus locaux par les citoyens, même si leurs pouvoirs sont nos impôts

 

 

Une intercommunalité au service des communes?

Faire plus à plusieurs ...la mutualisation sauvera "les meubles"?

Danger de marginaliser la représentation démocratique locale? Il y a menace sur le contrôle des élus locaux par les citoyens, même si leurs pouvoirs sont nos impôts

 

Un conseil municipal de onze personnes pour un village de 270 habitants, une mairie très peu ouverte au public, un maire isolé qui se fait refourguer un plan local d’urbanisme (PLU) en copié-collé par un bureau d’études privé, des parcelles de lotissement vendues à perte parce que la commune voisine a créé le même… La liste des incongruités et problèmes rencontrés par les petites communes est longue. Autre difficulté : comment un maire peut-il faire face à la complexité du droit des marchés publics, de l’environnement, des normes comptables et être suffisamment formé pour assumer l’extension considérable de sa responsabilité, éventuellement pénale ?

Aujourd’hui, le maire, en particulier en milieu rural, n’a d’autres choix que de s’unir avec des voisins plus gros que lui pour bénéficier, autant que possible, d’une meilleure ingénierie urbaine, d’une mutualisation des moyens et d’une expertise. Et, surtout, pour penser à l’échelle du bassin de vie des habitants. Poussée à son extrême, cela creuse les inégalités entre les petites collectivités sans moyens et les autres.

Que reste t-il de la fonction du conseil municipal alors que la démocratie locale s'éloigne ..

Les maires ruraux ont perdu la main sur les subventions pour aider au financement des projets d'investissement communaux donc de leur propre commune

Les fonds Européens (LEADER, FEADER, etc..) vont vers des projets "phares" souvent très éloignés des besoins "vitaux" des communes rurales

.

Décentralisation des responsabilités (gestion de l'environnement, gestion de la sécurité, gestion des doléances, etc..) fourguées à un maire "de façade" alors que dans le même temps les décisions stratégiques sont réservées (attribution des aides financières, péréquation "urbain -rural", organisation territoriale, projets d'investissement, etc..) aux élus "d'en haut"

 

Quel pouvoir réel du maire sur le développement de la commune?

Les maires se trouvent progressivement dépouillés des derniers leviers à leur disposition (la compétence urbanisme, les moyens financiers, etc..) pour faire du développement local en toute responsabilité et indépendance sur leur commune.

En dépouillant la commune, une coquille vide se fabrique.

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Conseil communautaire
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:14

Toutes les informations sur l'évolution de la fusion communautaire Plélan/Plancoët sont à découvrir aux différents articles de cette rubrique sur ce blog, y compris la "loi" sur la réforme

 

à 2 mois de l'échéance: Septembre 2012 


ScannedImage-copie-1

dec sorgniard 2

ScannedImage-3-copie-3

 

constat et questions du collectif: sur le communiqué du Président

Le dernier impôt communautaire est en augmentation (cf dernière fiche d'imposition) mais la future  fusion ne doit pas impacter la feuille d'impôt à venir...nous prenons bonne note

La salle de l'Embarcadère irait à la commune de Plélan et le temps de travail de l'agent communal serait à la charge de la nouvelle communauté de communes. Quels autres emplois communaux sont à la charge de la nouvelle commnauté de communes.

Une entente communale gérerait la salle omnisports et les animations pour les écoles. Cette entente prendrait en charge un temps de travail de 16h hebdomadaires

EHPAD: il faut laisser le temps à la réflexion pour savoir comment et par qui la gestion sera effectuée

Gendarmerie: un "opérateur" devrait reprendre les bâtiments..en attendant une entente communale ou un syndicat ..

 

Salle culturelle, salle omnisports, EHPAD, gendarmerie...la nouvelle communauté de communes Pancoët / Plélan ne prendrait visiblement plus en "charge" ce que la communauté du pays de Plélan gérait.

Le collectif voit poindre  "l'idée" d'une entente communale ou d'un syndicat en remplacement  de l'ancienne communauté de communes du pays de Plélan.  Pour partie non négligeable il semble que cette nouvelle entité ne serait pas intégrée dans la gestion globale de la nouvelle communauté de communes Plancoët / Plélan.

Le collectif s'interroge sur le fonctionnement  ( locaux, personnels, indemnités des élus etc..) qui, selon les annonces faites ne devrait pas pénaliser les contribuables, apporter les mêmes services ( projet ambitieux et réaliste ) pour l'ensemble du nouveau territoire et au profit des populations.

Après regroupement: quelle fusion réelle et pour quels domaines? quels projets et financements communs? quelle économie réalisée? Les 7 délégués "perdus" pour le pays de Plélan seront "reclassés" dans la nouvelle entente cmmunale ou le nouveau syndicat? La nouvelle communauté avec les 2 présidents en place, les 10

 vices présidents en place...jusqu'aux prochaines élections municipales de 2014? 

La Landec

mercredi 28 novembre 2012


En séance municipale, le maire a passé en revue le projet de fusion intercommunale, au travers d'un diaporama approuvé en séance communautaire le 13 novembre et à laquelle la presse n'avait pas été invitée. Les élus sont d'accord sur tous les points présentés. Le maire s'est exprimé sur la création envisagée d'un syndicat relatif à la salle omnisports « Je ne suis pas contre, mais on n'a pas le choix. Mais sans personnel ». Lors de la séance du 12 octobre, il avait rappelé que son conseil avait voté une délibération antérieure, contre la création d'un syndicat pour la salle omnisports et l'Embarcadère.

Ce qu'il faut savoir sur la fusion communautaire -

samedi 24 novembre 2012 ouest France


Lors du conseil municipal mardi soir, Pierrick Sorgniard, élu mais aussi président de l'intercommunalité, a présenté le projet de fusion déjà bien avancé et qui sera concrétisé avec l'intercommunalité de Plancoët-Val d'Arguenon, le 1 er janvier prochain.

Il a rappelé la volonté en trois objectifs fédérateurs, « d'une fiscalité identique en 2013 par rapport à 2012, sur l'ensemble du nouveau territoire qui sera composé de 18 communes. La volonté d'avoir des prestations et services identiques pour l'ensemble de la population et un territoire de projets. »

La nouvelle entité s'appellera communauté de communes Plancoët-Plélan. Son siège sera à la maison du développement de Plancoët.

La reprise des compétences

Le 7 janvier 2013 aura lieu la première séance du nouveau conseil qui sera constitué de 47 délégués (dont 15 du pays de Plélan). Le président et les vice-présidents seront élus lors de cette séance.

Le nouvel EPCI reprendra les compétences obligatoires, à savoir l'aménagement de l'espace, le développement économique de cinq zones artisanales (dont celle de Beauvent sur le territoire Landecois), le développement touristique (signalétique, adhésion au pays touristique).

Elle reprendra aussi les compétences optionnelles : protection et mise en valeur de l'environnement et du patrimoine, la collecte et le traitement des ordures ménagères, le tri sélectif, les deux déchetteries « qui devront harmoniser leur fonctionnement et ouverture », le Spanc.

Ont aussi été retenus : le logement et cadre de vie, les équipements et animations sportives et culturelles, l'action sociale d'intérêt communautaire, les affaires scolaires, les transports collectifs (piscine, voile, char à voile), le secours et la lutte contre l'incendie, la mutualisation des services, la fiscalité additionnelle dans les deux entités ainsi que la fiscalité professionnelle de zone.

Ce qui reviendraaux communes

Certaines compétences qu'avait le pays de Plélan ne seront pas reprises : la voirie, le fauchage et le point à temps automatique (bouchage des trous) reviendront aux sept communes (La Landec, Languédias, Trébédan, Saint-Maudez, Saint-Méloir-des-Bois, Plélan-le-Petit, Saint-Michel-de-Plélan) « avec les emprunts inhérents et les contrats de territoire. »

Une proposition de cession de la salle Embarcadère à la commune de Plélan-le-Petit devrait être faite pour un montant de 133 000 €.

La gestion des logements de fonction de la gendarmerie a été proposée à des offices d'HLM, mais ils pourraient aussi être proposés à un promoteur ou repris sous forme de syndicat. Les bâtiments de la salle omnisports ainsi que les animations sportives seront confiés à un syndicat.

Un territoire de projets

Parmi les projets existants, les élus réfléchiront à une école de musique (déjà située à Plancoët) pour tout le territoire avec un dumiste qui passerait dans les écoles et mèneront une réflexion sur une décentralisation possible des cours de musique ; l'élargissement de la ludothèque vers l'ensemble du territoire ; la mise en place d'une politique culturelle ; un centre d'interprétation du patrimoine à Corseul ; l'intervention d'une équipe technique sur tout le territoire pour la voirie, les projets d'aménagement ; la mise en place d'un réseau à partir de la médiathèque de Plélan vers des relais communaux ; l'idée de mise en place d'une dynamique sportive sur l'ensemble du territoire.

Le développement économique et touristique devrait aussi être au coeur des débats tout comme l'idée d'une maison de la petite enfance.

Débats houleux autour du bâtiment de la gendarmerie 

samedi 05 mai 2012


Lors de la séance communautaire de mercredi, le président Pierrick Sorgniard a souhaité apporter des précisions quant aux travaux réalisés, l'an passé, dans le bâtiment administratif de la gendarmerie. « Le coût des travaux s'est élevé à 81 912,44 € TTC et il n'y a pas eu d'emprunt. Les travaux ont été réalisés en autofinancement. En 2008 le résultat était de 42 077 €, en 2009 de 63 709,30 € dont 30 000 € versés au budget général, en 2010 le résultat était de 61 664,30 € et un peu plus de 21 000 € ont été payés surtout pour des frais d'études, en 2011 le résultat était de 14 235,91 € avec 10 000 € versés au budget général et 59 909 € de travaux payés. »

C'est ensuite que le maire de Languédias, Michel Lemétayer, vice-président en charge du dossier gendarmerie est intervenu, s'adressant directement au maire de Plélan-le-Petit : « de vouloir prendre le bâtiment administratif de la gendarmerie, dont les travaux ont été faits sans emprunt. C'est limite du légal et pas beau de profiter d'une fusion pour récupérer un bâtiment qui a été rénové. »

« Il faut savoir qu'à Plancoët, la gendarmerie est gérée par le chef-lieu de canton, mais moi je n'ai rien demandé. Si tu veux la garder, prends la gendarmerie ! », répond Didier Miriel.

Le maire de La Landec, Alain Besnard, poursuit sur le fait que « La gendarmerie a une valeur. Quand on fera l'inventaire des biens rétrocédés, il y aura la valeur d'actif et le passif. Il faudra la sortir du stock de la communauté de communes. »

« Ça n'a jamais été ça. Pourquoi Plélan reprendrait quelque chose ? Alors débrouillez-vous », répond Didier Miriel.

Et le maire de Languédias de revenir à la charge : « Pourquoi la caserne et pas l'ensemble de la gendarmerie ? »

« Car c'est la même chose sur Plancoët. Je ne vais pas inventer les choses. J'aimerais bien avoir les autres avis des communes. On ne va pas prendre un passif énorme de la communauté de communes », répond Didier Miriel.

« C'est un problème technique. Plancoët prend tout ce qu'il y a Plélan, l'actif et le passif », poursuit Alain Besnard.

« Les comptes sont bons, mais avec des rentrées d'argent depuis des décennies, et très peu de travaux de faits, ce qui fait des chiffres qui ne sont pas très bons quand on ne parle que d'une caserne », indique Michel Lemétayer s'adressant au président qui se justifie pour « avoir parlé du budget primitif de la gendarmerie et j'ai autre chose à faire que de déguiser les données. » Quelque peu excédé, il clôt le débat. L'ambiance est plombée.

 

 

 

Les logements des gendarmes pourraient être classés insalubres

mercredi 28 novembre 2012


 

L'histoire

L'année dernière, le bâtiment administratif de la gendarmerie a été rénové, il est communautaire. Il a été construit en 1974 avec six logements de fonction. Aujourd'hui, se pose le problème de la rénovation des logements de fonction.

L'adjoint communautaire Michel Lemétayer a présenté le dossier lundi soir, en séance intercommunale. « J'ai été convoqué aux affaires immobilières de Saint-Brieuc. Le site de la gendarmerie de Plélan-le-Petit n'est pas remis en cause, mais s'il n'y a pas de travaux faits dans les six logements, il y aura une nouvelle visite des affaires immobilières qui reclassera les appartements en catégorie insalubres et les loyers ne seront plus payés ».

Avec la fusion communautaire, les élus cherchent une solution pour les bâtiments de fonction. Une estimation du service des Domaines a été faite pour la vente de ceux-ci : environ 400 000 € « Et il faut compter autant pour la rénovation », a poursuivi Michel Lemétayer. Prix que les élus jugent élevé.

Des courriers ont été envoyés à des offices des HLM. Dans le cadre d'une vente, le nouveau propriétaire devrait s'engager à des travaux immédiats « sous peine d'une reconstruction d'une nouvelle gendarmerie ailleurs. Et s'il n'y a pas d'acquéreur ? Que fait-on ? Et au 1 er janvier à qui seront versés les loyers ? Il semblerait que la nouvelle entité n'ait pas d'autre choix que de reprendre le site », a indiqué Michel Lemétayer.

Il compte fortement sur sa rencontre avec le sous-préfet le 4 décembre, pour aborder le sujet, car « La situation n'est pas simple ». En attendant une éventuelle vente, le président Pierrick Sorgniard pense que la solution temporaire est la reprise par la future communauté Plancoët Plélan.

27 192,88 € de loyers

De son côté, le maire de Plélan Didier Miriel, indique : « Je comprends leur fermeté, car c'est quelque chose qui dure depuis environ 20 ans. Ils ont été patients jusque-là ».

Le prêt communautaire est terminé depuis de nombreuses années (au moins 15 ans) et l'intercommunalité a encaissé les loyers sans contrepartie de travaux (27 192,88 € en 2012) « L'excédent du budget gendarmerie a toujours été mis sur le budget principal » précisait Michel Lemétayer. « Ici, personne ne vit dans des logements comme les gendarmes ». Selon les élus, « L'électricité n'est plus aux normes, il y a de l'humidité, le vide sanitaire est une vraie piscine. Il aurait fallu un entretien tous les 20 ans ». « Est-ce que ça ne va pas effrayer un office d'HLM entre le prix de vente et les travaux ? » interroge Didier Miriel qui souhaite que la gendarmerie reste à Plélan et réaffirme « Qu'il va falloir trouver une solution derrière tout ça ». Pour le président, « Il y a plusieurs niveaux de réflexions à avoir, tout d'abord pour savoir si le prix estimé est définitif et une réflexion à un plan B : un syndicat ? On est propriétaires du bâtiment, les 400 000 € d'achat il n'y a pas à les sortir ». « Les affaires prennent une tournure qui n'était pas celle des années précédentes », conclut Michel Lemétayer.

 

Le collectif considère cette information comme "inquiétante". La location de logements insalubres, dont l'état semble connu depuis si longtemps? il est question de 20 années de "patience" des services et d'une fermeté de leur part comprise aujourd'hui. Le collectif ne comprend pas l'information donnée qui consiste à dire "il aurait fallu un entretien tous les 20 ans" ...un entretien programmé à 20 ans si de l'humidité apparaît ou que le vide sanitaire devient piscine? pour nous l'entretien régulier ou en fonction des problèmes rencontrés doit être  "normalement " effectué par le propriétaire 

? ? ? ? ? ? ?....à suivre, des précisions sur cet article (comparatif entre les informatin de la presse)  en bleu, ce qui relève ou pas d'une convocation aux affaires immobilères, et en rouge ce qui concerne ou pas la question de l'insalubrité et le nombre concerné de logement.

Logements de la gendarmerie : précisions

samedi 01 décembre 2012


Jean-Michel Lemétayer, vice-président de l'intercommunalité, souhaite apporte des précisions relatives à l'article paru dans Ouest-France le 28 novembre et concernant les logements de fonction de la gendarmerie.

« Premièrement, si insalubrité, celle-ci ne concernerait pas la totalité des logements. D'une part, je n'ai pas été convoqué à Saint-Brieuc, ce sont les responsables des affaires immobilières qui sont venus visiter les logements. D'autre part, si le service des Domaines estime une valeur de 400 000 €, comment se fait-il qu'un autre service également de l'État parle d'insalubrité ? Il y a forcément une incohérence et je souhaite que l'on me l'explique ; »

 

constat CMN:

Si  "ici personne ne vit dans des logements comme les gendarmes" ( électricité qu 'est plus aux normes, humidité, le vide sanitaire qui est une vraie piscine)

Le collectif considère donc en conclusion, que les loyers ne seront plus payés pour cause d'insalubrité  si pour un certain nombre des six  logements  les travaux ne sont pas faits.

 

Constat du collectif 

Interrogations sur la création de syndicats, leur gestion, leurs coûts et l'intérêt au final d'une non fusion à différents niveaux. Satisfaction d'une "unification" des prestation  "musique" qui,  de fait conduira à des tarifs attractifs pour les populations du pays de Plélan ( nb: les offres du centre de formation musical existant sont plus honéreuses en certains domaines, pour exemple l'éveil musical) Quel intérêt de financer (subventions) ce doublon sur Plélan sans harmonisation des tarifs pour l'acessibilté aux populations les moins favorisées ( selon imposition, tarifs dégressifs etc..). Le collectif voit un intérêt à éviter "la musique" à 2 vitesses pour faire clairement le choix contre le privé au profit du public avec les meilleures conditions d'accés et de tarifs pour tous

Médiathèque: le collectif sait l'existence de bibliothèques municipales sur Plancoët, Pluduno, St Jacut, Créhen etc..avec des associations déjà en place. Nous pensons qu'il est urgent d'actionner dans le cadre du projet évoqué, les relais communaux sur le pays de Plélan alors que seul celui "récent" de La Landec existe.

Au final la médiathèque du Pays de Plélan deviendra la "maison mère" au service de l'existant sur le Val d'Arguenon?

 

 

L'Embarcadère va bientôt appartenir totalement à Plélan - Plélan-le-Petit

mardi 18 décembre 2012


 

Lors de la commission des finances du 10 décembre, Pierrick Sorgniard, président de l'intercommunalité du Pays de Plélan, avait proposé que soit prise une décision de principe pour que la commune de Plélan-le-Petit accepte la cession par l'intercommunalité, de la salle socioculturelle Embarcadère. 133 000 € sont demandés à la commune.

Le bâtiment communautaire mis en service depuis 2008 aura coûté 2 373 000 € HT. La commune de Plélan avec l'acceptation de reprise jeudi soir en séance municipale, aura réglé un total de 1 128 599,14 € pour cette salle. Le conseil municipal a accepté cette proposition d'acquisition et l'adjoint aux finances, Yvon Fairier, a souhaité que soient reprises par la nouvelle communauté de communes issue de la fusion, 16 heures hebdomadaires pour la gestion des spectacles.

constat du collectif: un employé intercommunal au service de la commune

...et si l'emploi de gardien de camping à St Jacut ou évenuellement celui d'une personne chargée de nettoyer les plages était payé avec la participation des citoyens de Plélan.  Selon nous, ce qui est communal ne peut être à  la charge des autres municipalités, sauf à revoir la règle et ce qui relève du fonctionnement mis en commun

 

samedi 15 décembre 2012


Lors du conseil municipal mercredi soir, le maire Frédéric Chapron a présenté les grandes lignes des statuts de la future intercommunalité qui sera issue au 1 er janvier 2013, de la fusion entre les communautés de communes du Pays de Plélan et Plancoët Val-d'Arguenon. Ceux-ci ont été validés par les élus. Le conseil a aussi validé la création d'un syndicat intercommunal pour la salle omnisports de Plélan-le-Petit, qui comprendra les animations scolaires pour les enfants, le transport scolaire à la salle et l'accueil de loisirs. Il est prévu que ce syndicat soit formé par les 7 communes de l'intercommunalité du Pays-de-Plélan.

le collectif constate une communauté de commune bis: impôt Plancoët/Plélan...impôt syndicat Plélan...et le niveau communal....quel intérêt, quelle conséquence ?

 

La commune recrute une personne en contrat d'avenir - Plélan-le-Petit

samedi 15 décembre 2012


Lors de la séance de conseil municipal jeudi soir, les élus ont décidé du recrutement en contrat d'avenir, d'un adjoint technique territorial de 2e classe (contrat aidé à durée déterminée d'un an renouvelable 2 fois, à temps complet). Il s'agit de faire suite à la fin de contrat à durée déterminée d'un agent recruté pour accroissement temporaire de travail, à temps partiel, jusqu'au 14 janvier. La personne interviendra au niveau de la salle socioculturelle Embarcadère et en renfort aux services techniques. Ce contrat s'adresse à des jeunes de - de 26 ans généralement sans diplômes. Le maire a reçu les services de la Mission locale pour la présentation de ce contrat. Pour le coût, il en reviendra à 600 € par mois pour la commune. La décision de recrutement a été votée à l'unanimité.

Des réflexions autour du relais parents assistants maternels -

samedi 01 décembre 2012


Les élus des deux conseils communautaires du pays de Plélan et de Plancoët - Val d'Arguenon se sont réunis le 19 novembre dernier. À compter du 1 er janvier prochain, ils ne seront plus que 47 à participer au nouveau conseil dans le cadre de la fusion.

Lors du conseil communautaire de lundi soir, les élus plélanais ont souligné de « Bons échanges, un climat serein, de l'efficacité et du positif ». Didier Miriel, maire de Plélan-le-Petit, a noté qu'il « faudra être présents aux commissions, mais aussi, qu'il y aura une nouvelle façon de travailler ». Le président Sorgniard de son côté appuie aussi sur la présence et « à s'investir pour se sentir plus concernés ».

Les élus ont aussi approuvé les statuts de la future communauté, qui pourront être revus en juin 2013, après quelques mois de fonctionnement.

Les élus posent la question d'une personne à temps plein sur la nouvelle entité pour le RPAM (relais parents assistants maternels). Jusque-là, l'intercommunalité travaille avec l'intercommunalité d'Arguenon-Hunaudaye par le biais d'une convention de mise à disposition de la responsable du RPAM. Un échange sera à prévoir avec Arguenon-Hunaudaye « Un emploi à temps plein pourrait se justifier. Il y a les attentes des assistantes maternelles », a indiqué le président et aussi le projet de maison de la petite enfance. Selon le maire de Saint-Maudez, Frédéric Chapron, favorable : « Il ne faut pas créer de concurrence à ce qui existe déjà, mais réfléchir sur les horaires atypiques et à un point de rassemblement demandé par les assistantes maternelles ».

Le maire de Plélan rappelle que la maison de la petite enfance avait été inscrite au contrat de territoire « Et si rien n'est fait dans trois ans, la somme sera perdue, il faudrait alors voir pour d'autres projets ».

 

 

 

La communauté de communes vit ses derniers jours - 

samedi 22 décembre 2012


Pierrick Sorgniard président de l'intercommunalité du pays de Plélan a présidé la dernière séance communautaire mardi soir et fait le bilan des réalisations depuis 2008.

La communauté de communes du pays de Plélan a vu le jour en 1994 (arrêté de constitution du 29 décembre 1993), avec à sa tête Prosper Besnard, son 1 er président, qui était juste avant président du Sivom (syndicat intercommunal à vocation multiple). Il a été élu le 22 février 1994. Puis, Alain Besnard lui succède le 7 juillet 1995 et enfin Pierrick Sorgniard le 2 avril 2008.

Dans quelques jours, le 1 er janvier, l'intercommunalité fusionnera avec la communauté de communes de Plancoët-Val d'Arguenon pour devenir la nouvelle entité Plancoët-Plélan, qui regroupera 18 communes, plus de 18 000 habitants et 120 agents.

Mardi soir, les élus du pays de Plélan ont voté leurs dernières délibérations en séance intercommunale, à La Landec. En fin de séance, Pierrick Sorgniard a retracé les différents chantiers qui ont été menés au cours de ces 5 dernières années.

« Ce sont pour moi de nombreuses satisfactions, avec une cohabitation de jeunes et d'anciens élus qui a fonctionné, mais aussi la participation de tous dans des domaines différents. »

De nombreux projets réalisés

Depuis la création de la communauté de communes de très nombreux projets ont vu le jour. L'Embarcadère, avec des commissions pour choisir le matériel ; la médiathèque, avec l'implication des bénévoles dans le choix du mobilier ; l'aménagement de la ZA de Beauvent, avec l'arrivée de nouvelles entreprises ; la rénovation de la caserne de gendarmerie ; le travail d'organisation de la tournée des ordures ménagères ; l'amélioration et les aménagements de la salle omnisports ; l'entretien permanent des voiries du territoire ; la journée de la randonnée avec les bénévoles et les associations ; le développement des associations sportives avec la journée des ados ; le développement de l'accueil de loisirs et de ses activités ; la mise en place des espaces jeux et animations avec le relais parents-assistants maternels ; les animations culturelles, à partir de la médiathèque ; la mise en place de relais médiathèque ; le travail sur l'environnement, avec Breizh bocage ; le CRE pour la restauration des cours d'eau ; l'amélioration de la déchetterie ; le développement du Spanc ; le contrat de territoire pour les 6 ans ; l'extension de l'EHPAD les Chênes, qui démarre et la fusion avec Plancoët-Val d'Arguenon qui arrive à son terme.

« Grâce à une équipe d'agents motivés, compétents, avec des bénévoles impliqués et des élus dévoués tout cela a été possible. Tout ce travail est la suite de ce qu'avaient entrepris les élus précédents et d'autres poursuivront », a conclu Pierrick Sorgniard.

Les statuts de la nouvelle communauté validés - 

vendredi 21 décembre 2012


Mercredi soir, l'assemblée communale a approuvé les statuts de la nouvelle communauté de communes Plancoët-Plélan qui sera effective au 1 er janvier. Le maire, Didier Ibagne, a expliqué les compétences obligatoires et optionnelles en précisant les changements. « En 2013, le retour de fiscalité est estimé pour nous à 14 722 € pour 2013 avec une probable évolution pour l'année suivante, du fait du lissage entre les deux communautés. »La fiscalité additionnelle et la fiscalité professionnelle de zones n'ont pas été changées pour la nouvelle entité. Les fournitures scolaires, transports pour les sorties des écoles seront prises en charge par la communauté de communes. « Ce qui sera une bonne chose pour l'amicale laïque », a commenté Catherine Bouënard. L'estimation globale d'économies est de 12 968 €.

La voirie à la charge de la commune

La voirie jusqu'alors pris en charge par la communauté de communes du pays de Plélan revient désormais à chaque commune comme cela se fait en Plancoët Val d'Arguenon. Du fait des 14 km de chaussée, le conseil municipal a souhaité que cette charge entre dans le cadre du contrat de territoire « il faut que l'on sache très rapidement ce que l'on va réaliser » a indiqué le maire.

Oui, au syndicat pour la salle omnisports ?

Par ailleurs, du fait de la nouvelle entité, des charges reviendront aux communes au prorata du nombre d'habitants comme le fonctionnement de la salle omnisports « c'est pour cette raison que nous souhaitons un syndicat. » La salle de l'Embarcadère à Plélan-le-Petit a été reprise par la commune où elle se situe, les bâtiments de la gendarmerie sont en cours de négociations avec trois bailleurs sociaux. Le maire a expliqué que la création d'un syndicat pourra permettre « de poursuivre la gestion de la salle omnisports et de bien organiser son fonctionnement. C'est la forme la plus facile pour nous ». Cette mesure est plus souple qu'une entente ordre forme juridique qui elle, nécessite des prises de décisions unanimes. L'élu a également évoqué l'école de musique de Plancoët Val-d'Arguenon qui sera amené à détacher des professeurs sur le territoire.



Les statuts de la future intercommunalité Saint-Michel-de-Plélan

vendredi 21 décembre 2012


Le maire a fait lecture lundi soir, de la totalité des statuts de la future intercommunalité Plancoët-Plélan, aux membres du conseil municipal. Les élus avaient ensuite à se prononcer sur ces statuts déjà approuvés par la communauté du pays de Plélan.

Chacun s'est exprimé et c'est Albane Allain qui a affiché clairement sa position contre « Je suis contre l'intercommunalité, c'est antidémocratique. Le préfet nous demande d'approuver. Je suis contre les fusions, plus on fait des grosses communautés et plus tout est dispatché, on ne sait plus où s'adresser. Les statuts sont justes et tout est positif, la vie va être merveilleuse. Mais on nous impose, je ne trouve pas le procédé démocratique ». Loïc Lecrubier adjoint, de répondre « Quand on met les moyens en commun on est plus forts ». Et Claire Brugalay, d'ajouter « S'il n'y avait pas de communauté de communes, on n'aurait pas eu tous les équipements qu'il y a ». Le maire, Nathalie Denis « espère qu'on soit gagnants quelque part ». Les statuts seront adoptés par 9 oui et 1 non (Albane Allain)

Le conseil favorable à un syndicat pour la salle omnisports - Saint-Michel-de-Plélan

jeudi 20 décembre 2012


La salle omnisports ne sera pas reprise dans les compétences de la future entité intercommunale. Sur le pays de Plancoët Val-d'Arguenon, les salles sont communales. Les communes du pays de Plélan ont à se positionner sur la création d'un syndicat qui regrouperait les sept communes pour gérer la salle omnisports de Plélan-le-Petit. Le coût annuel est estimé à 50 000 € en fonctionnement, à répartir entre les communes. Cela concernerait le fonctionnement, le transport des élèves vers la salle, l'animation sur le temps scolaire et le centre de loisirs hors temps scolaire. Les élus votent à 9 voix pour et 1 contre d'Albane Allain qui précise qu'« On ne devrait pas avoir besoin d'un syndicat vu que ça fonctionnait bien avant ».

 

Création du syndicat de la salle omnisports, ça coince... - Plélan-le-Petit

lundi 13 mai 2013


La salle omnisports du pays de Plélan.

Lors du conseil municipal de mardi, le maire Didier Miriel a abordé le sujet de la création du syndicat de la salle omnisports. En décembre, le conseil s'était prononcé favorablement pour la création de ce syndicat à sept communes (celles de l'ancienne intercommunalité du pays de Plélan). L'objectif de ce syndicat est de reprendre l'animation sportive scolaire et le transport des enfants des écoles vers la salle, d'organiser des activités de loisirs hors temps scolaire, de gérer le fonctionnement et l'investissement de la salle. Ces compétences ne sont, en effet, pas reprises par la nouvelle intercommunalité Plancoët-Plélan.

Or, lors de la réunion des maires du 29 avril, certains élus ont refusé de reprendre la propriété du bâtiment invoquant des travaux assez lourds à financer dans les années à venir et l'incertitude quant à la possibilité du syndicat de les financer. « Les statuts n'ont pas été votés, mais il y a un souhait de trouver une solution rapide, indique le maire. Il y avait une volonté générale. Une seule commune ne pouvait pas reprendre la salle, on a déjà l'Embarcadère. Ce n'est pas sur l'animation ni sur le fonctionnement, mais sur l'investissement que ça pose problème. Ça m'étonnerait que le préfet accepte la mise en place d'un syndicat uniquement pour l'animation sportive. »

« Il faut attendre que le préfet décide »

« Pourquoi un débat vu que ça a été décidé lors de la fusion, poursuit l'adjoint aux finances Yvon Fairier. Dans le compromis, cette salle revient aux sept communes, c'est entériné. Il faut attendre que le préfet décide. » « S'il n'y avait pas eu la fusion, on se retrouverait avec cette salle et des investissements à faire », précise Pierrick Sorgniard, conseiller municipal et ancien président de l'intercommunalité du pays de Plélan.

« Je souhaite une décision de principe pour reprendre la salle à l'intérieur d'un syndicat avec les sept communes. C'est de la mutualisation », conclut Didier Miriel. Les élus ont suivi et approuvé cette demande. Ils souhaitent aussi que la salle soit cédée au futur syndicat à l'euro symbolique par l'intercommunalité.

 

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Conseil communautaire
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:13

FUSION AVEC PLANCOËT? CM Plélan le petit

 

 

Août 2011: Différentes réunions ont été organisées pour aider les élus à se prononcer, réunions d’information d’abord pour essayer de maîtriser le contexte de la loi, puis échanges avec les élus de la Communauté de Communes de Plancoët Val d’Arguenon pour réfléchir ensemble sur une éventuelle fusion et prendre la mesure des spécificités de chaque territoire.

 

Sur le fond, chaque Communauté historiquement a développé des compétences et des services différents avec des investissements et des créations d’emplois nécessaires à leur bon fonctionnement. Leurs généralisations sur l’ensemble des deux Collectivités pourraient générer une charge financière extrêmement importante qui alourdirait inévitablement la fiscalité.

 

Les premières analyses nous montrent la complexité d’un tel rapprochement et, les besoins d’études et de projections pour nous aider dans nos décisions, notamment en ce qui concernent :

- l'unification des compétences des deux territoires

- les modalités de la gouvernance de la nouvelle entité

- l’impact fiscal qui générera une forte augmentation sur les ménages, concomitamment  à la réforme de la fiscalité dont nous ne mesurons pas tous les impacts aujourd’hui

- l’intégration du personnel avec des services développés dans chaque collectivité en fonction de leurs compétences

 

Les services de l’état ont été sollicités pour répondre à nos interrogations et nous proposer des simulations afin d’apporter des éléments complémentaires de réflexion et de choix. Nous sommes dans l’attente d’une étude prospective plutôt qu’un état des lieux.

 

Considérant que les élus n’ont pas eu mandat par la population pour changer les périmètres de leur EPCI et que les délais imposés ne permettent pas de réaliser les consultations dans des conditions acceptables,

 

Le collectif  prend acte que les élus disaient eux mêmes ne pas avoir reçu mandat de la population

Au terme de la longue "démarche" chacun constatera par la lecture des articles à suivre que les décisons seront  prises sans rélle consultation des citoyens. 

Le collectif imaginait et souhaitait que la démocratie citoyenne s'exprime. Le collectif reprenait humblement la position  de "départ" exprimée par les élus eux mêmes... pour recevoir mandat 

 

 

au fil du temps....

Fusion communautaire: 3 "situations" ?

à Plélan en août 2011: "Considérant que les élus n’ont pas eu mandat par la population pour changer les périmètres de leur EPCI et que les délais imposés ne permettent pas de réaliser les consultations dans des conditions acceptables"... 

à Trébédan en décembre 2011: "Le maire souligne que ce dossier le gêne car la population n'est pas consultée et considère qu'il serait normal qu'elle le soit"

à  La Landec en mars 2012: "C'est à huis clos que le maire a souhaité débattre de l'avenir de la communauté de communes et du projet de fusion avec l'intercommunalité"

 

 

Fusion Plancoët Val d'Arguenon / Pays de Plélan

Plélan le petit, La Landec, Languédias, St Maudez, St Méloir des bois, St Michel de Plélan, Trébédan

Plancoët, Pluduno, St Jacut de la mer, St Lormel, Bourseul, Landébia, Créhen, Languenan, Corseul, Pléven, Plorec

 

à suivre:

-le "texte" de la réforme territoriale

-le refus du président de la communaué de communes d'accepter des pouvoirs de police transférés "vers lui"

-l'historique "mois par mois" de l'évolution des positiones concernant la fusion commuautaire depuis avril 2011

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Conseil communautaire
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:12

fusion communautaire: sur ce blog un thème y est consacré

Décembre 2010 "courrier des maires "

Réforme territoriale : les points clés du texte définitif

 

Le Parlement a définitivement adopté, le 17 novembre 2010, le projet de loi de réforme des collectivités territoriales, après un ultime vote de l'Assemblée nationale. A l'exception des dispositions concernant la désignation des conseillers communautaires (ou métropolitains) et de celles relatives à la composition de l'organe délibérant et du bureau des EPCI à fiscalité propre, la réforme territoriale est d'application immédiate, y compris en Ile-de-France.

L'abaissement du seuil du scrutin de liste dans les communes de 500 habitants permettant notamment le fléchage des délégués communautaires en 2014 est prévu dans le projet de loi relatif à l'élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale non encore examiné par le Sénat.

I. Le volet intercommunal

II. Les conseillers territoriaux élus en 2014

III. Les financements croisés

IV. Répartition des compétences

I. Le volet intercommunal

Seul le volet intercommunal de la réforme a fait consensus, à droite comme à gauche. Certes, des regrets persistent, exprimés par les élus lors de la 21e convention de l'AdCF, à Dijon, à la mi-octobre 2010 : le nouveau statut prévu pour les métropoles a été vidé de sa substance selon eux. Le retour au statu quo sur les règles de majorité au sein de l'intercommunalité, pour la définition de l'intérêt communautaire ou encore pour les transferts de DGF et de fiscalité aux EPCI, est également jugé décevant.

Cependant, Daniel Delaveau, président de l'AdCF, a rappelé les motifs de satisfaction sur la réforme:
- l'achèvement et la rationalisation de la carte intercommunale d'ici à 2013 (même si l'AdCF souhaitait la date butoir de 2012);

- la création du schéma départemental de la coopération intercommunale;

- les nouvelles règles de composition des CDCI;

- la désignation directe des élus communautaires (fléchage sur les listes municipales en 2014 pour les élus au scrutin de liste);

- la création d'un schéma de mutualisation des services entre les communes et communautés.


1. Achèvement de la carte intercommunale


L'année 2011 sera une année capitale de transition pour les communes et leurs groupements.
2011 :
recomposition des commissions départementales de la coopération intercommunale (CDCI) au 1er trimestre et réalisation des schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI) d'ici au 31 décembre. Le projet de schéma est soumis par le préfet aux communes, EPCI et syndicats concernés qui doivent se prononcer dans les trois mois. Puis, le projet de schéma et les avis sont transmis à la CDCI, qui a quatre mois pour le modifier (à la majorité des 2/3 de ses membres). Le schéma est arrêté par le préfet et publié. Il est réactualisé tous les six ans. Toute création de syndicat devra être compatible avec le SDCI.

2012-2013 :
le préfet peut initier par arrêté tout projet de création, de modification ou de fusion de communautés et de syndicats pour la mise en œuvre du schéma (y compris en l'absence ou en dehors du schéma, avec pouvoir d'amendement de la CDCI dans les trois mois). L'arrêté préfectoral est prononcé après accord de la moitié des conseils municipaux des communes concernées.

A défaut d'accord des communes et jusqu'au 30 juin 2013, le préfet dispose de pouvoirs exorbitants: il peut créer, modifier ou fusionner des communautés ou syndicats par décision motivée après avis de la CDCI (un mois).

Les délibérations concernant la répartition des sièges au sein des conseils communautaires (accord local ou règle proportionnelle) doivent intervenir avant le 30 juin 2013, année précédant le renouvellement général des conseils municipaux.

1er juin 2013 :
achèvement de la carte intercommunale.
A partir de cette date, le préfet peut rattacher une commune isolée ou créant une enclave ou une discontinuité territoriale à un groupement et passer outre le désaccord de la communauté de rattachement sauf si la CDCI s'est prononcée en faveur d'un autre projet.

A noter
Les arrêtés de création ou de transformation d'un EPCI ou d'un syndicat pris entre le 14 juillet 1999 et la promulgation de la présente loi sont validés.


2. Le rôle clé de la commission départementale de coopération intercommunale


Une nouvelle élection des membres de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) devra intervenir dans les 3 mois suivant la promulgation de la loi.
Les règles de composition de la CDCI sont modifiées : elle sera composée de 40% de maires, adjoints ou conseillers municipaux (et non plus 60%), 40% (et non plus 20%) de représentants d'EPCI, 5% de représentants de syndicats, 10% de représentants du conseil général et 5% du conseil régional.
La CDCI sera associée étroitement à la définition du schéma départemental de coopération intercommunale, d'ici à la fin de l'année 2011. Elle peut être saisie par le préfet ou à la demande de 20% de ses membres de tout projet de création d'EPCI ou de modification de périmètre.


3. Trois nouveaux échelons

- Les métropoles regrouperont plusieurs communes formant un ensemble de 500 000 habitants (les 4 CU créées en 1966 peuvent obtenir ce statut), pour élaborer et conduire un projet d'aménagement et de développement économique, écologique, éducatif, culturel et social, afin d'améliorer la compétitivité et la cohésion. La métropole peut résulter d'une création ex-nihilo, d'une transformation d'EPCI à fiscalité propre préexistant, avec ou sans extension de périmètre, ou encore d'une fusion d'EPCI. L'initiative appartient aux communes, le cas échéant, au conseil communautaire, mais pas au préfet. La continuité territoriale entre les communes n'est pas exigée. La métropole se substitue aux EPCI inclus dans son périmètre. Le régime fiscal est aligné sur celui d'une CU.

A noter
Conformément à la demande de l'Association des maires de France (AMF), les députés ont rétabli en deuxième lecture l'autonomie fiscale et financière des communes membres d'une métropole, ainsi que l'accord des 2/3 des membres du conseil métropolitain pour le transfert des équipements de proximité.

- Le pôle métropolitain regroupe des EPCI à fiscalité propre formant un ensemble de plus de 300 000 habitants dont un de plus de 150.000 habitants (50.000 hab. dans les zones frontalières). La continuité territoriale entre les EPCI n'est pas exigée. Le pôle est soumis aux règles applicables aux syndicats mixtes fermés. Sa création peut être décidée par arrêté préfectoral.
Le pôle a pour objet des actions d'intérêt métropolitain en matière de développement
économique, de promotion de l'innovation, de la recherche et de l'enseignement supérieur, de
la culture d'aménagement de l'espace par la coordination des SCOT et le développement des
infrastructures et des services de transport, afin de promouvoir un modèle de développement
durable du pôle métropolitain et d'améliorer la compétitivité et l'attractivité de son territoire,
ainsi que l'aménagement du territoire infradépartemental ou infrarégional.

- La commune nouvelle : elle pourra être créée en lieu et place de communes contigües, à la demande des conseils municipaux, d'un EPCI ou du préfet. La création d'une commune nouvelle nécessitera soit l'accord de tous les conseils municipaux des communes concernées, soit l'accord des électeurs de chacune de ces communes, consultés par référendum. Aucune commune ne pourra ainsi être intégrée sans son accord au sein de la commune nouvelle.

La commune nouvelle est substituée aux communes et, le cas échéant, à la communauté supprimée dans toutes leurs délibérations et tous leurs actes. C'est une collectivité territoriale soumise au même régime que les communes : elle dispose d'un conseil municipal et d'un maire. Sauf délibération contraire du conseil municipal de la commune nouvelle dans le délai de 6 mois après sa création, les anciennes communes deviennent des communes déléguées, jusqu'au prochain renouvellement municipal. Le maire délégué et le conseil de la commune déléguée disposent des mêmes prérogatives que le maire et le conseil d'arrondissement (type PLM).
La commune nouvelle bénéficie de la fiscalité communale. Pendant douze ans, s'applique un régime d'intégration fiscal des quatre taxes directes locales. Elle perçoit les différentes parts de la dotation forfaitaire des communes et leurs dotations de péréquation.

4. La nouvelle gouvernance


Election des délégués des communes
A partir de 2014, les EPCI à fiscalité propre sont administrés par un organe délibérant composé de délégués élus au suffrage universel direct dans le cadre de l'élection municipale pour toutes les communes dont le conseil est élu au scrutin de liste. L'abaissement du seuil du scrutin de liste dans les communes de 500 habitants est prévu dans le projet de loi relatif à l'élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale non encore examiné par le Sénat. Dans les autres communes (- de 500 hab.), les délégués sont élus par le conseil municipal en son sein.

A noter
Jusqu'aux prochaines élections, les délégués sont désignés par le conseil municipal de chaque commune dans les conditions prévues pour l'élection des délégués entre deux renouvellements des conseils municipaux.

Composition de l'assemblée des communautés et métropoles
- Dans les communautés de communes et d'agglomération, la répartition des sièges
au sein des organes délibérants est fixée par accord des 2/3 des communes représentant la
moitié de la population ou l'inverse. La répartition doit tenir compte de la population de
chaque commune. Toutes les communes disposent au moins d'un siège et aucune n'en
dispose de plus de la moitié. Le nombre de sièges total ne peut pas excéder de plus de 10% le nombre de sièges pouvant être attribué en fonction de la règle de la proportionnelle (tableau + un siège pour chaque commune dont la population est inférieure au quotient).
S'il n'y a pas d'accord, c'est le système des communautés urbaines et des métropoles qui
s'applique (le tableau, lire ci-dessous).

- Dans les communautés urbaines et les métropoles, le nombre des délégués est établi
à partir d'un tableau. L'attribution des sièges de ce tableau se fait selon la règle de la proportionnelle à la plus forte moyenne, un siège étant ensuite attribué aux communes n'ayant pu bénéficier de cette répartition. Si une commune dispose de plus de la moitié des sièges, ceux-ci sont redistribués aux autres communes suivant la règle de la plus forte moyenne.

Attention
Les délibérations concernant la répartition des sièges (accord local ou règle proportionnelle), doivent intervenir avant le 30 juin 2013, année précédant le renouvellement général des conseils municipaux.

Désignation de délégués suppléants
Dans les communautés de communes et d'agglomération, si une commune n'a qu'un délégué,
elle désigne, dans les mêmes conditions (selon le système du fléchage ou par le conseil
municipal), un suppléant qui siège avec voix délibérative en l'absence du titulaire, s'il n'a pas
donné procuration. Lorsque les conseillers municipaux sont élus au scrutin de liste, le délégué
suppléant est de sexe opposé au titulaire.

Composition du bureau des EPCI
Le nombre de vice-présidents est plafonné à 20% de l'effectif total de l'organe délibérant dans la limite de 15, ce nombre pouvant être porté à 4 dans les petites communautés.

A noter
Les projets en cours ayant fait l'objet d'un arrêté de périmètre par le préfet avant la publication de la loi ne seront pas soumis à l'application des nouvelles règles sur la composition des organes délibérants.

Inéligibilité
Les directeurs de cabinet d'un président d'EPCI à fiscalité propre et les directeurs de services d'un EPCI à fiscalité propre, ayant exercé leurs fonctions depuis moins de six mois, ne peuvent être élus conseiller municipal dans les communes situées dans le ressort de l'EPCI.


5. Transferts de compétences communes-EPCI


Alors que le projet de loi comportait à l'origine des dispositions intéressantes pour clarifier les responsabilités au sein du bloc communes-communauté, les évolutions des débats parlementaires ont privilégié le statu quo sur les conditions de transfert de nouvelles compétences statutaires et les modalités de définition de l'intérêt communautaire. Ainsi, comme le souhaitait l'AMF, la procédure de transfert et d'exercice de la police du stationnement et de la circulation ainsi que celle relative à la sécurité des manifestations culturelles et sportives dans les établissements communautaires ne changent pas: le transfert est facultatif, il est décidé à l'unanimité des maires (sauf dans les communautés urbaines), et il s'exerce par arrêtés conjoints.

Police spéciale
La seule évolution notable concerne l'exercice, par le président de l'EPCI, des pouvoirs de police spéciale relatifs à des compétences transférées lui permettant de réglementer l'assainissement, l'élimination des déchets ainsi que le stationnement des gens du voyage. Sous réserve que les maires ne s'y opposent pas dans leur commune. En effet, dans le délai de 6 mois après l'élection du président de la communauté (ou un an après le vote de la loi), les maires peuvent s'opposer - individuellement - au transfert de leurs pouvoirs de police. Dans ce cas (et pendant le même délai de 6 mois), le président peut refuser le transfert automatique des pouvoirs de police spécial à son profit lorsque celui-ci n'émane pas de l'ensemble des maires des communes membres.

à l'article suivant: le Président de la communauté de communes refuse le transfert des pouvoirs

 

 

6. Les finances intercommunales
Comme sur les compétences, les associations de maires se sont employées à encadrer les transferts financiers et fiscaux des communes vers les EPCI en les subordonnant à un accord unanime des conseils municipaux concernés.

Unification de la DGF à l'échelle intercommunale
Sur délibérations concordantes du conseil communautaire et de chacun des conseils municipaux des communes membres, la communauté peut percevoir en lieu et place des communes membres le montant de leur dotation globale de fonctionnement (DGF). Dans ce cas, elle met en place une dotation de reversement, dont le montant versé à chaque commune est fixé par le conseil à la majorité de 2/3 des suffrages exprimés. Il est calculé en tenant compte prioritairement :
- de l'écart entre le revenu par habitant de la commune et le revenu moyen par habitant de l'EPCI,
- et de l'insuffisance de potentiel fiscal par habitant de la commune au regard du potentiel fiscal communal moyen par habitant sur le territoire de l'EPCI.
Cette dotation de reversement constitue une dépense obligatoire.

Unification de la fiscalité directe
La communauté et ses communes membres peuvent décider, sur délibérations concordantes du conseil communautaire et de chacun des conseils municipaux des communes membres, de procéder à l'unification de l'un ou de plusieurs des impôts directs suivants:
- la taxe d'habitation,
- la taxe foncière sur les propriétés bâties,
- la taxe foncière sur les propriétés non bâties.

Pour chaque taxe dont l'unification est décidée, le taux est voté par le conseil communautaire dans les mêmes conditions (et limites) que celles applicables aux communes. La 1ère année, le taux « unique » de TFB et de TFPNB ne peut dépasser le taux moyen pondéré constaté l'année précédente. S'agissant de la taxe d'habitation, celui-ci ne peut dépasser le taux moyen harmonisé des communes membres, constaté l'année précédente.

Si l'EPCI perçoit une fiscalité additionnelle l'année précédant celle de l'unification, le taux moyen est majoré du taux de la taxe additionnelle perçue par l'EPCI l'année précédente. S'applique une période de lissage des taux dans chaque commune de 10 ans maximum, en fonction de l'écart entre les taux.

A noter
Les députés ont rétabli une disposition qui prévoit que les maires des communes membres d'un EPCI sont informés chaque année, lors de la communication du rapport d'activité avant le 30 septembre, de l'utilisation des crédits de l'EPCI sur leur territoire.

Mutualisation
La réforme territoriale régularise les conventions de mise à disposition de services. Le transfert de compétences d'une commune à un EPCI entraîne le transfert du service ou de la partie de service chargé de sa mise en oeuvre. Les communes peuvent conserver tout ou partie des services oeuvrant dans les domaines transférés. Elles disposent d'un délai d'un an pour se mettre en conformité.
Les mises à disposition de services peuvent également se faire de l'EPCI vers les communes, lorsqu'elles présentent un intérêt dans le cadre d'une bonne organisation des services.
Une communauté et ses communes membres peuvent se doter de services communs par convention. Une communauté peut se doter de biens qu'elle partage avec ses communes membres dans le cadre d'un règlement de mise à disposition.
L'année qui suit son élection, le président de la communauté établit un rapport sur la
mutualisation et un projet de schéma à mettre en oeuvre pendant la durée du mandat.

II. Les conseillers territoriaux élus en 2014

La loi du 16 février 2010 organise la concomitance des renouvellements des conseils généraux et des conseils régionaux en mars 2014. Elle écourte les mandats des conseillers généraux et régionaux qui cèderont leur place aux conseillers territoriaux. Le mandat des conseillers régionaux élus les 14 et 21 mars 2010 est donc de quatre ans, et celui des conseillers généraux qui seront élus les 20 et 27 mars 2011 sera de trois ans.
La réforme territoriale organise l'élection et la répartition des conseillers territoriaux.

Mode d'élection. Détenteurs d'un mandat unique, les conseillers territoriaux appelés à siéger dès 2014 dans les assemblées régionale et départementale seront élus pour six ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, dans le cadre de cantons redécoupés. Le gouvernement a écarté l'instauration d'une dose de proportionnelle réclamée par les centristes. Le seuil pour se maintenir au second tour est fixé à 12,5% des inscrits.
Le mode d'élection est le principal point d'achoppement de la réforme et devait être au centre des discussions de la Commission mixte paritaire sur la réforme prévue le 3 novembre.

Répartition. Le gouvernement a présenté un tableau de répartition de 3.471 conseillers territoriaux, par régions et départements, contre 6.000 conseillers généraux et régionaux aujourd'hui.

Parité. Pour favoriser la parité, le suppléant du conseiller territorial devra être du sexe opposé. Le financement public des partis politiques sera modulé en fonction du respect de la parité des candidatures aux élections territoriales.

III. Les financements croisés

Le texte limite les financements croisés. Il pose le principe d'une «participation minimale du maître d'ouvrage» au financement d'une opération d'investissement et celui du «non-cumul des subventions» du département et de la région à un projet communal ou intercommunal.

Participation des départements et des régions
Le département peut contribuer au financement des opérations de maîtrise d'ouvrage des
communes et de leurs groupements, la contribution de la région se limitant aux opérations
d'envergure régionale.

Les délibérations du département et de la région accordant une subvention font état de l'ensemble
des subventions accordées au projet. Ces collectivités sont tenues d'annexer à leur
compte administratif un état récapitulatif des subventions aux communes (objet, montant, rapport
montant/population).

Encadrement
Toute collectivité territoriale (ou groupement) maître d'ouvrage assure une participation minimale au financement d'une opération d'investissement.
Le seuil minimal de participation est fixé à 20 % du montant total des financements publics. Un décret en Conseil d'Etat précisera les modalités d'application de cet article qui entrera en vigueur le 1er janvier 2012.

Attention
Par dérogation et quelle que soit la taille des collectivités, ces dispositions ne s'appliquent pas aux investissements engagés dans le cadre du programme national de rénovation urbaine. Des dérogations sont également prévues pour les opérations de rénovation de monuments protégés et celles destinées à réparer les dégâts causés par des calamités publiques.

Non-cumul
A compter du 1er janvier 2015, à défaut d'adoption d'un schéma d'organisation des compétences et de mutualisation des services entre la région et les départements, aucun projet ne peut bénéficier d'un cumul de subventions d'investissement et de fonctionnement du département et de la région, sauf ceux des communes de moins de 3500 habitants ou des communautés de moins de 50 000 habitants.

Attention
Cette disposition n'est pas applicable aux subventions de fonctionnement accordées dans les domaines de la culture, du sport et du tourisme (quelle que soit la population des communes ou des EPCI), ni au-delà de 2015 si un schéma d'organisation des compétences et de mutualisation des services a été adopté dans la région concernée.

IV. Répartition des compétences

> Les compétences attribuées par la loi aux collectivités territoriales le sont à titre exclusif, sauf lorsque la loi prévoit, à titre exceptionnel, qu'une compétence est partagée entre plusieurs collectivités territoriales. C'est le cas des compétences en matière de tourisme, de culture et de sport qui demeurent partagées entre les communes, les départements et les régions.

> Une collectivité peut déléguer à une collectivité d'une autre catégorie (ou à un EPCI à fiscalité propre) une compétence dont elle est attributaire, exclusive ou partagée, par convention d'objectifs et pour une durée limitée.

> La réforme prévoit une spécialisation des compétences des départements et des régions. Ces collectivités peuvent néanmoins se saisir, par délibération spécialement motivée, de « tout objet d'intérêt départemental ou régional pour lequel la loi n'a donné compétence à aucune autre personne publique ». Dans les six mois suivant l'élection des conseillers territoriaux (lire encadré ci-dessous), le président du conseil régional et les présidents des conseils généraux peuvent élaborer conjointement un schéma d'organisation des compétences (qui fixe les délégations de compétences, l'organisation des interventions financières de la région et des départements en matière d'investissements et de fonctionnement) et de mutualisation des services.

Les dispositions relatives aux compétences entrent en vigueur le 1er janvier 2015. Elles devront faire l'objet d'une évaluation après 3 ans d'application et de propositions de mesures d'adaptation nécessaire le cas échéant

 

à suivre sous le thème: fusion communautaire

refus du transferts des pouvoirs de police par le Président de la communauté de communes

historique et informations sur le pays de Plélan

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans Conseil communautaire
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:29

Plélan le petit: Civitas pour une tribune libre dans un hebdomadaire

des images à regarder "grand angle"

Mariage gay: des manifestants de Civitas appellent à une sainte colère - Boursorama

 

 

 

L'article de presse suivant (le petit bleu Dinan 20 juin 2014)  évoque une porte ouverte à

la polygamie et à l'inceste..cela nous interroge

 

mariage

 

 

À propos d'une tribune libre qui dérange

www.le-petitbleu.fr


À propos d'une tribune libre qui dérange

Dernière mise à jour : 26/06/2013 à 15:56

La semaine dernière, notre journal a publié une tribune libre de Monsieur Dominique Chrissement, de Plélan-le-Petit, consacré au ‘mariage pour tous’. Les propos de l’auteur ont choqué certains lecteurs qui nous ont adressé des courriels de protestation, ne comprenant pas que nous donnions la parole à ce monsieur qui écrit, entre autres que« faire sauter le verrou de la conception traditionnelle du mariage c’est la porte ouverte à la polygamie, à l’inceste et à bien d’autres dérapages ». Un de nos interlocuteurs prétend que nous nous cachons derrière la responsabilité de son auteur pour diffuser des « idées nauséabondes ». Rien de moins.
Avant de publier cette tribune, la rédaction du Petit Bleu s’est bien sûr concertée et à décidé de la passer au nom de la liberté d’expression. Au nom de quoi devrions nous ne diffuser que les idées avec lesquelles nous sommes en phase?
Notre journal s’intéresse depuis longtemps à ce sujet de société qu’est le mariage pour tous et se l’est aussi vu reprocher. Il n’a jamais hésité à y consacrer de gros dossiers et même à en faire sa Une en donnant la parole aux premiers intéressés (déjà le 2 février 2006) puis aux élus (1er novembre 2012) ainsi que le 23 mai dernier en annonçant le mariage de Dimitri et Claude. Notre hebdomadaire était aussi présent à la cérémonie à Plélan-le-Petit pour en rendre compte à nos lecteurs.  
Les arguments émis par Dominique Chrissement ont déjà été entendus et largement relayés par des médias nationaux. Savoir que de telles idées existent, c’est en soi une information. Édulcorer cette tribune, en extraire tout propos susceptible de choquer, aurait donné une autre vision du raisonnement de Dominique Chrissement et cela aurait trompé nos lecteurs. Nous persistons à penser qu’il vaut mieux laisser le texte intégral à leur libre appréciation ; qu’il n’est nul besoin de préciser que les propos des tribunes libres n’engagent que leurs auteurs.
Un détail manquait cependant à cette tribune : Dominique Chrissement (par ailleurs général à la retraite qui a réalisé le plan de gestion des risques pour la commune de Plélan-le-Petit) ne nous avait pas précisé qu’il est un membre important du mouvement Civitas, ce qu’il nous confirme aujourd’hui. Civitas ? C’est un mouvement intégriste, défini comme proche de l’extrême-droite, qui veut instaurer « la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier ». Une « œuvre de reconquête politique et sociale visant à rechristianiser la France »dont on a effectivement beaucoup entendu parler à l’occasion des manifestations anti-mariage pour tous. Voilà qui est dit.
La Rédaction

 

 

 

tlvld

 

MARIAGE HOMO...BIEN TRISTE SAMEDI à PLELAN/ La porte ouverte à la polygamie, à l'inceste..etc...

 

Agressions verbales et écrites

Toute expression outrageante, tout terme de mépris qui n'est fondé sur aucun fait est une injure. L'injure peut être privée ou publique (lorsqu'elle intervient dans l'espace public) :

  • discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics ;
  • écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image, vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics ;
  • placards ou affiches exposés aux yeux du public ;
  • tout moyen de communication au public par voie électronique 

Si l'injure est homophobe, les peines sont aggravées : 6 mois d'emprisonnement et 22 500 € d'amende. Les peines sont les mêmes en cas d'injure publique visant un groupe de personnes et fondée sur leur orientation sexuelle.

L'appel à la haine et/ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de son ou de leur orientation sexuelle est puni d'un an d'emprisonnement et/ou d'une amende de 45 000 €.

 

Lorsqu'une plainte est déposée pour injure ou diffamation publique, les services de police transmettent le dossier au procureur de la République. Si celui-ci ne prend pas de décision dans les trois mois suivant le dépôt de plainte, l'action en justice n'est plus recevable, il y a prescription.

 

SOS homophobie - 34 rue Poissonnière - 75002 PARIS

 

source.. Municipales : Civitas en campagne - 20 mars 2014

Moins médiatisé qu’au moment de sa lutte contre la mariage pour tous, l’institut catholique intégriste Civitas n’en est pas pour autant absent de la campagne des municipales. Dans son dernier ouvrage, "Civitas et les nouveaux fous de Dieu" (Temps Présent), le journaliste Luc Chatel remarque que le délégué national du mouvement Jean-Claude Philipot dirige la campagne du candidat FN à Reims. Quant à Dominique Chrissement, membre du conseil d’administration et ex-secrétaire général de Civitas, il est candidat à Saint-Malo, sur la liste FN conduite par Jean-Louis Robin, « membre actif et conférencier » du mouvement.

 

 

 

 

sur ce blog et sous le thème "homophobie" nous interrogeons sur les écrits dans la presse

 

  à suivre: découvrir l'institut Civitas

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:28

sous le thème religion, nos regardons le mouvement Civitas à partir de "constats" effectués sur Plélan le petit et la région de Dinan...cf toute la suite d'articles...

 

 

 

26 mai 2013 Paris: manifestation "à part"..."

suivre" l'activité de civitas aux articles de ce thème..

 

 

clic à suivre pour regarder la vidéo Civitas et Jeunesse Nationaliste

video Civitas et Jeunesses Nationalistes : la manifestation de l'extrême - faits divers, manifestation, mariage - videos Le Parisien - Accueil - Le Parisien


video Civitas et Jeunesses Nationalistes : la manifestation de l'extrême ... au mariage pour tous, Civitas ..

 

Plusieurs centaines de manifestants au défilé Civitas contre le mariage homo avec les jeunesses nationalistes

 26/05/2013 18:48 actu.voila.fr

Personnes âgées, familles, militants monarchistes ou religieux en soutane, plusieurs centaines de personnes ont défilé dimanche après-midi à Paris à l'appel de Civitas contre le mariage homosexuel, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ce cortège, distinct des trois défilés organisés au même moment par "La manif pour tous", était parti de la Place Catroux, dans le 17ème arrondissement, en direction de l'Opéra où il est arrivé vers 17H30.

Peu avant 18H00, la dispersion de la manifestation était en cours dans le calme sur la place de l'Opéra, où les commerces et cafés étaient restés ouverts.

Parce qu'ils refusaient de se disperser et restaient groupés sur la place, 25 membres des Jeunesses nationalistes ont été encerclés par les forces de l'ordre et interpellés. Ils ont été conduits de force dans un bus et transférés vers un poste de police.

Le président de Civitas, Alain Escada, et d'autres membres de l'institut ont été brièvement contrôlés, puis laissés libres, a constaté l'AFP.

Avant d'appeler à la dispersion, Alain Escada avait fait huer tour à tour les journalistes (traités de "collabos!"), Mai 68, et le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Sur la banderole de tête du cortège était inscrit "Balayons les ennemis de la famille! Balayons les ennemis du mariage!'. On pouvait voir aussi un drapeau français frappé du Sacre-Coeur et du slogan "Espoir et salut de la France". "Non à la culture de mort. Avortement. Euthanasie. Mariage homosexuel. Trafic d'enfants", proclamait une pancarte.

Une petite fille portait un petit panneau: "Future maman en colère".

"Cette loi, fût-elle promulguée, n'en reste pas moins pour nous illégitime parce qu'elle est contraire à la loi naturelle", a estimé M. Escada, en appelant "les maires et les élus municipaux à désobéir à cette loi. Notre opposition reste totale à cette loi Taubira qui procède de l'arbitraire du législateur".

Parmi les manifestants, Roger Holeindre, ex-député FN, est venu en grand uniforme: "Je suis dans ce cortège parce que je suis catholique. Je n'ai jamais été avec Frigide Barjot, parce que ce sont les médias qui l'ont promue".

Trois ânes étaient aussi dans le cortège, équipés de pancartes "je suis un âne et j'ai voté Hollande".

A l'arrière, le groupe d'extrême droite des Jeunesses nationalistes défilait derrière sa banderole, scandant "bleu blanc rouge, la France aux Français", très encadré par un important dispositif policier.

 

SECURITE - Des militants d'extrême droite ont été interpellés dimanche en fin d'après-midi dans le 9e arrondissement de Paris. Il s'agirait de membres de l'organisation intégriste Civitas ?

civitas

A Gabriac et les Jeunesses Nationalistes avec Civitas le 26 mai 2013

A.Gabriac et le salut nazi

 

les sites suivant et A.Gabriac (cf liens à suivre)

 

Arrêt sur images - Salut nazi : Gabriac

Gabriac récidive en Italie : salut fasciste à la mémoire de Mussolini

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:07

nous avons découvert civitas en nous intéressant à la vie locale et à ses informations.

...sous le thème "religion" et d'autres rubriques...nous abordons plus particulièrement l'activité de ce mouvement bien implanté en Bretagne y compris dans le secteur proche et à Plélan le Petit

cf aussi élections municipales, et différents sujets auxquels nous renvoyons à parti de la rubrique "religion"

Trois membres du GUD déférés après une agression raciste

Publié le 19.05.2013, le parisien.fr

Trois jeunes de la mouvance d', soupçonnés d'avoir violemment agressé pour des raisons racistes deux couples, dans la nuit de vendredi à samedi à (Rhône), devaient comparaître ce dimanche devant un juge des libertés.

Le parquet a requis le placement en détention de ces trois jeunes, âgés de 19, 20 et 24 ans, membres du groupe d'extrême-droite GUD (groupe union défense), dans l'attente de leur jugement en comparution immédiate, vraisemblablement mardi.

Ils devaient être poursuivis pour violences aggravées, en réunion et à connotation raciste, a-t-on précisé.

Ils leur reprochent de fréquenter une Asiatique

Samedi, vers 3 heures du matin, les deux couples rentraient chez eux à vélo, lorsqu'ils ont été pris à partie par un groupe de jeunes leur reprochant de fréquenter une jeune femme asiatique. Très vite, quatre jeunes de ce groupe ont violemment frappé à coups de pieds et de poings les deux hommes à vélo, ainsi que la jeune Asiatique, avant de prendre la fuite en courant.

Les deux cyclistes blessés se sont vu prescrire 3 et 15 jours d'interruption de travail (ITT). Les agresseurs ont été interpellés un peu plus tard par une patrouille de police et placés en garde à vue samedi.

Si le juge des libertés et de la détention (JLD) décide ce dimanche de les placer sous contrôle judiciaire au lieu de les écrouer, ils seront alors ultérieurement.

source Civitas, GUD and co : la France en danger ? - Paroles d'artistes

www.parolesdartistes.net/Civitas-GUD-and-co-la-France-en-danger_a173...

13 avr. 2013 Ces groupes organisés, aux idéologies intégristes, se font de plus en plus présents dans les rues, notamment lors de la Manif pour tous

 

Civitas, GUD and co : la France en danger ?

Le Flibustier masqué
Samedi 13 Avril 2013 - 09:38

Ces groupes organisés, aux idéologies intégristes, se font de plus en plus présents dans les rues, notamment lors de la Manif pour tous, mais aussi dans les Facs, les lycées et mêmes collèges, à grand renfort de propagande via des tracts et affiches collées sur nos murs...Une telle recrudescence de ces mouvements est inquiètante et finalement, presque acceptée puisque pas interdites.


Civitas

Service "d'ordre" de Civitas à "l'action"....
Service "d'ordre" de Civitas à "l'action"....
"Civitas, connu aussi sous le nom de France Jeunesse Civitas ou Institut Civitas, est une association qui se définit elle-même comme un « lobby catholique traditionaliste » Ce groupe est réputé proche des catholiques intégristes et de l'extrême droite". L'institut Civitas existe depuis 1999. Il est,(...) un des héritiers du mouvement de laïcs intégristes La Cité catholique fondé par l'intellectuel vichyste Jean Ousset. (..)
L'institut Civitas revendique début 2013 plus de 1 000 adhérents et 170 000 « sympathisants » abonnés à sa mailing list. Civitas nourrit des ambitions pour les élections municipales de 2014, visant l'implantation de 300 élus formés par leurs soins."
(Wikipédia)

Et, le plus surpenant, est que Civitas est une association considerée "d'intérêt général" et bénéficie donc à ce titre de larges subventions...de l'Etat ! C'est donc nous qui financons cette association intégriste. D'ailleurs, je vous invite à signer cette pétition afin de demander à notre nouveau minsitre du budget de modifier le statut de ce mouvement.

Depuis le mariage pour tous, des intégristes de tous bords se sont manifestés. Car, entendons nous bien, il me semble qu'en démocratie, en républlique, nous avons tous le droit de nous exprimer. Même si cela nous choque que certains puissent s'opposer à une loi rendant égaux les citoyens français, nous nous devons, je pense, de l'accepter. Toutefois, ce qui me semble inacceptable, sont les propos homophobes, qui ne sont donc des opinions mais des délits, les actes violents commis par les membres de Civitas sur des femmes, les propos menacant envers le Président de Frigide Barjot osant parler de "sang" pour expliquer jusqu'où le mouvement contre le mariage pour tous est prêt à aller...Inquiètant, oui...acceptable ? Non. Le droit à la liberté d'expression est encadrée, le droit à manifester aussi. Car si on y prends garde, ces mouvements deviennent presque légitimes, car très médiatisés, banalisés comme s'il s'agissait d'une simple manif contre une loi...Cela va au delà de ça, et si on accepte la violence, les propos homophobes, les menaces "sanguines", jusqu'où va t on aller ? Quelle sera la prochaine étape franchie ? Le fait d'accepter le déroulement de ces manifestations ne renforce t il pas les préjugés homophobes et cautionnent les agressions homophobes ? Accepterions nous des manifestations racistes dans nos villes sous pretexte de liberté d'expression, de démocratie si on en venait à promulguer le vote aux étrangers ?
Pour en revenir à Civitas, une chose est sûre : leur mouvement intégriste a été largement "relancé" suite à l'ultra médiatisation dont ils ont bénéficié. En résumé, on les finance, on accepte leurs prières de rue, on accepte leur violences, c'est plus que d' accepter leur existence, c'est les faire exister.


Civitas, GUD and co : la France en danger ?

Groupe d'Union Défense ( GUD)

Le Gud à Nancy
Le Gud à Nancy
"Le Groupe union défense (plus connu sous l'acronyme Gud) est une organisation étudiante française d'extrême droite réputée pour son activisme, (...)Le GUD a été créé en décembre 1968 à l'université Paris II Panthéon Assas sous le nom de Union Droit, puis Groupe union Droit, par d'anciens militants d'Occident (...) Le GUD s'est affirmé durant ses premières années d'existence comme le principal pôle militant de l'extrême droite en France (et même pratiquement le seul en 1969). Par la suite, avec l'apparition de mouvements nationalistes structurés tels que Ordre nouveau, il tiendra une place de plus en plus marginale, à plus forte raison avec l'émergence comme force électorale du Front national dans les années 1980."
Wikipédia

Ce groupe national est implanté sur tout le territoire national et est de plus en plus actif en Lorraine ces derniers temps, pourtant tombé quasi dans l'oubli depuis les années 80 où ils étaient très actifs. Il est vrai que depuis la crise, la montée du FN et de son populisme stratégique qui veut que les crises économiques et sociales soient un terrain très favorable à leur ascension, comme ce le fut dans les années 20/30, on pouvait s'attendre à la renaissance de ces groupes extrêmistes. Pourtant, une telle propagande, le fait qu'ils distribuent des tracts à des élèves mineurs, qu'ils collent leurs affiches sur les murs des Facs lorraines, tranquillement, sans en être inquietés, ne fera qu'à mon avis les conforter dans leur toute puissance et encore une fois banaliser cette idéologie, la légitimer. Devons nous laisser faire ? Nous dire qu'ils ont le droit de "s'exprimer" ? Mais ce n'est de l'opinion, c'est du néo nazisme, quand allons nous ouvir les yeux ? Agir ? Certaines affiches du front national ont été, à juste titre, interdites. Devons nous accepter celle ci dessous qui est un appel clair à la violence contre les homosexuels ? Liberté d'expression ou incitation à la haine ?


Affiche GUD
Affiche GUD


Civitas, GUD and co : la France en danger ?
Beaucoup de groupes de ce type sont nés ces derrières années, récemment. Afin de mesurer l'ampleur du phénomène, il suffit de regarder cette image représentant les différents groupes nationalistes en France, en 2013.
Il n'y a plus qu'à souhaiter que les élus français réagissent ensemble pour empêcher la montée de l'extrêmisme en France. Et cela avant 2017.
www.franceinfo.fr/..

Portrait de Civitas, entre coups d'éclat et intégrisme en ligne

Ses accointances politiques

Alain Escada n'aime manifestement pas évoquer ses liens avec l'extrême droite radicale. Est-il proche du GUD, le Groupe Union Défense, connu pour ses actions ultra-violentes et à qui on prête l'agression des Femen dimanche ?  "Affirmation typiquement ridicule", tranche-t-il posément. Pourtant, des membres du GUD comptent toujours parmi les acteurs des coups d'éclat de Civitas.

Civitas est-il "lefebvriste" du nom de Mgr Lefebvre, fondateur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X ?  "On n'a pas besoin de gourou", s'agace-t-il. Dans Slate cependant, Christian Terras, le rédacteur de chef de la revue catholique de gauche Golias, avance que "Civitas tient ses ordres de la fraternité intégriste Saint-Pie-X. Alain Escada n'est qu'un porte-parole". 

En outre, "ses liens avec le FN sont très compliqués, selon Marie-Cécile Naves, faits d'inimitiés personnelles". Quant à d'éventuelles relations ou sympathies avec la classe politique, le président de Civitas reste évasif. La revue Golias vient de publier pourtant un ouvrage intitulé Mariage Gay : la croix et la bannière, qui insiste sur la parenté -au moins rhétorique- entre Civitas et une certaine droite classique, incarnée notamment par la Droite Populaire, courant de l'UMP.

Objectif  : les municipales de 2014

Parmi ses 1.250 adhérents revendiqués, Civitas en tout cas affirme qu'une vingtaine sont des élus locaux, indépendants ou appartenant à "l'éventail de la droite, de l'UMP au FN", précise Alain Escada sans plus de détail. Mais l'organisation entend bien aller plus loin, pour atteindre les 300 élus en 2014, et recréer ainsi des "îlots de chrétienté"...

L'objectif est affiché, voire revendiqué, mais l'Institut avance paradoxalement avec une certaine discrétion, favorisant "l'implantation dans les petites communes, où il est possible de se présenter sans étiquette". Pas question d'imprimer des bulletins siglés Civitas. Ces élus ne sont que des "mandataires" de la cause. Mais la machine est en marche : l'Institut organise déjà des réunions de travail pour former les futurs candidats et leur enseigner "les ficelles".

Civitas "essaie d'essaimer par capillarité, analyse le politologue Jean-Yves Camus, d'influer, via ces candidats, sur la société".  La sociologue Marie-Cécile Naves pourtant souligne l'ambigüité de cette démarche : "Comment entrer dans le jeu démocratique quand on est profondément anti-républicain ?", interroge-t-elle. 

Un lobby particulièrement efficace sur le web

Pour la sociologue et blogueuse, si l'influence de Civitas demeure limitée sur le terrain, dans la rue, elle est redoutable sur internet. "Ce mouvement, explique-t-elle, comme d'autres groupes d'extrême droite, a fait du web son terrain de jeu, d'expression, en investissant les réseaux sociaux, les forums, les blogs et les commentaires d'articles sur les sites d'information".

Un phénomène mesuré également par Matthieu Ponzio et Guilhem Fouetillou dans Politicosphère, leur blog d'observation du web politique. Selon eux, l'extrême droite monopolise le débat en ligne sur le mariage pour tous : deux tiers des posts sur la question lui reviennent. Et Civitas n'est pas en reste, avec son site France jeunesse Civitas. Ces publications, mais plus encore ces commentaires radicaux, virulents, parfois hors-la-loi, qui émaillent les débats en ligne, ont eux une influence très inquiétante, pour Marie-Cécile Naves, car ils contribuent à banaliser les idées d'extrême droite. 

>>> Lire notre article Les appels à la dissolution de Civitas se multiplient



Les faits d'armes de Civitas

Si l'organisation était presque inconnue avant 2011, elle multiplie depuis un an les coups d'éclat. L'oeuvre d'Alain Escada ? Dans Le Figaro en décembre 2011, il explique avoir été nommé pour apporter au mouvement "vigueur et visibilité". C'est même ce qui fait la spécificité de ce mouvement, sa présence médiatique. 
Rappel de ces coups qui ont défrayé la chronique :



Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:06

 

nous retrouvons  le nom du général de Plélan le petit qui a réalisé le plan de sauvegarde communal.

Le nom de cette personne est lisible dans différents articles pour ce qui concerne l'activité de l'institut civitas sous le thème "religion"

 

 

Manifestation contre le mariage pour tous du 13 janvier 2013 ...

www.millebabords.org/spip.php?article22443

 

REFLEXes (Site d’information antifasciste)
+ Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Manifestation contre le mariage pour tous du 13 janvier 2013, ambiance Travail, Famille, Patrie.

Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Le mélange des genres est au rendez-vous !

10 janvier 2013

http://reflexes.samizdat.net/spip.php ?article490

« La manif pour tous » du 13 janvier 2013 à Paris, qui se présente comme la mobilisation de tous les opposants au mariage homosexuel, s’annonce comme un beau bordel

3 points de départ différents, une multitude d’associations plus ou moins fantômes soutenant le projet, la droite parlementaire qui apporte son soutien sans mobiliser, une direction du FN qui, sous fond de guerre interne, se prend les pieds dans le tapis niveau communication sur le sujet, soit autant d’éléments qui vont permettre à l’extrême droite radicale de sortir se pavaner dans les rues en toute tranquillité .

Les militants et sympathisants d’extrême droite ont pour l’instant ciblé deux des trois points de départs officiels de la manif :

Porte Maillot
On devrait retrouver sur place le FN et le FNJ, mais également le Bloc Identitaire ainsi que sa section jeune Génération Identitaire, dont l’antenne parisienne, le Projet Apache a déplacé son hommage à Sainte-Geneviève, traditionnellement le premier dimanche de janvier, au samedi 12 janvier, sans doute pour profiter de la monté des militants de province pour la manif du lendemain. D’autres petits groupes nationalistes comme l’Action Française devraient également être au départ de la Porte Maillot.

Place d’Italie
Le 13ème arrondissement de la capitale de son côté va concentrer un maximum de radicaux, puisqu’à l’appel de Civitas, ils formeront un quatrième cortège, se regroupant rue Pinel, en marge du départ du cortège de la place d’Italie. A leur côté le MNR, la NDP, Le Renouveau Français, le Parti de la France et même le Cercle National des Combattants (CNC) de Roger Holeindre [1] ont annoncé leur présence. Les Jeunesses Nationalistes et l’œuvre Française, dont les locaux sont situés à proximité du point de départ de ce cortège, seront également de la partie. Une nouvelle fois le SO devrait leur être confié [2] . D’autres groupes tels que le Réseau Identité (les anciens du Bloc Identitaire, emmenés par le clan Roudier et Bouchu) seront également au rendez-vous de la rue Pinel, même si ils n’ont pas annoncé publiquement leur participation à cette mobilisation ainsi comme Troisième Voie, sans doute bien occupé par la préparation de sa manifestation contre l’Impérialisme à Paris le 2 février. Le groupe belge Nation fera sans doute le déplacement, puisqu’on a régulièrement aperçu ses membres autour des mobilisations touchant l’extrême droite catholique ces dernières années, et que son leader Hervé Van Leathem est un très proche du président de Civitas Alain Escada [3]

Jusque-là tout semble être dans la logique des choses, que l’extrême droite se mobilise autour de sujets très fédérateurs chez eux (la famille, le mariage …). Mais en y regardant de plus près, on découvre certains éléments passés sous silence assez surprenant.

« Tous en ordre de bataille ! »

Prenons par exemple l’un des conseillers du comité de pilotage de la "manif pour tous", Bruno Dary. Ce général, ancien gouverneur militaire de Paris, en fonction jusqu’à l’été dernier a été approché par les organisateurs de la manif pour s’appuyer sur son expérience dans l’organisation de défilé (dont celui du 14 juillet) et ses contacts avec la préfecture de police de paris.

Si l’on regarde du côté de l’extrême droite, on trouve l’abbé Denis Puga, un très proche de Civitas puisque officiant à St-Nicolas du Chardonnet aux côtés de l’Abbé Beauvais, l’abbé aux rangers [4], et dont le frère n’est autre que l’actuel chef d’état-major de Hollande (nommé sous Sarkozy, et maintenu par le nouveau pouvoir), le Général Benoît Puga [5] !

Or il se trouve que ces 2 hommes, le général Dary et le général Duga se connaissent très bien, et depuis fort longtemps. Tout deux sont en effet passés par le 2ème REP (Régiment Etranger de Parachutistes) [6], et sauteront ensemble sur Kolwesi en 1978 [7]. On peut penser que cela doit rapprocher deux hommes de cette trempe !! Si on doutait encore de leur proximité, le discours d’adieu (aux armes) du général Dary du 16 juillet dernier nous rappellera que c’est ensemble qu’ils ont accueilli le Président Sarkozy pour le défilé du 14 juillet, l’un en tant que Chef d’état major des Armées, l’autre en tant que Gouverneur Militaire de Paris.

Si on rajoute à cela quelques personnalités tels que Dominique Chrissement, général (CR) ancien chef d’état major de la zone de défense d’Ile-de-France et ancien secrétaire général de Civitas [8], ou encore l’Amiral François de Penfentenyo ancien président de Civitas (laissant la place à Alain Escada en mai 2012 tout en restant aujourd’hui son président d’honneur), cela fait tout de même beaucoup officiers de très haut rang (parmi les plus importants) autour de cette manif du 13, et dont l’un reste aujourd’hui, le général Puga, en fonction aux côtés de François Hollande !!

« Réunion secrète, plus pour longtemps !! »

Dans un registre un peu différent, mais très instructif aussi, le site Fafwatch a récemment mis en ligne des documents mettant en évidence le travail souterrain effectué par Civitas ces derniers mois dans différentes milieux politiques, en amont de la manifestation du 13 janvier, pour tenter d’élargir ses contacts et soutiens politiques. Le point d’orgue de cette stratégie étant la réunion qui se serait déroulée du 2 au 4 novembre 2012, sur le thème de « l’engagement chrétien en politique ».

Parmi les têtes d’affiche présentes on retrouve Bruno Gollnisch, l’égérie médiatique de « La Manif pour tous » Frigide Barjot (compagne de Basile de Kock, membre du GUD dans les années 70, et qui prêta sa plume entre autre à Charles Pasqua), Bernard Antony, Jacques Bompard (qui continue de cultiver ses réseaux dans les différentes chapelles nationalistes), mais également Christian Vanneste, toujours dans les bons coups, ou d’autres moins connus tels que Sébastien Tréjo [9], Axel de Boer [10], Jean-Pierre Maugendre de Renaissance Catholique, Michel de Poncins des Cercles Renaissance.... Beaucoup plus surprenante sera la participation de personnalités de la droite parlementaire (participation très certainement liée à l’aspect « confidentielle » de cette réunion), comme Laurent Wauquiez, François Rochebloine, Xavier Lemoine, Elisabeth Monfort, et même d’hommes politiques de « gauche » comme Bernard Poignant. Ce dernier, maire PS de Quimper et opposant au mariage pour tous, serait selon le journal Le Monde un « vieux copain d’Hollande » [11]) !! Avec de tels amis, et un chef d’état major tel que celui présenté plus haut, pas de doute Hollande est bien entouré pour faire passer ce projet de loi !!!

Paris, le 10 janvier 2013

[1] c’était bien là la moindre des choses de la part d’un homme d’honneur tel que Popeye (surnom de Roger Holeindre), puisque Alain Escada était présent et interviendra au rassemblement organisé par le CNC en l’honneur de l’armée d’Algérie le 30 juin dernier. Cette manif qui rassembla un bon millier de nostalgiques de l’Algérie française (pas tous en grande forme il est vrai !) était appelée par le « Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français » nouvellement créé et qui regroupe les plus grosses associations « algérianistes » tels que l’Adimad de Jean-François Collin, Jeune Pied-Noir de Bernard Coll, France-Résistance de Pierre Descaves, et bien sur le CNC de Roger Holeindre (qui confirme là qu’il est bien parti du FN avec son association d’anciens combattants, privilège très certainement dû à ses bonnes relations avec l’ancien président du FN)

Alain Escada durant son inervention, photo tirée du site de France Jeunesse Civitas

[2] Déjà présent le 18 novembre dernier pour cela, ils ne seront pas les derniers à se jeter sur les Femen lors de leur happening fort culotté (si l’on peut dire) il faut l’avouer. En effet sur les différentes vidéos et photos diffusés par la presse on pouvait reconnaitre certains militants des JN ou de l’OF à l’action, mais pas seulement puisque l’on reconnaissait aussi des militants FN (le fameux « Bounty » du FN-93), du RF, du Gud et même des fantomatiques JLC (tels que Tony B.), tout le monde voulant mettre la main à la pâte ! Le plus drôle dans cette affaire reste la dénonciation par certains d’une manipulation de la police, ayant vu sur certaines photos un des agresseurs donnant un coup de pied à une des militantes féministes et qui portait un brassard orange comme ceux de la police, créant là l’embarras chez les JN puisque eux ne s’y tromperont pas, il s’agissait en réalité d’un de leurs militants (FXG pour ne pas le nommer). Finalement ce seront 5 personnes qui se retrouveront en garde-à-vue à peine 10 jours plus tard et seront placés sous contrôle judiciaire. Ils sont défendus par Frédéric Pichon.

[3] il participa à la revue lancée par Alain Escada dans les années 90 « Polémique-Info » (voir http://www.resistances.be/nation02.html) et plus récemment, en 2005, A. Escada apportera son soutien à l’initiative « Identitaires de Wallonie-Bruxelles » d’Hervé Van Leathem (http://www.resistances.be/nsolidarisme06.html)

[4] Il fera son service au 6éme RPIMA (qui n’est pas vraiment n’importe quelle unité). En avril 2010 le caméraman du journaliste John Paul Lepers de la Télé Libre aura la chance de voir les rangers de l’abbé de très très près après avoir été mis au sol par ce dernier alors qu’il filmait devant St-Nicolas du Chardonnet. Plus récemment il fera parti des personnes qui feront courir les Femen lors de la manif Civitas, on le voit fort bien sur certaines vidéos

[5] Benoit Puga avant d’être chef d’Etat Major était à la tête de la DRM (Direction du Renseignement Militaire, une des composantes de la « Communauté française du renseignement » au même titre que la DGSE, la DPSD ou la DCRI). La presse d’extrême droite avait d’ailleurs salué cette nomination à l’époque, notamment Nations Presse qui le présente alors comme un fervent catholique

A lire avec liens et documents sur :
http://rebellyon.info/Le-seminaire-...

 

 

La vraie blessure

www.koztoujours.fr


Président de Civitas, Alain Escada, ancien dirigeant d’une revue dont la justice belge a jugé qu’ »il est avéré [qu'elle] a accueilli des articles pro-nazis » ou « en l’honneur d’antisémites notoires » clic..  (texte du jugement).

 

retrouvez Alain Escada dans plusieurs autres articles au thème religion..à Rennes, à Lanvallay etc...


  manifestation de novembre 2012

 

 

Manif pour tous : Civitas manifeste à l'écart - 13/01/13 à 12h00 Les Scouts d'Europe annulent leurs activités du 13 ... - Le Salon Beige

lesalonbeige.blogs.com/..



06 décembre 2012

Les Scouts d'Europe annulent leurs activités du 13 janvier pour gonfler les rangs de la manif

Reçu par mail cet extrait de la circulaire des Scouts d'Europe : 

"Devant la gravité de la situation, nous avons demandé que les dates ou horaires des activités prévues le dimanche 13 janvier 2013 - jour de la manifestation nationale - soient modifiés ou si besoin reprogrammés afin que les familles puissent être libérées de toutes contraintes et les aînés libres de témoigner de leurs convictions intimes".

Manif anti-mariage du 13: la puissance des réseaux cathos

«À elle seule, la manif va coûter un million d’euros», confie un organisateur.

 

LE RENDEZ-VOUS DES CATHOS

les vrais organisateurs de la «Manif pour tous» affichent un profil très marqué. Son président, Guillaume de Premare, créateur du blog Urgence Com” Catho, est une sorte de lobbyiste  qui intervient auprès des médias pour les aider à décrypter le discours.

Comme Le Canard enchaîné l’a révélé, «les autres postes d’administrateurs» de la «Manif pour Tous» «sont occupés par des anciens des scouts d’Europe et des rassemblements traditionalistes», comme la comtesse Ludovine de la Rochère, responsable de la très pieuse fondation Jérôme Lejeune (anti-avortement)».

 

Une manifestante de Civitas, dimanche à Paris.

Une manifestante de Civitas, dimanche à Paris. © Kenzo Tribouillard / AFP
"Le mariage homosexuel est contre nature, le mariage a toujours été communément admis comme l'union d'un homme et d'une femme, la seule possibilité de féconder et ainsi de participer à la pérennisation de la société, le reste n'est qu'artifice, n'est que mensonge", a-t-il dit. "C'est la boîte de Pandore, l'ouverture au mariage homosexuel, c'est la transformation radicale de l'institution du mariage qui ouvre demain la voie directe au mariage polygame et au mariage incestueux", a-t-il continué.

"Le mariage, c'est sacré"

De nombreux drapeaux français ou portant le symbole de Civitas, un coeur surmonté d'une croix, étaient agités par les manifestants qui piétinaient dans le froid. "Le mariage, c'est sacré", affirmaient de nombreuses pancartes tandis que certains portaient des écussons "Espoir et salut pour la France". Des membres du Parti pour la France, de l'Alliance royale et un groupe d'identitaires des Jeunesses nationalistes accompagnés par Yvan Benedetti, ancien cadre du FN et cadre de l'Oeuvre française, étaient présents.

"Qu’ils fassent ce qu’ils veulent de leur cul"

Alors que Civitas investit la rue des Gobelins, Catherine Blein, 66 ans, ex-présidente de l’association "Nationalité, citoyenneté, identité" (NCI), créée pour "lutter contre l’islamisation de la France", s’accorde une pause café au comptoir. Partie de Bretagne en car à 5 heures du matin, elle ne cache pas son agacement : "On nous a laissé poireauter 2h30 dans le froid, avec des enfants, on se moque de nous". Imperméable, chapeau assorti et petite lunettes, elle refuse de dire à qui elle a donné sa voix en mai dernier. Puis se rétracte : "Marine, puis Nicolas Sarkozy". Pourquoi défiler dans les rangs de Civitas ? "Nous, on est plus traditionalistes". Et Frigide Barjot, la "bobo de droite", en reprend pour son grade : "Elle emploie le vocabulaire de la gauche pour parler de l’homophobie".

Les homos ? "Ils sont seulement 2% de la population, qu’ils fassent ce qu’ils veulent de leur cul, mais vous allez pas me dire que c’est naturel d’être homosexuel, c’est contre-nature". D’un air entendu, elle ajoute : "Je suis convaincue qu’ils souffrent du fait de ne pas être hétérosexuels".

Audrey Salor – Le Nouvel Observateur

 

 



 

 

 

le 30 janvier 2013 devant l'assemblée nationale, clic sur la vidéo à suivre

Mariage pour tous : à genoux, les intégristes ...

video.fr.msn.comNouveautéil y a 2 heures

Manif homophobe de dimanche 13 janvier, organisée par CIVITAS.

Dans cette vidéo : des spécimens du GUD Lyon et des Jeunesses Nationalistes avec quelques toulousains.
Les ANGES de CIVITAS
www.youtube.com
Les militants de CIVITAS accompagnant Mr Escada lors de la manifestation contre le mariage pour tous

  suivre l'activité de Civitas de notre concitoyen sous le thème "religion " ou

 

" plan de sauvegarde " et  "scout " pour ceux "d'Europe" en activité locale

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif