11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:00

le 8 novembre 2011 au journal télévisé de France 3 Bretagne, Dominique Chrissement intervient au nom de Civitas ouest: est ce un citoyen de Plélan le Petit? cf le thème "plan de sauvegarde" sur ce blog

regarder l'émission

 

 

Archive intervention de Dominique Chrissement pour Civitas

Le Tchat Info, c'est du lundi au vendredi sur France3 Bretagne après le journal et aussi en direct sur internet.

Merci de votre fidélité !

religion: peut-on tout se permettre?

Une pièce de théâtre défrayant la chronique, des locaux d'un journal incendiés, reposent la question des extrêmes...

La question des extrêmes en religion est à nouveau posée à travers l'actualité. Quels sont les actes que la foi, qui déplace les montagnes, nous autorisent? Jusqu'où aller pour défendre ses idées? Aidez-nous à y réfléchir...

Le Tchat Info,

c'est votre nouveau rendez-vous sur France 3 Bretagne!

Chaque soir, juste après votre journal régional, retrouvons-nous en direct pour aborder une question d'actualité.

Un reportage, un invité, un Tour du Web en images et surtout vos réactions !

Voici les questions abordées cette semaine :

Mardi 8 novembre: Religion: peut-on tout se permettre ?

 

clic pour regarder la vidéo Miro Guide - Podcast Directory

 


  est ce la même personne?

candidat aux électionsmunicipales de St Malo en 2014

Catherine Giraud-Petit sera deuxième sur la liste Front national menée par Jean-Louis Robin pour les prochaines municipales à Saint-Malo.

Jean-Louis Robin a trouvé celle qui prendra sa suite sur la liste. Une personne plutôt connue des Malouins puisqu’il s’agit de Catherine Giraud-Petit, l’ancienne directrice des affaires culturelles à la Ville de Saint-Malo. Il pourra aussi compter tout de suite sur Henri Huët, responsable du Front National pour Saint-Malo et sa région, et Dominique Chrissement, ancien militaire, qui s’occupera davantage de la partie communication.

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 12:01

Il était directeur depuis 4 années

Il était celui que l'on remerciait,  " le capitaine qui maîtrisait le bateau", celui qui en octobre 2012 présentait au conseil communautaire les travaux d'extension de la résidence pour une fin de "chantier" en 2014

En avril 2013, représentant de l'EHPAD de Plélan le Petit il était devenu secrétaire membre du conseil d'administration de RAMMSES ( échanges, réflexion, actions, mutualisation médico-sociale et les établissements sanitaires)

 

AVANT DE PRENDRE UN POSTE DE DIRECTEUR ....DANS LE MORBIHAN?

Ehpad Les Blés d'or Morbihan

Guilliers - 31 Octobre 2013 ouest France

Yves Guézou, a assuré la direction de l'établissement d'hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) d'août 2012 à octobre 2013. Originaire de Paimpol, il est parti pour raisons personnelles et familiales, saisissant une opportunité pour se rapprocher de chez lui. « Les fonctionnaires, sont régulièrement en mouvement car il est normal qu'ils évoluent dans leur carrière, souligne Michèle Urien, maire et présidente du centre communal d'action sociale (CCAS). Pour le remplacer, nous nous sommes adressés au centre de gestion de la fonction publique territoriale et nous avons recruté Laurent Pruel, originaire de Riantec. Avant de prendre ce poste, il a dirigé pendant quatre ans un Ehpad à Plélan-le-Petit. » source Changement de direction à l'Ehpad Les Blés d'or - Ouest-France

 

 

pour mémoire concernant l'ancien directeur

selon nos sources, il était intervenu à Lamballe comme contrôleur de gestion dans l'entreprise où travaille le président de la communauté de communes

Focus sur le métier de Contrôleur de gestion, Laurent Pruel
Read more at http://www.peekyou.com/_pruel#6W88yUTJKMiqfkkc.99

Le métier de Contrôleur de gestion

www.smbg.fr/_pdf/fiches_18.pdf?SMBGStuds...

Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat -

 

Focus sur le métier de Contrôleur de gestion, Laurent Pruel...Contrôleur de gestion dans une coopérative agricole, j'apporte par le biais d'analyses des informations financières et comptable...

 

Extait de son parcours à Plélan

Focus sur le métier de Contrôleur de gestion, Laurent Pruel
Read more at http://www.peekyou.com/_pruel#6W88yUTJKMiqfkkc.99
Focus sur le métier de Contrôleur de gestion, Laurent Pruel
Read more at http://www.peekyou.com/_pruel#6W88yUTJKMiqfkkc.99


http://www.letelegramme.fr/ar/imgproxy.php/PhotoIntuitions/2011/12/20/1541257_11161980-repasnoeldeepha-20111220-b147a.jpg?article=20111220-1001541257&aaaammjj=20111220

20 décembre 2011 ouest France

 

Vendredi midi, les résidants de l'Ephad ont partagé le repas de Noël pour la première fois dans la grande salle de «L'Embarcadère». Une première pour l'équipe encadrante, Claudine, animatrice, les cuisiniers et tout le personnel ont mis tout en oeuvre pour faire passer un moment agréable au 120 résidants et à leur famille. Au programme: une jolie table, un petit festin, de la musique avec le groupe Plaisir de la danse, et un diaporama sur les activités manuelles, sportives et culturelles de l'année, proposées au résidants. Pierrick Sorgniard, président de la communauté de commune, a accueilli avec joie et humour les invités au repas de Noël. Il en a profité pour remercier tout le personnel et les bénévoles qui oeuvrent chaque jour auprès des résidants, afin de leur rendre la vie paisible et agréable.

Des résidants sportifs

«Cette année, nous avons augmenté le temps sportif de nos résidants, au point que l'on se demande si on ne va pas monter une équipe de basketteurs», ajoute-t-il avec humour. «Je remercie la direction, car si la résidence à la cote, c'est parce que le capitaine Laurent Pruel maîtrise le bateau, qui aujourd'hui, pour la joie de nos résidants, a fait escale à "L'Embarcadère".»

 

 

Vingt mois de travaux pour l'extension de la résidence Les Chênes

  12 Octobre 2012 ouest France

Au conseil communautaire, Laurent Pruel, directeur de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Les Chênes a présenté les travaux d'extension de la résidence.

Début des travaux le 1er décembre

Le chantier débutera le 1er décembre. L'ensemble des appels d'offres est bouclé. La première réunion de chantier aura lieu le 6 novembre. Les travaux dureront vingt mois. Alain Besnard, vice-président en charge du dossier de la résidence, a expliqué que les résidants seront déplacés au sein de l'établissement.

Une extension de 20 lits

Une extension est prévue pour vingt lits dans une unité Alzheimer. C'est par cette extension que le chantier va démarrer, puis par la buanderie. Lorsque l'extension sera terminée, le transfert d'un étage complet de résidants y sera effectué afin de pouvoir réaliser des travaux d'aménagement sur ce même étage. L'autre étage sera également concerné par des travaux. D'autres résidants devront à leur tour « déménager ».

Une fête pour les 20 ans

Trois élus ont été désignés pour assister aux réunions de chantier, il s'agit de Marcel Cochard, Bernard Fairier et Alain Besnard. La résidence a 20 ans depuis le 1er mars. Cet événement sera fêté le 14 décembre, lors du repas de Noël avec les résidants, leurs familles, le personnel et les élus.

Une nouvelle organisation

Conformément à la Loi 2002-2, une nouvelle organisation doit être repensée pour les cinq ans. Les enjeux : revoir les moyens de l'Agence régionale de santé (ARS) pour la partie soins et du conseil général pour la dépendance et déterminer les états pathologiques des résidants.

Davantage de qualité

Les objectifs au travers de la refonte du projet d'établissement sont d'améliorer la qualité de vie des résidants, des soins, des espaces, de la sécurité et de la gestion des risques, des valeurs de la résidence ou encore du règlement intérieur et de fonctionnement. Le but est aussi d'assurer une complémentarité avec d'autres établissements en mutualisant les moyens. Le conseil a d'ailleurs opté pour l'adhésion à l'association Rammses visant à mettre en commun des moyens avec d'autres établissements.

 

 

Le réseau Rammses continue de se renforcer

23 avril 2013


l'assemblée générale de l'association Rammses a eu lieu. Rammses ? Point de projet de pyramide dans la commune, mais des échanges concernant la réflexion, les actions, la mutualisation médico-sociale et les établissements sanitaires

Au cours de la dernière réunion, mardi, le conseil d'administration en place depuis un an, a été réélu. Il se compose ainsi : présidente, Françoise Trémel (Ehpad Pleudihen) ; vice-présidente, Marie-Annick Mauffrais (présidente du centre communal d'action sociale d'Évran) ; secrétaire, Laurent Pruel (Ehpad de Plélan-le-Petit) ; secrétaire adjoint, Richard Petit (président du CCAS de Matignon) ; trésorier, Michel Carré (conseiller aux affaires sociales à Lanvallay) ; trésorière adjointe, Chantal Bouloux (Ehpad de Pleslin-Trigavou).

null

 

 

Laurent Pruel qui nest plus en poste au 1er janvier 2013..

Nous sommes surpris du "départ" du directeur alors que les travaux d'extension sont en cours

 

 

Bientôt 20 nouveaux logements et la rénovation complète - Plélan-le-Petit


10 ans, c'est à peu près le temps qu'il aura fallu entre les premières discussions de 2002 et les premiers travaux d'une extension de la résidence. Ceux-ci devraient débuter au mois de septembre sur le côté nord-ouest et ne s'achèveront que fin 2014, « dans le meilleur des cas », indique le directeur Laurent Pruel.

L'extension portera sur une surface de 540 m 2 au sol sur deux étages, avec la création principalement de 20 logements d'environ 25 m 2 , dont 10 pour des malades d'Alzheimer, « dans une configuration architecturale un peu différente de l'existant ».

64 places

Côtes-d'Armor Habitat, propriétaire de la résidence, est le maître d'ouvrage et récupérera l'annexe de la rue de la Vallée, qui aura une nouvelle affectation. Le nombre total de places sera ainsi porté à 64. L'estimatif du coût des travaux est de 2,3 millions d'euros hors taxes. « Entre le projet initial et actuel, le conseil général s'est désengagé de 200 000 €, il a fallu revoir la surface à la baisse. »

Avec cette extension, le bâtiment principal sera également rénové. « Les travaux seront un grand chamboulement pour tout le monde. Mais c'est une vraie volonté politique. La communauté de communes a profité de l'investissement de l'État dans les augmentations de surfaces, suite au plan Alzheimer, pour mener le projet d'extension, mais aussi pour répondre à davantage de demandes. »

Pour le moment, Laurent Pruel ne sait pas encore ce qu'il en sera du nouveau budget et du personnel supplémentaire. « J'ai peu de visibilité sur les augmentations de budgets, ça dépendra du conseil général et de l'ARS. Nous allons solliciter la labellisation pôle d'activité et de soins adaptés (Pasa) pour générer des financements spécifiques. »

L’extension de la résidence Les Chênes va durer presque deux ans

Plélan-le-Petit - 24 Janvier 2013
Michel Raffray, président de l’intercommunalité, en présence d’élus communautaires, de maires, de la conseillère générale, des résidents et du personnel, a adressé ses premiers vœux à la résidence Les Chênes.

Mercredi, s’est tenue la cérémonie des vœux de la nouvelle intercommunalité Plancoët-Plélan à la résidence Les Chênes, en présence d’élus, des résidents, du personnel et de quelques familles.

Alain Besnard, vice-président en charge de l’Ehpad, en a profité pour annoncer que « vingt nouveaux appartements seront construits cette année et début 2014, avant la mise aux normes de l’établissement. » Le temps de rénover le bâtiment existant, vieux de 20 ans, les deux étages seront alternativement transférés, temporairement. « Il faut faire en sorte que ces opérations s’achèvent au plus tôt, pour qu’il y ait le moins d’incidence possible sur les finances. » Objectif : terminer d’ici fin 2014 les travaux, qui ont déjà commencé avec du retard

 

 

Nous ne savons pas qui assume l'intérim en attente du rerutement d'un nouveau directeur. En 2012 et concernant le directeur adjoint nous savons que..

Roselyne Morin assure les astreintes aux Chênes

jeudi 12 juillet 2012


Roselyne Morin s'est vue confier par le conseil communautaire, les astreintes effectuées à l'Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) par Philippe Couliou.

Le directeur adjoint de la résidence Les chênes étant actuellement en arrêt de travail. Elle bénéficiera, par conséquent, de la prime d'astreinte durant cette absence.

 

Est ce la même personne qui effectue l'intérim du directeur en 2013?

  il semble que quelqu'un de sa famille travaille aux "ressources humaines/ recutement" à la communauté de communes?

 

un poste d'animateur en 2013

Animateur en EHPAD

  

Réduire   Synthèse de l'offre

CIAS PLANCOET PLELAN
33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

Rue des Chênes
22980 Plélan le Petit

14/10/2013

01/01/2014

08/11/2013

Emploi permanent

1

EHPAD Résidence les Chênes

Réduire   Détail de l'offre

Non

Animateur
Adjoint d'animation principal de 1ère classe
Adjoint d'animation principal de 2ème classe
Adjoint d'animation de 1ère classe
Adjoint d'animation de 2ème classe

Social

Autre



La Communauté de Communes de Plancoët Plélan (18 communes, 19 000 habitants, 150 agents) créée le 1er janvier 2013 suite à la fusion de deux EPCI recrute pour son EHPAD Résidence les Chênes à Plélan le Petit (établissement rattaché au CIAS, 34 agents, 48 lits avec une extension à 64 lits fin 2014), un animateur.

Sous l'autorité du Directeur de l'EHPAD, l'intéressé(e) sera chargé(e) d'assurer :
- La planification et l'organisation du projet d'animation visant à l'épanouissement, la sociabilisation et l'autonomie des résidents, en cohérence avec le projet d'établissement,
- La participation à l'élaboration du projet de vie individualisé en collaboration avec les infirmières,
- L'élaboration des programmes d'animation,
- Le développement et l'animation d'activités qui facilitent la communication, l'adaptation au changement et la mise en ouvre d'une vie sociale,
- L'application et le contrôle des règles de sécurité dans les activités,

- Brevet Professionnel ou Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport, (BPJEPS, DEJEPS) ou équivalent, Bac +2 dans le domaine de l'action sociale et/ou de l'animation,
- Connaissance de la prise en charge des personnes âgées,
- Patience, discrétion, diplomatie,
- Autonomie et aptitudes relationnelles,
- Disponibilité,
- Adapter ses modes de communication aux différents publics (résidents, familles),
- Travailler en équipe et en réseau,
- Savoir organiser et chiffrer un projet,
- Permis de conduire B

Complet

35h00

Pas de logement

Réduire   Contact

  candidature à adresser (lettre de motivation manuscrite et CV) par courrier postal à l'attention de Monsieur Le Président de la Communauté de Communes de Plancoët Plélan, Maison du Développement, 33 Rue de la Madeleine, 22130 PLANCOET, avant le 8 novembre 2013. Personne à contacter : Anne-Laure GROSMAITRE, responsable des Ressources Humaines rh@plancoetplelan.fr

rh@plancoetplelan.fr

02 96 89 41 09

 

annonce pour le poste de directeur en 2013 "nouveau profil"

Directeur de la direction des personnes agées

   

Réduire   Synthèse de l'offre

CIAS PLANCOET PLELAN
33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

11/09/2013

01/01/2014

11/10/2013

Emploi permanent

1

Réduire   Détail de l'offre

Non

Attaché
Attaché principal
Conseiller socio-éducatif

Social

Resp. d'étab. sociale ou médico-sociale



La Communauté de Communes de Plancoët Plélan (18 communes, 19 000 habitants, 150 agents) créée le 1er janvier 2013 suite à la fusion de deux EPCI recrute pour son CIAS un Directeur pour la direction des Personnes Agées.

Sous l'autorité du Directeur Général des Services et en tant que membre de l'équipe de Direction mutualisée entre l'EPCI et son CIAS, l'intéressé(e) sera chargé(e) d'assurer :
- une aide à la décision et le pilotage des projets visant à structurer la prise en charge des personnes âgées sur le territoire (fusion des deux services d'aides à domicile, intégration d'un nouvel établissement d'hébergement, mise en place d'un guichet unique, analyse des besoins en matière de portage de repas...)
- la Direction de l'EHPAD des Chênes situé à Plélan-le-Petit comprenant actuellement 48 lits et 34 agents. Dans le cadre de l'extension de l'établissement (64 lits en janvier 2015), le candidat recruté devra en adapter l'organisation
- l'encadrement, en lien avec le chef de service, du service d'aide à domicile (47 agents, 45 000 heures facturées)
- la Direction du CIAS en lien avec le Directeur Général de la Communauté de Communes

- Bac + 3 minimum dans le domaine sanitaire et social
- Détention d'un Certificat d'aptitude aux fonctions de Directeur d'Etablissement Social (CAFDES) ou Certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS) ou équivalent
- Solides capacités de management, d'organisation, de gestion et de pilotage de projets
- Autonomie et aptitudes relationnelles
- Maîtrise du cadre réglementaire de l'action sociale et en particulier dans le domaine de la prise en charge des personnes âgées dépendantes
- Maîtrise des règles budgétaires et comptables de la comptabilité publique (M22) et du statut de la Fonction Publique Territoriale.
- Maîtrise des outils informatiques (bureautique, applications-métiers)
- Disponibilité
- Permis de conduire B

Complet

35h00

Pas de logement

Réduire 

Annick Doyen prend ses fonctions à la tête de l'Ehpad

Plélan-le-Petit - 06 Février
Alain Besnard, vice-président de l'intercommunalité en charge de l'Ehpad Les Chênes, Annick Doyen, nouvelle directrice et Arnaud Lecourt, directeur général des services de l'intercommunalité Plancoët-Plélan.

Alain Besnard, vice-président de l'intercommunalité en charge de l'Ehpad Les Chênes, Annick Doyen, nouvelle directrice et Arnaud Lecourt, directeur général des services de l'intercommunalité Plancoët-Plélan.

 

C'est lundi qu'Annick Doyen a pris ses nouvelles fonctions de directrice à l'Ehpad Les Chênes (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Le dernier directeur, Laurent Pruel, est parti le 30 septembre dernier. Un recrutement avait été lancé par l'intercommunalité, pour pourvoir à la vacance du poste. Annick Doyen a postulé pour venir en Bretagne. Elle vient de la région Champagne, où elle dirigeait un Ehpad de 40 résidents dépendant d'un centre communal d'action sociale (CCAS), depuis 2010.

Âgée de 54 ans, cette infirmière cadre de santé a aussi exercé en libéral, dans la fonction publique territoriale et en milieu hospitalier. Annick est ravie d'arriver en Bretagne pour les activités de navigation qu'elle pratique. Elle a en charge 48 résidents. Elle souhaitait aussi « découvrir un autre fonctionnement et une autre politique de prise en charge, en Bretagne ». L'extension de la résidence qui deviendra EPA (établissement pour personnes âgées) en 2015, est en cours et déjà bien avancée. « Un premier déménagement temporaire aura lieu fin mai ou début juin, pour la moitié des résidents qui iront dans le nouveau bâtiment, le temps de rénover le bâtiment actuel. » La directrice va travailler en partenariat avec les centres intercommunaux d'action sociale (CIAS), le comité cantonal d'entraide, le comité intercantonal de soins... Son emploi du temps se situe à 80 % à l'Ehpad Les Chênes de Plélan-le-Petit et à 20 % au CIAS de Plancoët, avec en charge la coordination des personnes âgées. Le vice-président de l'intercommunalité, Alain Besnard, délégué à l'Ehpad, a souligné « une offre de soins assez importante et de qualité sur le territoire intercommunal, avec une volonté pour les services de soins et d'entraide de respecter le maintien à domicile des personnes qui souhaitent y terminer leur vie. »

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 12:00

14 Décembre 2012

 

14 jeunes du lycée Kersiam de Dinan ont assuré le service et l'animation, guidés par leurs professeurs Valérie Menoury et Corinne Brossier. Ils sont tous ici aux côtés du directeur de la résidence Laurent Pruel (à gauche)

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-article-detail/public/2013/09/29/la-residence-les-chenes-marque-son-20e-anniversaire.jpg

 

 

C'est officiellement le 1er mars 1992 que la résidence Les Chênes a ouvert ses portes à l'accueil de personnes âgées. Vendredi midi, le conseil communautaire avait décidé de marquer l'événement des 20 ans de l'établissement.

Tous les résidants, les familles, le personnel, les élus et tous ceux qui ont oeuvré à un moment ou à un autre étaient conviés à participer à l'anniversaire autour d'un repas de Noël à l'Embarcadère. L'équipe de cuisine avait délocalisé le travail pour l'occasion. Le service a été confié à 4 jeunes élèves de 2e année de CAP service agent polyvalent de restauration du lycée Kersiam de Dinan et l'animation à 10 jeunes de 1re année de baccalauréat professionnel ASSP (accompagnement soins services à la personne). Un bon moment de convivialité pour tous.

Ouvert le 1er mars

Le président de l'intercommunalité Pierrick Sorgniard a rappelé les différentes étapes qui ont marqué ces 20 ans. En 1982 tout d'abord, le SIVOM (syndicat intercommunal à vocation multiple) réfléchit déjà au foyer logements. En 1990 le SIVOM vend un terrain et une maison à l'Office des HLM des Côtes-d'Armor pour 300 000 F.

La maison d'accueil des personnes âgées sera construite pour 44 résidants, avec 13 agents. Le foyer logements ouvrira le 1er mars 1992. « Les préoccupations seront l'animation, le ménage et l'intendance, mais en 2002-2003, l'établissement établira une convention avec le comité de soins et d'entraide pour des interventions de plus en plus fréquentes chez les résidents ».

En 2006, le foyer devient EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) « Cela a entraîné des changements avec la médicalisation des soins, l'arrivée de personnel avec des compétences de santé et puis le personnel en place a dû s'adapter à une autre organisation. Objectif affirmé depuis le début : le bien-être du résident ». En janvier, vont débuter des travaux d'extension.

« Ce sont 20 résidants supplémentaires que nous pourrons accueillir dès 2015 si le planning des travaux est respecté. Pendant 2 ans, il y aura un chantier d'extension d'abord, puis de réhabilitation de l'existant. Toutes les précautions seront prises pour assurer la sécurité et minimiser la gêne ». Au 1er janvier, la fusion intercommunale avec Plancoët-Val-d'Arguenon interviendra. « Par ce fait, l'EHPAD sera abrité par le centre intercommunal d'action sociale (CIAS) de la future entité, ne modifiant en rien son fonctionnement dans les 2 à 3 prochaines années ».

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 11:59

Annick Doyen prend ses fonctions à la tête de l'Ehpad Plélan-le-Petit -

06 Février 2014

 


http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-article-detail/public/2014/02/08/annick-doyen-prend-ses-fonctions-la-tete-de-lehpad.jpg

Alain Besnard, vice-président de l'intercommunalité en charge de l'Ehpad Les Chênes, Annick Doyen, nouvelle directrice et Arnaud Lecourt, directeur général des services de l'intercommunalité Plancoët-Plélan

 

C'est lundi qu'Annick Doyen a pris ses nouvelles fonctions de directrice à l'Ehpad Les Chênes (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Le dernier directeur, Laurent Pruel, est parti le 30 septembre dernier. Un recrutement avait été lancé par l'intercommunalité, pour pourvoir à la vacance du poste. Annick Doyen a postulé pour venir en Bretagne. Elle vient de la région Champagne, où elle dirigeait un Ehpad de 40 résidents dépendant d'un centre communal d'action sociale (CCAS), depuis 2010.

Âgée de 54 ans, cette infirmière cadre de santé a aussi exercé en libéral, dans la fonction publique territoriale et en milieu hospitalier. Annick est ravie d'arriver en Bretagne pour les activités de navigation qu'elle pratique. Elle a en charge 48 résidents. Elle souhaitait aussi « découvrir un autre fonctionnement et une autre politique de prise en charge, en Bretagne ». L'extension de la résidence qui deviendra EPA (établissement pour personnes âgées) en 2015, est en cours et déjà bien avancée. « Un premier déménagement temporaire aura lieu fin mai ou début juin, pour la moitié des résidents qui iront dans le nouveau bâtiment, le temps de rénover le bâtiment actuel. » La directrice va travailler en partenariat avec les centres intercommunaux d'action sociale (CIAS), le comité cantonal d'entraide, le comité intercantonal de soins... Son emploi du temps se situe à 80 % à l'Ehpad Les Chênes de Plélan-le-Petit et à 20 % au CIAS de Plancoët, avec en charge la coordination des personnes âgées. Le vice-président de l'intercommunalité, Alain Besnard, délégué à l'Ehpad, a souligné « une offre de soins assez importante et de qualité sur le territoire intercommunal, avec une volonté pour les services de soins et d'entraide de respecter le maintien à domicile des personnes qui souhaitent y terminer leur vie. »

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 11:58

DIRECTEUR ADJOINT

Mai 2012: Selon "la rumeur" le poste d'adjoint au directeur serait à pourvoir prochainement..on ne sait à quel moment. Par contact "avancé" le président de la commuauté de communes aurait sollicité pour trouver candidat à ce poste, puis informer ensuite que le directeur de son côté faisait une démarche identique qui aurait "trouvé" preneur(se). Nous ne savons dans quelle méthode de recrutement ces démarches sont effectuées et si des entretiens d'embauches sont programmés

 

Roselyne Morin assure les astreintes aux Chênes

jeudi 12 juillet 2012


Roselyne Morin s'est vue confier par le conseil communautaire, les astreintes effectuées à l'Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) par Philippe Couliou.

Le directeur adjoint de la résidence Les chênes étant actuellement en arrêt de travail. Elle bénéficiera, par conséquent, de la prime d'astreinte durant cette absence.

le collectif s'interroge sur la notion d'astreinte, les personnels concernés et sur la situation précise dans le cadre de l'absence du directeur adjoint et  la rumeur de son "départ"

 

pour s'y retrouver dans les postes de travail?

Actualité quotidienne et thématique de Plélan-le-Petit du mercredi 29

www.ouest-france.fr/.../actuLocale_-_22180-avl-20120229_actuLoc...
29 févr. 2012 – Actualité quotidienne et thématique de Plélan-le-Petit du mercredi 29 février ... Laurent Pruel, 35 ans, est le directeur contractuel de l'Ehpad Les Chênes ...  

Les Chênes hébergent les anciens depuis les 20 ans , Plélan-le-Petit

www.ouest-france.fr/.../actuLocale_-Les-Chenes-hebergent-les-ancie...

29 févr. 2012 – Les Chênes hébergent les anciens depuis les 20 ans Plélan-le-Petit 29/02/2012 ... Au 1 er octobre 2006, le foyer-logements est devenu Ehpad ... en plus difficile de rester chez soi », note Philippe Couliou, directeur adjoint.

 

Offre d'emploi...en 2012

 

Détail de l'offre n°O02212082334

   

         

Directeur d'EHPAD

Réduire   Synthèse de l'offre

Communauté de communes du Pays de PLELAN
2 rue des Chênes
22980 PLELAN-LE-PETIT

rue des chênes
22980 Plelan-le-petit

23/08/2012

01/10/2012

20/09/2012

Emploi permanent

1

EHPAD - Résidence les Chênes

Attaché

Directeur de l'EHPAD, Résidence les Chênes

I. MISSIONS :

I-1 Activités principales

* Sous l'autorité du Président de la communauté de commune le Directeur de l'EHPAD est chargé de :

- la conduite du fonctionnement au quotidien de l'établissement et du Projet d'Etablissement incluant le respect de la charte des droits et libertés de la personne accueillie et de la charte des droits et libertés de la personne âgée
- conduire la conception la mise en place, le suivi, l'évaluation et l'adaptation du budget de l'établissement
- conseiller la gestion des ressources humaines du personnel,
- superviser l'application des normes de sécurité incendie, d'hygiène et sanitaire tant au niveau du bâtiment que dans les pratiques des services,
- conduire la coordination avec les institutions et les intervenants extérieurs.


I-2 Activités spécifiques

- Animation d'équipe pluridisciplinaire dans l'organisation du travail
- Instruction des projets d'évolution éventuelle au niveau architectural,
- Veille réglementaire et gérontologique
- Soutien relationnel avec les résidants et leur famille

Bac + 5
Expérience minimum de 3 ans de Direction d'EHPAD

- Définition et mise en oeuvre du projet d'établissement,
- Gestion et animation des ressources humaines,
- Gestion budgétaire, financière et comptable,
- Coordination avec les institutions et les intervenants extérieurs.

- Motivation pour le secteur gérontologique
- Sens de l'organisation et capacité d'initiative

- Goût pour le travail en équipe
- Maîtrise de soi, résistance au stress
- Intérêt pour un travail relationnel

Complet

35h00

Pas de logement

 

Constat: chaque année la communauté de communes recherche un directeur d'ehpad à la résidence des chênes pour un emploi permanent?

L'année passée il était question d'un emploi contractuel de 3 années pour quelqu'un ayant une expérience dans un poste similaire. Cette année la contractualisation n'est plus évoquée et une expérience de 3 années comme directeur d'EHPAD est demandée?

Question: pourquoi une offre d'emploi contractuelle de 3 années en 2011, et une nouvelle offre pour le même poste un an plus tard?( 2 années avant le terme du contrat en cours d'exécution)

offre empoi Détail de l'offre n°O02211080800

    

         

Directeur

Réduire   Synthèse de l'offre

Communauté de communes du Pays de PLELAN
2 rue des Chênes
22980 PLELAN-LE-PETIT

2 rue des Chênes
22980 PLELAN-LE-PETIT

16/08/2011

01/10/2011

13/09/2011

Emploi permanent

1

Résidence les Chênes EHPAD

Emploi de cat. A

Direction de l'EHPAD - contractuel 3 ans

Missions spécifiques : restructuration, suivi de l'extension de l'établissement et démarches

Bac +5
Expérience dans un poste similaire

Complet

35h00

Pas de logement

 

NB: le collectif sait que le directeur actuel a été contrôleur de gestion dans une coopérative agricole

Le métier de Contrôleur de gestion

www.smbg.fr/_pdf/fiches_18.pdf?SMBGStuds...

Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
Focus sur le métier de Contrôleur de gestion, Laurent Pruel...Contrôleur de gestion dans une coopérative agricole, j'apporte par le biais d'analyses des informations financières et comptable...

     

  nous savons, que pour être directeur...

 

Consultez nos offres d'emploi pour un poste de directeur de maison de retraite

inscrivez-vous
dans notre CVthèque

 

formation de
directeur de maison de retraite

Pour devenir directeur d'établissement :


1 . Du secteur public hospitalier :
Il faut obligatoirement passer par l'Ecole Nationale de la Santé Publique (ENSP).
Pour plus d'informations consultez le site de l'ENSP.

2. Du secteur public territorial :

Cela est possible soit:

  • En passant par la filière administrative en ayant réussi le concours de Rédacteur ou d'Attaché, secteur médico-social
  • En passant par la filière sociale en possédant un diplôme d'infirmier, d'assistant social ou de conseiller socio-éducatif
  • En se faisant recruter comme contractuel.

 

 

 

 

autre emploi 

Yvette, aux petits soins pour les résidants

mercredi 29 février 2012


Yvette Sorgniard a rejoint l'effectif du personnel salarié fin janvier 2011. Elle est aide-soignante à plein-temps et a une expérience en maisons d'accueil des personnes âgées depuis 1986. Elle accompagne les résidants dans leurs actes quotidiens de la vie (soins d'hygiène, de confort, d'aide à la marche, d'alimentation...). Elle travaille en collaboration avec les infirmières et en binôme avec un agent. Elle est surtout présente pour le lever et le coucher des résidents. « C'est là où il y a le plus de travail. »

Depuis un an, Yvette s'est bien adaptée. « Je suis plutôt sociable », reconnaît-elle. Elle travaillait auparavant dans une structure plus importante du Morbihan avec des résidants encore plus dépendants.

En octobre dernier, Yvette a passé un concours de la fonction publique territoriale qu'elle a obtenu avec succès. Le poste qu'elle occupe devient vacant au 1 er mars, elle va poser sa candidature.

le collectif constate une évolution de carrière satisfaisante et bien soutenue 

 

Le collectif espère un dialogue constructif et le respect  de la part de l'employeur et de  la direction lorsqu'il sera question d'évolution d'activité, de restructuration...
Le collectif souhaite de la méthode en matière de gestion des compétences, des emplois, de ressource humaine d'analyse de pratique, voir de gestion des conflits ( cf en fin d'article: réflexion du collectif )
FUSION intercommuautaire?
« Pour l'EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées) les Chênes, nous avons besoin de nous faire aider, car la politique de santé est un peu bousculé "

cgt.jpg

Le collectif est inquiet....privatisation pour atténuer les dépenses de fonctionnement, les restructurations...quelles conséquences pour les personnels, les usagers....
Nous pensons au centre de formation musical privé, aux sollicitations en direction de fondations privées pour financer l'école publique de Trébédan..pourquoi pas aussi du privé pour le foyer logement? Le collectif imagine que malheureusement tout semble possible!
Plélan-le-Petit mercredi 29 février 2012
C'est le nombre de salariés qui travaillent aux Chênes, soit 31,68 équivalents temps pleins. La résidence pour personnes âgées est un des employeurs importants du territoire communautaire.

2013

 

un poste d'animateur en 2013

Animateur en EHPAD

  

Réduire   Synthèse de l'offre

CIAS PLANCOET PLELAN
33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

Rue des Chênes
22980 Plélan le Petit

14/10/2013

01/01/2014

08/11/2013

Emploi permanent

1

EHPAD Résidence les Chênes

Réduire   Détail de l'offre

Non

Animateur
Adjoint d'animation principal de 1ère classe
Adjoint d'animation principal de 2ème classe
Adjoint d'animation de 1ère classe
Adjoint d'animation de 2ème classe

Social

Autre



La Communauté de Communes de Plancoët Plélan (18 communes, 19 000 habitants, 150 agents) créée le 1er janvier 2013 suite à la fusion de deux EPCI recrute pour son EHPAD Résidence les Chênes à Plélan le Petit (établissement rattaché au CIAS, 34 agents, 48 lits avec une extension à 64 lits fin 2014), un animateur.

Sous l'autorité du Directeur de l'EHPAD, l'intéressé(e) sera chargé(e) d'assurer :
- La planification et l'organisation du projet d'animation visant à l'épanouissement, la sociabilisation et l'autonomie des résidents, en cohérence avec le projet d'établissement,
- La participation à l'élaboration du projet de vie individualisé en collaboration avec les infirmières,
- L'élaboration des programmes d'animation,
- Le développement et l'animation d'activités qui facilitent la communication, l'adaptation au changement et la mise en ouvre d'une vie sociale,
- L'application et le contrôle des règles de sécurité dans les activités,

- Brevet Professionnel ou Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport, (BPJEPS, DEJEPS) ou équivalent, Bac +2 dans le domaine de l'action sociale et/ou de l'animation,
- Connaissance de la prise en charge des personnes âgées,
- Patience, discrétion, diplomatie,
- Autonomie et aptitudes relationnelles,
- Disponibilité,
- Adapter ses modes de communication aux différents publics (résidents, familles),
- Travailler en équipe et en réseau,
- Savoir organiser et chiffrer un projet,
- Permis de conduire B

Complet

35h00

Pas de logement

Réduire   Contact

Candidature à adresser (lettre de motivation manuscrite et CV) par courrier postal à l'attention de Monsieur Le Président de la Communauté de Communes de Plancoët Plélan, Maison du Développement, 33 Rue de la Madeleine, 22130 PLANCOET, avant le 8 novembre 2013. Personne à contacter : Anne-Laure GROSMAITRE, responsable des Ressources Humaines rh@plancoetplelan.fr

rh@plancoetplelan.fr

02 96 89 41 09

 

 

à nouveau une annonce pour le poste de directeur en 2013

Directeur de la direction des personnes agées

   

Réduire   Synthèse de l'offre

CIAS PLANCOET PLELAN
33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

33, rue de la madeleine bp71
22130 PLANCOET

11/09/2013

01/01/2014

11/10/2013

Emploi permanent

1

Réduire   Détail de l'offre

Non

Attaché
Attaché principal
Conseiller socio-éducatif

Social

Resp. d'étab. sociale ou médico-sociale



La Communauté de Communes de Plancoët Plélan (18 communes, 19 000 habitants, 150 agents) créée le 1er janvier 2013 suite à la fusion de deux EPCI recrute pour son CIAS un Directeur pour la direction des Personnes Agées.

Sous l'autorité du Directeur Général des Services et en tant que membre de l'équipe de Direction mutualisée entre l'EPCI et son CIAS, l'intéressé(e) sera chargé(e) d'assurer :
- une aide à la décision et le pilotage des projets visant à structurer la prise en charge des personnes âgées sur le territoire (fusion des deux services d'aides à domicile, intégration d'un nouvel établissement d'hébergement, mise en place d'un guichet unique, analyse des besoins en matière de portage de repas...)
- la Direction de l'EHPAD des Chênes situé à Plélan-le-Petit comprenant actuellement 48 lits et 34 agents. Dans le cadre de l'extension de l'établissement (64 lits en janvier 2015), le candidat recruté devra en adapter l'organisation
- l'encadrement, en lien avec le chef de service, du service d'aide à domicile (47 agents, 45 000 heures facturées)
- la Direction du CIAS en lien avec le Directeur Général de la Communauté de Communes

- Bac + 3 minimum dans le domaine sanitaire et social
- Détention d'un Certificat d'aptitude aux fonctions de Directeur d'Etablissement Social (CAFDES) ou Certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS) ou équivalent
- Solides capacités de management, d'organisation, de gestion et de pilotage de projets
- Autonomie et aptitudes relationnelles
- Maîtrise du cadre réglementaire de l'action sociale et en particulier dans le domaine de la prise en charge des personnes âgées dépendantes
- Maîtrise des règles budgétaires et comptables de la comptabilité publique (M22) et du statut de la Fonction Publique Territoriale.
- Maîtrise des outils informatiques (bureautique, applications-métiers)
- Disponibilité
- Permis de conduire B

Complet

35h00

Pas de logement

Réduire 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 09:50

Communauté de communes

Commission RESIDENCE LES CHENES 

(6 personnes) sous la responsabilité dAlain BESNARD (3ème Vice-Président)

  • en charge du suivi du fonctionnement de la structure et des investissements
  • Une résidence EHPAD (résidence les Chênes) qui accueille 48 résidents depuis 1992. Cet établissement  dispose dune cuisine, où les repas sont confectionnés sur place avec les produits locaux, un personnel qualifié et disponible apporte une présence attentionnée auprès des personnes âgées. Une animatrice à plein temps propose des activités quotidiennes aux résidents qui le souhaitent.


Combien ça coûte ? - Plélan-le-Petit

mercredi 29 février 2012

1 550 € par mois

« Au niveau des tarifs, nous nous situons dans la moyenne basse du département. ». Il en coûte en effet 1 550 € pour 30 jours par résidant, tout compris. Une somme non négligeable et un constat de Philippe Couliou « De plus en plus de résidants sont aidés par leurs enfants » dans un secteur rural où les retraites ne sont pas très élevées. Depuis octobre 2006, l'établissement est habilité à l'aide sociale, les résidents peuvent aussi percevoir l'APA et l'aide personnalisée au logement.

1,45 million d'euros de fonctionnement

Le budget de fonctionnement des Chênes est passé de 800 000 € en 2005 à 950 000 € en 2006 avec le passage en Ehpad, pour atteindre cette année 1,45 million d'euros avec des charges incompressibles (masse salariale, alimentation, électricité, gaz, loyers...). « Nos charges augmentent mais pas notre budget, nous devons être prudents sur la gestion du personnel et ne pouvons pas en avoir autant qu'on souhaiterait », explique le directeur Laurent Pruel.

 

Les Chênes hébergent les anciens depuis les 20 ans - Plélan-le-Petit

mercredi 29 février 2012

Enquête

La résidence Les Chênes a ouvert le 1 er mars 1992, à l'époque sous la gestion du Sivom (syndicat intercommunal à vocations multiples). La gestion est devenue communautaire à compter du 1 er janvier 1995. Au 1 er octobre 2006, le foyer-logements est devenu Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) suite à la signature d'une convention entre la résidence, l'État (agence régionale de santé) et le conseil général, portant sur la médicalisation de l'établissement.

48 places et une longue liste d'attente

Les deux bâtiments sont la propriété de Côtes-d'Armor Habitat. Avec 44 appartements répartis entre le bâtiment principal et l'annexe de 4 logements, la capacité d'accueil est de 48 personnes. Les logements ont une superficie de 35 m 2 et ceux de l'annexe sont des T1 bis de 31 m 2 destinés aux résidants les plus valides. Tous les mois, la direction reçoit 3 à 4 demandes d'entrées. Il y a actuellement 80 personnes inscrites sur la liste d'attente, pour environ 10 entrées par an.

Des résidants de plus en plus âgés

En 1998, l'âge moyen des résidants était de 78,7 ans à l'entrée. Il est aujourd'hui de 85,7 ans. « 13 personnes ont entre 91 et 100 ans, soit 27 % de l'effectif. Les gens arrivent en majorité entre 85 et 90 ans », indique Laurent Pruel, le directeur. « Les gens arrivent de plus en plus tard ici. Les comités d'entraide et de soins assurent un grand travail à domicile, mais il est de plus en plus difficile de rester chez soi », note Philippe Couliou, directeur adjoint. Actuellement, la résidence accueille 30 femmes et 17 hommes. 13 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer (ou maladies apparentées) vivent aux Chênes.

120 repas chaque jour

120 repas sont préparés par jour, incluant ceux du portage à domicile du comité d'entraide. Une cuisine traditionnelle, avec plus de la moitié des résidants servis à l'assiette, en raison de régimes ou contraintes, et une dizaine de résidants sous surveillance à chaque repas. « Au 1 er juillet 2013 nous aurons une obligation d'équilibre alimentaire. Nous avons encore quelques efforts à faire et nous devrons proposer plusieurs menus à chaque repas », explique Laurent Pruel.

Des animations au quotidien

Chaque jour, l'animatrice de la résidence Claudine Miriel doit faire preuve d'imagination pour occuper et intéresser les résidants. Une sortie au cinéma est organisée chaque mois. Toutes les semaines une animation sportive a lieu avec les animateurs de l'intercommunalité. Régulièrement des intervenants de chants, danses ou autres spectacles vivants sont invités. Après-midi lotos, moments de lecture, ateliers bricolages, travail de la mémoire, cuisine, sorties et expositions ont régulièrement lieu, ainsi que des échanges avec d'autres résidences. « Un budget nous est alloué pour l'animation par l'intercommunalité », conclut Laurent Pruel.

 


 

 

réflexion du collectif

Les maires ainsi que les présidents de collectivités ou d'établissements publics sont les « autorités territoriales ». Le chef de l'exécutif détient juridiquement toutes les attributions de l'employeur dans la « gestion de l'entreprise publique » constituée par la collectivité.

L'autorité territoriale est responsable en particulier des nominations (recrutement, progression de carrière), des sanctions positives et négatives (évaluation, modulation des indemnités, discipline). Concrètement il exerce ce pouvoir en étroite relation avec le directeur des services qui dispose de l'autorité hiérarchique.

 

Une analyse de pratiques  dynamise la gestion des emplois et des compétences, pour optimiser les conditions de travail.

Une évaluation des procédures d'organisation interne prévient les conflits et favorise la mise en adéquation entre projets et besoins des populations


Dynamisme de l'action: outils et méthodes



  • La planification et le projet stratégique: il s’agit de promouvoir des démarches de projet. Cela suppose de savoir déterminer des objectifs, de construire de stratégies et des plans d’actions adaptés aux enjeux visés

  • La gestion des ressources humaines: la mobilisation des personnels et des compétences est la condition de la réussite. Les outils et méthodes ont vocation à être amplifiés, rénovés et conduits avec plus de volontarisme et de professionnalisme.

  • Le contrôle et la qualité: il s’agit de penser des actions et des services adaptés aux évolutions des besoins des citoyens.

  • L’évaluation: l’analyse de l’efficacité de l’action publique permet d’apprécier les effets réels de la décision au regard des intentions et des objectifs. La mise en place d’indicateurs de performance est devenue indispensable pour être réactif

 

 

La responsabilité individuelle et la cohérence collective s'entendent à partir des choix effectués, des décisions et des conséqences à assumer, de la parole et des actes confrontés à la réalité.

Cela s'entend non seulement par rapport aux règles et aux lois externes à la personne, mais aussi vis à vis de soi même, des autres et des engagements pris.

Il est toujours nécessaire d'accorder la primauté à un postulat positif pour renforcer les possibilités de progression par le repérage et la reconnaissance de la parole singulière et l'expression de chacun

 

L'implication relationnelle doit éviter toute situation qui procèderait d'une carence ou d'une non-possibilité à se motiver, à articuler en commun des objectifs à terme.

Pour ne pas s'opposer aux règles sociales communément admises, la relation doit prendre en compte les niveaux de compréhension et d'écoute, de communication et de dialogue.

Dans le cadre d'une équipe, les notions de projection, d'émulation, de valorisation doivent permettre la construction de l'histoire vers l'objectif du projet à réaliser

Chacun a le droit à l'erreur et d'être reconnu dans sa capacité de faire des choix.

Chacun doit lier sa conduite dans une cohérence collective, tout en admettant que la confrontation amène à porter un regard sur soi même tout en étant capable d'accepter et de reconnaître un discours extérieur. L'évaluation régulière des liens doit permettre de les qualifier, pour, à plus long terme, les gérer sans conflit et les faire évoluer en gérant par anticipation leur transposition dans des situations nouvelles.

 

Décrypter les relations humaines: notions pratiques

  • Agir de manière à maintenir un dialogue constructif

  • Renforcer les techniques d’évaluation et de « négociation »

  • Apaiser les tensions propres à la fonction publique territoriale

  • Savoir reconnaitre le besoin d’utilité sociale et les attentes professionnelles

  • Fonction hiérarchique : sens et pratique de l’encadrement

  • Organisation des services : étagement hiérarchique

La pratique de l’évaluation: analyse

  • Les référents personnels et l’implication de l'évaluateur

  • La question des informations

  • La question des critères

  • L’éthique de la valorabilité

La conduite de réunion

  • Préparer et animer

  • Réflexion sur une politique d’avancement

  • Les entretiens individuels et les évaluations

Appréhender la gestion des risques psycho sociaux 

  • Prévention primaire, prévention secondaire : comprendre, prévenir et accompagner

  • Se doter d’outils d’analyse et de résolution

  • Gérer la crise pendant et après

  • Réfléchir à une approche des conflits : principes et questions de base

  • Jeux et enjeux psychologiques dans les relations sociales

  • Comment conduire un processus de résolution

Mai 2012: Selon "la rumeur" le poste d'adjoint au directeur serait à pourvoir ..on ne sait à quel moment. Par contact "avancé" le président de la commuauté de communes aurait sollicité puis informer ensuite que le directeur de son côté faisait une démarche identique qui aurait "trouvé" preneur(se). Nous ne savons dans quelle méthode de recrutement ces démarches sont effectuées et si des entrtiens d'embauches sont programmés

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 09:48

Plélan-le-Petit - Le feu dans une chambre de la maison de retraite 

Hier soir vers 20 h 30, les pompiers sont intervenus pour un feu signalé à la maison de retraite de Plélan-le-Petit. Un résident avait posé sa bouilloire électrique sur une plaque chauffante. Les résidents ont été regroupés dans l’aile opposée à la chambre en feu, mais il n’a pas été nécessaire de les évacuer. Seul le résident de la chambre sinistrée par les fumées de plastique fondu a dû être relogé dans sa famille.

Ouest-France  

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RESIDENCE DES CHÊNES
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:05

Association catholique, proche de mouvances d’extrême-droite, l’institut Civitas s'est fait remarquer par un activisme parfois outrancier.

Clément Mathieu - Parismatch.com

Proche des intégristes de la Fraternité Saint-Pie X

L’association née «autour des années 2000» est héritière de la Cité Catholique fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Jean Ousset, selon une enquête de «La Croix». Contre-révolutionnaire, disciple du nationaliste Maurras, membre de la « Jeune légion » de Vichy sous Pétain, Jean Ousset et son association avaient pour but de former des cadres catholiques capables d’investir le débat politique et social, en vue d’une renaissance d’une société en perdition, selon la sémantique catholique traditionaliste. Issu d’un schisme au sein de Cité Catholique, Civitas n’a pas d’autres buts que de «parvenir à influencer des décisions politiques afin qu’elles soient prises selon un prisme catholique», explique Alain Escada, qui ne veut adjoindre aucun qualificatif à catholique. L’institut Civitas est pourtant très proche de la Fraternité Sacerdotale de Saint-Pie X (FSSPX). Nommée d’après le pape antimoderniste du début du XXe siècle, la société de prêtres catholiques fondée par l’intégriste Monseigneur Lefebvre (proche d’Ousset) forme le clergé de la communauté française des catholiques traditionalistes.

 

 

les infiltrés vu à la TV

violence: manifestation anti mariage pour tous youtube.com19 nov. 2012 - 
Récit d'une agression ultra-violente à la manifestation de CIVITAS ...

 

 


François-Xavier Perron de CIVITAS sur France 5 par confiteor-II

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:59

Manifestation anti-mariage gay: entre incidents et mobilisation décevante, Civitas rate le coche

Cela devait être le grand rendez-vous de l'extrême droite catholique. Annoncée il y a trois mois par l'institut Civitas, mouvement intégriste proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, la "grande manifestation nationale" du dimanche 18 novembre à Paris, a réuni plusieurs milliers de personnes. Une mobilisation, certes importante, mais bien en deçà de celle des manifestation de la veille, appelées par une dizaine d'associations, moins marquées politiquement et qui bénéficiaient du soutien tacite des autorités catholiques. En effet, les manifs du samedi avaient, entre autres, pour but de ne pas laisser le champ libre à Civitas. Sur ce point, elles ont parfaitement rempli leur rôle.

IMG_4622-300x200.jpg

Manifestation anti mariage gay, du dimanche 18 novembre. DR.

Le défilé de Civitas "contre l'homofolie" s'est ainsi résumé à une grande réunion des familles de l'extrême droite. De l'Action Française au Mouvement national républicain (MNR, ex formation de Bruno Mégret) en passant le Parti de la France de Carl Lang, le Renouveau Français, de la Renaissance catholique, l'Alliance Royaliste ou encore de quelques militants du GUD. L'on remarquait aussi le chanteur du groupe de rock Hotel Stella, membre du Bloc identitaire. Il y avait aussi un petit cortège d'une vingtaine  de personnes des Jeunesses nationalistes qui dénotaient fortement avec leur look skinhead du reste des manifestants.

Plus surprenant, plusieurs personnalités du FN avaient fait le déplacement "à titre personnel". Comme la vice-présidente du FN Marie-Christine Arnautu, Alexandre Simonnot, Cyril Bozonnet et Jean-Marc de Lacoste-Reymondie, Gonzague Malherbe ancien candidat à la législative de la 12e circonscription de Gironde ainsi que quelques militants FNJ franciliens. Selon Mme Arnautu, Bruno Gollnisch et Gilbert Collard devaient aussi venir. Marine Le Pen n'a pas souhaité que le FN appelle en tant que tel à participer aux manifestations anti-mariage homosexuel. Elle a en revanche laissé la liberté à ses militants d'y aller ou pas.

M. Gollnisch avait déjà fait la manifestation du samedi, où s'étaient signalés plusieurs élus parisiens de l'UMP comme Bernard Debré ou Claude Goasguen. Le député du Vaucluse Jacques Bompard a lui aussi fait les deux manifestations. Il était dimanche en tête du cortège.

Incidents

Les manifestants ont défilé aux abords du ministère de la famille dans le 7e arrondissement de Paris,  scandant notamment: "Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d'hétéros"; "La France veut du boulot, pas le mariage homo" et  "Hollande, entends-tu la France est dans la rue".

En marge de la manifestation de dimanche, des incidents ont eu lieu. Des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen et des journalistes, parmi lesquels Caroline Fourest, ont été pris à partie et certains "roués de coups" lors de cette manifestation. "Une dizaine de militantes des Femen avaient décidé de faire une protestation pacifique et drôle, d'arriver habillées en nonnes avec des slogans humoristiques, et quand elles se sont avancées vers les manifestants, des types les ont pris en chasse, déchainés", a raconté Mme Fourest. "Les filles ont pris des coups dans toutes les parties du corps", ainsi que des journalistes qui les avaient filmées. Des photographes ont été "molestés", a également rapporté un photographe de l'AFP.

Le bilan pour Civitas dimanche soir est donc mitigé. Ses membres ont consacré beaucoup de moyens financiers (1 millions de tracts imprimés) pour organiser une démonstration de force qui n'a pas eu lieu. C'est donc une occasion ratée pour la direction remaniée du mouvement intégriste, de marquer son arrivée avec un succès.

En effet, Jean-Claude Philipot, ex commissaire général de l'armée de terre a été promu n°2. M. Philipot, il y a quelques années, était délégué général de Dies Irae, petite formation d'extrême droite catholique girondine dont les méthodes militarisantes connurent un certain succès médiatique. L'ancien officier d'Etat major, Dominique Chrissement a pris la direction de la revue de Civitas. Il était auparavant secrétaire général du mouvement.

Alain Escada, quant à lui, est devenu président de Civitas, remplaçant le très âgé amiral François de Penfentenyo. M. Escada résume son parcours ainsi: "Né à Bruxelles, c'est là que j'ai commencé à militer. J'ai eu le privilège, très jeune, d'être formé par le Lieutenant-Général Emile Janssens, dernier commandant en chef de l'armée coloniale belge puis rédacteur auprès de nombreuses publications catholiques en Europe et qui avait connu des personnalités comme Mgr Lefebvre [évêque schismatique, fondateur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. NDLR] et Salazar [ancien dictateur portugais. NDLR]."

Il faut préciser que Civitas privilégie deux canaux de recrutement : les militaires de haut rang, comme on vient de le voir, et les chefs d'entreprise.

 

Nous connaissons quelques personnes citées dans l'article...comme d'autres en lien sur  la région de Dinan/ St Malo

 

le premier...Jean-Marc de Lacoste-Reymondie: nous connaissons les liens "familiaux" entre ce représentant FN, Dominique Chrissement et le candidat FN de Mellon aux dernières législatives à Dinan

 

le second Un plan de sauvegarde pour pallier toute catastrophe - Plélan-le-Petit

vendredi 28 janvier 2011(ouest France)


Les élus et les différentes instances concernées lors de la présentation du plan communal de sauvegarde qui peut aussi bien s'étendre au-delà de la commune en cas de nécessité.

Au travers d'un document de 67 pages, le plan communal de sauvegarde (PCS) est désormais écrit et opérationnel. Il est le résultat d'un travail mené par le général Dominique Chrissement, militaire à la retraite, en collaboration avec le maire Didier Miriel et une délégation d'élus...

 

Sainte Anne 221 - La Porte Latine

www.laportelatine.org/district/prieure/lanvallay/SainteAnne221.pdf
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
25 sept. 2010  ..... L'amiral François de PENFENTENYO

 

 

 

extrait "le télégramme"

Mariage gay. Des heurts en marge de la manifestation Civitas ...

www.letelegramme.com/.../mariage-gay-des-heurts-en-marge-de-la-

Mariage gay. Des heurts en marge de la manifestation Civitas

18 novembre 2012 à 17h55

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des droits des femmes, a, pour sa part, qualifié de "dérapage" le slogan "non à l'homofolie" de l'Institut Civitas.


Tensions en marge du rassemblement
La manifestation devait débuter devant le ministère de la Famille et se dirigera vers l'Assemblée nationale. Une trentaine de cars de province grossiront les rangs du cortège, qui défilera aux cris de "oui à la famille, non à l'homofolie".

Les manifestants se sont rassemblés peu avant 14 h 30, derrière une large banderole sur laquelle était écrit "Un papa, une maman, pour tous les enfants".

En marge du défilé, la situation s'est envenimée, rapporte FTVi. Les militantes féministes Femen ont été accueillies par des coups , et la journaliste militante Caroline Fourest a également été passée à tabac. Les CRS ont dû intervenir.


La police a procédé à cinq interpellations parmi les agresseurs, a précisé la préfecture de police.

"Une dizaine de militantes des Femen avaient décidé de faire une protestation pacifique et drôle, d'arriver habillées en nonnes avec des slogans humoristiques, et quand elles se sont avancées vers les manifestants, des types les ont pris en chasse, déchainés", a raconté la journaliste et essayiste Caroline Fourest.

"Les filles ont pris des coups dans toutes les parties du corps", ainsi que des journalistes qui les avaient filmées, a-t-elle ajouté par téléphone depuis un fourgon de police.

Des photographes ont été "molestés", a également rapporté un photographe de l'AFP.

Les "échauffourées" ont éclaté en début de manifestation et "les forces de l'ordre sont intervenues très rapidement pour écarter et protéger les contre-manifestants", a ajouté la préfecture de police, précisant que la contre-manifestation organisée par "un petit groupe de femmes" n'avait pas été déclarée préalablement aux autorités.
"J'ai été tabassée d'abord parce que je filmais, ils m'ont mise à terre, mon bonnet est tombé, là ils m'ont reconnue et ils m'ont poursuivie, insultée et retabassée", a relaté Mme Fourest, disant avoir "pris des coups dans les côtes, dans le genou et dans le poignet".


"Des dérives comme l'inceste"
Parmi les manifestants figuraient de nombreux jeunes gens, certains en soutane, mais aussi des retraités et des familles, brandissant pour certains des drapeaux bleu-blanc-rouge, des croix chrétiennes ou des banderoles siglées
de fleurs de lys.

Bertrand de la Buharaye, un retraité venu de Dinan (Côtes d'Armor) à bord d'un bus affrété par Civitas, s'inquiète: "Un enfant ne peut pas s'épanouir normalement s'il n'a pas un père et une mère, c'est contre-nature". Il dit redouter des "dérives comme l'inceste".

Un Parisien quadragénaire, Patrice Garande, s'est rendu à la manifestation "parce que nous croyons en Dieu et que Dieu nous a demandé de ne pas s'adonner à ce genre de pratiques (l'homosexualité)". "Le monde entier est malade, il a besoin de l'Esprit sain", selon lui.

Une dame d'origine polonaise, 60 ans, se présentant comme docteur en sciences, tient à la main une statuette de la vierge Marie: "La femme a été créée pour mettre les enfants au monde, ça ne peut pas être autrement".


Un "mauvais penchant qui nécessite d'être corrigé"
Pour le chef de Civitas, Alain Escada, l'homosexualité est un "mauvais penchant qui nécessite d'être corrigé et une personne qui a de tels penchants devrait être abstinente".

 

source internet: nous savons que....

souvenirchouandebretagne.over-blog.com/article-pour-jeudi-dans-le-...

7 juil. 2012 – Jeudi 5 juillet, Bertrand de La Buharaye, Président du Cercle Légitimiste Chateaubriand, avait donné rendez-vous pour la réunion de la....

 

 

Des journalistes et des contre-manifestants violentés à Paris le 18/11/2012

Des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen et des journalistes, parmi lesquels Caroline Fourest, journaliste et blogueuse pour Le HuffPost, ont été pris à partie et certains "roués de coups" à la manifestation organisée dimanche par l'institut Civitas contre le mariage gay



Des militants de l'institut Civitas, lors de la manifestation contre le mariage pour tous le 18 novembre 2012.

REACTIONS? Source afp

Le gouvernement n'aura "aucune tolérance" à l'égard des violences de l'extrême droite, a prévenu dimanche sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem, après l'agression de journalistes et de militantes féministes à la manifestation organisée par Civitas contre le mariage d'homosexuels. Plusieurs personnalités ont réclamé l'interdiction de l'Institut Civitas, d'autres celle du GUD, groupuscule d'extrême droite. "Il n'y a aucune place pour les agressions d'extrême droite dans notre pays", a réagi la porte-parole. "Le gouvernement n'aura aucune tolérance à l'égard de ces violences et de tous les dérapages qui y sont associés. La liberté d'informer n'est pas un principe avec lequel on peut transiger", a-t-elle ajouté en se déclarant "profondément choquée" par cette agression.

mention_fr.gif



"Dès demain, je demande au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, la dissolution de l'Institut Civitas", a annoncé la députée PS de l'Hérault Anne-Yvonne Le Dain. "Avec les excès pathétiques de cette manifestation, avec violences et coups, je souligne que ces gens qui prétendent défendre les valeurs du christianisme ont fait sauter sans honte ni vergogne un principe de base des sociétés humaines, qui est qu'un homme ne frappe pas une femme", a-t-elle poursuivi.

"Le vrai visage de l'extrême droite" (Jeunes Socialistes)

Eddie Aït, secrétaire national du PRG, a également réclamé la dissolution de Civitas, affirmant que cette agression "l'inquiét[ait] au plus haut point". "Le mouvement Civitas doit être dissous comme la loi l'autorise", a-t-il souligné.

Pour sa part, "horrifié" par l'agression, le Mouvement des jeunes socialistes a appelé "à la dissolution" du GUD à qui il attribue l'agression. "Ceux qui ne connaissaient pas le vrai visage de l'extrême droite française l'ont découvert aujourd'hui avec la honteuse agression dont ont été victimes des militantes féministes du mouvement Femen ainsi que des journalistes, notamment Caroline Fourest", a-t-il poursuivi, dans un communiqué. "Le GUD, groupe union défense, proche du Front national et connu pour ses actions ultra-violentes, n'hésite pas à ajouter la brutalité physique à l'homophobie, l'intolérance et la haine des intégristes de Civitas", a-t-il ajouté. "De tels agissements ne sauraient être tolérés. [...] En conséquence, les Jeunes Socialistes appellent à la dissolution du GUD et à la condamnation des personnes impliquées dans ces violences", selon le MJS. "Je condamne fermement la lâche agression dont a été victime Caroline Fourest en marge de la manifestation Civitas et lui témoigne mon soutien contre la violence obscurantiste et imbécile", avait réagi le premier secrétaire du PS, Harlem Désir.

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux a dit avoir vu dans les manifestations de dimanche "des débordements inadmissibles".

 

19/11/2012 20:03

Article sur Tetu.com :

http://www.tetu.com/actualites/france/t … inte-22546

Suite au passage a tabac du Groupe Féministe des ''Femen''
et de la Journaliste Caroline FOUREST,
Lors de la manifestation anti mariage et adoption homos
Du Dimanche 18 Novembre à Paris, organisé par le Groupe Catholique CIVITAS,

Une Pétition circule pour demander au Ministre Manuel VALLS
La Dissolution de CIVITAS...

 

La journaliste et essayiste Caroline Fourest a annoncé lundi qu'elle avait porté plainte après avoir été agressée dimanche lors de la manifestation à Paris contre le mariage gay.  Des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen ont fait de même. ( source TF1)

 

Six députés PS demandent la dissolution de Civitas

Des personnalités politiques veulent elles aller encore plus loin, en demandant la dissolution pure et simple de l'organisation. Six députés PS réclament dans un courrier adressé à Manuel Valls la "dissolution immédiate" de l'Institut Civitas : Patrick Mennucci, Yann Galut, Jérôme Guedj, Sébastien Denaja, Nicolas Bays et Anne-Yvonne Le Dain.

Ils ont écrit à Manuel Valls. Après les débordements de la manifestation organisée dimanche par l’Institut Civitas contre le mariage homosexuel, six parlementaires PS dont Patrick Mennucci ont réclamé hier auprès du ministre de l’Intérieur la dissolution de ce mouvement. Pour le député des Bouches-du-Rhône, cet épisode est «révoltant».

 

Pourquoi voulez-vous la dissolution de l’Institut Civitas ?

La manifestation de dimanche était une provocation absolue. Ce qui s’est passé, cette violence avec les femmes de Femen est invraisemblable. On voit des types leur mettre des coups de pied, des coups de poing. C’est révoltant d’autant qu’on voit un abbé regarder ça sans aucune espèce de charité chrétienne. On a affaire à un groupuscule d’extrême-droite dont il faut se débarrasser.

 

Selon vous, Civitas est responsable des débordements ?

Je ne sais pas si l’organisation est à l’origine de ce qui est arrivé mais j’accuse Civitas d’utiliser des services d’ordre qui eux, sont responsables. Je connais assez les organisations de manifestation pour savoir que celui qui organise la manifestation choisit son service d’ordre. Nous avons pris une position, maintenant, c’est au ministre de l’Intérieur d’instruire.

 

Etes-vous également choqué par les slogans de la manifestation ?

Les mots d’ordre sont excessifs. Je comprends parfaitement qu’on puisse être opposé au mariage entre personnes du même sexe, je reconnais qu’il peut y avoir des questions mais en aucun cas on peut le faire de cette façon. J’ai vu des slogans extrêmement agressifs à l’égard des homosexuels ; ils sont très violents. Mais dans notre pays, c’est d’abord la violence physique qui est sanctionnée.

 

Est-ce une initiative réfléchie de longue date ?

Pas du tout. Nous connaissons Civitas et ses positions mais on n’était pas sur une telle idée. Aujourd’hui, on voit qu’à l’agression verbale et intellectuelle s’ajoute une violence physique qui peut être un délit. Pour dissoudre un mouvement, ce qui compte, c’est sa dangerosité. Je pense que dimanche, Civitas a montré la sienne.

 

Comment vous êtes-vous associé avec d’autres parlementaires ?

Par tweet ! C’est moi qui le premier, dimanche, a proposé la dissolution. Aussitôt, plusieurs parlementaires ont approuvé cette proposition et c’est Yann Galut (député du Cher, ndlr) qui a rédigé la lettre. Elle est partie hier matin je crois au ministère de l’Intérieur. Nous verrons demain (aujourd’hui) si Manuel Valls l’a reçue.

Auteur Direct Matin

Le groupe catholique accuse les militantes féministes de violences et voies de fait (source le parisien)

L’Institut Civitas, organisateur d’une manifestation dimanche à Paris contre le mariage homosexuel, a annoncé mardi son intention de porter plainte contre les militantes du mouvement féministe Femen, notamment pour «violences en réunion et avec armes» et «violences et voies de fait».

Alain Escada, président de Civitas, proche des catholiques intégristes, s’insurge dans un communiqué de presse contre la «désinformation institutionnelle sur les dérapages en marge de la manifestation de Civitas, alors que près de 20 000 personnes de tous horizons ont manifesté dans le calme, la sérénité et la bonne humeur».

 

  Nous savons que le président de Civitas est déjà intervenu dans la région


A l’initiative du Prieuré de Lanvallay et de l’institut Civitas une réunion se tiendra le lundi 19 octobre à 20 heures à la salle des fêtes de Lanvallay
pour lancer officiellement cette mobilisation et préciser les étapes de
cette démarche. Cette action doit aboutir à dissuader les maires de
lancer la procédure qui autoriserait les commerces de leur commune à
ouvrir le dimanche.

Interviendront à cette réunion :

 - Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas ....
 

Enquête Lefebvristes, membres de Civitas ou de la Fraternité Saint-Pie X… Les nouveaux croisés ultracatholiques battent le pavé dans la France entière. Rencontre avec un de leurs chefs spirituels, Alain Escada.

Par BERNADETTE SAUVAGET (libération)

Pour lui, c’est la «reconquista» qui commence. Flanqué de ses deux abbés en soutane, Alain Escada est en croisade. Devant les théâtres à la tête de ses troupes, sur les plateaux télé, dans les studios de radio, il pourfend depuis deux mois, la christianophobie des pièces de Roberto Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu et de Rodrigo Garcia, Golgota Picnic. En avril, à Avignon, il avait déjà rôdé l’affaire en organisant la manifestation contre l’exposition d’une photographie d’Andres Serrano, Piss Christ. Avec l’abbé Régis de Cacqueray, le chef en France de la Fraternité Saint-Pie X, qui regroupe les catholiques «lefebvristes» (1) et de l’abbé Xavier Beauvais, curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, fief lefebvriste dans le Varrondissement de Paris, il forme un triumvirat de choc. Alain Escada orchestre les prières de rue devant les théâtres et les manifestations nationales à Paris. Après celle du 29 octobre, la deuxième a lieu ce dimanche après-midi pour défendre une «France chrétienne et qui doit le rester».

mention_fr.gif
 

«Mère 100 % belge»

Visage poupin, Alain Escada présente bien. Le ton est courtois, l’allure policée, le phrasé un peu traînant. A la tête de l’institut Civitas, le bras armé politique de la Fraternité Saint-Pie X, le nouveau chantre de la France catholique est… belge. Enfin, presque. Alain Escada, jeune quadragénaire à la calvitie naissante, est le fils d’un immigré portugais et d’une mère «100% belge». A Bruxelles, il tient une petite bouquinerie de livres d’occasion, dans un quartier où il y a une forte présence turque. En vitrine, beaucoup de bandes dessinées. Ce vendredi, les clients ne s’y bousculent pas. Par correspondance, il propose aussi des ouvrages pieux.

Rodé, Alain Escada a l’art de l’esquive. «Rappelle-t-on toujours à Alain Madelin ou à Gérard Longuet leur passé politique ?» s’insurge-t-il lorsqu’on l’interroge sur ses liens avec l’extrême droite. Il avoue volontiers avoir été, «pendant quelques mois» en 1996, le porte-parole de Marguerite Bastien, députée d’extrême droite belge. Très jeune, il a milité dans les milieux nationalistes du royaume et a adhéré en 1997 au Front national (belge). En 1995, Alain Escada a créé un journal, Polémique, disparu en 2002. En 1997, il publiait un article au ton amical sur un ancien membre de la division SS Wallonie à l’occasion de sa mort. Deux ans plus tard, il présentait aussi en une Jean-Marie Le Pen.

Pour Manuel Abramowicz, rédacteur en chef du site Resistances.be qui milite contre l’extrême droite en Belgique, Alain Escada est une vieille connaissance. Ce dernier avait intenté, en 2005, un procès en diffamation contre Résistances, perdu en 2007. Le site avait publié un article qui qualifiait de «nid de fascistes», Belgique et Chrétienté, une autre association que préside Alain Escada. «Il n’a pas réellement trouvé sa place dans les milieux d’extrême droite en Belgique», estime Manuel Abramowicz à propos de l’agitateur catholique intégriste.

En 2009, Alain Escada a pris, en France, la tête de Civitas. Selon ses dires, il partage désormais son temps entre les deux pays et récuse tout lien politique depuis une dizaine d’années. Mais ses relations avec l’extrême droite perdurent. En 2007, il assistait à un meeting de Jean-Marie Le Pen. Conseiller régional du Front national en Rhône-Alpes, Charles Perrot participait, en octobre dernier, à une rencontre de Civitas. Alain Escada reconnaît volontiers qu’à la tête de ce mouvement, il fait du «lobbying politique». Les liens avec la Fraternité Saint-Pie X ? Il les minimise, parle «d’aumônerie spirituelle», répétant à l’envi que les manifestations de cet automne rassemblent plus largement que les troupes de catholiques intégristes.

Alain Escada est, lui, un fidèle assidu des messes lefebvristes, participe aux universités d’été de la Fraternité. A l’inverse, les abbés Cacqueray et Beauvais tiennent, eux, des conférences aux rencontres de Civitas. Au mégaphone, l’abbé Beauvais donnait le la des slogans lors du défilé du 29 octobre, clos par un discours et une prière (un Salve Regina chanté en latin) de l’abbé de Cacqueray. Curé de choc qui a fait son service militaire chez les paras, Beauvais est abrupt. «Quand les journalistes de Libération feront leur travail, je parlerai aux journalistes de Libération», lâche, rogue, le curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet. La conversation s’est arrêtée là.

Simone Veil, l’ennemie de toujours

L’abbé n’oublie rien. Surtout pas ses ennemis. En l’occurrence, son ennemie, Simone Veil. Toujours armé de son mégaphone, Xavier Beauvais était à pied d’œuvre, en mars 2010, pour la réception de l’ancienne ministre à l’Académie française qu’il maudissait et invectivait à cause de la loi sur l’IVG. A Saint-Nicolas-du-Chardonnet, il célèbre des messes à la mémoire du général Franco et du fondateur de la Phalange, Primo de Rivera. Avec l’abbé de Cacqueray et des fidèles, il était en pèlerinage, en septembre 2007, sur la tombe du maréchal Pétain à l’île d’Yeu.

Cet automne, la bataille contre les pièces de Roberto Castellucci et Rodrigo Garcia signe la sortie du bois politico-religieuse des lefebvristes, la résurgence publique de la vieille mouvance «nationale-catholique», singularité française née au XIXe siècle, alimentée par la haine de la Révolution et le maurrassisme, active pendant la guerre auprès de Pétain. «L’histoire aurait pu s’arrêter là, souligne le politologue et historien, Philippe Portier, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études. Cette mouvance ressurgit lors de la décolonisation, pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie». Plus tard, les lefebvristes ont repris le flambeau. La stratégie actuelle de Civitas apparaît payante. En s’en prenant à des œuvres culturelles, les lefebvristes ont créé le buzz, gagné en visibilité et pris leur autonomie au sein de l’extrême droite. Depuis deux ans déjà, Civitas organisait son propre défilé en hommage à Jeanne d’Arc, une semaine après celui du Front national. Succédant à son père, Marine Le Pen (les lefebvristes se rangeaient plutôt derrière Bruno Gollnisch) brandit désormais l’étendard de la laïcité pour dénoncer l’islamisation de la France. Une France laïque ? Une abomination pour ceux qui rêvent au retour d’une sorte de chrétienté théocratique. «Ni laïque ni islamiste, une France catholique», revendique, tel un programme, Civitas.

Combattre la présence musulmane est aussi l’un de ses objectifs. Dans une conférence donnée en novembre 2009, Alain Escada agitait les peurs et prédisait qu’à l’horizon d’une quinzaine d’années, Bruxelles et Paris seraient à majorité musulmane avec, dans la foulée, l’instauration de la charia. Le patron de Civitas et les deux abbés ne cachent plus leurs intentions politiques. Dans leur ligne de mire : les élections municipales de 2014. «Nous ne présenterons pas de listes sous l’étiquette Civitas, précise Alain Escada. Mais nous encourageons les catholiques à être candidats.» Plutôt dans les petites communes, là où les étiquettes politiques importent peu. La stratégie d’entrisme est clairement revendiquée. Pour mobiliser, Civitas a créé le «réseau Saint-Martin» et déjà organisé une réunion à Lambersart, près de Lille.

En 2012 ? «Nous n’appellerons pas à voter pour un quelconque candidat», poursuit le patron de Civitas. Pas plus à la présidentielle qu’aux législatives. «Nous sommes malheureusement des orphelins politiques», lâche Alain Escada. Embarrassé, il reste silencieux lorsqu’on lui demande s’il est républicain. Mais cette affaire-là est aussi une très grosse écharde dans le pied du catholicisme français. C’est dans l’Hexagone que les troupes lefebvristes sont les plus fournies (environ 100 000 fidèles). Elles peuvent aussi s’appuyer sur un réseau d’une vingtaine d’écoles. Active et bruyante, cette minorité pèse et veut peser.

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

Généralement discrets sur leurs divergences internes, les évêques n’ont pas pu masquer leur désaccord à l’occasion des manifestations de Civitas. Parmi ceux qui les ont condamnées : le cardinal-archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, André Vingt-Trois, ou encore l’archevêque de Rennes, Pierre d’Ornellas. En revanche, Civitas a reçu le soutien de l’évêque de Vannes, Raymond Centène. Dans l’épiscopat français, une dizaine de prélats ont des sympathies pour les catholiques lefebvristes, encore en marge mais peut-être plus pour longtemps. A Rome, Benoît XVI a entamé, il y a deux ans, les négociations pour que la Fraternité Saint-Pie X réintègre le giron de l’Eglise. En septembre, une feuille de route lui a été proposée en vue d’un accord officiel. Pour le moment, les débats sont vifs chez les lefebvristes pour savoir s’il faut accepter ou non.

En France, les deux abbés Régis de Cacqueray et Xavier Beauvais incarnent une aile radicale, intransigeante. Prudent, Alain Escada, lui, ne veut pas prendre position au sujet de ces négociations avec Rome, se retranchant derrière la distinction qu’il martèle entre Civitas et la Fraternité Saint-Pie X. «Le moment est favorable pour que les lefebvristes se fassent entendre, appuie le politologue Philippe Portier. Ils ont la volonté de montrer qu’ils sont le fer de lance de la défense de la chrétienté. Rome est obsédée par les mêmes chantiers.»

Les milieux ecclésiastiques français font preuve d’un certain agacement devant l’obstination de Benoît XVI à vouloir réintégrer les lefebvristes, minoritaires au milieu du milliard de catholiques sur la planète. Depuis toujours, la Fraternité Saint-Pie X critique violemment les évêques français qui ne partagent pas ses options. De leur côté, ces derniers ont toujours peiné à faire comprendre au Vatican les vieilles accointances des milieux lefebvristes français avec l’extrême droite.

A Civitas, Alain Escada fait le pari d’élargir sa base. «Les journalistes passent à côté de la réalité des manifestations s’ils ne voient pas la grande mobilisation des jeunes», martèle-t-il. Pour éviter que les jeunes catholiques n’aillent rejoindre justement les troupes de Civitas devant le théâtre du Rond-Point où se joue Golgota Picnic, l’archevêque de Paris a organisé, jeudi soir, une veillée de prières à Notre-Dame. Goguenard, Alain Escada souriait déjà de cette contre-attaque.

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:58

nous découvrons encore.... 

Source

IpEH antifaxista: novembre 2012

ipehantifaxista.blogspot.com/2012_11_01_archive.html

30 nov. 2012 – ...CHRISSEMENTDominique <dominiquechrissement@yahoo.fr> ....Nous avons rencontré deux membres du Comité antifascisted'Iparralde* ...

 

CIVITAS c'est quoi?

SOURCE : FAFWATCH
mardi 27 novembre 2012

CIVITAS 2 le retour !!!

Voici quelques photos de CIVITAS lors de leur manifestation de Paris

 


Un slogan :NON AUX pédés,la famille c'est sacrée !!!!

on retrouve la personne de la 2ieme photo sur celle la:

 

MAIS NON ,MAIS NON on est pas d'extreme droite!!!!

 

ET APRES ILS VONT NOUS DONNER DES LEçons de respect !!!




Civitas c’est quoi ?
Parcourir ces documents nous permettra de nous faire une idée des névroses qui animent les membres de cette association d’extrême-droite.
Un mail de consigne d’escada concernant cette campagne a déjà fuité : lien.
Du 9 octobre : Lettre aux animateurs_V2
Un autre plus récent de civitas Paris : lien.
Les trois documents suivants relatifs à des CA offrent des éléments très instructifs sur le fonctionnement interne de l’association.
2012
Civitas convocation Conseil d’administration
Compte-rendu CA Civitas 2 juin 2012

2011
2011_05_30 ordre du jour
La série de bulletins internes suivante, en vrac, est également pleine de pépites :
bulletin de veille n°17
bulletin de veille n°19
bulletin de veille n°20
bulletin de veille n°21
bulletin de veille n°22
bulletin de veille n°23
bulletin de veille n°24
CIVITAS, bulletin de liaison 15,02,2010e
CIVITAS, bulletin de liaison avec les cercles
CIVITAS, bulletin de liaison 07,03,2010
CIVITAS, bulletin de liaison 05,04,2010
CIVITAS, bulletin de liaison ,19 ,09 2010
CIVITAS, bulletin de liaison ,27,11,2010
CIVITAS ,session août 2010, CR
civitas exposé sur l’armée,mars 2010
affiche Civitas
CR week end civitas – thème prudence et action


Une liste des responsables :

  • Denis Dragon denis.dragon59@gmail.com

  • BURGUBURU Joseph <jo.burguburu@free.fr>,

  • CROCHE Richard <crrichar@numericable.fr>,

  • DAVION Robert <robert.davion@wanadoo.fr>,

  • De PENFENTENYO François <francois.penfen@wanadoo.fr>,

  • DU_CRAY_Jacques_Régis <jrducray@yahoo.fr>,

  • DUCHATEAU Cyril <duchateau.cyril@wanadoo.fr>,

  •  GERARD Marie Pierre <marie-pierre.gerard@wanadoo.fr>,

  •  HAAGEN Anne Laure <annelaure.haagen@yahoo.fr>,

  •  LAURENCON isabelle <isa_496@yahoo.fr>,

  •  LYOEN Pierre <pierre.lyoen@wanadoo.fr>,

  •  MALHERBE Gonzague <gonzy_malherb@yahoo.fr>,

  •  MENAGER Thierry <tbmenager@orange.fr>,

  •  PHILIPOT Jean Claude <jean.claude.philipot@gmail.com>,

  •  PHILIPOT Jean Raymond <jeanraymond.philipot@gmail.com>,

  •  PILLET Henry <henry.pillet@free.fr>,

  •  PROUST Olivier <civitasmarseille@gmail.com>,

  •  TRANCHET_Abbée <jeanyves.tranchet@free.fr>,

  •  VALADIER Pierre Etienne <pierre-etienne.valadier@areva.com>,

  •  VAN DEN BAVIERE Eric <ericvdbaviere@yahoo.fr>

  •  CHRISSEMENT Dominique <dominiquechrissement@yahoo.fr> 



15 octobre - réunion publique à Bergerac (campagne NON au "mariage" homosexuel)

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgDans le cadre des réunions publiques organisées à travers toute la France pour permettre aux Français d'accéder à un débat jusqu'à présent confisqué, CIVITAS présentera les véritables enjeux et conséquences du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

Jusqu'à présent, seuls les partisans de ce projet de loi ont le droit de s'exprimer dans les médias. Il est temps de libérer les Français de cette pensée unique et de les autoriser à entendre les arguments de ceux qui refusent que l'Etat dénature la Famille, le mariage et la parenté.

RDV ce 15 octobre à 20h30

Salle Jean Barthe

Rue Jean Barthe (Bergerac)

Conférence - débat avec Dominique Chrissement

16 octobre - réunion publique à Périgueux (campagne NON au "mariage" homosexuel)

civitasrevue-nonaumariagehomo.jpgDans le cadre des réunions publiques organisées à travers toute la France pour permettre aux Français d'accéder à un débat jusqu'à présent confisqué, CIVITAS présentera les véritables enjeux et conséquences du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

Jusqu'à présent, seuls les partisans de ce projet de loi ont le droit de s'exprimer dans les médias. Il est temps de libérer les Français de cette pensée unique et de les autoriser à entendre les arguments de ceux qui refusent que l'Etat dénature la Famille, le mariage et la parenté.

RDV ce 16 octobre à 20h30

Salle 2 du Lux

81 rue Talleyrand-Périgord (Périgueux)

Conférence - débat avec Dominique Chrissement

 

nous persistons dans nos recheches, et sous le thème "religion", nous découvrons l'activité d'un institut et des personnes "composantes" de ce mouvement, y compris près de chez nous

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans RELIGION

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif