18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 14:54

 

Informations de sites internet "éclairés", soucieux de l’extension du règne de Notre Seigneur Jésus-Christ

Notre expérience montre que des élus qui ne sont pas  traditionalistes  sont heureux de trouver auprès de nous quelqu’un pour les épauler sur le plan de l’action municipale.

Dominique Chrissement a réalisé le plan d'urgence communal - Plélan-le-Petit

mardi 30 novembre 2010


Dominique Chrissement présentera un document de 80 pages aux autorités, en janvier, à l'Embarcadère.

L'initiative

Dominique Chrissement est installé depuis deux ans dans la commune. Officier général à la retraite, il a passé ses huit dernières années de carrière à Paris. Il était « l'interface entre les autorités militaires et les civils pour la fourniture de moyens militaires en cas de crises ou de catastrophes ». Il a gardé une petite activité de consultant en gestion des risques en tant qu'indépendant et se déplace deux à trois fois par mois à Paris pour des sociétés de conseils et d'intelligence économique.

Identifier les risques

En septembre 2009, il a rencontré le maire Didier Miriel, lui proposant de réaliser bénévolement le plan de gestion des risques de la commune. La mission lui a été confiée en collaboration avec Rémi Huet et Philippe Gélard, adjoints sous l'autorité du maire. « Je ne souhaitais pas travailler seul mais impliquer les personnes en charge de la gestion de crise », explique-t-il....

 

 

 

 

Un plan de sauvegarde pour pallier toute catastrophe - Plélan-le-Petit

vendredi 28 janvier 2011
Les élus et les différentes instances concernées lors de la présentation du plan communal de sauvegarde qui peut aussi bien s'étendre au-delà de la commune en cas de nécessité.

Au travers d'un document de 67 pages, le plan communal de sauvegarde (PCS) est désormais écrit et opérationnel. Il est le résultat d'un travail mené par le général Dominique Chrissement, militaire à la retraite, en collaboration avec le maire Didier Miriel et une délégation d'élus : Rémi Huet et Philippe Gélard adjoints.

 

 

Un arrêté pour le plan communal de sauvegarde - Plélan-le-Petit

samedi 28 avril 2012

Le conseil municipal a pris un arrêté d'approbation du plan communal de sauvegarde (PCS) créé il y a environ deux ans par Dominique Chrissement, habitant de la commune. Cet arrêté sera transmis aux services de la préfecture.

Ce plan a été conçu pour répondre à des situations d'urgence pouvant survenir (tempêtes, inondations, accidents, pollution, coupure de courant importante...) dans la commune et visant à déployer les moyens humains, techniques et matériels nécessaires pour faire face à la situation de crise. Plusieurs exercices de simulation ont déjà été organisés pour les élus et le personnel communal et d'autres le seront à l'avenir.

 

 

 

 

2009, selon nos sources: informations sur une entreprise
  5 RUE DE LA VALLEE 22980 PLELAN LE PETIT
  51081295100018 numéro de siret
  Chrissement Dominque, Yves, Marie
  7022Z code Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion
  01-03-2009 déclaration
   

 
   

 

 

 

 

La personne qui réalise le plan de sauvegarde s'exprime dans la presse

sur un autre sujet....le petit bleu 20 juin 2013

 

mariage

 

 

MARIAGE HOMO...BIEN TRISTE SAMEDI à PLELAN/ La porte ouverte à la polygamie, à l'inceste..etc...

 

Agressions verbales et écrites

Toute expression outrageante, tout terme de mépris qui n'est fondé sur aucun fait est une injure. L'injure peut être privée ou publique (lorsqu'elle intervient dans l'espace public) :

  • discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics ;
  • écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image, vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics ;
  • placards ou affiches exposés aux yeux du public ;
  • tout moyen de communication au public par voie électronique 

Si l'injure est homophobe, les peines sont aggravées : 6 mois d'emprisonnement et 22 500 € d'amende. Les peines sont les mêmes en cas d'injure publique visant un groupe de personnes et fondée sur leur orientation sexuelle.

L'appel à la haine et/ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de son ou de leur orientation sexuelle est puni d'un an d'emprisonnement et/ou d'une amende de 45 000 €.

 

Lorsqu'une plainte est déposée pour injure ou diffamation publique, les services de police transmettent le dossier au procureur de la République. Si celui-ci ne prend pas de décision dans les trois mois suivant le dépôt de plainte, l'action en justice n'est plus recevable, il y a prescription.

 

SOS homophobie - 34 rue Poissonnière - 75002 PARIS

 

 

À propos d'une tribune libre qui dérange

Dernière mise à jour : 26 juin 2013 le petit bleu facebook

La semaine dernière, notre journal a publié une tribune libre de Monsieur Dominique Chrissement, de Plélan-le-Petit, consacré au ‘mariage pour tous’. Les propos de l’auteur ont choqué certains lecteurs qui nous ont adressé des courriels de protestation, ne comprenant pas que nous donnions la parole à ce monsieur qui écrit, entre autres que« faire sauter le verrou de la conception traditionnelle du mariage c’est la porte ouverte à la polygamie, à l’inceste et à bien d’autres dérapages ». Un de nos interlocuteurs prétend que nous nous cachons derrière la responsabilité de son auteur pour diffuser des « idées nauséabondes ». Rien de moins.
Avant de publier cette tribune, la rédaction du Petit Bleu s’est bien sûr concertée et à décidé de la passer au nom de la liberté d’expression. Au nom de quoi devrions nous ne diffuser que les idées avec lesquelles nous sommes en phase?
Notre journal s’intéresse depuis longtemps à ce sujet de société qu’est le mariage pour tous et se l’est aussi vu reprocher. Il n’a jamais hésité à y consacrer de gros dossiers et même à en faire sa Une en donnant la parole aux premiers intéressés (déjà le 2 février 2006) puis aux élus (1er novembre 2012) ainsi que le 23 mai dernier en annonçant le mariage de Dimitri et Claude. Notre hebdomadaire était aussi présent à la cérémonie à Plélan-le-Petit pour en rendre compte à nos lecteurs.  
Les arguments émis par Dominique Chrissement ont déjà été entendus et largement relayés par des médias nationaux. Savoir que de telles idées existent, c’est en soi une information. Édulcorer cette tribune, en extraire tout propos susceptible de choquer, aurait donné une autre vision du raisonnement de Dominique Chrissement et cela aurait trompé nos lecteurs. Nous persistons à penser qu’il vaut mieux laisser le texte intégral à leur libre appréciation ; qu’il n’est nul besoin de préciser que les propos des tribunes libres n’engagent que leurs auteurs.
Un détail manquait cependant à cette tribune : Dominique Chrissement (par ailleurs général à la retraite qui a réalisé le plan de gestion des risques pour la commune de Plélan-le-Petit) ne nous avait pas précisé qu’il est un membre important du mouvement Civitas, ce qu’il nous confirme aujourd’hui. Civitas ? C’est un mouvement intégriste, défini comme proche de l’extrême-droite, qui veut instaurer « la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier ». Une « œuvre de reconquête politique et sociale visant à rechristianiser la France »dont on a effectivement beaucoup entendu parler à l’occasion des manifestations anti-mariage pour tous. Voilà qui est dit.
La Rédaction

 

 

 

le petit bleu 4 juillet 2013

  tlvld

 

élection municipale 2014 à St Malo

Dominique Chrissement, Catherine Giraud-Petit, Jean-Louis Robin et Henri Huët, défendront les couleurs du FN.
Dominique Chrissement, Catherine Giraud-Petit, Jean-Louis Robin et Henri Huët, défendront les couleurs du FN (cf actualisation à la rubrique "élections")

 

municipale 2014 à suivre un dossier réalisé par le collectif antifasciste rennais
clic dossier

 

 

 

des images "grand angle"

Mariage gay: des manifestants de Civitas appellent à une sainte colère - Boursorama

www.boursorama.com/.../mariage-gay-des-manifestant...
6 avr. 2013

ce que nous en savons

Manifestation anti-mariage gay: entre incidents et mobilisation décevante, Civitas rate le coche

Cela devait être le grand rendez-vous de l'extrême droite catholique., mouvement intégriste proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, la "grande manifestation nationale" du dimanche 18 novembre à Paris, a réuni plusieurs milliers de personnes. Une mobilisation, certes importante, mais bien en deçà de celle des manifestation de la veille, appelées par une dizaine d'associations, moins marquées politiquement et qui bénéficiaient du soutien tacite des autorités catholiques. En effet, les manifs du samedi avaient, entre autres, pour but de ne pas laisser le champ libre à Civitas. Sur ce point, elles ont parfaitement rempli leur rôle.

Manifestation anti mariage gay, du dimanche 18 novembre. DR.

Le défilé de Civitas "contre l'homofolie" s'est ainsi résumé à une grande réunion des familles de l'extrême droite. De l'Action Française au Mouvement national républicain (MNR, ex formation de Bruno Mégret) en passant le Parti de la France de Carl Lang, le Renouveau Français, de la Renaissance catholique, l'Alliance Royaliste ou encore de quelques militants du GUD. L'on remarquait aussi le chanteur du groupe de rock Hotel Stella, membre du Bloc identitaire. Il y avait aussi un petit cortège d'une vingtaine  de personnes des Jeunesses nationalistes qui dénotaient fortement avec leur look skinhead du reste des manifestants.

Plus surprenant, plusieurs personnalités du FN avaient fait le déplacement "à titre personnel". Comme la vice-présidente du FN Marie-Christine Arnautu, Alexandre Simonnot, Cyril Bozonnet et Jean-Marc de Lacoste-Reymondie, Gonzague Malherbe ancien candidat à la législative de la 12e circonscription de Gironde ainsi que quelques militants FNJ franciliens. Selon Mme Arnautu, Bruno Gollnisch et Gilbert Collard devaient aussi venir. Marine Le Pen n'a pas souhaité que le FN appelle en tant que tel à participer aux manifestations anti-mariage homosexuel. Elle a en revanche laissé la liberté à ses militants d'y aller ou pas.

M. Gollnisch avait déjà fait la manifestation du samedi, où s'étaient signalés plusieurs élus parisiens de l'UMP comme Bernard Debré ou Claude Goasguen. Le député du Vaucluse Jacques Bompard a lui aussi fait les deux manifestations. Il était dimanche en tête du cortège.

Incidents

Les manifestants ont défilé aux abords du ministère de la famille dans le 7e arrondissement de Paris,  scandant notamment: "Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d'hétéros"; "La France veut du boulot, pas le mariage homo" et  "Hollande, entends-tu la France est dans la rue".

En marge de la manifestation de dimanche, des incidents ont eu lieu. Des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen et des journalistes, parmi lesquels Caroline Fourest, ont été pris à partie et certains "roués de coups" lors de cette manifestation. "Une dizaine de militantes des Femen avaient décidé de faire une protestation pacifique et drôle, d'arriver habillées en nonnes avec des slogans humoristiques, et quand elles se sont avancées vers les manifestants, des types les ont pris en chasse, déchainés", a raconté Mme Fourest. "Les filles ont pris des coups dans toutes les parties du corps", ainsi que des journalistes qui les avaient filmées. Des photographes ont été "molestés", a également rapporté un photographe de l'AFP.

Le bilan pour Civitas dimanche soir est donc mitigé. Ses membres ont consacré beaucoup de moyens financiers (1 millions de tracts imprimés) pour organiser une démonstration de force qui n'a pas eu lieu. C'est donc une occasion ratée pour la direction remaniée du mouvement intégriste, de marquer son arrivée avec un succès.

En effet, Jean-Claude Philipot, ex commissaire général de l'armée de terre a été promu n°2. M. Philipot, il y a quelques années, était délégué général de Dies Irae, petite formation d'extrême droite catholique girondine dont les méthodes militarisantes connurent un certain succès médiatique. L'ancien officier d'Etat major, Dominique Chrissement a pris la direction de la revue de Civitas. Il était auparavant secrétaire général du mouvement.

Alain Escada, quant à lui, est devenu président de Civitas, remplaçant le très âgé amiral François de Penfentenyo. M. Escada résume son parcours ainsi: "Né à Bruxelles, c'est là que j'ai commencé à militer. J'ai eu le privilège, très jeune, d'être formé par le Lieutenant-Général Emile Janssens, dernier commandant en chef de l'armée coloniale belge puis rédacteur auprès de nombreuses publications catholiques en Europe et qui avait connu des personnalités comme Mgr Lefebvre [évêque schismatique, fondateur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. NDLR] et Salazar [ancien dictateur portugais. NDLR]."

Il faut préciser que Civitas privilégie deux canaux de recrutement : les militaires de haut rang, comme on vient de le voir, et les chefs d'entreprise.

 

 

15 octobre - réunion publique à Bergerac (campagne NON au "mariage" homosexuel)

affichecivitasouifamillenonhomofolie.jpgDans le cadre des réunions publiques organisées à travers toute la France pour permettre aux Français d'accéder à un débat jusqu'à présent confisqué, CIVITAS présentera les véritables enjeux et conséquences du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

Jusqu'à présent, seuls les partisans de ce projet de loi ont le droit de s'exprimer dans les médias. Il est temps de libérer les Français de cette pensée unique et de les autoriser à entendre les arguments de ceux qui refusent que l'Etat dénature la Famille, le mariage et la parenté.

RDV ce 15 octobre à 20h30

Salle Jean Barthe

Rue Jean Barthe (Bergerac)

Conférence - débat avec Dominique Chrissement

16 octobre - réunion publique à Périgueux (campagne NON au "mariage" homosexuel)

civitasrevue-nonaumariagehomo.jpgDans le cadre des réunions publiques organisées à travers toute la France pour permettre aux Français d'accéder à un débat jusqu'à présent confisqué, CIVITAS présentera les véritables enjeux et conséquences du projet de loi visant à légaliser le "mariage" homosexuel et l'adoption d'enfants par les duos homosexuels.

Jusqu'à présent, seuls les partisans de ce projet de loi ont le droit de s'exprimer dans les médias. Il est temps de libérer les Français de cette pensée unique et de les autoriser à entendre les arguments de ceux qui refusent que l'Etat dénature la Famille, le mariage et la parenté.

RDV ce 16 octobre à 20h30

Salle 2 du Lux

81 rue Talleyrand-Périgord (Périgueux)

Conférence - débat avec Dominique Chrissement

 

 

 

ven, 27/03/2009 - 01:34

Bruits de lattes chez les orphelins du Front National

Dimanche dernier, sur le parvis de Notre Dame à Paris, les Verts, Act-Up et le PC manifestaient gentiment contre les dernières déclarations du pape Benoit XVI sur le préservatif. Face à eux, un petit groupe de cathos traditionnels arborait un badge « Touche pas à mon pape ». Rien de bien grave : les militants avaient même été soutenus par la grande Frigid Bardot, star des nuits parisiennes low cost et épouse de Bacille de Koch, l’ex plume de Pasqua.

Sauf que cent cinquante nervis d’extrême droite survenaient sur les lieux et frappaient brutalement quelques militants de gauche. Résultat : deux blessés dans le premier camp, dix sept interpellations dans le second camp

 - JPG - 146 ko
© Oliv’

Droites radicales, unissez vous

Cette initiative musclée est la première, depuis des mois, à rassembler autant de militants de l’extrême droite radicale. Étaient présents le responsable des Jeunesses identitaires, ainsi que des membres du Rassemblement des étudiants de droite (RED) et des militants des Camelots du Roi.

Jolie troupe, dont le noyau était constitué de quelques dizaines d’allumés de « Civitas ». Lequel mouvement est un avatar de « la Cité Catholique », un groupuscule qui fut, pendant la guerre d’Algérie, l’interface entre l’extrême droite et les militaires de l’OAS.

Les services du ministère de l'intérieur voici deux ans, (2007) avaient noté la présence dans cette discrète organisation du colonel Chrissement, colonel d’active. Autant dire que « Civitas » compte encore des relais importants dans l’armée

Mot de l'Amiral François de Penfentenyo, Président d'honneur de Civitas

  extrait du sitede l'institut
Chers amis lecteurs,

Il m’est agréable de vous annoncer qu’Alain Escada est désormais nommé Président de l’institut Civitas. Il a pris ma suite à la date du 15 mai. Cumulant en quelque sorte deux fonctions, de Président et de Secrétaire général, il était nécessaire qu’il s’adjoigne un bras droit. C’est chose faite avec Jean-Claude Philipot, déjà très actif au sein de notre équipe, qui accepte bien généreusement de prendre cette charge, sous le titre de ‘délégué national’.

Ainsi arrive du sang neuf, peu à peu les ‘‘anciens’’ et co-fondateurs transmettent le relais, tout en gardant certaines responsabilités et activités au sein de Civitas. C’est le cas de Dominique Chrissement, notre précédent Secrétaire général, qui prend la direction de la revue, quant à moi j’accepte bien volontiers de devenir Président d’honneur.

Vous savez qu’à la fondation de l’institut en 1999, les objectifs ont été volontairement limités au seul volet ‘‘formation’’. A partir de 2006, il a été décidé de passer à un cran supérieur, Civitas s’engageant dans au minimum une action nationale par an. Puis à partir de 2009, Civitas a encore plus nettement élargi son rayon d’influence au travers de plusieurs manifestations de grande ampleur, également par d’autres actions moins visibles mais en profondeur : lettre trimestrielle à tous les élus de France, démarches auprès de Parlementaires et d’élus locaux, interviews dans divers medias… tout ceci contribuant largement à faire entendre publiquement la voix catholique et à redonner une énergie nouvelle aux générations montantes dans un contexte de plus en plus difficile.

Je tiens à redire ma très grande reconnaissance à Alain Escada pour sa remarquable maîtrise des activités qu’il mène et pour son enthousiasme communicatif, également à ceux qui avec beaucoup de dévouement assument une charge bien précise dans Civitas. Il nous faut avancer, continuer à convaincre que l’enjeu du combat est de plus en plus grave, que nous avons tous à tenir un créneau, dans le cadre de nos devoirs envers notre Patrie, actuellement otage et prisonnière des forces anti-chrétiennes.

Que St Michel, St Louis et Ste Jeanne d’Arc, tous les grands Saints qui ont fait la France, nous donnent force et courage ! Hauts les cœurs !

François de Penfentenyo, Président d’honneur de Civitas
 

01.34.11.16.94 - secretariat@civitas-institut.com
www.civitas-institut.com - www.francejeunessecivitas.com

  206641189.2
Veuillez trouver ci-dessous la liste des vingt premiers membres du comité de parrainage de l'Hommage national à Sainte Jeanne d'Arc qui se tiendra le 8 mai prochain à 14h30, de la place Saint Augustin à la place des Pyramides. 
Parmi eux, Aymeric Chauprade, géopoliticien bien connu, Pierre Bernard, l'ancien maire de Montfermeil, des professeurs de différentes universités, des officiers supérieurs, des présidents d'associations et des élus locaux.
Très régulièrement, nous vous informerons des nouvelles personnalités qui rejoindront ce comité de parrainage.
 M. Pierre BERNARD, ancien député, maire honoraire de Montfermeil (93), Président de l’Alliance Royale

M. Charles BERTHOLLET, maire de Rouvray (89)

M. Jean-Pierre BRANCOURT, Professeur émérite de l'Université François Rabelais de Tours

M. Aymeric CHAUPRADE, géopoliticien

Général (2S) Dominique CHRISSEMENT 

Dr Jean-Pierre DICKES, Président de l’Association catholique des Infirmières et Médecins. Ecrivain et journaliste. Responsable d’oeuvres humanitaires

 

extrait libération 11 12 2011: les élections municipales de 2014«Nous ne présenterons pas de listes sous l’étiquette Civitas, précise Alain Escada. Mais nous encourageons les catholiques à être candidats.» Plutôt dans les petites communes, là où les étiquettes politiques importent peu. La stratégie d’entrisme est clairement revendiquée. Pour mobiliser, Civitas a créé le «réseau Saint-Martin» et déjà organisé une réunion à Lambersart, près de Lille. 

extrait site internet Civitas

Dominique CHRISSEMENT a présenté la création toute prochaine du réseau SAINT MARTIN qui a pour but d'être un lieu d'échanges ,de soutien, de formation et d'information; il se concrétisera par la création d'un blog dont l'accès sera réservé aux membres du réseau : cet outil correspond à un besoin et il permettra d'accompagner le développement de l'action municipale entreprise par les catholiques et tout ceux qui adhéreront à cette action.

 

 

 

extrait de l'internet Civitas

pour le triomphe du Christ Roi. Aujourd’hui, ils se préparent activement pour les élections municipales de 2014... C’est à cet humble niveau des communes que leur présence comme maires ou comme élus catholiques est la plus utile.. Ils s’enracinent dans un terroir, se font apprécier des habitants par une administration locale qui suscite la satisfaction des habitants... S’ils sont sages, ils demeurent assez éloignés des grandes querelles partisanes. On en voit ainsi certains, dans différentes communes,..plébiscités par les honnêtes gens qui  saluent la qualité ..

 

Est-il de peu d’importance que l’administration des communes soit toujours laissée à ceux qui ne sont pas de vrais et fervents catholiques.. ou hostiles au règne de Notre Seigneur Jésus-Christ ?N’y a-t-il rien à faire ? Peut-on se contenter de seulement prier en laissant à Dieu le soin de nous sauver sans chercher à être les instruments dociles de son règne ?  Qui ne voit l’absurdité de laisser ces places vides et de ne pas faire le bien que pourraient faire des catholiques qui les occuperaient?

 

 Nous souhaitons donc qu’il puisse résulter des élections de 2014 la conquête de quelques dizaines de  petites mairies par des maires et des élus vraiment catholiques et soucieux de l’extension du règne de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Une implantation nouvelle, puis un enracinement catholique dans nos villages, dans nos communes, s’ils existent de nouveau, pourront faire revivre un peu de vraie religion là où se trouveront ces élus et faire émerger comme une troisième force, celle qui seule est capable de s’opposer et à l’islamisation et à la déchéance révolutionnaire de notre pays.

 

 

Un entretien avec Alain Escada, nouveau secrétaire général de Civitas (extraits)

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, a de grands projets pour cet organe de réflexion et de formation catholique. Attablés autour d’une bière belge sur la Grand-Place de Bruxelles – il est aussi le responsable de « Belgique et chrétienté » – nous lui avons demandé de parler d’une initiative qui déploiera ses ailes en France au mois de mai. Elle est à inscrire dans la volonté de refondation d’une droite nationale en déshérence qui a déjà donné lieu à plusieurs projets et regroupements

— Quel est donc l’objectif de votre projet ?

— Tout d’abord, remarquons qu’il n’y a rien à attendre de la politique si celle-ci n’est pas soumise à Dieu....

Ensuite, constatons, en France, au cours de ces dernières années, qu’une stratégie électorale axée sur les « grandes » élections – présidentielle, législatives – est vouée à l’échec, en tout cas dans l’immédiat.. Nous lançons un appel à la reconquête du pouvoir local. C’est à l‘échelon local qu’il nous faut commencer à œuvrer. En nous organisant de façon à influencer la vie culturelle, associative et politique des municipalités. Voilà un objectif qui, sans être démesuré, offre de nombreuses perspectives intéressantes, notamment dans les petites communes.

 C’est alors dans la vie locale qu’il faut nous investir. C’est en y reconstruisant un tissu naturel favorisant le bien commun que nous rétablirons les bases nécessaires à la restauration d’une France catholique.


— Sera-ce donc une politique de lobbying, dont vous avez d’ailleurs vous-même l’expérience depuis plusieurs années dans « Belgique et chrétienté »?..

— Oui, en quelque sorte. Nous voulons faire connaître la doctrine sociale de l’Eglise...Nous avons la ferme intention d’offrir notre assistance aux acteurs municipaux. A ce lobbying pourront s’ajouter, au cas par cas, des candidatures issues de nos rangs. Mais notre objectif demeure la mise en place d’une structure sur tout le territoire qui permette véritablement de mener une action de terrain.

— Cela suppose un réseau important. En avez-vous les moyens ?

— Civitas ne se lance pas dans ce combat sans disposer des quelques atouts que nous avons estimés indispensables..Nous avons déjà consulté une centaine d’élus municipaux, et nous avons pu constater que nous répondons réellement à une demande de leur part. De notre côté, nous disposons déjà d’un grand nombre de personnes qui sont prêtes à s’engager, à donner de leur temps, à travailler pour ce grand objectif. Nous avons des professionnels de haut niveau, des personnes ayant une solide formation sur le plan de la doctrine sociale de l’Eglise, beaucoup de compétences qui sont prêtes à se déployer.

— Cependant, Civitas est connu comme étant proche de la Fraternité Saint-Pie X. Cela ne constituera-t-il pas un handicap ?

  Dans cette action, nous ne visons nullement à mettre en avant la Fraternité Saint-Pie X, mais l’action individuelle, de personne à personne, auprès d’élus locaux. Notre expérience montre que des élus qui ne sont pas  traditionalistes  sont heureux de trouver auprès de nous quelqu’un pour les épauler sur le plan de l’action municipale.

Propos recueillis par Jeanne Smits et Olivier Figueras Article extrait du n° 6810 de Présent, du Samedi 28 mars 2009
l'abbé dit:
"Entrer dans les conseils municipaux, c'est aussi, à travers les activités culturelles, l'occasion de favoriser le beau et le bien et de dire non à la laideur et au mal. C'est le moyen, via la répartition des subsides communaux, de cesser de financer par l'argent du contribuable toutes sortes d'associations parasites et d'encourager au contraire des organisations travaillant véritablement au service du bien commun."
  "prendre pied au conseil municipal, c'est l'opportunité de veiller au contenu de la bibliothèque municipale, d'en extraire les ouvrages pervers et néfastes  et d'y mettre par contre en évidence des lectures édifiantes."

 

abbé de Cacqueray (institut Civitas )

 

 

extrait Ouest France

Civitas à Lanvallay

Mobilisation à Lanvallay, Saint Brieuc, Saint Malo et Rennes. Des catholiques lancent un appel à se mobiliser contre le travail le dimanche

La loi Maillé, votée dans la discrétion cet été, a ouvert dangereusement la possibilité du travail le dimanche. Dangereusement car cette loi apparaît néfaste  

Elle est antichrétienne car elle balaye la notion de Jour du Seigneur qui appartient à notre patrimoine culturel, que l'on soit croyant ou pas.

 

A l’initiative du Prieuré de Lanvallay et de l’institut Civitas une réunion se tiendra le lundi 19 octobre à 20 heures à la salle des fêtes de Lanvallay

pour lancer officiellement cette mobilisation et préciser les étapes de
cette démarche. Cette action doit aboutir à dissuader les maires de
lancer la procédure qui autoriserait les commerces de leur commune à
ouvrir le dimanche.

Interviendront à cette réunion :

– Monsieur l’abbé Barrère, responsable du Prieuré de Lanvallay : Tu respecteras le Jour du Seigneur
- Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas :
- Hervé de Cacqueray, paroissien du prieuré de Lanvallay : entreprendre des actions locales.

 

 

 

Civitas et les municipales sur la région

civitas dinan : france jeunesse civitas 

francejeunessecivitas.hautetfort.com/tag/civitas%20dinanEn cache 
 Une réunion s'est tenue dans la région de Dinan  pour réfléchir à la façon dont Civitas devait mobiliser

 

 
 Municipales de 2014: les Dinannais s'y préparent déjà

 

14:52 Publié dans Action municipales 2014, , action localecivitas dinan

ville-dinan2.jpg

Une réunion s’est tenue dans la région de Dinan  pour réfléchir à la façon dont Civitas devait mobiliser les fidèles de la Tradition aux municipales de 2014.

De ce week-end de réflexion, de travail, auquel plus d’une douzaine de personnes ont participé, quelques points clés sont apparus :

  1. Devenir conseiller municipal est une façon efficace d’exercer la charité au regard du plus grand nombre,
  2. Si tout le monde n’est pas apte à devenir conseiller municipal, tout le monde peut soutenir la campagne d’un bon candidat,
  3. L’engagement dans les conseils municipaux est une démarche permettant d’exercer une saine influence, mais elle ne prétend pas être suffisante pour refaire petit à petit une France chrétienne,
  4. La mobilisation des catholiques doit se faire en priorité dans les petites communes (jusqu’à 3 000 habitants) car il n’y a pas en général de listes bâties autour des partis politique
  5. Les catholiques de Tradition doivent être le levain de la pâte, mais notre démarche peut intéresser et motiver tous les catholiques dignes de ce nom
  6. La phase active de la campagne doit être précédée d’un travail visant à se faire connaître des habitants de sa commune, c’est une action qui doit démarrer dès à présent.

Beaucoup d’autres idées ont été brassées et nécessiteront réunions ou travaux par commissions, un argumentaire sortira sous peu qui explicitera les différentes facettes de cet engagement que Civitas veut susciter en 2014 parmi les catholiques.

 

  Monsieur Crrissement est aussi visible sur France 3 pour Civitas Ouest dans une vidéo présentée sur ce blog

(  interview au moment des manifestations TNB Rennes )

 

 

 

à l'article suivant et sous ce même thème "plan de sauvegarde"...des informations antifascistes ....et Civitas connu par un intervenant à la médiathèque

 

Sur ce blog et sous le thème "religion": "enquête"  sur l'institut Civitas

 

 

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans PLAN de SAUVEGARDE
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 14:53

 

nous retrouvons le général de Plélan le petit

clic Municipales : Civitas en campagne - 20 mars 2014



 

 

élection municipale 2014 à St Malo

  • Dominique Chrissement, Catherine Giraud-Petit, Jean-Louis Robin et Henri Huët, défendront les couleurs du FN.
    Dominique Chrissement, Catherine Giraud-Petit, Jean-Louis Robin et Henri Huët, défendront les couleurs du FN.

sources cf à suivre

La liste du FN serait prête mais reste secrète cf infos clic sur la photo

Municipales à Saint-Malo. L'ancienne directrice culture sur la liste FN

 

 

 

nous pensons qu'un couple de Pléan le Petit se présente...chacun se fera son idée

Les « 43 » de la liste FN

Bay Jeanne 31 ans gestionnaire de gites ; Bontemps Béatrice 59 ans commerçante retraitée ; Bougneres Marc 69 ans maquettiste naval ; Bozzetti Mariagrazia 59 ans artiste peintre ; Chomel André 66 ans pilote de ligne retraité ; Castellan Elisabeth 66 ans sans profession ; Chrissement Dominique 63 ans officier général retraité 

 

nous supposns que les noms en rouge sont ceux de citoyens de Plélan le Petit 

 

 

 

 

http://www.saintmalo2014-bleumarine.fr/images/Liste%20Saint%20Malo%20Bleu%20Marine%20V2014.01.16.JPG

 

 

 

sur la vidéo suivante

clic SAINT-MALO BLEU MARINE : LA LISTE EST BOUCLÉE ! - YouTube

cf aussi à la rubrique "religion" ou "plan de sauvegarde" sur ce blog

 

 

Les « 43 » de la liste FN à St Malo

 

 

Jean-Louis Robin, au centre, et une partie de ses colistiers.

 

source Saint-Malo. Le FN dévoile sa liste

Clic Liste mené par Jean-Louis Robin (Front national), "Saint-Malo

 

 

 un dossier du collectif antifasciste rennais , clic à suivre

dossier

 

 

Bulletin du pays malouin « rouge émeraude »

QUI SE RESSEMBLENT, S’ASSEMBLENT..

Notre curiosité a été attirée par l’un des candidats présents sur la liste F-HAINE de Saint-Malo, un certain Dominique Chrissement. Renseignements pris, il s’avère que ce monsieur, officier général à la retraite, résident à Plélan-le-Petit,est comme sa tête de liste un adhérent très actif de l’organisation catholique intégriste « Civitas ».

Il en a même été le secrétaire général avant d’être aujourdhui le directeur de sa revue..

Rappelons que ce monsieur a écrit une tribune carrément homophobe dans le Petit Bleu (des Côtes d‘Armor), le 20 juin 2013, laquelle a déclenché une vigoureuse polémique..

Voilà donc un candidat qui nous permet de confirmer notre caractérisation de la liste ROBIN comme une liste réactionnaire de la droite extrême, mixant intégrisme religieux, discrimination sexiste et hostilité vis à vis du monde du travail et de ses organisations.

 

 

 

 

REFLEXes (Site d’information antifasciste)
+ Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Manifestation contre le mariage pour tous du 13 janvier 2013, ambiance Travail, Famille, Patrie.

Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Le mélange des genres est au rendez-vous !

10 janvier 2013

http://reflexes.samizdat.net/spip.php ?article490

« La manif pour tous » du 13 janvier 2013 à Paris, qui se présente comme la mobilisation de tous les opposants au mariage homosexuel, s’annonce comme un beau bordel

3 points de départ différents, une multitude d’associations plus ou moins fantômes soutenant le projet, la droite parlementaire qui apporte son soutien sans mobiliser, une direction du FN qui, sous fond de guerre interne, se prend les pieds dans le tapis niveau communication sur le sujet, soit autant d’éléments qui vont permettre à l’extrême droite radicale de sortir se pavaner dans les rues en toute tranquillité .

Les militants et sympathisants d’extrême droite ont pour l’instant ciblé deux des trois points de départs officiels de la manif :

Porte Maillot
On devrait retrouver sur place le FN et le FNJ, mais également le Bloc Identitaire ainsi que sa section jeune Génération Identitaire, dont l’antenne parisienne, le Projet Apache a déplacé son hommage à Sainte-Geneviève, traditionnellement le premier dimanche de janvier, au samedi 12 janvier, sans doute pour profiter de la monté des militants de province pour la manif du lendemain. D’autres petits groupes nationalistes comme l’Action Française devraient également être au départ de la Porte Maillot.

Place d’Italie
Le 13ème arrondissement de la capitale de son côté va concentrer un maximum de radicaux, puisqu’à l’appel de Civitas, ils formeront un quatrième cortège, se regroupant rue Pinel, en marge du départ du cortège de la place d’Italie. A leur côté le MNR, la NDP, Le Renouveau Français, le Parti de la France et même le Cercle National des Combattants (CNC) de Roger Holeindre [1] ont annoncé leur présence. Les Jeunesses Nationalistes et l’œuvre Française, dont les locaux sont situés à proximité du point de départ de ce cortège, seront également de la partie. Une nouvelle fois le SO devrait leur être confié [2] . D’autres groupes tels que le Réseau Identité (les anciens du Bloc Identitaire, emmenés par le clan Roudier et Bouchu) seront également au rendez-vous de la rue Pinel, même si ils n’ont pas annoncé publiquement leur participation à cette mobilisation ainsi comme Troisième Voie, sans doute bien occupé par la préparation de sa manifestation contre l’Impérialisme à Paris le 2 février. Le groupe belge Nation fera sans doute le déplacement, puisqu’on a régulièrement aperçu ses membres autour des mobilisations touchant l’extrême droite catholique ces dernières années, et que son leader Hervé Van Leathem est un très proche du président de Civitas Alain Escada [3]

Jusque-là tout semble être dans la logique des choses, que l’extrême droite se mobilise autour de sujets très fédérateurs chez eux (la famille, le mariage …). Mais en y regardant de plus près, on découvre certains éléments passés sous silence assez surprenant.

« Tous en ordre de bataille ! »

Prenons par exemple l’un des conseillers du comité de pilotage de la "manif pour tous", Bruno Dary. Ce général, ancien gouverneur militaire de Paris, en fonction jusqu’à l’été dernier a été approché par les organisateurs de la manif pour s’appuyer sur son expérience dans l’organisation de défilé (dont celui du 14 juillet) et ses contacts avec la préfecture de police de paris.

Si l’on regarde du côté de l’extrême droite, on trouve l’abbé Denis Puga, un très proche de Civitas puisque officiant à St-Nicolas du Chardonnet aux côtés de l’Abbé Beauvais, l’abbé aux rangers [4], et dont le frère n’est autre que l’actuel chef d’état-major de Hollande (nommé sous Sarkozy, et maintenu par le nouveau pouvoir), le Général Benoît Puga [5] !

Or il se trouve que ces 2 hommes, le général Dary et le général Duga se connaissent très bien, et depuis fort longtemps. Tout deux sont en effet passés par le 2ème REP (Régiment Etranger de Parachutistes) [6], et sauteront ensemble sur Kolwesi en 1978 [7]. On peut penser que cela doit rapprocher deux hommes de cette trempe !! Si on doutait encore de leur proximité, le discours d’adieu (aux armes) du général Dary du 16 juillet dernier nous rappellera que c’est ensemble qu’ils ont accueilli le Président Sarkozy pour le défilé du 14 juillet, l’un en tant que Chef d’état major des Armées, l’autre en tant que Gouverneur Militaire de Paris.

Si on rajoute à cela quelques personnalités tels que Dominique Chrissement, général (CR) ancien chef d’état major de la zone de défense d’Ile-de-France et ancien secrétaire général de Civitas [8], ou encore l’Amiral François de Penfentenyo ancien président de Civitas (laissant la place à Alain Escada en mai 2012 tout en restant aujourd’hui son président d’honneur), cela fait tout de même beaucoup officiers de très haut rang (parmi les plus importants) autour de cette manif du 13, et dont l’un reste aujourd’hui, le général Puga, en fonction aux côtés de François Hollande !!

« Réunion secrète, plus pour longtemps !! »

Dans un registre un peu différent, mais très instructif aussi, le site Fafwatch a récemment mis en ligne des documents mettant en évidence le travail souterrain effectué par Civitas ces derniers mois dans différentes milieux politiques, en amont de la manifestation du 13 janvier, pour tenter d’élargir ses contacts et soutiens politiques. Le point d’orgue de cette stratégie étant la réunion qui se serait déroulée du 2 au 4 novembre 2012, sur le thème de « l’engagement chrétien en politique ».

Parmi les têtes d’affiche présentes on retrouve Bruno Gollnisch, l’égérie médiatique de « La Manif pour tous » Frigide Barjot (compagne de Basile de Kock, membre du GUD dans les années 70, et qui prêta sa plume entre autre à Charles Pasqua), Bernard Antony, Jacques Bompard (qui continue de cultiver ses réseaux dans les différentes chapelles nationalistes), mais également Christian Vanneste, toujours dans les bons coups, ou d’autres moins connus tels que Sébastien Tréjo [9], Axel de Boer [10], Jean-Pierre Maugendre de Renaissance Catholique, Michel de Poncins des Cercles Renaissance.... Beaucoup plus surprenante sera la participation de personnalités de la droite parlementaire (participation très certainement liée à l’aspect « confidentielle » de cette réunion), comme Laurent Wauquiez, François Rochebloine, Xavier Lemoine, Elisabeth Monfort, et même d’hommes politiques de « gauche » comme Bernard Poignant. Ce dernier, maire PS de Quimper et opposant au mariage pour tous, serait selon le journal Le Monde un « vieux copain d’Hollande » [11]) !! Avec de tels amis, et un chef d’état major tel que celui présenté plus haut, pas de doute Hollande est bien entouré pour faire passer ce projet de loi !!!

Paris, le 10 janvier 2013

[1] c’était bien là la moindre des choses de la part d’un homme d’honneur tel que Popeye (surnom de Roger Holeindre), puisque Alain Escada était présent et interviendra au rassemblement organisé par le CNC en l’honneur de l’armée d’Algérie le 30 juin dernier. Cette manif qui rassembla un bon millier de nostalgiques de l’Algérie française (pas tous en grande forme il est vrai !) était appelée par le « Comité de Liaison du Mémorial de l’Honneur Français » nouvellement créé et qui regroupe les plus grosses associations « algérianistes » tels que l’Adimad de Jean-François Collin, Jeune Pied-Noir de Bernard Coll, France-Résistance de Pierre Descaves, et bien sur le CNC de Roger Holeindre (qui confirme là qu’il est bien parti du FN avec son association d’anciens combattants, privilège très certainement dû à ses bonnes relations avec l’ancien président du FN)

Alain Escada durant son inervention, photo tirée du site de France Jeunesse Civitas

[2] Déjà présent le 18 novembre dernier pour cela, ils ne seront pas les derniers à se jeter sur les Femen lors de leur happening fort culotté (si l’on peut dire) il faut l’avouer. En effet sur les différentes vidéos et photos diffusés par la presse on pouvait reconnaitre certains militants des JN ou de l’OF à l’action, mais pas seulement puisque l’on reconnaissait aussi des militants FN (le fameux « Bounty » du FN-93), du RF, du Gud et même des fantomatiques JLC (tels que Tony B.), tout le monde voulant mettre la main à la pâte ! Le plus drôle dans cette affaire reste la dénonciation par certains d’une manipulation de la police, ayant vu sur certaines photos un des agresseurs donnant un coup de pied à une des militantes féministes et qui portait un brassard orange comme ceux de la police, créant là l’embarras chez les JN puisque eux ne s’y tromperont pas, il s’agissait en réalité d’un de leurs militants (FXG pour ne pas le nommer). Finalement ce seront 5 personnes qui se retrouveront en garde-à-vue à peine 10 jours plus tard et seront placés sous contrôle judiciaire. Ils sont défendus par Frédéric Pichon.

[3] il participa à la revue lancée par Alain Escada dans les années 90 « Polémique-Info » (voir http://www.resistances.be/nation02.html) et plus récemment, en 2005, A. Escada apportera son soutien à l’initiative « Identitaires de Wallonie-Bruxelles » d’Hervé Van Leathem (http://www.resistances.be/nsolidarisme06.html)

[4] Il fera son service au 6éme RPIMA (qui n’est pas vraiment n’importe quelle unité). En avril 2010 le caméraman du journaliste John Paul Lepers de la Télé Libre aura la chance de voir les rangers de l’abbé de très très près après avoir été mis au sol par ce dernier alors qu’il filmait devant St-Nicolas du Chardonnet. Plus récemment il fera parti des personnes qui feront courir les Femen lors de la manif Civitas, on le voit fort bien sur certaines vidéos

[5] Benoit Puga avant d’être chef d’Etat Major était à la tête de la DRM (Direction du Renseignement Militaire, une des composantes de la « Communauté française du renseignement » au même titre que la DGSE, la DPSD ou la DCRI). La presse d’extrême droite avait d’ailleurs salué cette nomination à l’époque, notamment Nations Presse qui le présente alors comme un fervent catholique

A lire avec liens et documents sur :
http://rebellyon.info/Le-seminaire-...

Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Publié le 10 janvier

Des royalistes, des conservateurs, un socialiste, et une chroniqueuse mondaine. Drôle d’assemblée à Paray-le-Monial pour préparer les actions contre le mariage pour tous. Frigide Barjot y aurait partagé le pain et le vin avec l’ancien ministre UMP Laurent Wauquiez, côtoyant joyeusement quelques personnalités des mouvances de droite extrême, dont Bruno Gollnisch, et tout le ban et l’arrière-ban des cathos intégristes… Jusqu’ici tenue secrète, cette réunion vient d’être révélée par un document interne qui leur a échappé. Petite analyse de cette union de circonstance… ou pas.

« RENCONTRE des « TÊTES DE RESEAUX » repré­sen­tant L’ENGAGEMENT CHRETIEN en POLITIQUE et L’ENGAGEMENT SOCIETAL CHRETIEN », c’est ainsi que Jean-François Debiol (ex-UMP de Rilleux) a inti­tulé la réu­nion qu’il orga­ni­sait du 2 au 4 novem­bre 2012 à Paray-le-Monial. Pendant ces 4 jours, les dif­fé­ren­tes com­po­san­tes de l’oppo­si­tion au mariage pour tous se sont relayées à la tri­bune, pour pré­sen­ter leurs mou­ve­ments, leurs modes d’action, et bien sûr envi­sa­ger les stra­té­gies com­mu­nes pos­si­bles entre eux. La plu­part des orga­ni­sa­teurs des mani­fes­ta­tions de décem­bre der­nier étaient pré­sents, et on peut logi­que­ment en déduire que les gran­des lignes de cette mobi­li­sa­tion se sont alors déci­dées. L’exis­tence de cette réu­nion n’avait pas voca­tion à être rendue publi­que, aucune annonce ne fut faite et les par­ti­ci­pants furent stric­te­ment triés sur le volet.

Or le pro­gramme de cette réu­nion a été récem­ment dif­fusé sur inter­net, accom­pa­gné d’une liste des par­ti­ci­pants confir­més. On y apprend que des ténors de l’UMP auraient cotoyé, en connais­sance de cause [1], les chefs de l’extrême-droite et des mou­ve­ments catho­li­ques inté­gris­tes, du Front National à Civitas.

Que s’est-il discuté à cette réunion ?

Dès le pre­mier jour de cette ren­contre, le ton est donné sous l’inti­tulé «  D’où venons-nous ? De qui, de quoi sommes-nous les héri­tiers ? ». Les inter­ven­tions sur les « raci­nes chré­tien­nes de l’Europe » ou sur la « voca­tion chré­tienne de la France », thé­ma­ti­ques chères aux tenants du choc des civi­li­sa­tions comme aux catho­li­ques inté­gris­tes, se sont donc enchaî­nées. Tout ce beau monde s’est ensuite retrouvé pour une messe, mais le pro­gramme ne dit pas si elle était dite en latin...

Le len­de­main, 3 novem­bre, c’est au tour des mou­ve­ments d’extrême-droite de se pré­sen­ter. On notera la pré­sen­ta­tion de Civitas, assu­rée par Jean-Claude Philipot, membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et numéro 2 de l’orga­ni­sa­tion, et la com­mu­ni­ca­tion sur « l’enga­ge­ment roya­liste ». Le pro­gramme du troi­sième jour est éclairant sur les stra­té­gies poli­ti­ques des par­ti­ci­pants. Après une pré­sen­ta­tion du projet de loi suit une dis­cus­sion inti­tu­lée « Comment pou­vons-nous les com­bat­tre (débat / brain stor­ming) ? ». On connaît de fait le résul­tat de cette dis­cus­sion. Suit un échange sur le thème « Et plus tard, aurons-nous envie de faire des choses ensem­ble (débat) ? », avant une messe anti­ci­pée. Le pro­gramme de cette jour­née laisse enten­dre en pre­mier lieu que les dif­fé­rents acteurs de cette ren­contre se sont bels et bien retrou­vés pour orga­ni­ser la contes­ta­tion qui a suivi. En second lieu, elle nous laisse à voir que des mem­bres de l’UMP ont par­ti­cipé à une ren­contre où il savaient qu’allaient être évoquées, débat­tues, les moda­li­tés d’une alliance pra­ti­que, pou­vant aller au-delà de la ques­tion du mariage pour tous, entre leurs mou­ve­ments et les com­po­san­tes de la droite extrême. On est bien loin des dis­cours tenus dans la presse par les repré­sen­tants de l’UMP.

Des personnalités de l’UMP qui auraient été présentes...

Certains noms sau­tent aux yeux lors­que l’on par­court la liste des par­ti­ci­pants ayant confirmé leur pré­sence. En pre­mier lieu, celui de Laurent Wauquiez, actuel député-maire UMP du Puy-en-Velay, ancien porte-parole du gou­ver­ne­ment de Nicolas Sarkozy. Son oppo­si­tion au mariage pour les cou­ples homo­sexuels est bien connue [2], et il avait déjà montré une cer­taine proxi­mité avec le Front National, ou tout du moins son pro­gramme idéo­lo­gi­que, puisqu’il évoquait un « devoir de com­pré­hen­sion » vis-à-vis de l’électorat fron­tiste" lors de la pré­si­den­tielle [3].

La très-catho­li­que Christine Boutin, quant à elle, appa­raît sur la liste des absents ou repré­sen­tés. Il n’est pas besoin de pré­sen­ter les ten­dan­ces homo­pho­bes de cette der­nière, ni de rap­pe­ler ses bien connues pos­tu­res, bible tendue, dans l’enceinte de l’Assemblée lors du débat sur le PACS. Mais, à l’instar du pré­cé­dent, elle s’était tou­jours défen­due, même dans cette mobi­li­sa­tion, de toute proxi­mité avec les catho­li­ques inté­gris­tes ou l’extrême-droite.

Outre ces deux per­son­na­li­tés de pre­mier plan, auraient également été pré­sents Elisabeth Monfort, Députée Européenne UMP-Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen (sic), Jean-Marc Nesme, acc­cueillant en sa qua­lité de député-maire UMP de Paray-le-Monial, Philippe Degestas, sous-prefet ( !) de la région Centre, Bernard Poignant, maire PS de Quimper et proche de Hollande [4], ancienne figure natio­nale de son parti, ou encore Patrick Laudet, ins­pec­teur d’Académie. Autant de par­ti­ci­pants qui n’ont guère d’inté­rêt à ce que leur pré­sence au coté du FN ou de Civitas soit dévoi­lée au public. On mettra de côté Christian Vanneste, ex-député de Tourcoing, ex-UMP et membre du Rassemblement Pour la France, ses fras­ques homo­pho­bes et ses nom­breux déra­pa­ges étant bien connus.

Lyon n’était pas en reste pour appor­ter son obole à ce triste céna­cle et la pré­sence de Denis Broliquier, maire DLC du 2e arron­dis­se­ment de Lyon, ainsi qu’Albéric de Lavernée, conseiller géné­ral UMP, étaient de cette partie de cam­pa­gne à relents homo­pho­bes.
Même Frigide Barjot avait confirmé. L’idole du mou­ve­ment contre le mariage pour tous nie toute pré­somp­tion d’homo­pho­bie. En privé pour mener sa cam­pa­gne, il semble qu’elle s’aco­quine avec des per­son­na­li­tés qui n’ont plus rien à prou­ver dans ce domaine-là.

... aux côtés du gratin de l’extrême-droite

Au côté de ces ténors de l’UMP (et du PS) on trouve des repré­sen­tants d’à peu près toutes les ten­dan­ces réac­tion­nai­res. Petit tour des amis de Wauquiez et Boutin :

Bruno Gollnisch (Front natio­nal, ex-n°2 du parti, membre du bureau poli­ti­que et député euro­péen) Cette figure du Front natio­nal n’est plus à pré­sen­ter, ses sor­ties racis­tes lui avaient valu une sus­pen­sion de son poste de pro­fes­seur à Lyon III et plu­sieurs pas­sa­ges devant les tri­bu­naux. Sur la ques­tion de l’homo­sexua­lité on pourra se conten­ter de la cita­tion sui­vante :
«  Plus de dis­tinc­tion entre les peu­ples, entre les nations, entre les cultu­res, entre les civi­li­sa­tions. Plus de dis­tinc­tion entre l’étranger et le natio­nal. Plus de dis­tinc­tion entre les sexes, les com­por­te­ments. Plus de dis­tinc­tion entre la famille stable, ordon­née à l’accueil de la vie, à sa trans­mis­sion, à l’éducation des enfants, et les unions plus ou moins contin­gen­tes, à deux, à trois, à plu­sieurs, par devant, par der­rière, etc. » Bruno Gollnisch, allo­cu­tion au Conseil Régional Rhône-Alpes du 8 octo­bre 2012.

Jacques Bompard (Maire d’Orange et député du Vaucluse)
Autre figure de l’extrême-droite fran­çaise, Bompard, fon­da­teur du Front natio­nal puis membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, s’est asso­cié au Bloc iden­ti­taire et a lancé la Ligue du Sud, pen­dant fran­çais de la très natio­na­liste « ligue du nord » ita­lienne, étiquette sous laquelle il vient de rem­por­ter les légis­la­ti­ves. Slogan de la Ligue du sud : « Identité, effi­ca­cité, sécu­rité ».

Bernard Anthony (AGRIF/Reconquête) : député euro­péen Front natio­nal de 1984 à 1999, a démis­sionné du bureau poli­ti­que de ce parti en 2003. Une petite cita­tion du per­son­nage, extrait de son blog perso :
« Nous défi­le­rons sans haine ni mépris pour les per­son­nes d’affec­ti­vité homo­sexuelle non osten­ta­toire et conqué­rante mais sans com­plai­sance pour les exhi­bi­tion­nis­tes des « gay-pride » en mal de lai­deurs obs­cè­nes sophis­ti­quées car, avec toute la culture juive et chré­tienne, nous savons que Sodome et Gomorrhe ne sont pas des modè­les de société dura­bles. »
Son mou­ve­ment, l’AGRIF, s’est fait connai­tre par ses procès en série contre ce qu’il consi­dère comme de la «  chris­tia­no­pho­bie ». Dernier procès en date, une atta­que contre le rap­peur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le socio­lo­gue et mili­tant Saïd Bouamama [5].

Jean-Claude Philipot (Civitas - membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et n°2 de l’orga­ni­sa­tion)
Le per­son­nage est un habi­tué des médias depuis que son mou­ve­ment a com­mencé à faire parler de lui en s’atta­quant à des pièces de théâ­tre jugées blas­phé­ma­toi­res. C’est la mani­fes­ta­tion de ce mou­ve­ment contre le mariage pour tous qui, à Paris, a ras­sem­blé la plu­part des mili­tants de l’extrême-droite radi­cale, qui s’y sont illus­trés en agres­sant les mili­tan­tes de FEMEN. Jusque-là les autres mou­ve­ments oppo­sés au mariage cher­chaient à faire croire qu’ils n’avaient aucun lien avec Civitas, c’est pour­tant en com­pa­gnie de Philipot qu’ils auraient par­ti­cipé à cette ren­contre au sommet.

Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Les orga­ni­sa­teurs de la Manif pour tous et l’UMP nient dans les médias toute rela­tion avec les oppo­sants les plus inté­gris­tes ou l’extrême droite et par­lent même d’infil­tra­tion. Mais en fait de mani­fes­ta­tion «  Bleu blanc rose », « limi­tée au projet Taubira », la mobi­li­sa­tion contre le Mariage pour tous s’ins­crit dans une ten­ta­tive de fédé­rer à nou­veau toute la droite, sur une base clai­re­ment réac­tion­naire : une mani­fes­ta­tion bien brune.

Mise à jour 10/01 23h45 : l’authen­ti­cité du docu­ment se voit confir­mer par le témoi­gnage de Christian Vanneste qui décrit dans une chro­ni­que sur son blog sa par­ti­ci­pa­tion à la ren­contre de Paray-le-monial. (info via @maieulr).

P.-S.

La liste des personnalités qui ont confirmé leur présence, ont été représentées ou juste invitées est ici loin d’être exhaustive. Le document permettra aux personnes qui veulent fouiller un peu plus de compléter.

Lire aussi :
- Un article de l’Huma du vendredi 11 janvier au sujet de cette rencontre : « Les intégristes ratissent large ».
- l’article très complet de REFLEXes : 13 janvier 2013, ambiance Travail, Famille, Patrie. Le mélange des genres est au rendez-vous !
- Civitas de l’intérieur. Quelques documents pour se faire une idée des névroses qui animent les membres de cette association d’extrême-droite.

 

 

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans PLAN de SAUVEGARDE

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif