2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 07:43

Rentrée scolaire 2016: le collectif constate une nouvelle diminution du nombre d'élèves...suivre l'historique au thème "scolaire"

école de Trébédan
Coût total : 1,2 million d'euro
s

évolution du nombre d'élèves..de 80 en 2012, à 57 en 2016...

ouest France septembre 2012:

Le dossier de la construction de la nouvelle école le Blé en Herbe semble sortir de l'impasse, après des mois d'incertitude. Le maire, Didier Ibagne, a annoncé la bonne nouvelle, mercredi soir, à son conseil municipal.

...À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3

ouest France septembre 2013

Belle journée de rentrée ce mardi matin, pour les 74 élèves de l'école Le blé en herbe. Ils ont retrouvé les classes mobiles le temps de la rénovation de leur école

ouest France septembre 2014

71 enfants ont fait leur rentrée à l'école Le blé en herbe.

A Trébédan, l'école du Blé en Herbe attire les caméras de TF1

Trébédan – le1er septembre 2016

La commune de 400 habitants a attiré les caméras de TF1, autour de son école refaite à neuf

Ce jeudi matin, 57 enfants ont fait leur rentrée au Blé en Herbe, dirigée par Nolwenn Guillou

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:43

Pour ce que nous savons, en 2012 les subventions accordées à l'école prvée de Plélan le Petit sont pour exemples

de 57 876e par Plélan, 3734e par St Méloir

 

 

Yves Allain

maire de Saint Michel de Plélan (22 980)

 

à

Michel Charasse

Maire de Puy-Guillaume, Sénateur du Puy de Dôme

1 place Jean Jaurès

63 290 Puy Guillaume

 

 

Monsieur le Sénateur et cher collègue,

 

Un collègue du Puy de Dôme m’a transmis l’interview que vous avez accordée à la Montagne. Vous y indiquez que l’article 89 de la loi du 13 août 2004 dont vous êtes à l’origine et faisant obligation aux communes de résidence de payer les frais de scolarité des élèves fréquentant une école privée dans une autre commune, relève « d’ une erreur », que vous avez « essayé de faire rectifier sans succès ». .

 

Vous indiquez, Monsieur le Sénateur, que vous auriez souhaité que soient visées par l’obligation de financer les écoles privées extérieures à la commune «  seules les communes rurales ne comportant plus d’école publique » 

 

C’est le cas de ma commune et c’est pourquoi je vous écris.

 

Monsieur le Sénateur, l’école publique de Saint-Michel-de-Plélan a été fermée par l’Inspection académique en 1995. Depuis nos enfants doivent fréquenter les écoles d’autres communes et la commune doit verser en application de la loi Debré et des accords Lang-Cloupet 4560 € cette année pour l’école privée de Plélan.

 

Trouvez vous normal que le budget de notre commune soit obligé de financer l’école privée de Plélan et de dépenser 7000€ par an pour les transports scolaires alors que notre école communale, en parfait état, pourrait accueillir dans de bonnes conditions les 39 élèves habitant notre village ?

 

Le 25 janvier 1948, au lendemain de la guerre, le préfet de mon département nous adressait une circulaire qui indiquait :

 

De multiples interventions se produisent au près des Conseils municipaux pour demander le vote au budget municipal de subventions directes ou indirectes aux écoles privées . Il s’agit là d’une action concertée de l’ APEL ( association des parents d’élèves de l’enseignement libre) au profit d’une politique déterminée qui est et doit restée extérieure au plan local.

Je vous rappelle que nos institutions scolaires ont retrouvé la légalité républicaine antérieure à la guerre par application de l’ordonnance du 17 avril 1945.

Au terme de cette légalité, les communes ne doivent en aucun cas, d’aucune manière, ni à quelque titre que ce soit, subventionner les établissements d’enseignement privé.

 

Nous sommes dans le pays, une grande majorité de maires de toutes opinions, opposés au financement public des écoles privées. C’est en particulier, pour reconquérir la laïcité et la démocratie, que j’ai pris l’initiative de lancer avec 25 maires un appel à nos collègues les invitant à une convention nationale les 27 et 28 mai prochain à Paris

 

Il me semble que ce qu’une loi a fait une autre pourrait le défaire et c’est pourquoi je vous propose cher collègue, de déposer un projet de loi ayant pour objet :

  • l’ abrogation de l’article 89 de la loi du 13 Août 2004

  • que les crédits publics soient réservés à l’école publique et laïque ce qui nécessite l’abrogation des lois anti-laïques

 

C’est dans cet esprit que je vous invite aussi à contresigner notre appel .

 

Soyez assuré cher collègue, de mes sentiments laïques et républicains les meilleurs.

 

à Saint-Michel-de-Plélan, le 3 mai 2004

 

le maire, Yves Allain .

 

 

 


Appel
POUR LA RECONQUETE
DE LA DEMOCRATIE POLITIQUE

Les circulaires des préfets arrivent dans nos communes pour nous demander de financer les écoles privées situées hors territoire communal au nom de l’ article 89 de la loi de décentralisation de 2004.

Les écoles privées nous demandent des sommes importantes alors que nous n’accordons pas les dérogations de secteur quand il reste des places dans nos écoles communales

Dans le même temps,  bien que nous ayons investi pour aménager nos écoles communales, l’article 86 de la même loi organise la mise en réseaux intercommunaux des écoles et la circulaire du 10 septembre 2004 ( Villepin-Coppé)  la fermeture de ceux ayant moins de 4 classes.

Entre 1981 et 2000 : 11 948 écoles communales ont été fermées et  5 833 communes  ont perdu leur école communale. Dans le même temps 500 écoles maternelles ont été fermées !.

Ainsi au même moment où l’Etat ferme nos classes et nos écoles publiques pour résorber le déficit public au nom du respect du pacte de stabilité du traité de Maastricht, on ordonne aux communes de financer les écoles privées.

Il s’agit là d’une atteinte sans précédent à l’existence même de l’école de la République dans nos communes alors qu’on vient de célébrer le centenaire  de la grande loi laïque de 1905  de séparation des églises et de l’Etat.

Faut-il rappeler qu’au lendemain de la guerre la République avait décidé de consacrer tous les crédits publics à la seule école publique comme en témoigne la circulaire du préfet des Côtes du Nord envoyées au maire le 25 janvier 1948 :

« De multiples interventions se produisent auprès des Conseils Municipaux pour demander le vote au budget municipal de subventions directes ou indirectes aux écoles privées.
Il s’agit là d’une action concertée de l’APEL (Association des Parents d’Elèves de l’Enseignement Libre) au profit d’une politique déterminée qui est et doit rester extérieure à notre plan local.
Je vous rappelle que nos institutions scolaires ont retrouvé la légalité républicaine antérieure à la guerre par application   de l’ordonnance du 17 avril 1945.
Au terme de cette légalité, les communes ne doivent en aucun cas, d’aucune manière, ni à quelque titre que ce soit subventionner les établissements d’enseignement privé.

C’est dans ce cadre que le conseil municipal de Sainte-Sabine sur  Longève ( Sarthe) en date du 16 janvier a délibéré à l’unanimité :­

« Des écoles privées du Mans, qui accueillent des enfants dont les parents résident sur Saint Sabine, sollicitent une contribution financière de la commune, prévue par la loi du 13 août 2004
(…) Les élus s’interrogent dans ce cas sur l’opportunité de consacrer des investissements importants pour l’accueil dans de bonnes conditions des élèves de la commune.
En conséquence,  le Conseil Municipal considérant :
)- que la commune est dotée d’équipements suffisants pour accueillir des enfants,
- que par ailleurs les familles qui choisissent d’inscrire leurs enfants en école privée doivent en assumer financièrement le choix
- que de surcroît, si les collectivités participent financièrement aux frais de fonctionnement des ces écoles, elles prennent le risque d’une hémorragie vers le privé ;
- s’oppose à l’unanimité à la participation financière demandée par les écoles privées pour ces enfants de la commune scolarisés dans leur établissement »

Nous approuvons cette délibération comme toutes celles qui vont dans ce sens.

Nous appelons nos collègues à participer avec nous à la convention nationale pour la reconquête de la démocratie qui se tiendra les 27 et 28 mai à Paris :
-    pour l’abrogation de la loi de 2004 et en particulier des articles 86 et 89
-    pour la reconquête de la laïcité : « fonds publics à l’école publique, fonds privés à l’école privée »
-    pour la réouverture de nos classes et écoles publiques
-    pour la rupture avec l’Union européenne

Régis Agussol, maire de Félines-Minervois( 34) Yves Allain, maire de Saint-Michel de Plélan ( 22 ) Marie-Jo Bertrand, maire de Crozet ( 01) Françoise Bullier maire de Argentenay ( 89) Pierre Capelli, maire de Saint-Jean-de-Fos (34), Bernard Chaverot, maire de Montrottier (69) André de Saint Jean maire de Ancy ( 69) André  Favereau maire de  Saint Philippe du Seignal (33) M. Delozanne maire de Pont Arcy (02) Dominique François maire de Carsan ( 30) Didier Fouché, maire de Soulitré (72), Olivier Martin maire de Gagnières (30) Marc Goutagny maire de Montremant(69) Jean Jacques Guilbert maire de Crecy-au-Mont (02), Johann Gouttebroze, maire de Pinay ( 42) André Haberli, maire de Challex (01) Yves Husson maire de Chanal ( 73) Claude Garnier-Tuau, maire de Sainte-Sabine-sur-Longève (72) René Giavarini, maire de Sérignac (82)  Jean-Paul Jover maire de Gignac (34) Daniel Jeannin, maire de Montenois (25) Gilbert Lorenzelli  maire de Saint-Alban de Montbel (73) , Jean-Marie Mistral , maire de Pelleautier ( 05)  Christian Moreau  Maire de Dannemoine (89)  Vincent Roland maire de Aiguèze (30) Thérèse Thoretton, maire de Courcy (14) Michel Tribes maire de Montignargue (30), Pascal Zuccheron maire de Marcieux (73),

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:42

Sainte-Agnès. Des enseignantes en première ligne

18 mai 2011«Les retraits d'enseignants, ça suffit!» Ornée d'un grand «stop» rouge, la banderole déployée à la vue de tous les parents et passants, au portail de l'école Sainte-Agnès, est on ne peut plus claire. L'enseignement catholique n'a pourtant pas l'habitude de se rebiffer mais le ras-le-bol, à l'école, semble général. Dans le département, 21postes de l'enseignement privé ont été supprimés, cette année. «Nous allons vers la fermeture d'écoles, explique lecorps enseignant. Les programmes demandent d'être plus présents au suivi des élèves, mais avec les conditions de travail qu'on leur impose, cela est très difficile».


Un demi-poste menacé

Et à les entendre, l'école Sainte-Agnès fait partie des structures qui font les frais de cette politique de rigueur. Un demi-poste serait ainsi supprimé à la rentrée de septembre. «Un vrai problème», sachant que certains élèves devront faire deux jours avec une institutrice et deux jours avec une autre. Nul doute que cela puisse être perturbant pour les petits. Les enseignants, eux, ont décidé de le faire savoir, et de ne rien lâcher.

 

 

L'école Sainte-Agnès perd un demi-poste à la rentrée - La Landec

jeudi 26 mai 2011

Entretien

Quelles sont les perspectives pour la rentrée 2011 ?

On perd 1/2 poste. On passera de 4 postes à 3,5. Les classes restent. On sera 2 jours par semaine à 4 classes et 2 jours à 3 classes. Il va falloir trouver notre rythme. C'est la classe de CE1-CE2 qui est concernée par la suppression. L'enseignante Erell Le Doré quitte l'établissement pour rejoindre Plumaugat à temps plein. Les CE1 iront en grande section CP 2 jours par semaine et les CE2 en CM1-CM2 2 jours par semaine. Il y a 21 suppressions de postes en privé dans le département et 23 dans le public.

Quand avez-vous appris cette information ?

Officiellement mi-avril, par la direction diocésaine de l'enseignement catholique. Depuis janvier, on savait qu'on était susceptibles de perdre 1/2 poste.

Quelles en sont les raisons ?

L'effectif global de l'école malgré tout stable depuis 2 ans. La 4 e classe avait été ouverte en 2008 pour 1/2 poste et le 2 e demi-poste en 2009. Une construction a été réalisée.

Comment réagissez-vous ?

Ce sera plus compliqué dans la gestion de l'organisation surtout pour cette classe répartie en 2 classes. Des élèves vont avoir 2 maîtresses différentes. Les années où ça ferme, l'effectif augmente dans les classes, il faut gérer avec plus de suivi, plus de travail personnalisé et des groupes plus chargés. C'est le nombre qui compte sans se soucier de la structure. On ne fait pas la même chose avec 25 élèves de CE2 qu'avec 25 CE2-CM1-CM2. Est-ce que ça va s'arrêter là ou est-ce que l'an prochain on perdra l'autre demi-poste ? Tout est remis en cause tous les ans.

 

 

La baisse d'effectifs entraîne la perte d'un demi-poste - La Landec

mardi 06 septembre 2011
Les enfants de l'école Sainte-Agnès, ici sur et auprès de la structure de jeux, aux côtés de l'équipe enseignante,lundi, peu avant midi.

L'événement majeur de cette rentrée scolaire à l'école Sainte-Agnès, est la perte d'un demi-poste d'enseignant, en raison d'une baisse significative d'effectif à l'école (dont 11 CM2 partis au collège).

Une nouvelle organisation également à mener pour l'équipe enseignante avec la classe de CE1-CE2 qui se retrouve déployée les lundi et mardi entre la classe de grande section-CP de la directrice Virginie Breuillat et celle de CM1-CM2 de Noémie Goinguenet. Les jeudi et vendredi, cette classe se retrouve en entier avec une nouvelle enseignante, Sterenn Leblanc. Delphine Lemarchand conserve quant à elle la maternelle de la très petite à la moyenne section. 64 enfants sont scolarisés et 4 tout-petits sont attendus.

Séjour à Jersey

Côté projets, chaque classe aura un thème bien particulier qui reste encore à affiner, mais un tronc commun sera assuré pour la préparation du spectacle de Noël entre les 3,5 classes. Quelques idées de sorties sont avancées et à étudier avec les familles : une sortie chez les pompiers pour les petits, une sortie au château de la Hunaudaye et à la ferme d'Antan de Plédéliac pour les grandes sections, CP et CE1 et un séjour à Jersey pour les grands. Mais rien n'est décidé pour le moment. Les familles souhaitent que l'aménagement de la cour se poursuive. Des séances de piscine seront proposées au 3 e trimestre de la grande section au CE2, ainsi que du sport tous les jeudis après-midi à la salle intercommunale et des déplacements à la médiathèque pour toutes les classes. Le premier repas de l'année aura lieu le samedi 8 octobre. En attendant, le pot de rentrée est fixé à vendredi 9 septembre, à 18 h 30, à l'école pour les familles.

 

 

Pas de subventions pour les séjours scolaires - La Landec

mercredi 28 novembre 2012

Des demandes de subventions ont été reçues en mairie du collège Notre-Dame de Broons, pour des élèves qui doivent participer à des séjours linguistiques et classe de neige. Deux élèves de la commune sont concernés par un voyage en Allemagne (4e et 3e), cinq élèves pour un voyage en Espagne (4 e ) et trois de 6 e pour un séjour neige. Le conseil a refusé d'attribuer des subventions car il ne le fait pas habituellement.

 

La commune aidera l'école en cas de difficultés

octobre 2013

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-article-detail/public/2013/12/10/la-commune-aidera-lecole-en-cas-de-difficultes.jpg

L'Ogec, qui gère le fonctionnement de l'école, affiche un déficit de 6 285 € et les prévisions de l'année en cours ne sont guère optimistes. Le maire présent a toutefois assuré que « la commune a toujours soutenu l'école et si un jour elle rencontre des difficultés, le conseil fera tout pour la soutenir afin qu'elle perdure. Une école c'est le coeur de la commune »

 

juillet 2013

Mardi soir, il y avait une réunion de conseil, à la mairie. Application des rythmes scolaires. Alain Besnard, maire et deux conseillères municipales ont assisté à une réunion concernant la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Il faut savoir qu'il faut un animateur pour huit enfants de moins de 12 ans. Concernant les locaux de mise à disposition, il n'y a pas de souci dans la commune. Il y a les locaux de l'école, la salle polyvalente, la salle multifonctions, la plateforme multisports et le terrain de football. Pour Alain Besnard, maire, « Cela est très compliqué à mettre en place, c'est une usine à gaz. » Le maire a fait savoir que les écoles privées n'étaient pas obligées d'y adhérer, mais c'est fortement conseillé. « On n'est pas obligé de dire oui à tout », ont nuancé certains conseillers. Le maire a proposé à l'ensemble des élus de ne pas prendre de décision pour le moment et d'organiser une rencontre avec les premières personnes concernées qui sont les institutrices, les bureaux de l'école et les parents. Sécurité routière. Depuis un mois, ont été posées des chicanes au niveau de l'école pour essayer de réduire la vitesse des véhicules. Les parents faisant partie du conseil ont dit que cela ne changeait rien. S'il n'y a pas de voiture en face, l'autre véhicule ne ralentit pas. M. Pansart, du conseil général, va faire parvenir un devis concernant deux plateaux de ralentissement (coussin berlinois) qui oblige une voiture à passer deux roues sur le ralentisseur. Syndicat de la salle omnisports. Le syndicat est en voie de création. La semaine dernière, les maires de l'ex-communauté de communes se sont réunis. En fonction de son nombre d'habitants, chaque commune paiera une cotisation forfaitaire. Les dépenses d'investissement seront basées sur le même calcul. Alain Besnard, maire, a parlé du cas particulier qui est Vildé-Guingalan. La commune fait partie de la Codi, mais les 160 enfants de l'école fréquentent la salle omnisports. Selon lui, elle n'a rien payé depuis quinze ans. Il serait normal qu'elle rentre dans le syndicat. Une concertation est prévue avec le maire, Jean-Yves Juhel. Accessibilité des locaux. Un diagnostic doit être établi pour début 2015. Il y a seulement deux bâtiments concernés : l'église avec une marche, le système est prévu mais reste à le fixer et l'accessibilité de l'estrade à la salle multifonctions pour les personnes à mobilité réduite.

nb le collectif: le financement de l'école est un vaste sujet. L' exemple de St Michel et son école publique "supprimée"(article qui précède), de Trébédan et de son projet soutenu par le privé pour une école pubique (voir plus loin), et ce jour La Landec pour l'enseignnent privé...sauf peut être pour a réforme des rythmes scolaires
novembre 2013

La réforme des rythmes scolaire soulève les débats. Gisèle Campion a relaté la réunion de coordination intercommunale qui a eu lieu lundi dernier. Un état des lieux de ce qui est fait et de ce qui se fait dans chaque commune a été fait. « Cela pose beaucoup de problèmes dans les communes qui ont des écoles ».

Il va en effet falloir trouver des activités, recruter du personnel. Un questionnaire a déjà été envoyé aux familles landecoises ayant des enfants scolarisés à l'école. L'école étant privée, il n'y a pas d'obligation de mettre en place la réforme des rythmes scolaires.

Une réunion aura lieu prochainement avec les élus et la directrice, pour voir ce qui peut être fait sur la commune. Selon le maire, Alain Besnard, l'idée serait de se mettre en accord avec l'école Saint-Pierre de Plélan-le-Petit, à propos de la décision qui sera choisi
Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:41

 

Les sources de financement privé pour l’école publique.

Elles arrivent par des voies comme le mécénat. Des programmes d’enseignement sont soutenus par de grandes entreprises, c’est la cas d’un projet comme « orchestre à l'école » développé grâce au mécénat d’Axa, Bouygues, LVMH…

A Paris le lycée « Louis Legrand » est soutenu par de très grosses entreprises : LVMH, EADS, Canal+ et L’Oréal.

Total a signé un accord cadre avec l'Etat, plus précisément avec le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative pour financer à hauteur de 4 millions d’euros la réforme des rythmes scolaires

 

 

 

A TREBEDAN...

t1

t2

t3

t4

  petit bleu 23 février 2012t5

 

 

 

Réduction d'impôt : Soyez aussi le bénéficiaire de votre générosité !

encourager la générosité des riches

 Les dons à une fondation donnent droit à une réduction d'impôt de 66% de leur montant pris dans la limite de 20% du revenu net imposable (au-delà, report sur les 5 années suivantes).

Pour une entreprise,  des réductions sont aussi "offertes"

De plus, une personne redevable de l'impôt sur la fortune ouvre droit à réduction égale à 75% du montant du don ce qui représente une part importante de l'ISF (pour un don de 50 000e et 45 000e en cas d'utilisation simultanée de la réduction pour don et de la réduction pour investissement dans les PME)

De plus, une donation temporaire d'usufruit au profit de la fondation de France (exemple), peut réduire la base taxable à l'ISF

 

Pour les entreprises, en cas de mécènats, la réduction d'impôt sur les sociétés est de 60% du montant dans la limite de 5 pour mille du chiffre d'affaires. Pour les dons supérieurs, l'exédent est reportable sur 5 années dans les mêmes conditions selon le code général des impôts.

Les dépenses pour parrainage peuvent être incluses dans les frais généraux de l'entreprise.

le collectif sait  

REPERTOIRE DU MECENAT D’ENTREPRISE

L’ADMICAL édite depuis plusieurs années ce répertoire très bien conçu qui regroupe par secteurs toutes les entreprises et les fondations qui font des actions de parrainage et de mécénat, avec, en fin d’ouvrage, une bibliographie assez complète. Pour tous renseignements :
ADMICAL
16, rue Girardon
75018 PARIS
Tél : 01 42 55 20 01
Fax : 01 42 55 71 32
e-mail : contact@admical.org

AREVA
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
28 févr. 2011 – mecenat@areva.com.fondation-soutien-a-l-education
le-soutien-d-areva-a-la-renovation-du-college-.. 
AREVA a participé à la rénovation de 13 salles de classe du collège ...

 La politique de mécénat d'AREVA traduit en réalisations concrètes  Education : Coopération école / entreprise

 EDF 

FONDATION EDF (SOUS L'EGIDE DE LA FONDATION DE FRANCE)
26, rue de la Baume,
75008 Paris
Tél. : 01 40 42 30 18

Dans le respect de ces finalités, la Fondation EDF Diversiterre favorise les croisements entre les différents domaines d’action que sont la nature, la santé, la culture et l’histoire. Partenaire des associations, des collectivités et des institutions, la Fondation s’appuie également sur les compétences et les expertises du groupe EDF, en particulier de la direction Recherche et Développement.

nature - biodiversité

 


100 000 € d'aide pour l'école par la Fondation de France - Trébédan

samedi 26 mai 2012

Le dossier de la construction de la nouvelle école le Blé en Herbe semble sortir de l'impasse, après des mois d'incertitude. Le maire, Didier Ibagne, a annoncé la bonne nouvelle, mercredi soir, à son conseil municipal. Une aide de 100 000 € sera débloquée pour 2012 par la fondation Carasso, créée par Daniel et Ninan Carasso (ex PDG de Danone) sous l'égide de la Fondation de France. Cette fondation souhaite soutenir des initiatives en cours, susceptibles de grandir ou de se reproduire, mais également de permettre l'accomplissement de projets dès leur conception.

Après plusieurs entrevues antérieures avec le sous-préfet Laurent Bernard, les élus trébédannais avaient le sentiment que le montant de leur projet et son financement « bloquaient » au niveau des représentants de l'État.

Les deux phases du projet n'avaient pas changé leur position au vu de la richesse de la commune. « Avec cette subvention, les choses bougent », a expliqué le maire. La Dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) serait accordée en 2013. Reste à recevoir la confirmation officielle de cet engagement préfectoral. Pour l'heure, le maire estime que cela « permet de continuer. »

La date du démarrage des travaux reste l'inconnue puisque les appels d'offres ne se feront qu'à l'automne. « Une réunion avec les commanditaires aura lieu d'ici à la fin de l'année. »

 

ce que nous en savons..

Un legs record pour la Fondation de France

La Fondation de France a reçu le plus important legs de son histoire – 467 millions d’euros – de la Fondation Daniel et Nina Carasso, créée en 2009. Décédé l’an dernier, Daniel Carasso a créé Danone France en 1929. Il a ensuite fusionné son groupe avec BSN, dirigé par Antoine Riboud. La Fondation soutient des projets dans l’art, la santé, l’éducation et le développement durable.

 

La Fondation de France touche le gros lot

07/10/2010 - 10:38

C’est un legs qui restera dans les annales de la philanthropie française. La Fondation de France a reçu le legs le plus important de son histoire : 467 millions d’euros ont été légués par la fondation Daniel et Nina Carasso a révélé le JDD du 19 septembre. Daniel Carasso, décédé en mai 2009, était le fondateur du groupe Danone.

 

Fondation Daniel et Nina Carasso

  • Statut : Fondation sous égide
  • Sous égide de : Fondation de France
  • Fondation adhérente du CFF
  • Année de création : 2010
  • Objet de la fondation :
    Soutien de projets d'intérêt général dans les domaines : - des arts et de la culture, notamment pour favoriser l'accès aux oeuvres, leur diffusion ainsi que la préservation ou la restauration du patrimoine historique et architectural ; - de la santé, notamment en matière d'accès aux soins, de nutrition, de recherche, et d'innovation ; - de l'éducation, pour lutter contre l'illétrisme et l'intolérance et soutenir la recherche sous toutes ses formes ; - de l'économie sociale.
  • Populations que la fondation soutient :
  • Domaines d'action de la fondation :
    • Arts et culture
    • Santé

 

 

 

 

Information sur quelques produits: source GRENNPEACE

 

Guide des produits avec ou sans OGM

La réglementation européenne impose un étiquetage des aliments contenant plus de 0,9% d'OGM. Le rejet des OGM par la majorité des consommateurs a permis de limiter le nombre de ces produits étiquetés en France.
Cependant, encore beaucoup de produits sont issus d'animaux nourris avec des OGM. Ils entrent alors dans notre alimentation à notre insu.
Le guide des produits avec ou sans OGM de Greenpeace cherche à pallier les insuffisances de l'étiquetage et donner aux consommateurs une information leur permettant d'éviter les OGM dans leur alimentation.

 

Vert  
  Rouge
Tous les produits laitiers issus de l'Agriculture Biologique (AB) Logo AB Logo Nature & progrès Logo Demeter Logo AB européen
Filière Bleu Blanc Cœur

Monoprix

Fromagerie Ebrard
Jousseaume Gaec

Yaourt au lait de chèvre

Le Domaine de Fantouillet
http://blog-s.greenpeace.fr/uploads/2011/11/OGM_LOGO.jpg

http://a4.ec-images.myspacecdn.com/images01/92/f6aef3c4d44048b06d3ad169523d9c80/l.jpg


Actimel

Danone

Activia

Danone

Bulle de Yaourt

Danone

Charles Gervais

Danone

Danacol

Danone

Danao

Danone

Danette

Danone

Dany

Danone

Fjord

Danone

Gervita

Danone

Jockey

Danone

Petits musclés

Danone



 


 

à suivre le projet d'école à Trébédan

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:40

école de Trébédan

Détail du marché public ou privé :

Maître d'ouvrage : mairie de Trébédan

Mode de passation : Procédure adaptée > à 90000 € HT

Descriptif du marché public ou privé :

Trébédan
reconversion, réhabilitation et construction d'équipements publics : école primaire "Le Blé en Herbe", 3·classes, cuisine et salle des restauration scolaire salle communale associative, bibliothèque, relais de la médiathèque intercommunale, Trébédan.
Procédure adaptée
1. Type d'organisme : commune de Trébédan.
2. Nom de l'organisme acehteur et du pouvoir adjudicateur : mairie de Trébédan, 4, place de la Mairie, 22980 Trébédan.
3. Description du marché :
Objet du marché : projet "Le blé en Herbe", reconversion, réhabilitation et construction d'équipements publics : école primaire "Le Blé en Herbe", 3 classes, cuisine et salle des restauration scolaire salle communale associative, bibliothèque, relais de la médiathèque intercommunale, Trébédan.
Type de marché : exécution.
Lieu d'exécution du marché : commune de Trébédan.
- tranche ferme : lots 1 à 2 pour bâtiments A, B et C.
Option bâtiment H lots 1 à 12.
Lot 1 pour les bâtiments D,E, F, G, J et K.
- tranche conditionnelle : lots 2 à 12 pour bâtiments D, E, F, G, J et K.
Variantes techniques : acceptées.
4. Procédure : procédure adaptée : art. 28 du CMP.
5. Financement (voir RC) : sur fonds propres et subventions.
6. Numéro et désignation des lots
Lot n° 01 : VRD, démolition, gros oeuvre, bâtiment h ;
Lot n° 02 : structure bois, bardage ;
Lot n° 03 : couverture, étanchéité ;
Lot n° 04 : menuiseries extérieures, bâtiment h ;
Lot n° 05 : cloisons, doublage, bâtiment h ;
Lot n° 06 : menuiseries intérieures bois, bâtiment h ;
Lot n° 07 : étanchéité à l'air, isolation, bâtiment h ;
Lot n° 08 : revêtements de sols, carrelage, faïence, bâtiment h, bâtiment e : carrelage des sanitaires extérieurs ;
Lot n° 09 : peinture, bâtiment h ;
Lot n° 10 : chauffage, ventilation, plomberie, sanitaires, bâtimen h ;
Lot n° 11 : életricité, CFO, CFA, bâtiment h ;
Lot n° 12 : équipements de cuisine.
Possibilité de présente une offre pour tous les lots.
7. Durée du marché ou délai d'exécution
Durée tranche ferme : 6 mois de chantier + 1 mois de préparation.
Date prévisionnelle de début des travaux : janvier 2013.
Durée de la tranche conditionnelle : 6 mois de chantier.
8. Conditions relatives au marché (voir RC).
9. Conditions de participation (voir RC).
10. Critères d'attribution
- critères prix : note de 0 à 10 (pondération 60 % de la note globale) ;
- critère valeur technique : note de 0 à 10 (pondération 40 %).
11. Date d'envoi de la publicité : 11 octobre 2012.
Date limite de réception des offres : 16 novembre 2012 avant 16 h.
Délai minimum de validité des offres : 120 jours à compter de la date limite de réception des offres.
12. Adresse où les offres doivent être transmises : mairie de Trébédan, 4, place de la Mairie, 22980 Trébédan.
13. Conditions de remise des offres : par dépôt ou voie postale à la mairie ou sur le site http://www.ouestmarches.com
14. Renseignements d'ordre technique :
Pour les plans lots 1 à 9 :
Mathieu Le Barzic, architecte, 6, rue du Docteur-Rochard, 22000 Saint-Brieuc, tél. 02 96 33 53 10, fax 02.96.61.17.28.
Pour le CCTP lots 1 à 9 : Olivier Rannou, économiste, 2, quai Armez, 22000 Saint-Brieuc, tél. 02 96 68 23 09, fax 02.96.68.23.05.
Pour les plans et le CCTP lots 10 à 12 : BET Fluides, FLEC, Parc des Hauts Rocomps, 35410 Châteaugiron.
Pour les plans et le CCTP lots 10 à 12 : BET thermique, Polenn, 12, rue Jean-Marie-David, 35740 Pacé, tél. 02 22 51 24 30, fax 02.55.51.24.40.
15. Retrait des dossiers : sous forme papier à retirer auprès de l'atelier de reprographie : Tirvit, 5, rue Jules-Ferry, 22000 Saint Brieuc.
Dossier remis contre chèque caution de 100 euros TTC à l'ordre du Trésor Public.
Sous forme dématérialisée en téléchargement à l'adresse suivante : http://www.ouestmarches.com
15. Différents et litiges :
Instance chargée des procédures de recours : Tribunal administratif, Hôtel de Bizien, 3, contour de la Motte, CS 44416, 35044 Rennes Cedex.
novembre 2013 le télégramme

1,2 M€ de travaux et 258.000 € de mobilier, le petit bourg de Trébédan met le paquet pour son école, dernier lieu de vitalité sociale, qui va faire l'objet d'une rénovation écolo et design.

Face à la désertification des petits bourgs ruraux, il y a ceux qui se résignent, et ceux qui s'accrochent pour enrayer la lente agonie. À Trébédan, au sud-ouest de Dinan, on n'a pas de pétrole, mais quelques idées.
Dernier moteur de vitalité sociale encore en activité, l'école « Le blé en herbe » est ainsi l'objet de toutes les attentions, et devrait présenter en 2014 son nouveau visage, au carrefour de l'art contemporain, des économies d'énergie et des liens intergénérationnels.
258.000 € de mobilier
De la table d'écolier au bureau de la maîtresse, le mobilier de la classe a totalement été revisité par la designer. « Chaque objet est une création unique, fonctionnelle et polyvalente, précise Matali Crasset. Les tables seront réglables en hauteur et pourront être assemblées ou individualisées, les chevalets pourront devenir étagères... Tout est pensé en vue d'une autoconstruction, afin de faire participer les parents d'élèves. » Côté budget, il faut compter environ 258.000 € pour ce mobilier design. Un peu cher, pour seulement 75 élèves répartis en trois classes ? « On aurait pu faire plus simple, mais l'originalité du projet nous a permis d'obtenir des financements qu'on n'aurait pas eus autrement : 60.000 € du ministère de la Culture, idem par le conseil général et la Fondation de France. On a aussi une piste auprès de la Fondation Carasso, pour un montant de 100.000 € », souligne Didier Ibagne.

Les deux premières extensions « L'accueil » et « La rencontre » ont été réalisées par l'entreprise Francial de Lille... source Extensions de générosité

Didier Ibagne, a évoqué la structure de jeu et la bibliothèque dessinées par la designer Matali Crasset, qui porte une partie du projet.  Quatre entreprises ont répondu à l'appel d'offres. Seule « La charpenterie » de Plerneuf répond aux critères demandés. Coût global : 90 979 EUR HT...

Clic Timelapse : l'igloo



Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:39

redynamiser le village à partir de l’école...

Éducation. A Trébédan, une école toute neuve et atypique

08 Février 2014 (extrait ouest France)

L’école Blé en herbe connaît une rénovation peu commune. Une designeuse a travaillé sur chaque détail pour répondre aux besoins des enseignants.

  • en 2015...situation de l'effectif des élèves??

58 enfants à l'école le Blé-en-Herbe

Septembre 2015 (ouest France)

Légère baisse des effectifs à l'école le Blé-en-Herbe ce mardi. Derniers travaux en cours pour l'école qui sera officiellement inaugurée vendredi 4 septembre.

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:39

extaits presse: les travaux pourraient commencer en 2012..situation pour 2013..

Le projet de la nouvelle école sera montré en exemple 

 

1 million d'euros 

Le permis de construire sera probablement déposé dans les 15 jours. « Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer en 2012 » a indiqué le maire Didier Ibagne. Sur un plan purement financier et à la question de certains élus quelque peu inquiets sur le montant des travaux, près d'1 million d'euros

 

2 degrès les matins d'hiver

 

t2

 

La recherche de fonds va être élargie

Mercredi, une journée de travail était organisée sur le projet de réhabilitation de l'école Le blé en herbe. Les travaux pourraient débuter en septembre-octobre. Le déménagement de l'école aurait alors lieu durant l'été.

 

100 000 € d'aide pour l'école par la Fondation de France - Trébédan

samedi 26 mai 2012
Le dossier de la construction de la nouvelle école le Blé en Herbe semble sortir de l'impasse, après des mois d'incertitude. Le maire, Didier Ibagne, a annoncé la bonne nouvelle, mercredi soir, à son conseil municipal.
...À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3 et un effectif stable.

 

en septembre 2012: 67 enfants au lieu de 80...un effectif lié au départ massif  en 6ème ( le collectif imagine que le maire pensait au redoublement pour 13 enfants???)


La mairie veut conserver le demi-poste de l'école - Trébédan

samedi 15 septembre 2012 (ouest France extrait)


Une rentrée en demi-teinte

Le maire Didier Ibagne a ouvert le conseil de rentrée, mercredi soir, en expliquant que « des gros dossiers et des tâches importantes nous attendent dans les prochains mois. Je pense que l'on va avoir besoin de se mobiliser et de se soutenir. Le déménagement de l'école se fera pendant les vacances de Noël. » Les travaux démarreront en janvier 2013. L'élu en a profité pour faire le bilan de la rentrée scolaire. « J'étais resté sur le succès de la fête de l'été or, nous avons eu une rentrée en demi-teinte avec un effectif en baisse lié au départ massif d'enfants en 6 e . » Aujourd'hui 67 élèves fréquentent l'école et des inscriptions sont prévues. « La mauvaise nouvelle est que le demi-poste d'aide pédagogique a été fermé. Nous n'avions pas été mis au courant et c'est en téléphonant au nouvel inspecteur que je l'ai appris. » Les élus ont rédigé une motion qui sera adressée à l'inspection d'académie.

Les manifestations revues

...CCAS: en raison des travaux de l'école et donc de la transformation provisoire de la salle des fêtes en restaurant scolaire. Les personnes qui en sont en charge, se réuniront prochainement pour en débattre.

 

Mercredi, en séance de conseil de rentrée les élus communaux ont évoqué les travaux de l'école avec notamment le déplacement de la cantine à la salle des fêtes où seront préparés et servis les repas, dès janvier 2013. « La salle ne sera donc plus disponible à partir du 22 décembre pour les manifestations privées ou associatives et cela durant toute ladurée des travaux », a précisé le maire. La commission de sécurité est passée. Elle a listé les travaux à réaliser pour mettre aux normesles locaux momentanément destinés aux repas des enfants. « Un passe-plat devra être fait. Nous demanderons à un artisan local un devis. » Des devis seront également demandés pour la révision de certaines installations.

 

L'école à l'ordre du jour du conseil municipal - Trébédan

vendredi 19 octobre 2012


On a encore beaucoup parlé de la future école au conseil municipal de mercredi. Le maire, Didier Ibagne, a informé l'assemblée sur les derniers éléments reçus. « Un appel à projet avait été fait auprès de l'Ademe et du conseil général, notre commune a été retenue. Nous avons obtenu un peu moins de 20 000 €. » Le conseil a validé l'appel d'offres qui a ensuite été publié. Les travaux devraient démarrer en janvier 2013 pour ce qui concerne la tranche ferme d'une durée de six mois suivie d'une tranche conditionnelle de même durée. L'atelier de reprographie Tirvit de Saint-Brieuc a été retenu pour le retrait des dossiers par les entreprises. Différents établissements bancaires seront consultés afin de connaître les taux d'intérêts. « Le montant du prêt oscillerait entre 200 000 € et 250 000 €. » Pour les extensions de générosité : quatre entreprises ont répondu. « Nous sommes dans l'attente de devis complémentaires. Ce dossier reviendra en conseil. »

 

 

Conseil : les prémices au chantier de l'école - Trébédan

mardi 13 novembre 2012


En séance du conseil municipal, l'école et sa future réhabilitation qui démarrera en janvier 2013. Le maire, Didier Ibagne, a évoqué la structure de jeu et la bibliothèque dessinées par la designer Matali Crasset, qui porte une partie du projet. « La commission communale a tenu compte de son avis pour choisir les entreprises. » Quatre entreprises ont répondu à l'appel d'offres. Seule « La charpenterie » de Plerneuf répond aux critères demandés. Coût global : 90 979 € HT.

L'assemblée s'est penchée également sur deux propositions concernant les classes mobiles, danslesquelles seront donnés lescours durant les travaux de réha-bilitation de l'école. La sociétéAlgéco a été retenue pour une location de six mois d'un montant de 29 855 € et 500 € pour l'installation de lavabos.

Ainsi deux classes primaires de 54 m 2 et une maternelle avec salle de sieste de 90 m 2 au total seront louées. Seront à prévoir des toilettes sèches, l'assurance et les branchements électriques, les arrivées d'eau et l'évacuation d'eaux usées. Les élus ont aussi adopté le principe du plan de financement. La part de la commune pourrait être d'environ 9 000 €, le reste étant pris en charge par la fondation de France, la Région, le Département. Leader devrait participer au mobilier de la bibliothèque.

 

source le télégramme novembre 2013 et réaction lecteur

en un mot..bobo quoi..

Trébédan. Le village où l'école sera écolo et design

2 novembre 2013 à 13h53 - 1 réactions

1,2 M€ de travaux et 258.000 € de mobilier, le petit bourg de Trébédan met le paquet pour son école, dernier lieu de vitalité sociale, qui va faire l'objet d'une rénovation écolo et design.

Face à la désertification des petits bourgs ruraux, il y a ceux qui se résignent, et ceux qui s'accrochent pour enrayer la lente agonie. À Trébédan, au sud-ouest de Dinan, on n'a pas de pétrole, mais quelques idées.
Dernier moteur de vitalité sociale encore en activité, l'école « Le blé en herbe » est ainsi l'objet de toutes les attentions, et devrait présenter en 2014 son nouveau visage, au carrefour de l'art contemporain, des économies d'énergie et des liens intergénérationnels.


Une école design
Depuis 2007, la commune est engagée dans un projet de rénovation originale de son école, en partenariat notamment avec le CAUE (*). « On est dans le cadre de l'action "Nouveaux commanditaires" de la Fondation de France, qui permet à des citoyens de passer commande d'une oeuvre à des artistes contemporains », explique Didier Ibagne, maire de la commune depuis 2008. Mais au lieu de commander une création artistique déconnectée du quotidien, c'est toute l'école qui a été repensée par la designer Matali Crasset. « Au départ, on était parti sur un projet de signalétique autour des sources de la commune. Puis au fur et à mesure des réunions avec les habitants, on s'est focalisé sur l'école, trait d'union entre les gens et les générations. À partir des besoins exprimés par les habitants, j'ai conçu le projet de rénovation, en lien avec l'architecte briochin Mathieu Le Barzic », indique Matali Crasset, qui a notamment imaginé quatre « extensions de générosité », structures multifonctions en bois ajouré. Afin de valoriser le rôle de l'école dans la vie communale, la cantine accueillera les activités associatives hors temps scolaire, et les jeux extérieurs seront ouverts au public.


258.000 € de mobilier
De la table d'écolier au bureau de la maîtresse, le mobilier de la classe a totalement été revisité par la designer. « Chaque objet est une création unique, fonctionnelle et polyvalente, précise Matali Crasset. Les tables seront réglables en hauteur et pourront être assemblées ou individualisées, les chevalets pourront devenir étagères... Tout est pensé en vue d'une autoconstruction, afin de faire participer les parents d'élèves. » Côté budget, il faut compter environ 258.000 € pour ce mobilier design. Un peu cher, pour seulement 75 élèves répartis en trois classes ? « On aurait pu faire plus simple, mais l'originalité du projet nous a permis d'obtenir des financements qu'on n'aurait pas eus autrement : 60.000 € du ministère de la Culture, idem par le conseil général et la Fondation de France. On a aussi une piste auprès de la Fondation Carasso, pour un montant de 100.000 € », souligne Didier Ibagne.


« On sera les petits radiateurs de la classe »
Le gros du budget reste la rénovation de l'école et la construction des nouveaux bâtiments, soit 1,2 M€, ces travaux étant subventionnés à hauteur de 60 %. « Il s'agit de bâtiments passifs », note le maire. Et pour expliquer le fonctionnement hautement économe en énergies de tels bâtiments, c'est encore les élèves de l'école qui en parlent le mieux : « Ce sera une grande boîte avec une grosse couette dessus, et on sera les petits radiateurs de la classe. »

Quatre « extensions de générosité » en bois

Imaginées par la designer Matali Crasset, quatre « extensions de générosité » feront partie intégrante de la future école. « Chacune des extensions a une fonction. L'une servira à faire le lien entre l'école et le reste du village, à l'extérieur. Une autre servira de garage à vélo et d'atelier de réparation. Une troisième sera destinée au jeu, et la quatrième sera un espace lecture », explique la designer. Ci-contre, l'extension « La rencontre », exposée en juin 2010, à Rennes, à l'occasion de la biennale d'art contemporain. (Photo DR)

Bâtiments passifs et conception contemporaine sont les fondements de la future école (document cabinet d'architecte Mathieu Le Barzic).

 

null

« On s'est focalisé sur l'école, trait d'union entre les gens et les générations. »

1 réaction

  • botul
    en un mot ...
    ...bobo quoi;-))
    Ajouté le 02 novembre 2013 à 14h52 

 

à la rubrique "scolaire" , toute l'aventure de la nouvelle école 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:38

 Pour mémoire, la  date d'ouverture de l'école de Trébédan est le 19 Janvier 1968

 

selon les informations visibles sur le net

 

source [PDF] Agir et décider

Près de Dinan, en pleine lande bretonne, le petit village de Trébédan tente de revivre

Notre école comprend trois classes pour environ 70 élèves, de la maternelle jusqu’à la fin du primaire, décrit Catherine, l'ancienne parent d’élèves. Elle est vraiment très vétuste. » Mais les bâtiments ne sont pas les seuls à avoir subi une certaine désaffection.
« Lorsque je suis arrivée avec Valérie, une collègue, il y a un peu plus de dix ans, nous avons ressenti un désintérêt des adultes », se souvient Nolwenn Guillou, la directrice.

Les deux institutrices constatent les mêmes difficultés et en partagent bientôt les analyses: Les élèves manquaient de confiance en eux, leurs besoins spécifiques n’étaient pas toujours pris en compte, certains éprouvaient des difficultés d’apprentissage.

A la présentation du projet en juin 2009 à la moitié du village réuni  : « il y avait une tension extraordinaire : tous ces regards pleins d’envies, qui pétillaient… Cette école porte le village. Ici, on touche au fond des choses, on parle de partage et on défend le beau pour tous. »

« Notre école, c’est l’unique activité qui rassemble tout le monde, résume Annie

Dans la région, nous sommes les seuls à en avoir encore une. Certaines familles alentours viennent désormais inscrire leurs enfants ici parce qu’ils ont entendu parler du projet. Elle n’est pas encore rénovée mais nous en sommes déjà très fiers. »

 

 

pour mémoire  aussi:

source Election municipale partielle à Trébédan

2005: Election municipale partielle à Trébédan , la liste animée par les Verts obtient 3 élus

Suite à la démission de quatre conseillers municipaux de droite au conseil municipal de Trébédan, suivis par trois membres de la majorité, une élection partielle vient d’avoir lieu.

A l’issue du deuxième tour de l’élection municipale partielle, dimanche 6 févrie 2005, où 234 électeurs sur 275 inscrits ont voté au deuxième tour de l’élection municipale, soit un taux de participation de 85,09 %, la liste menée par les Verts obtient, elle, trois élus : Nicole Toutain, David Raffray et Christian Leribault. Elle conforte ainsi la majorité du maire divers gauche, Gérard Hamoniaux, avec qui elle a passé un « contrat ».

Seule ombre au tableau pour les Verts, ses deux principaux animateurs, Didier Ibagne, porte-parole des Verts du pays de Rance, et Nicolas Guéguen n’ont pas eu le nombre de voix nécessaires

 


 


Depuis 2006 les « porteurs de projets » viennent à Trébédan pour rencontrer les habitants

 

«Notre école comprend trois classes pour environ 70 élèves, de la maternelle jusqu’à la fin du primaire, décrit Catherine ancienne parent d’élèves. Elle est vraiment très vétuste. » Mais les bâtiments ne sont pas les seuls à avoir subi une certaine désaffection.

 

« En 2008, s'est constitué un groupe de commanditaires

Ce groupe a proposé au conseil municipal, fraîchement élu, de valider une commande d'oeuvre auprès de la Fondation de France

Le groupe de commanditaires DidierIbagne,maire de Trébédan, MesdamesPatteta(candidate non élue à l'élection municipale opposition )Bouenard(conseil municipal opposition) Rodrigues(candidate non élue à l'élection municipale liste du maire)Hamoniaux(conseiller municipal liste du maire) et Monsieur Gueguen(candidat non élu à l'élection municipale liste du maire) parents d'élèves, Gérard Hamoniaux, ancien maire , Nolwenn Guillou, directrice de l’école « Le Blé en herbe », ValérieRousoux, maîtresse des écoles,Monsieur Petit,président du Club de l’amitié (3ème âge), Yvon Le Corre, ancien élève de l’école.

Pour le collectif: nous remarquons "les liens"de "vie politique" au niveau local entre les commanditaires. Pour certains l'histoire est ancienne: 

A l’issue du deuxième tour de l’élection municipale partielle, dimanche 6 février 2005 la liste menée par les Verts obtient trois élus. Elle conforte ainsi la majorité du maire divers gauche, Gérard Hamoniaux, avec qui elle a passé un « contrat ».

 

 

En avril 2008 la médiatrice propose de travailler avec Matali Crasset, designer de renommée internationale.

En juin 2009, elle présente son projet à la moitié du village réuni

En juillet 2010, la première extension de générosité est installée devant l’école. L’occasion pour tout le village d’organiser une fête

En septembre 2011, le permis de construire est déposé

En octobre 2012: Descriptif du marché public ou privé publication

Trébédan
reconversion, réhabilitation et construction d'équipements publics : école primaire "Le Blé en Herbe", 3·classes, cuisine et salle des restauration scolaire salle communale associative, bibliothèque, relais de la médiathèque intercommunale

Nous voyons là une partie de financement privé, non seulement pour une école publique, mais aussi pour une salle communale, un relais médiathèque intercommunautaire...

 

En décembre 2012: les travaux de rénovation de l'école doivent débuter en janvier. Durant les travaux, l'école va emménager dans des classes mobiles et utiliser la salle des fêtes pour au moins 6 mois.

 

En février 2013: une majorité de conseillers, dont le maire, a souhaité que la presse n'assiste pas aux débats du conseil municipal. Le plan de financement de l'école est voté

 

En février 2013 le montant des travaux est maintenant estimé à1 054 256 €.

 

En avril 2013: lors du premier budget intégrant la construction de l'école, les chiffres ont été passés au crible en présence du percepteur, M.Guezennec.

En mai 2013: les travaux ont repris sur le chantier de l'école. « Le délai est respecté », a indiqué le maire pour répondre à un élu qui estimait que le chantier n'avançait pas.

En juin 2013: en séance de conseil, le maire Didier Ibagne a évoqué le chantier de l'école.Les travaux qui avaient pris du retard sont aujourd'hui dans les délais

En septembre 2013: de nouveaux commanditaires de la commune : Michel Petit, Laurence Rodrigues, Clémence Essevaz, Nicolas Guéguen, Alain Hamoniaux, Didier Ibagne, Nolwen Guilloux ont pris la route vers Paris. La Commission nationale consultative de la commande publique du ministère de la Culture les recevait pour une audition et la présentation du projet école

En octobre 2013: Le mobilier des classes sera réalisé dans le cadre de l'action Nouveaux commanditaires, initiée par la Fondation de France. Le montant estimé de ce mobilier, pour 80 élèves, a fait sursauter l'assemblée. L'estimatif global à 258 650 €

 

 

 

Quelqu'un dit sur un site internet concernant l'école de Trébédan:  

Dans la région, nous sommes les seuls à en avoir encore une. Certaines familles alentours viennent désormais inscrire leurs enfants ici parce qu’ils ont entendu parler du projet. Elle n’est pas encore rénovée mais nous en sommes déjà très fiers. »

 

 

 

Le chiffre des naissances ou celui du nombre d'enfants scolarisés

ont leur importance pour l'avenir de l'école

 

extrait presse

nombre d'enfants à l'école

année scolaire 2011: « Ils estiment que non seulement leurs enfants sont pénalisés dans leurs apprentissages, mais que c'est l'école tout entière qui est pénalisée. Car l'établissement compte 78 élèves... »

rentrée scolaire 2013: Belle journée de rentrée ce mardi matin, pour les 74 élèves de l'école Le blé en herbe. Ils ont retrouvé les classes mobiles le temps de la rénovation de leur école

 

 

Un arbre pour chaque naissance de l'année

Naissances (chaque année une naissance = un arbre planté)

 

null

automne 2011 (4 enfants) Nathan Motel, Yoan Etchelo-Betelu, Newen Adam,  Marin Lavenne

 

 

null

automne 2012 (4 enfants) Marilou Le Hénaff, Nolan Durand, Emmy Revel, Kevin Gonçavels Tavares

 

  Élus et parents ont entretenu la plantation d'arbres située entre La Landelle et les Ajoncs.

automne 2013 (1enfant) Quitterie Guyot d'Asnières de Salins

  •  

  • Historique de la population de Trébédan de 1968 à 2007 :

  • 431 habitants en 1982

  • 391 habitants en 1990

  • 384 habitants en 1999

  • 377 habitants en 2007

  • 388 habitants en 2012 (recensement publié)
     

  • Fréquentation de l'école

  • 78 enfants en 2011

  • 73 enfants en 2012 (perspectives de rentrée)
  • 74 enfants en 2013

  • 71 en 2014
  • 58 en 2015
  • 58 enfants à l'école le Blé-en-Herbe

    Septembre 2015

    Les enfants, avec les trois enseignantes Nolwenn, Manuela, Valérie, Coralie, Atsem en maternelle et les deux EVS, Annick et Nathalie, présenteront un spectacle lors de l'inauguration de l'école, le vendredi 4, à 17 h 30.

    Légère baisse des effectifs à l'école le Blé-en-Herbe ce mardi. Derniers travaux en cours pour l'école qui sera officiellement inaugurée vendredi 4 septembre.

 

plus de détails, sur le projet et ses étapes:

cf les articles suivants à la rubrique "scolaire"


 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 08:32

Ecole Photographie Rennes

Biennale d'art contemporain de Rennes : l'Ecole le Blé en Herbe

blog_matalicrasset_extension.jpg

Biennale d’art contemporain de Rennes : l’Ecole le Blé en Herbe – avant-première

Dans le cadre des Ateliers de Rennes

ENSAB – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne – Rennes

exposition du 30 avril au 24 juin 2010

matali crasset, “extension de générosité”, pour l’Ecole Le Blé en Herbe Luka Bailo, Trébédan, 2010

 

 

évolution du nombre d'élèves à l'école


ouest France septembre 2012:
Le dossier de la construction de la nouvelle école le Blé en Herbe semble sortir de l'impasse, après des mois d'incertitude. Le maire, Didier Ibagne, a annoncé la bonne nouvelle, mercredi soir, à son conseil municipal.
...À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3 et un effectif stable.
ouest France septembre 2013 
Belle journée de rentrée ce mardi matin, pour les 74 élèves de l'école Le blé en herbe. Ils ont retrouvé les classes mobiles le temps de la rénovation de leur école
ouest France septembre 2014  
71 enfants ont fait leur rentrée à l'école Le blé en herbe.

Les travaux de l'école seront totalement terminés pour la Toussaint. Quelques aménagements restent à faire notamment au niveau des clôtures, de la cantine (les enfants continuent d'aller déjeuner à la salle des fêtes)... Les trois extensions de générosité inventées par Matali Crasset doivent être installées prochainement, dont une, dans la bibliothèque désormais libérée. En effet, les enfants de la classe maternelle ont découvert leur nouvelle classe achevée durant l'été, composée d'un bloc autonome avec salle de sieste et sanitaires.

une école "oeuvre d'art", "un projet qui impressionne jusqu'à Paris", "un projet qui sera montré en exemple"

Conseil. Les plans pour Le Blé en Herbe approuvés

1 juillet 2011( le télégramme )

Lundi, le projet Le Blé en Herbe était le point principal de la réunion du conseil municipal. Le cabinet Le Barzic est venu présenter les plans définitifs de la nouvelle école. Il y a quelques améliorations à apporter par rapport aux premiers plans. La cuisine collée à la salle de partage a été agrandie. Cette salle sera modulable grâce à la présence de rideaux car elle servira de réfectoire le midi et à d'autres activités l'après-midi. Les dimensions de la classe 1, dortoir et sanitaires ont été redimensionnés. Il faut savoir que le projet a été validé au niveau thermique. Ce sont des bâtiments passifs qui se chauffent naturellement par l'extérieur. Il y aura du triple-vitrage. Ces bâtiments passifs sont les premiers en Côtes-d'Armor. Du mobilier neuf sera acquis à savoir, entre autres, des tables modulables qui s'adapteront à la taille des enfants. Les plans ont été approuvés à l'unanimité par le conseil. Suite à cela, après avoir reçu les estimations par lot, le permis de construire sera déposé. Puis suivront les demandes de subventions à différents organismes. Une demande sera faite au conseil général, à Leader pour la salle de partage et la médiathèque, aux Caisses d'allocations familiales pour la garderie. Le budget de 939.000 EUR HT a été validé par le cabinet Le Barzic. Le mobilier n'est pas compris. Il fait l'objet d'une commande publique. Il sera fait une étude et elle sera déposée au ministère de la Culture. D'autres dossiers ont aussi été abordés.

Une construction passive pour la future école le Blé en herbe

mercredi 06 juillet 2011
Les architectes ont travaillé en lien avec un designer, Matali Crasset, sur le projet de l'école.

Le projet de l'école le Blé en herbe a été présenté, lundi soir, en conseil municipal par les architectes Mathieu Le Barzic et Christophe Gauffony en charge du dossier. Très innovant selon les professionnels, « il serait le seul de ce type dans l'Ouest ».

Les bâtiments tiennent compte de l'existant. Il s'agira d'une construction passive (sans chauffage traditionnel intégré). Des extensions ont été dessinées par la designer et une salle sera partagée entre l'école et les associations locales. La cuisine servira uniquement pour l'école.

Dans ce type de construction passive, le principe, « très employé en Autriche », consiste grâce à des matériaux adaptés, à chauffer une pièce par une ventilation spécifique (double flux) et à utiliser la chaleur corporelle des occupants des pièces. Néanmoins, ce chauffage a ses limites. Il demandera, le lundi un réchauffement de l'espace durant les premières heures. « La surface vitrée à triple vitrage d'un des bâtiments est comme un radiateur », a expliqué Christophe Gauffony.

1 million d'euros

Le permis de construire sera probablement déposé dans les 15 jours. « Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer en 2012 » a indiqué le maire Didier Ibagne. Sur un plan purement financier et à la question de certains élus quelque peu inquiets sur le montant des travaux, près d'1 million d'euros, le maire Didier Ibagne a précisé qu'aucune demande de subvention n'était pour l'heure faite en raison de l'avancement du dossier. Franck Mélet et Alain Hamoniaux, conseillers municipaux et partisans du projet, se veulent rassurants : « Il faut avoir confiance dans la qualité du projet et avancer. »

À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3 et un effectif stable.

 

Le maire apporte des précisions sur le projet de l'école
samedi 09 juillet 2011

Le projet de la future école évoqué lors de l'avant-dernier conseil municipal est, comme le précise le maire de la commune Didier Ibagne, « inscrit au Contrat de territoire du pays de Plélan, contrat financé par le conseil général. L'enveloppe prévue pour notre projet s'élève à 200 000 € ».

L'élu souhaite apporter quelques précisions sur le plan de financement « un dossier a été déposé auprès des services de l'État (aide de 20 à 30 %), voire 35 % (bonus écologique). Il fait l'objet d'une demande de complément d'informations avant d'être validé ». La commune va en outre poser sa candidature au projet EcoFaur 2011 auprès de la Région « une aide de 25 %, plafonnée à 100 000 € ».

Le dossier de candidature « est en cours de rédaction » assure-t-il. Et d'ajouter : « Parallèlement, nous avons déposé un dossier auprès du GAL du pays de Dinan, dans le cadre du programme Leader car le projet le Blé en Herbe dépasse le cadre de la construction scolaire avec une création d'espaces partagés ouverts sur des temps extrascolaires. »

Sur l'avancée du dossier : « Effectivement, à l'heure actuelle, nous n'avons ni la certitude d'obtenir toutes ces aides, ni la connaissance des montants exacts de celles-ci. Nous avançons à pas comptés, mais nous avançons. » Enfin, le maire souligne que « la première pierre du chantier ne sera posée que lorsque nous aurons l'assurance d'avoir un plan de financement précis et favorable. »

 

 

le télégramme 10 septembre 2011

ÉCOLE LE BLÉ EN HERBE. Le permis de construire est déposé, mais il reste quelques documents à fournir. Le maire a été autorisé à prendre plusieurs délibérations. Une concernera une demande de subvention auprès du conseil général, dans le cadre du contrat de territoire. Une autre sera demandée auprès des services de l'État, pour une réactualisation de la première, car le montant des travaux a été revu à la hausse, et une concernera le programme Leader, pour les espaces partagés. Une subvention va être aussi demandée au conseil général, à la Région et au sénateur, concernant le mobilier de jeux extérieurs et le mobilier de la médiathèque

 

 

Le projet de la nouvelle école sera montré en exemple 

lundi 06 février 2012
Michel Petit, Alain Pinoges photographe, Annie Hamoniaux, Laurence Rodriguez, Christelle Julien, Mireille Alphonse, journaliste, Didier Ibagne, maire et Nicole Toutain ont préparé, mercredi soir, la journée de rencontre à l'école qui s'est déroulée jeudi.

La Fondation de France apporte un soutien financier au projet de la nouvelle école, qui compte un volet artistique. Elle souhaitait un reportage sur une « démarche participative », comme pour 11 autres sujets en France. Elle éditera, à ce sujet, une plaquette au printemps.

Jeudi, Mireille Alphonse, journaliste, et Alain Pinoges, photographe, ont rencontré les enfants, l'équipe enseignante, le personnel, mais également l'un des architectes, Mathieu Le Barzic, Didier Pidoux du CAUE 22. « Tous les enfants ont retenu quelque chose sur le projet, quel que soit leur âge. J'ai été surprise de voir des architectes accueillis par les élèves comme des enseignants. Ils sont à l'écoute et la parole des enfants est aussi écoutée », indique Mireille Alphonse. « L'explication du plan par exemple, ce n'est pas facile, mais avec des mots adaptés à chaque âge les enfants comprennent. Le travail pédagogique est important. »

Mercredi 8, une nouvelle réunion avec des représentants de la Fondation de France, les commanditaires, les élus, le CAUE, les architectes, mais également Matali Crasset, artiste designer du projet. L'appel d'offres devrait être prochainement lancé et les travaux pourraient débuter à l'automne.

 

pour rappel: descriptif du marché public ou privé...des fonds privés pour le service public

Trébédan
reconversion, réhabilitation et construction d'équipements publics : école primaire "Le Blé en Herbe", 3·classes, cuisine et salle des restauration scolaire salle communale associative, bibliothèque, relais de la médiathèque intercommunale

La recherche de fonds va être élargie pour l'école

samedi 11 février 2012
Matali Crasset, artiste designer parisienne qui a réalisé les plans de la nouvelle école et imaginé le concept mobilier, est venue travailler mercredi avec les commanditaires. Elle est ici aux côtés de Valérie Ronsoux et Manuela Arnaud, enseignantes.

Mercredi, une journée de travail était organisée sur le projet de réhabilitation de l'école Le blé en herbe. Autour du groupe de commanditaires et d'élus, étaient présents les architectes, le CAUE, la Fondation de France, l'artiste designer Matali Crasset, les enseignantes, parents d'élèves, le personnel de l'école, l'amicale laïque. Les modifications de plans ont été expliquées par Mathieu Le Barzic l'architecte. Un point a été fait au niveau budgétaire et sur les subventions sollicitées. Les réponses sont attendues pour le mois de mars.

Mais l'ensemble des intervenants est bien conscient qu'il faut trouver d'autres fonds ou moyens par d'autres biais. « Nous sommes dans une mauvaise conjoncture » indiquait le maire Didier Ibagne. Et il semble que tous les engagements ne puissent être tenus. Des recherches financières vont être menées jusqu'au mois de juin vers d'autres interlocuteurs pour la partie bâtiments et des recherches d'expériences et compétences pour la partie mobilier (hors tables, chaises et tableaux).

Le groupe de travail a imaginé un système participatif de parents, éventuellement de lycéens en section menuiserie, des amis de l'école... Les travaux pourraient débuter en septembre-octobre. Le déménagement de l'école aurait alors lieu durant l'été.( le collectif espère un chauffage "efficace" en attendant la nouvelle école )

 

L'école le Blé-en-Herbe, le gros morceau du budget - Trébédan

mercredi 04 avril 2012

Les élus ont planché sur les chiffres lors du dernier conseil municipal. 297 584 € sont inscrits en fonctionnement, 699 508 € en investissement. Cette année, l'investissement majeur est l'école le Blé-en-Herbe avec 625 661 € provisionnés. Les subventions attendues viendront du Département, de la Région, de l'Ademe, de la réserve parlementaire, de la DETR (dotation équipement des territoires ruraux). Des emprunts et de l'autofinancement seront nécessaires.

Durant les travaux, le restaurant scolaire sera déplacé à la salle des fêtes. Le conseil municipal a décidé de suspendre sa location à partir du 1 er septembre. Des préfabriqués seront loués et installés sur le parking de la salle des fêtes pour les classes. L'espace sera clos pour sécuriser les récréations.

 

Lors du dernier conseil municipal, le maire Didier Ibagne est revenu sur le chantier de l'école. « Pour le bâtiment de la maternelle, les travaux sont bien avancés. La semaine prochaine, les huisseries seront posées.

Pour la salle de partage et de restauration, le sénateur Le Cam a débloqué une enveloppe de 10 000 € », a indiqué l'élu.

  la réserve parlementaire?

Programme 122. C’est sous ce code que se cache la réserve parlementaire. Une enveloppe de 58 millions d'euros répartis entre les sénateurs. Trois personnages sont un peu à part : le président du Sénat, celui de la commission des finances et le rapporteur général ont droit à plus de 3 millions chacun. Au final, tous les sénateurs ne la perçoivent pas, mais en moyenne cela représente 130.000 euros que chaque élu doit utiliser pour soutenir des projets d'équipements comme des crèches ou des centres de loisirs par exemple. Si le choix est à la discrétion de l'élu, le tout serait très encadré...

Problème, il est souvent difficile de connaître précisément comment est réparti la somme par les sénateurs faute d'une réelle transparence. Et les critiques pleuvent, notamment sur des utilisations à des fins clientélistes.

 

Le début des travaux de l'école prévu en janvier 2013 - Trébédan

lundi 02 juillet 2012
C'est en janvier 2013 que les travaux de rénovation de l'école doivent démarrer, ils dureront un an.

L'état d'avancement du dossier de rénovation de l'école Le blé en herbe était au coeur des débats d'une réunion publique, jeudi soir, à la salle des fêtes. Le dossier a pris du retard. « La phase projet est terminée. Le dossier de consultation des entreprises sera prêt d'ici quinze jours. Il sera lancé en septembre par le biais des marchés publics. Le démarrage des travaux est prévu pour la rentrée de janvier 2013, indiquait Didier Pidoux du CAUE (conseil en aménagement, urbanisme et environnement). La réalisation de l'école se fera en deux temps de façon à limiter le coût de location des classes mobiles. »

Énergies renouvelables

Durant les travaux, l'école sera transférée sur le site de la salle des fêtes qui servira de cantine. Trois classes mobiles seront installées de façon à faire un espace clos avec la salle des fêtes, pour former une cour de récréation extérieure. La première phase de rénovation (deux classes et bibliothèque) serait achevée pour la rentrée de septembre 2013.

Les enfants pourraient alors rejoindre l'école, la poursuite des travaux pourrait se dérouler sans les perturber. L'ensemble de la rénovation serait achevé pour janvier 2014. « Cette école dite passive sans chauffage nécessiterait simplement un préchauffage le temps que les enfants arrivent », indiquait l'architecte, Mathieu Le Barzic.

La salle de partage servira de restaurant scolaire, mais aussi pour les associations qui n'auront pas accès à la cuisine. Une ligne de meubles sera réalisée spécialement pour la commune à qui elle appartiendra. Une oeuvre d'art à laquelle l'artiste designer parisienne, Matali Crasset participe. Les parents seront sollicités pour participer à une partie de la fabrication des meubles.

Emily Duthion de la SCIC énergies renouvelables du pays de Dinan est venue rappeler la convention Enescom à laquelle la commune a adhéré, avec le projet de rénovation de l'école. L'objectif d'ici 2020 étant la réduction de 20 % des émissions des gaz à effet de serre dans la commune, 20 % d'économies d'énergies et une production de 20 % d'énergies renouvelables.

 

 

Les classes mobiles ont été livrées pour six mois - Trébédan

vendredi 21 décembre 2012
Douze modules de classes mobiles ont été installés lundi pour les 3 classes de l'école qui vont emménager près de la salle des fêtes dès janvier en raison des travaux de rénovation qui vont durer plusieurs mois.

Les travaux de rénovation de l'école doivent débuter en janvier. Durant les travaux, l'école va emménager dans des classes mobiles et utiliser la salle des fêtes pour au moins 6 mois.

Lundi matin, les 12 modules Algéco ont été livrés par l'entreprise Williamson transports et installés à l'aide d'une grue. Les classes mobiles ont pris place près de la salle des fêtes, dos à la route. La salle servira à la fois de cantine scolaire et de salle de garderie, elle sera séparée en deux par une cloison mobile qui va être installée. Les réseaux d'électricité, eau et téléphone doivent être mis en service pour la rentrée de janvier.

Le déménagement de l'école aura lieu les 2 et 3 janvier. La municipalité sollicite toutes les personnes disponibles pour l'installation de la cuisine, les toilettes sèches, réaliser des peintures, aménager la salle et sécuriser le site durant les vacances de Noël entre le 22 et 29 décembre et du 2 au 5 janvier. Le parking de la salle des fêtes qui servira de cour a été restauré par l'entreprise TPCE. L'entrée de l'école se fera par l'arrière de la salle des fêtes et la garderie par l'entrée de la salle des fêtes.

La classe de cycle 1 qui se trouve à l'école, sera démontée par le club de football qui souhaite la réutiliser.

 

 
 

Le chantier de l'école du Blé-en-Herbe prend du retard - Trébédan

samedi 19 janvier 2013

C'est donc en présence de Mathieu Le Barzic, architecte, et Didier Pidoux, du CAUE (conseil architecture urbanisme environnement) que le conseil municipal s'est penché sur les réponses des entreprises à l'appel d'offres pour la future école le Blé-en-Herbe. Un projet de près d'un million d'euros. Peu de réponses et des élus très étonnés. Une interrogation aussi « pourquoi un tel manque d'intérêt pour un chantier si innovant ? »

Un chantier qui allie groupe scolaire, espace partagé et oeuvre d'art de la designer Matali Crasset. Le montant élevé des rares devis a surpris. Les nouvelles normes antisismiques, qui obligent à conforter les structures béton, en seraient l'une des principales causes.

« Ce qui ne va pas non plus en notre faveur, c'est le morcellement du projet », a expliqué l'architecte. Le conseil municipal a décidé de donner la priorité aux lots principaux comme la maçonnerie, la charpente et les menuiseries extérieures en attendant les réponses des autres corps de métier et de démarrer le chantier dès que possible. Le prochain conseil municipal a été avancé au 30 janvier.

Les bonnes nouvelles

Prudence affichée chez certains élus et urgence de démarrer les travaux de gros oeuvre au regard d'un planning d'impératifs chez d'autres, le débat n'a pas été facile.

Le maire, Didier Ibagne, a donné quelques bonnes nouvelles, en annonçant la réponse positive de la Fondation de France qui soutient financièrement le projet et le montant de l'enveloppe parlementaire (20 000 €) débloquée par la députée Viviane Le Dissez. (nb: pour la station d'épuration de Plélan, une enveloppe parlementaire est aussi annoncée pour 20000 euros)..voir aussi au thème impôt/finance: enveloppe parlementaire

De plus, le dossier d'aide dans le cadre de la revoyure du contrat de territoire (conseil général) sera rédigé.

Enfin, au titre des amendes de police, une demande sera faite pour des aménagements sécuritaires autour de la future école (parking par exemple).

Une inquiétude palpable

De fait et en raison de ces nouveaux paramètres étonnants, le démarrage du chantier de démolition et de reconstruction de l'école va prendre quelques semaines de retard.

Il était initialement prévu pour début janvier et toutes les dispositions communales avaient été prises comme la délocalisation des classes dans des mobile-homes implantés près de la salle des fêtes qui accueille provisoirement la cantine et la garderie.

pour rappel en juillet 2012

Le permis de construire sera probablement déposé dans les 15 jours. « Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer en 2012 » a indiqué le maire Didier Ibagne

 

Lors du dernier conseil municipal, le maire Didier Ibagne est revenu sur le chantier de l'école. « Pour le bâtiment de la maternelle, les travaux sont bien avancés. La semaine prochaine, les huisseries seront posées.

Pour la salle de partage et de restauration, le sénateur Le Cam a débloqué une enveloppe de 10 000 € », a indiqué l'élu.

  la réserve parlementaire?

Programme 122. C’est sous ce code que se cache la réserve parlementaire. Une enveloppe de 58 millions d'euros répartis entre les sénateurs. Trois personnages sont un peu à part : le président du Sénat, celui de la commission des finances et le rapporteur général ont droit à plus de 3 millions chacun. Au final, tous les sénateurs ne la perçoivent pas, mais en moyenne cela représente 130.000 euros que chaque élu doit utiliser pour soutenir des projets d'équipements comme des crèches ou des centres de loisirs par exemple. Si le choix est à la discrétion de l'élu, le tout serait très encadré...

Problème, il est souvent difficile de connaître précisément comment est réparti la somme par les sénateurs faute d'une réelle transparence. Et les critiques pleuvent, notamment sur des utilisations à des fins clientélistes.

 

 

nb: sur l'article à suivre, le collectif constate que par décision d'une majorité de conseillers dont le maire, la presse n'assiste pas aux débats. Visiblement cette initiative s'adressait aux correspondants locaux dont nous savons que pour Ouest France,  l'activité de correspondance de presse locale est réalisée par une élue de ce même  conseil municipal de Trébédan, C. Bouënard qui habituellement rend compte des réunions du conseil municipal (cf rubrique "la presse locale"), y compris en informant sur ses positions personnelles d'élue.

Le maire, visiblement le lendemain, a accepté de donner quelques explications à Ouest France représenté cette fois par un journaliste de rédaction du quotidien et signataire de l'article...Le dossier est annoncé "sensible" et sujet à la tension

Au final, des informations sont livrées le lendemain au journaliste, celui la même que l'on avait pu lire au moment des élections cantonales de 2010 (cf le thème élection)

Les travaux de l'école devraient débuter mi-février - Trébédan

vendredi 01 février 2013

Le conseil municipal s'est réuni mercredi soir avec, au programme, le projet de rénovation et de construction de l'école. Mais, chose rare, une majorité de conseillers, dont le maire, a souhaité que la presse n'assiste pas aux débats. « C'est un dossier assez sensible dans lequel on sent une certaine tension. Les conseillers ont préféré en discuter entre eux calmement sans pression », a expliqué le maire, Didier Ibagne, avant la séance aux correspondants locaux.

Néanmoins, hier, il a accepté de donner quelques explications sur la réunion. « Nous avons validé les propositions des appels d'offres et choisi par lot les entreprises qui vont réaliser les travaux. » Le montant des travaux est maintenant estimé à 1 054 256 €. Une première phase, estimée à 512 000 €, devrait débuter mi février par la rénovation de trois classes du bâtiment existant et la fondation du nouveau bâtiment. Une deuxième phase est prévue durant l'exercice 2013-2014 avec la construction de la cantine et de la salle de partage.

Le choix des entreprises a été voté à l'unanimité mois une abstention. « Le nom des entreprises sera dévoilé dans une dizaine de jours, une fois le délai légal passé », a fait savoir Didier Ibagne.

Jean-Valéry HÉQUETTE.

 Constat: du collectif: le maire qui ne voulait pas communiquer en présence de la presse, informe la presse de la validation des appels d'offres et du choix par lot des entreprises qui vont réaliser les travaux.. La hausse du montant des travaux est communiquée et le déroulement du processus de constructiion est annoncé. Le maire précise un vote à l'unanimité moins une abstention. Le maire dit que la loi sera respectée en matière de délai pour dévoiler le nom des entreprises. Les "choses"  ont alors l'air bien simples et l'on se demande pourquoi toutes ces péripéties avec la presse pour un sujet sur lequel aucun élu du conseil municipal ne s'est opposé

une question: qui est à l'origine de la rencontre entre le maire et le journaliste auteur de l'article?

La minorité répond au maire suite au conseil - Trébédan

samedi 02 février 2013

Catherine Bouënard et Henri Picard deux élus de la minorité ont souhaité répondre au maire Didier Ibagne suite au conseil municipal de mercredi soir (O.F d'hier).

Nous déplorons le fait qu'il a été demandé par téléphone à la presse locale de ne pas être présente au conseil municipal. Nous n'avons pas été associés à cette demande venant de la majorité. La séance ne s'est pas déroulée en huis clos, précise Catherine Bouënard, j'ai reçu un mail du maire Didier Ibagne à 19 h ce mercredi, (le conseil se déroulait à 20 h 30) comme quoi il avait été demandé à la presse de ne pas être présente. On nous a imposé une décision. Il est certain que si nous avions été consultés, nous aurions demandé la présence de la presse car nous assumons pleinement nos paroles et nos votes.»

nb: article non signé? est ce la correspondante locale de ouest France donc Catherine Bouënard, élue au conseil muicipal qui en serait l'auteur?

constat: un des 2 élus de la "minorité" s'est abstenu au moment du vote en réunion de conseil, le second à voter  comme la majorité "unanimité". L'unique probléme semble relever de la décision concernant la  présence de la presse, difficulté surmontée puisque 2 articles ouest France sont consacrés à la réunion du dit conseil, que le contenu est communiqué et que chaque partie s'est faite entendre sur sa position avec la presse 

Si un problème persiste libre à chacun de contester l'exercice démocratique lié au fonctionement de l'exécutif local

Le compte rendu de réunion devrait mettre en évidence après séance déclarée ouverte ce qui a été décidé démocratiquement ou non en début de séance (par un vote des élus) concernant la présence de la presse, ou un huit clos.

 

nos en profitons pour faire un peu de droit...

 

Selon les propos consignés dans la presse un dossier sensible entouré d'une certaine tension a conduit a souhaiter que la presse n'assiste pas aux débats pour que les élus puissent discuter entre eux sans pression? Par ailleurs il est indiqu que le huit clos n'avait pas été demandé...

 

les élus ne sont pas ignorants de ce qui régit leur pouvoir !

loi 96-142 1996-02-21 jorf 24 février 1996

Les séances des conseils municipaux sont publiques.

 

Néanmoins, sur la demande de trois membres ou du maire, le conseil municipal peut décider, sans débat, à la majorité absolue des membres présents ou représentés, qu'il se réunit à huis clos.

 

Application du principe :  Dès lors que les séances du conseil municipal sont publiques, toute personne est en droit d’assister aux débats dans la limite des places disponibles : « Il faut que l’accès à la salle des séances [soit] à la fois libre et égal »  Le maire ne peut donc pas sélectionner les personnes qui peuvent assister aux séances du conseil municipal , ni même interdire l’accès à la salle des débats alors que des places sont encore disponibles  En revanche, pour « des motifs de sécurité et d’ordre public », le maire est en droit de faire usage de son pouvoir de police et d’empêcher, par exemple, l’entrée dans la salle du conseil d’un groupe d’individus portant des pancartes et du matériel sonore

 Exception : Comme le prévoit l’article L2121-18, le principe de publicité des débats du conseil municipal souffre d’une exception. En effet, l’assemblée délibérante peut décider de se réunir à huis clos sur proposition du maire ou de trois conseillers. Ce huis clos ne peut être décidé que par un vote public du conseil municipal et non par le seul maire   La décision de recourir au huis clos ne doit pas reposer sur un motif matériellement inexact et ne doit pas être entachée d’erreur de droit, d’erreur manifeste d’appréciation ou de détournement de pouvoir

 selon les propos consignés dans la presse un dossier sensible entouré d'une certaine tension a conduit a souhaiter que la presse n'assiste pas aux débats pour que les élus puissent discuter entre eux sans pression?

 

 

Le plan de financement de la future école a été voté - Trébédan

jeudi 28 février 2013

Au cours du conseil municipal, lundi soir, le maire, Didier Ibagne, a donné les dernières informations concernant le chantier de l'école dont la démolition devrait démarrer cette semaine. Le retard de démarrage des travaux repousse la durée de location des classes préfabriquées. Une négociation avec le loueur a eu lieu. L'élu a également indiqué « dans le cadre de la revoyure du contrat de territoire (conseil général), nous avons obtenu 45 500 € de plus soit 245 000 € en contrat de voirie. »

La majorité des élus a voté le plan de financement. Henri Picard (minorité) s'est abstenu, Catherine Bouënard (absente) n'a pas participé au scrutin. Pour 2013, la première phase coûtera 511 472 €. Elle concernera trois classes à rénover et le gros oeuvre du cycle un ainsi que le préau. Selon le maire « 62,50 % de subventions pourraient être obtenus pour cette phase ». Soit 319 765 € émanant du contrat de territoire, de l'Eco Faur, l'Ademe, DETR (État) et Leader. Les fonds propres viendront de la fondation de France 100 000 € et d'un emprunt de 91 707 €.

La phase 2013-2014 s'élèvera à 542 764 €. Le total de subventions espérées est de 66,37 % pour cette 2 e phase.

Le coût de création d'un espace bibliothèque-relais de la médiathèque communautaire, d'un cyber commune et d'un espace communal est estimé à 136 204 €. Ce qui représente 26,62 % du montant global de la phase 1. Les subventions attendues contrat de territoire, DETR, Leader et l'Adem. Le mobilier de la bibliothèque sera réalisé par la SARL La Charpenterie pour 36 390 €. Pour cette partie, des demandes seront faites à la fondation de France, conseil général et Leader. Restera l'équipement informatique pour le cyber-espace (3 à 4 postes). Là aussi, des aides seront demandées.

 

Trébédan: le plan de financement validé

Février 2013 (extrait  le télégramme )

Le conseil municipal s'est réuni, mercredi soir, à la mairie. À l'ordre du jour figurait la validation du plan de financement prévisionnel des travaux de l'école. École Le Blé en Herbe

Un nouvel espace bibliothèque (relais de la médiathèque intercommunale) et un cyberespace verront le jour également, pour une somme de 136.204,93 EUR, dont 45.041,49 EUR à la charge de la collectivité. Du mobilier pour la bibliothèque sera conçu par Matali Crasset, designer, et réalisé par la SARL La Charpenterie de Plerneuf, pour un montant de 36.390 EUR. Trois ou quatre postes informatiques, pour le cyberespace, seraient acquis pour une somme de 10.000 EUR

 

 

Budget : un emprunt pour l'école et la voirie est envisagé - Trébédan

samedi 27 avril 2013

Lors du premier budget intégrant la construction de l'école, les chiffres ont été passés au crible en présence du percepteur, M.Guezennec.

Afin d'équilibrer les dépenses, le chantier sera réalisé en deux phases. Pour des raisons pratiques et de sécurité, la location des classes provisoires est nécessaire : 16 295 € ont été prévus. Les frais d'études de ce dossier se montent à 71 849 €. Le montant global des nouveaux bâtiments (école, cantine, bibliothèque... pourrait atteindre le million d'euros. 255 000 € de subvention de l'État sont espérés sur les deux phases du chantier.

« Le sous-préfet s'est engagé, a indiqué le maire. Il va falloir terminer la phase 1, sachant qu'il y a une tranche ferme et une tranche conditionnelle relative à l'aménagement intérieure d'une classe, à la cantine et à la salle de partage. Il faut laisser du temps, si on voit que l'on n'y arrive pas, on reverra le projet. »

Sont donc prévus au budget principal en investissement 991 142 €, en fonctionnement 353 779 €.

Des nouvelles recettes et de nouvelles dépenses

Le percepteur a invité les élus à poursuivre les recherches d'économie, en maintenant un niveau nécessaire pour la vie des habitants. Le rapprochement avec la communauté de Plancoët-Val-d'Arguenon a engendré des transferts de taxes qui amènent des produits et de la trésorerie supplémentaires.

Les frais scolaires et les activités scolaires sont désormais pris en charge, mais la voirie tombe dans le domaine communal et n'est plus de compétence communautaire. De plus, le fonctionnement de la salle omnisports nécessite des frais. « Le surplus de produit fiscal va certes permettre des investissements mais pas tout, remarque le trésorier. Il ajoute que pour les communes de moins de 500 habitants qui ont une école, c'est toujours très compliqué. » Les impôts et taxes rapporteront cette année 143 386 € et les dotations, 137 417 €.

Un emprunt de 330 000 € sera nécessaire pour faire face aux frais relatifs à l'école et la voirie. Ils s'ajouteront aux encours, dont deux se termineront cette année et en 2015. Pour le budget général, le vote a été majoritaire. Catherine Bouënard (minorité) s'est abstenue sur la partie investissement.

 

 

Les travaux se poursuivent dans les délais à l'école - Trébédan

mardi 21 mai 2013

Les travaux ont repris sur le chantier de l'école. Les maçons ont coulé les dalles et jeudi, la charpente a été posée.

« Le délai est respecté », a indiqué le maire pour répondre à un élu qui estimait que le chantier n'avançait pas.

Il a également informé l'assemblée sur la rencontre des entreprises avec Matali Crasset la designer à la mi-juin. Concernant le financement, Didier Ibagne a annoncé que la DETR dotation d'équipement pour les territoires ruraux avait été accordée à hauteur de 120 000 €. « C'est en dessous de ce que nous avions demandé mais nous ferons une deuxième demande l'année prochaine ». Par ailleurs, il a indiqué que le Crédit agricole a donné son feu vert pour l'emprunt de 250 000 € concernant l'école

Nouvelle école : où en est-on ? - Trébédan

samedi 22 juin 2013

Mercredi soir, en séance de conseil, le maire Didier Ibagne a évoqué le chantier de l'école. 

Les travaux qui avaient pris du retard sont aujourd'hui dans les délais. La fondation de France qui soutient ce projet se réunit lundi à Paris et la fondation Carosso viendra dans la commune courant septembre.

Le 10 septembre, les élus seront reçus à Paris par une commission au ministère de la Culture. « Il faudra préparer cette réunion. Mon idée est de s'y rendre le plus nombreux possible en mini car. »

 

 

 

Le dossier mobilier de l'école à l'étude à Paris - Trébédan

lundi 16 septembre 2013
Le groupe des commanditaires qui a rejoint Paris vendredi, avec l'artiste designer Matali Crasset, l'architecte, la directrice de l'école, le CAUE 22, la Fondation de France et la Drac Bretagne.

Vendredi très tôt, de nouveaux commanditaires de la commune : Michel Petit, Laurence Rodrigues, Clémence Essevaz, Nicolas Guéguen, Alain Hamoniaux (adjoint au maire) et Didier Ibagne (maire), rejoints ensuite par Nolwen Guilloux (directrice de l'école) ont pris la route vers Paris.

Un rendez-vous important les attendait : la Commission nationale consultative de la commande publique du ministère de la Culture les recevait pour une audition et la présentation du projet école : Le blé en Herbe.

Le dossier portait plus particulièrement sur le mobilier des futures classes, mobilier conçu par Matali Crasset artiste designer parisienne.

Accompagnés de Laëtitia Bouvier (Drac Bretagne), Didier Pidoux (CAUE 22), Mathieu Le Barzic (architecte du projet), Anastassia Macridou (Eternal Network/Fondation de France) et Matali Crasset conceptrice générale du projet Le blé en herbe, ils ont pu le présenter devant la vingtaine de membres de la commission.

L'audition et les échanges ont duré une bonne heure et au sortir l'optimisme était de mise. « Nous avons toutes les raisons de penser que l'issue sera positive, a déclaré Didier Ibagne. La commission a été particulièrement sensible à la sincérité à l'originalité et à l'exemplarité de notre projet. Nos interventions les ont émus et l'exposé du travail de Matali Crasset tant par son originalité et sa précision a marqué les esprits. Nous sommes confiants mais nous devons rester patients. Encore quelques jours d'attente et nous connaîtrons l'avis de la commission. »

 

 

Conseil. Le projet d'école impressionne jusqu'à Paris

20 septembre 2013 (le télégramme) extraits


Financement du mobilier

L'un des projets phare de la commune, l'école Le Blé en herbe, a occupé les élus pendant un long moment. Didier Ibagne, maire, est revenu sur le déplacement qui a eu lieu vendredi à Paris. Il était accompagné de plusieurs personnes comme Mathieu Le Barzic, architecte du projet ; Nolwen Guilloux, directrice de l'école ; Matali Crasset, conceptrice générale du projet. L'objet de la visite ? L'attribution de crédits de réalisation concernant le mobilier des futures classes de l'école créé par l'artiste Matali Crasset. Pour cela, ils avaient rendez-vous avec la Commission nationale consultative de la commande publique du ministère de la Culture pour une audition et la présentation du projet école. « C'était un déplacement rapide et intense. Les membres de la commission ont été impressionnés », a commenté Didier Ibagne. L'avis de la commission sera connu dans quelques jours.Après ce compte-rendu, les élus ont validé la tranche conditionnelle concernant douze lots (classe des cycles 1, garderie, cantine, etc.) pour un montant de 542.784 €.

 

Le montant du mobilier de la future école fait débat

vendredi 18 octobre 2013 OF extrait

Mercredi soir, le maire Didier Ibagne a ouvert le dossier sur l'école.

258 650 € pour 80 élèves

Le mobilier des classes sera réalisé par la designer Matali Crasset, dans le cadre de l'action Nouveaux commanditaires, initiée par la Fondation de France. Le montant estimé de ce mobilier, pour 80 élèves, a fait sursauter l'assemblée. L'estimatif global s'élève en effet à 258 650 € : 195 000 € de matériaux, 25 000 € d'honoraires pour l'artiste, 10 000 € de chaises, 7 000 € d'équipements d'ateliers contributifs, 4 000 € d'inauguration, 5 000 € de parutions dans les publications spécialisées.

La part communale ne serait que de 5 000 €, une fois les subventions déduites : 65 000 € de la Fondation de France et 60 000 € du ministère de la Culture sont d'ores et déjà acquis. Le conseil municipal va faire une demande de 60 000 € au conseil général. Il restera 68 750 € à trouver ; le maire disposerait d'une piste.

Certains élus ont vivement réagi, en se demandant notamment si les meubles n'étaient « pas en or » ; « les enfants n'ont plus qu'à bien travailler ! » a ironisé un autre.

Franck Mélet a souligné la disparité des sommes nécessaires pour faire face à la réforme du temps scolaire et de telles estimations.

Le conseil municipal a malgré tout validé le budget prévisionnel en demandant à ce que soit bien précisé que « la collectivité s'engage sur l'opération, selon les modalités prévues uniquement pour la somme de 5 000 €, montant qu'elle devra régler ». Le maire a été autorisé à demander les subventions.

 

  4000 euros pour l'inauguration, l'équivalent de plus de 3 mois de travail pour un emploi au salaire minimum en France...Kalache du collectif (qui travaille à mi temps) fait remarquer que pour lui cela représente presque 6 mois de salaire....

 

Mobilier du Blé-en-Herbe : une école « oeuvre d'art » - Trébédan

mardi 22 octobre 2013

Suite à la parution dans nos colonnes, vendredi 18 octobre, de l'article « Le montant du mobilier de la future école fait débat », le maire, Didier Ibagne, apporte des précisions, « à propos de l'adoption du budget prévisionnel concernant le mobilier intérieur de l'école le Blé-en-Herbe ».

Un projet de la Fondation de France

« En 2008, s'est constitué à Trébédan un groupe de commanditaires, à l'initiative des enseignantes de l'école, de parents d'élèves, d'élus et de partenaires divers. Ce groupe a proposé au conseil municipal, fraîchement élu, de valider une commande d'oeuvre auprès de la Fondation de France. Cette même Fondation a missionné Matali Crasset, designer, pour élaborer un projet global transformant l'école le Blé-en-Herbe. Ce projet, à la fois architectural et artistique, va donner à l'école communale une place et une originalité unique au coeur de notre commune.

C'est en ce sens que cet espace devient en soi une oeuvre d'art et s'inscrit tout à fait dans la philosophie du programme des Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France, soutenu dans notre département par le conseil général et le CAUE, et dont la troisième phase (mobilier intérieur) vient d'obtenir le soutien du ministère de la Culture.

Le volet artistique mobilise en effet des partenaires et des budgets différents qui paraissent proportionnellement plus importants que celui de la construction et de la rénovation des bâtiments. Ainsi le nouveau mobilier créé par Matali Crasset sera un ensemble de pièces uniques et adaptées à l'environnement, aux demandes spécifiques de l'équipe enseignante et aux besoins particuliers des enfants de chaque cycle.

C'est dans ce sens que l'ensemble constituera une oeuvre d'art, au même titre que les quatre structures architecturales - la rencontre, l'entrée, la bibliothèque et le jeu - qui donneront à l'école et son environnement son caractère artistique et pour lesquelles le conseil a validé en son temps les budgets proposés.

Il semble que certains conseillers aient quelque peu oublié l'histoire du projet, pointe le maire. Ceci est d'autant plus étonnant que [ces personnes] sont associées depuis le départ et membre du groupe des Commanditaires pour l'une d'entre elles. »

 

Selon les sources de notre collectif les commanditaires sont (cf article école Trébédan historique)

Didier Ibagne, maire de Trébédan, Gérard Hamoniaux, ancien maire, Alain Hamoniaux (adjoint au maire), Madame Hamoniaux (parent d'élève), mesdames Patteta (candidate non élue à l'élection municipale), Catherine Bouenard (conseillère municipale), Laurence Rodrigues (candidate non élue à la dernière élection municipale) Nicolas Gueguen (candidat non élu à l'élection municipale) , Monsieur Petit, président du Club de l’amitié, Yvon Le Corre, principal adjoint de collège, Nicolas Rodriguez, ancien élève de l’école Clémence Essevaz, Nolwenn Guillou, maîtresse des écoles et directrice de l’école « Le Blé en herbe », Valérie Rousoux, maîtresse des écoles
  

 

Ce projet mérite d'être soutenu, et, même si nous sommes interrogatifs sur son intérêt dans le cadre local concerné, nous pensons que la solidarité du groupe de commanditaires  pour une éole "oeuvre d'art", "un projet qui impressionne jusqu'à Paris", "un projet qui sera montré en exemple"...ne doit pas se transformer en jeu de cour de récréation à l'approche de l'élection municipale.. 

 

 

novembre 2013 

Lors de la dernière séance de conseil municipal, le maire Didier Ibagne a informé les élus de l'avancée des travaux de l'école Le blé en herbe. « Nous avons un retard de 7 à 8 semaines. Ce qui signifie que nous ne pourrons déménager les classes qu'aux vacances de Noël. Aussi, la location des préfabriqués devra-t-elle être prolongée », a expliqué Didier Ibagne. L'élu a également fait part de l'envoi des dossiers de subventions qui « sont en cours mais l'argent n'est pas débloqué ».

Pour le mobilier « les choses se précisent ». Une rencontre a eu lieu mercredi matin, avec les architectes et Matali Crasset, la designer. Une demande de subventions a été faite auprès du Département, de la Région et du sénateur Lecam. « Nous en saurons plus dans le courant du mois de décembre. »

extrait presse..historique
« la première pierre du chantier ne sera posée que lorsque nous aurons l'assurance d'avoir un plan de financement précis et favorable. »

Le budget de 939.000 EUR HT a été validé par le cabinet Le Barzic 

« Effectivement, à l'heure actuelle, nous n'avons ni la certitude d'obtenir toutes ces aides, ni la connaissance des montants exacts de celles-ci. Nous avançons à pas comptés, mais nous avançons. »

Une autre sera demandée auprès des services de l'État, pour une réactualisation de la première, car le montant des travaux a été revu à la hausse

Cette année, l'investissement majeur est l'école le Blé-en-Herbe avec 625 661 € provisionnés.

Un projet de près d'un million d'euros. Peu de réponses et des élus très étonnés.

« Ce qui ne va pas non plus en notre faveur, c'est le morcellement du projet », a expliqué l'architecte

Le conseil municipal s'est réuni mercredi soir avec, au programme, le projet de rénovation et de construction de l'école. Mais, chose rare, une majorité de conseillers, dont le maire, a souhaité que la presse n'assiste pas aux débats. « C'est un dossier assez sensible dans lequel on sent une certaine tension. Les conseillers ont préféré en discuter entre eux calmement sans pression », a expliqué le maire, Didier Ibagne, avant la séance aux correspondants locaux.

Le montant des travaux est maintenant estimé à 1 054 256 €.

 Le percepteur a invité les élus à poursuivre les recherches d'économie, en maintenant un niveau nécessaire pour la vie des habitants.

« Le délai est respecté », a indiqué le maire pour répondre à un élu qui estimait que le chantier n'avançait pas
Il restera 68 750 € à trouver ; le maire disposerait d'une piste.

Certains élus ont vivement réagi, en se demandant notamment si les meubles n'étaient « pas en or » ; « les enfants n'ont plus qu'à bien travailler ! » a ironisé un autre.

Près d'1 million d'euros d'investissements

   

 

Le budget général, qualifié par le maire « d'exceptionnel », affiche près d'1 million d'euros en investissements. Le budget communal a été adopté à l'unanimité.

La rénovation principale de l'école Le Blé en herbe

Les deux postes principaux sont la rénovation de l'école Le Blé en herbe pour la fin de la première phase et la deuxième phase (692 790 €), ainsi que le projet artistique avec la Fondation de France (235 174 €). En recettes, sont inscrits 626 715 € pour le dossier école (subventions) et 189 000 € pour le projet artistique.

« Le budget est historique, c'est la première fois que la commune a un budget aussi important. Le dossier de l'école Le Blé en herbe arrive à son terme. L'investissement est élevé car les travaux non finis sur la première tranche de 2013 sont reportés sur 2014.

 

 

le chantier de l'école a pris du retard

mai 2014

Le conseil municipal a décidé de lancer la consultation des entreprises pour les aménagements de la cour d'école.

Il est prévu de mettre un enrobé dans la cour, des plantes près des classes, des copeaux, une terrasse au niveau de la salle de partage actuellement en construction, une courette close au niveau de la classe enfantine, des bandes enherbées...

Les travaux devraient avoir lieu en juillet. Ceux-ci sont prévus dans le budget voté pour cette année. D'autres aménagements sont prévus sous le préau, dessinés par l'artiste designer Matali Crasset (rampe d'accès, toboggans, montgolfière).

Le maire a aussi fait le point sur l'avancement du dossier de rénovation en général « Les travaux sont ralentis par un problème de délais de livraison des fermetures du bâtiment G. Nous avons fait le point ce jour, avec le maître d'oeuvre et la coordinatrice. On essaye de faire au mieux. Les entreprises ont du mal à respecter leurs engagements et ça décale tout le monde. Le bâtiment G (salle de partage, cantine), ne sera pas opérant pour septembre. Les toilettes seront bientôt finies. Les toilettes sèches pourront être enlevées de la cour. »

Le conseil devra aussi revoir la demande d'augmentation d'honoraires du cabinet Rannou, économiste du dossier.

 

 

s de festivités (arbre de Noël, chasse aux oeufs, kermesse...).

 

La participation de l'association s'élève à 70 € par année scolaire, par enfant, pour financer les transports vers le cinéma, la piscine, les sorties scolaires, les jeux de cour... Sans amicale il n'y aura plus ces activités ou alors les parents devront les financer directement.

Les personnes intéressées peuvent contacter avec les anciens membres du bureau, l'équipe enseignante ou la mairie.

Il serait dommage qu'avec une école flambant neuve et près de 70 élèves, il n'y ait plus d'amicale laïque.

  
octobre 2014

Les travaux de l'école terminés pour la Toussaint 2014

Si tout se déroule selon les plannings établis, les travaux de l'école publique le Blé en herbe devraient être terminés après les vacances de la Toussaint. « Nous sommes actuellement dans la phase finale », indiquait, jeudi, le maire, Didier Ibagne. L'installation des structures en bois conçues par Matali Crasset a débuté mercredi après-midi.

En investissement, 79 % des dépenses ont été réalisées. « C'est correct globalement, car il reste encore un trimestre à faire, mais le poste le plus important, l'école, a dépensé 96 % de ce qui était prévu. » 692 790 € avaient été budgétés pour la rénovation de l'école en 2014. 682 384 € ont été réalisés sur ce poste. Il est constaté des travaux et honoraires supplémentaires pour 244 539 €, non inscrits au budget.

Un dépassement à l'école

À la question « pourquoi ce dépassement ? », soumise par Nathalie Leroy, Franck Mélet reconnaît que « cela provient d'une erreur. On aurait dû le budgéter, on connaissait le marché ». Et le maire de poursuivre : « Il y avait des frais non prévus du fait que le chantier dure, l'économiste continue de travailler et il a fallu changer une armoire téléphonique : rien que là, c'est déjà 8 000 €. »

Le total des avenants sur le chantier école (1,2 million d'euros) s'élève à + 8 000 € pour le moment, selon Franck Mélet. En ce qui concerne le projet artistique de l'école où 235 174 € ont été inscrits, 166 270 € sont déjà réalisés.

En recettes d'investissement, seulement 39 % ont été perçues. Il reste notamment les 245 000 € du contrat de territoire à rentrer pour l'école, mais aussi 189 000 € de la Fondation de France. 92 % des dotations et subventions de l'État ont été réalisées. La commune va devoir emprunter cette année.

Le besoin serait de199 515 €. Le calcul de la TVA à percevoir pour 2015 a été fait pour 114 167 €, ce qui permet de diminuer l'emprunt à 85 348 €, mais il faut ajouter les 81 000 € déjà inscrits au budget prévisionnel. Le total serait donc d'environ 167 000 €. Le conseil va suivre l'avis du trésorier-payeur général pour emprunter 150 000 € maximum. « La commission des finances va affiner en fonction de l'évolution des travaux. »

Le maire a été autorisé à consulter les banques pour un prêt maximal de 150 000 €.

 

 

Le conseil municipal a voté un emprunt de 150 000 €

Deux banques ont été contactées et ont fourni six propositions. C'est le Crédit mutuel qui a été retenu au taux de 2 ,39 % sur une durée de 20 ans, à échéances constantes.

Les intérêts s'élèveront à 39 134 €. Le conseil a préféré choisir 20 ans plutôt que 15 ans, au cas où d'autres investissements seraient nécessaires.

En 2014, tous emprunts confondus, la commune règle 45 250 € d'annuités de remboursements de prêts. Une renégociation des prêts antérieurs est actuellement à l'étude.

 

 

L'inauguration de l'école reportée au 10 avril 2014

Lundi soir, le maire a fait l'état de l'avancement des travaux de l'école. « Les travaux s'achèvent. La pré-réception aura lieu le 10 décembre, et la réception, avec l'artiste Matali Crasset, doit avoir lieu le 17 décembre. La levée des dernières réserves s'effectuera d'ici la fin janvier. »

Les tables pour la salle de restauration sont en cours de fabrication et seront montées lors de la deuxième semaine de décembre. Les chaises des classes et de la salle de restauration doivent être livrées d'ici la fin du mois. La mairie fera appel au bénévolat pour le vernissage de 88 plateaux de tables.

En raison des élections départementales, l'inauguration officielle de l'école, initialement prévue le 21 mars, aura lieu le 10 avril, après la classe. Pour le moment, il n'est pas encore sûr de pouvoir faire le repas de Noël de l'école à la salle de partage.

Lors du dernier conseil d'école, il des heures de ménage supplémentaires dans les trois classes avaient été demandées. Les élus vont se pencher sur cette demande. Ils devront aussi envisager l'achat d'équipements pour le nettoyage des sols de l'école.

Le maire a aussi précisé qu'un tiers des enfants de l'école viennent de communes voisines, ce qui a un coût de fonctionnement pour la commune. Il souhaite approfondir la question du regroupement pédagogique intercommunal « pour travailler de manière plus efficace ».

 

 

Les deux premières extensions « L'accueil » et « La rencontre » ont été réalisées par l'entreprise Francial de Lille... source Extensions de générosité

Didier Ibagne, a évoqué la structure de jeu et la bibliothèque dessinées par la designer Matali Crasset, qui porte une partie du projet.  Quatre entreprises ont répondu à l'appel d'offres. Seule « La charpenterie » de Plerneuf répond aux critères demandés. Coût global : 90 979 EUR HT...

Clic vidéo Timelapse : l'igloo

ouest France janvier 2014 extrait

Inauguration le 10 avril

Le maire, Didier Ibagne, a exprimé sa « hâte que ce soit vraiment terminé. Il y aura l'inauguration du relais de la médiathèque, fin février, et celle de l'école, le 10 avril, le temps de peaufiner et régler les derniers détails ».

Il reste notamment la terrasse, près de la maternelle, à réaliser par des bénévoles. Mais aussi poser le portail d'entrée, installer la passerelle de la montgolfière, rehausser un muret et effectuer les plantations.

La salle de partage sera équipée d'un vidéoprojecteur.

Les bâtiments ont obtenu 60 % de subventions les quatre structures de générosité en bois, 75 % et le mobilier des classes a été intégralement subventionné.

La commune a contracté deux emprunts, pour un montant total de 400 000

 

15 avril 2015

 

. L'inauguration officielle, déjà reportée deux fois, aura lieu finalement le 4 septembre prochain.

 

Le maire était présent

Les 60 000 € du ministère de la Culture et les 75 000 € de la Fondation de France, ajoutés au 200 000 € de la Fondation, ont servi au travail de Matali Crasset sur le mobilier et aux équipements dessinés spécialement pour l'école (le dortoir de la maternelle, les cloisons, les aménagements intérieurs, le mobilier des classes, de la salle de partage, les honoraires de la designer, etc.).

 

Coût total : 1,2 million d'euros

 

Le coût total du projet est d'environ 1,2 million d'euros. La commune a emprunté au total 400 000 € pour le financer. 60 % de subventions ont été obtenues pour les bâtiments et 75 % pour les quatre extensions.


Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 08:31

Pour rappel

extrait ouest France mardi 22 octobre 2013


Suite à la parution dans nos colonnes, vendredi 18 octobre, de l'article « Le montant du mobilier de la future école fait débat », le maire, Didier Ibagne, apporte des précisions, « à propos de l'adoption du budget prévisionnel concernant le mobilier intérieur de l'école le Blé-en-Herbe ».

Un projet de la Fondation de France

« En 2008, s'est constitué à Trébédan un groupe de commanditaires, à l'initiative des enseignantes de l'école, de parents d'élèves, d'élus et de partenaires divers. Ce groupe a proposé au conseil municipal, fraîchement élu, de valider une commande d'oeuvre auprès de la Fondation de France.... cet espace devient en soi une oeuvre d'art et s'inscrit tout à fait dans la philosophie du programme des Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France

...Il semble que certains conseillers aient quelque peu oublié l'histoire du projet, pointe le maire. Ceci est d'autant plus étonnant que [ces personnes] sont associées depuis le départ et membre du groupe des Commanditaires pour l'une d'entre elles. »

 

 

selon nos sources....

 

REDUISEZ VOTRE ISF EN DONNANT A LA FONDATION DE FRANCE

 

école « le blé en herbe » de Trébédan

 

Commanditaires

Nolwenn Guillou et Valérie Rousoux, maîtresses des écoles

Didier Ibagne, Maire de Trébédan

Gérard Hamoniaux, ancien Maire de Trébédan

Monsieur Petit, président du Club de l’amitié

Yvon Le Corre, anciennement conseiller pédagogique

Des parents d’élèves et un ancien élève de l’école

 

 

 

La directrice d'école sur France Inter 

www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-le-val-doise-25?...0...

16 sept. 2013 - Directrice de l'écoledu Blé en herbe, à Trébédan(Côtes d'Armor). En Partenariat avec La Fondation de France

FRANCE INTER l'émission du mardi 17 septembre 2013

la directrice d'école après la 9ème minute

 

 





réaction lisible sur le site de la radio

didier Ibagne (anonyme),

mardi 17 septembre 2013 à 15:

tout d'abord un grand merci pour vos émissions qui nous font découvrir tous les jours des expériences alternatives et innovantes source d'inspiration pour nos actions locales. je suis en effet Maire de la Commune de Trébédan dont je viens d'entendre l'interview de sa directrice d'école. je me permets d'apporter quelques précisions notamment sur l'appui de notre collectivité. Elue en 2008, l'équipe municipale que j'ai le plaisir de diriger a d'emblée adhérer à l'action des Nouveaux commanditaires. aprés avoir valider le projet de matali crasset, puis le projet architectural qui en a découlé; nous n'avons de cesse de porter ce projet au près des des institutionnels. c'est ainsi que nous avons reçu le soutien du Conseil Général ( contrat de Territoire), du Conseil Régional (projet Eco Faur), de l'Ademe ( projet bâtiment basse consommation), du programme européen Leader, et bien sûr de l'Etat qui à travers la DETR ( dotation pour les communes rurales), contribuera au financement de ce beau projet. soit un montant global d'aides qui avoisinent les 60%. en tant que maitre d'ouvrage nous avons la responsabilité de la réussite de ce vaste chantier, et nous faisons tout et nous mettrons tout en oeuvre pour que la rentree de septembre 2014 se déroule dans les nouveaux locaux. le partenariat avec la Fondation de France,son action des nouveaux commanditaires et le parcours artistique au près de matali crasset auront permis de faire découvrir à notre population rurale "un autre monde", une autre vision de la vie, c'est en cela une expérience inoubliable et extraordinaire. merci en tous les cas del'avoir présenté et fait partager à vos auditeurs.
didier ibagne Maire de Trébédan.

 

 

 

Pour information par le collectif

sous l'égide de la fondation de France, nous retrouvons, la fondation Mac Donald, celle du Général Bigeard etc...

La directrice de l'école évoque dans son intervention: la fondation CARASSO

La Fondation Daniel et Nina Carasso a été créée début 2010, sous l’égide de la Fondation de France, en mémoire de Daniel Carasso, fondateur de Danone en France et aux Etats-Unis, et de son épouse. La Fondation travaille sous l’égide d’une autre organisation, la Fondation de France, et reste une structure essentiellement familiale. Marina Nahmias, fille de Daniel et Nina Carasso, est la présidente du comité exécutif. Y siègent aussi son mari et ses enfants

Nous savons que La Fondation de France a reçu le plus important legs de son histoire – 467 millions d’euros – de la Fondation Daniel et Nina Carasso en 2010

 

Les marques du groupe Danone

 

Nom de la marque

Désignation

Naissance

Date acqui­sition

Dany

yaourt aro­matisé aux fruits

1937

 

Jockey

Yaourt

1963

 

Gervita

Fromage blanc

1963

 

Taille Fine

Produits pour la ligne

1964

 

Fusion Danone et Gervais : le nom sera Gervais Danone

fusion

1967

 

Petit Suisse

fromages blancs.

1850

1967 Via Gervais

Velouté

 

1967

 

yaourt Fjord

Yaourt

1969

 

Danette

premier dessert à être condi­tionné dans des pots en plastiques.

1970

 

Evian et donc Badoit, Jac­que­maire et Fali

Eaux

 

1970 Par BSN

Bledina, Gallia, Blédichef

NOurriture enfantine

1962 par Jacquemaine

1970 via Evian et puis via BSN

Kronembourg

Biere

 

1970 via Evian

Fusion Danone et BSN : l’entité se nommera : BSN-​​Gervais Danone,

   

1973

Acqui­sition des marques : Amora, Maille, La Pie qui chante, Carambar, Liebig et Vandamme

   

1997 vendu au groupe Cadbury et celui racheté par Kraft food

Rachat du groupe Général Biscuit

   

1987

bis­cuits LU.

Biscuit

 

1987 via le groupe Général Biscuit

Galbani

Leader des fro­mages en Italie et des fro­mages de type Italien en Europe, ainsi qu’un des prin­cipaux acteurs sur le marché de la charcuterie

1882

1989 et cédé en 2002 par le fond d’investissement BC Partners

Bio devant activia en 2005

Yahourt

1987

 

Volvic

Eaux

 

1993

Chan­gement de nom de BSN-​​Gervais Danone en danone

 

1994

 
       

Petit Incas via Jockey

 

1999

 

Velouté Fruix

Le premier yaourt brassé avec des fruits mixés

2002

 

eaux miné­rales du plateau du Golan

Eaux

 

Juillet 2003 via le groupe israélien Mey Eden

Danacol

Laitage luttant contre le cholestérol

2004

 
       
       

Dan’U

     
       

Danonino

Yahourt

   
       

Sprinkl’ins

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

Light’n Fit

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

Frusion

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

Danimals

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

DanActive

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

La Crème

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

Carb Control

Marque aux Etats unis. danone se nomme Dannon

   

Aqua

leader en Indo­nésie et pre­mière marque mon­diale d’eau condi­tionnée ;

   

Robust

Eaux en Chine

   

Font Vella

n° 1 en Espagne d’eau embou­teillée ;

   

Lanjarón

au minérale natu­relle de la Sierra Nevada

   

Bonafont

Leader des eaux au Mexique

   

Milupa, Nutricia, For­timel, For­tiCare, Infatrini

Nutrition médicale

   

 

 

Impôt sur la fortune: l'intérêt de faire un don à une fondation...

Si vous êtes redevable de l’ISF, la loi TEPA vous ouvre droit à une réduction d’ISF égale à 75% du montant de votre don et limitée à 50 000 € (45 000 € en cas d'utilisation simultanée de la réduction pour don et de la réduction pour investissement dans les PME). Cela vous permet de transformer une part non négligeable de votre ISF en un vrai geste de solidarité et de générosité. Seuls les dons en numéraire ou les dons en pleine propriété de titres cotés ouvrent droit à cette réduction d’ISF. De plus, en cas d’excédent, aucun report n’est possible sur l’ISF des années suivantes.

Vous pouvez également réduire votre base taxable à l’ISF en effectuant par exemple au profit de la Fondation de France une donation temporaire d’usufruit respectant certains critères précis. Dans ce cas, le bien dont l’usufruit est donné voit sa valeur en pleine propriété soustraite de votre base taxable à l’ISF.

 

Les nouveaux barèmes de l’ISF 2012

- Le barème est réduit à deux tranches : une tranche à 0,25% pour les patrimoines compris entre 1,3 M € et 3 M €, et une tranche à 0,5% pour les patrimoines supérieurs à 3 M €. La taxation à l’ISF sera donc applicable dès le 1er euro.

- Le plafonnement de l’ISF est supprimé.

- Un mécanisme de décote est créé pour les patrimoines compris entre 1,3 et 1,4 M € et ceux compris entre 3 M et 3,2 M €. L’application de cette décote a pour effet de réduire l’impôt dû, respectivement à 1 500 € et à 7 500 €.

 

 

 

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif