9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 08:32

Ecole Photographie Rennes

Biennale d'art contemporain de Rennes : l'Ecole le Blé en Herbe

blog_matalicrasset_extension.jpg

Biennale d’art contemporain de Rennes : l’Ecole le Blé en Herbe – avant-première

Dans le cadre des Ateliers de Rennes

ENSAB – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne – Rennes

exposition du 30 avril au 24 juin 2010

matali crasset, “extension de générosité”, pour l’Ecole Le Blé en Herbe Luka Bailo, Trébédan, 2010

 

 

évolution du nombre d'élèves à l'école


ouest France septembre 2012:
Le dossier de la construction de la nouvelle école le Blé en Herbe semble sortir de l'impasse, après des mois d'incertitude. Le maire, Didier Ibagne, a annoncé la bonne nouvelle, mercredi soir, à son conseil municipal.
...À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3 et un effectif stable.
ouest France septembre 2013 
Belle journée de rentrée ce mardi matin, pour les 74 élèves de l'école Le blé en herbe. Ils ont retrouvé les classes mobiles le temps de la rénovation de leur école
ouest France septembre 2014  
71 enfants ont fait leur rentrée à l'école Le blé en herbe.

Les travaux de l'école seront totalement terminés pour la Toussaint. Quelques aménagements restent à faire notamment au niveau des clôtures, de la cantine (les enfants continuent d'aller déjeuner à la salle des fêtes)... Les trois extensions de générosité inventées par Matali Crasset doivent être installées prochainement, dont une, dans la bibliothèque désormais libérée. En effet, les enfants de la classe maternelle ont découvert leur nouvelle classe achevée durant l'été, composée d'un bloc autonome avec salle de sieste et sanitaires.

une école "oeuvre d'art", "un projet qui impressionne jusqu'à Paris", "un projet qui sera montré en exemple"

Conseil. Les plans pour Le Blé en Herbe approuvés

1 juillet 2011( le télégramme )

Lundi, le projet Le Blé en Herbe était le point principal de la réunion du conseil municipal. Le cabinet Le Barzic est venu présenter les plans définitifs de la nouvelle école. Il y a quelques améliorations à apporter par rapport aux premiers plans. La cuisine collée à la salle de partage a été agrandie. Cette salle sera modulable grâce à la présence de rideaux car elle servira de réfectoire le midi et à d'autres activités l'après-midi. Les dimensions de la classe 1, dortoir et sanitaires ont été redimensionnés. Il faut savoir que le projet a été validé au niveau thermique. Ce sont des bâtiments passifs qui se chauffent naturellement par l'extérieur. Il y aura du triple-vitrage. Ces bâtiments passifs sont les premiers en Côtes-d'Armor. Du mobilier neuf sera acquis à savoir, entre autres, des tables modulables qui s'adapteront à la taille des enfants. Les plans ont été approuvés à l'unanimité par le conseil. Suite à cela, après avoir reçu les estimations par lot, le permis de construire sera déposé. Puis suivront les demandes de subventions à différents organismes. Une demande sera faite au conseil général, à Leader pour la salle de partage et la médiathèque, aux Caisses d'allocations familiales pour la garderie. Le budget de 939.000 EUR HT a été validé par le cabinet Le Barzic. Le mobilier n'est pas compris. Il fait l'objet d'une commande publique. Il sera fait une étude et elle sera déposée au ministère de la Culture. D'autres dossiers ont aussi été abordés.

Une construction passive pour la future école le Blé en herbe

mercredi 06 juillet 2011
Les architectes ont travaillé en lien avec un designer, Matali Crasset, sur le projet de l'école.

Le projet de l'école le Blé en herbe a été présenté, lundi soir, en conseil municipal par les architectes Mathieu Le Barzic et Christophe Gauffony en charge du dossier. Très innovant selon les professionnels, « il serait le seul de ce type dans l'Ouest ».

Les bâtiments tiennent compte de l'existant. Il s'agira d'une construction passive (sans chauffage traditionnel intégré). Des extensions ont été dessinées par la designer et une salle sera partagée entre l'école et les associations locales. La cuisine servira uniquement pour l'école.

Dans ce type de construction passive, le principe, « très employé en Autriche », consiste grâce à des matériaux adaptés, à chauffer une pièce par une ventilation spécifique (double flux) et à utiliser la chaleur corporelle des occupants des pièces. Néanmoins, ce chauffage a ses limites. Il demandera, le lundi un réchauffement de l'espace durant les premières heures. « La surface vitrée à triple vitrage d'un des bâtiments est comme un radiateur », a expliqué Christophe Gauffony.

1 million d'euros

Le permis de construire sera probablement déposé dans les 15 jours. « Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer en 2012 » a indiqué le maire Didier Ibagne. Sur un plan purement financier et à la question de certains élus quelque peu inquiets sur le montant des travaux, près d'1 million d'euros, le maire Didier Ibagne a précisé qu'aucune demande de subvention n'était pour l'heure faite en raison de l'avancement du dossier. Franck Mélet et Alain Hamoniaux, conseillers municipaux et partisans du projet, se veulent rassurants : « Il faut avoir confiance dans la qualité du projet et avancer. »

À la rentrée de septembre, ce sont 80 enfants qui franchiront le seuil de l'école, 24 en maternelle, 26 en cycle 2 et 30 en cycle 3 et un effectif stable.

 

Le maire apporte des précisions sur le projet de l'école
samedi 09 juillet 2011

Le projet de la future école évoqué lors de l'avant-dernier conseil municipal est, comme le précise le maire de la commune Didier Ibagne, « inscrit au Contrat de territoire du pays de Plélan, contrat financé par le conseil général. L'enveloppe prévue pour notre projet s'élève à 200 000 € ».

L'élu souhaite apporter quelques précisions sur le plan de financement « un dossier a été déposé auprès des services de l'État (aide de 20 à 30 %), voire 35 % (bonus écologique). Il fait l'objet d'une demande de complément d'informations avant d'être validé ». La commune va en outre poser sa candidature au projet EcoFaur 2011 auprès de la Région « une aide de 25 %, plafonnée à 100 000 € ».

Le dossier de candidature « est en cours de rédaction » assure-t-il. Et d'ajouter : « Parallèlement, nous avons déposé un dossier auprès du GAL du pays de Dinan, dans le cadre du programme Leader car le projet le Blé en Herbe dépasse le cadre de la construction scolaire avec une création d'espaces partagés ouverts sur des temps extrascolaires. »

Sur l'avancée du dossier : « Effectivement, à l'heure actuelle, nous n'avons ni la certitude d'obtenir toutes ces aides, ni la connaissance des montants exacts de celles-ci. Nous avançons à pas comptés, mais nous avançons. » Enfin, le maire souligne que « la première pierre du chantier ne sera posée que lorsque nous aurons l'assurance d'avoir un plan de financement précis et favorable. »

 

 

le télégramme 10 septembre 2011

ÉCOLE LE BLÉ EN HERBE. Le permis de construire est déposé, mais il reste quelques documents à fournir. Le maire a été autorisé à prendre plusieurs délibérations. Une concernera une demande de subvention auprès du conseil général, dans le cadre du contrat de territoire. Une autre sera demandée auprès des services de l'État, pour une réactualisation de la première, car le montant des travaux a été revu à la hausse, et une concernera le programme Leader, pour les espaces partagés. Une subvention va être aussi demandée au conseil général, à la Région et au sénateur, concernant le mobilier de jeux extérieurs et le mobilier de la médiathèque

 

 

Le projet de la nouvelle école sera montré en exemple 

lundi 06 février 2012
Michel Petit, Alain Pinoges photographe, Annie Hamoniaux, Laurence Rodriguez, Christelle Julien, Mireille Alphonse, journaliste, Didier Ibagne, maire et Nicole Toutain ont préparé, mercredi soir, la journée de rencontre à l'école qui s'est déroulée jeudi.

La Fondation de France apporte un soutien financier au projet de la nouvelle école, qui compte un volet artistique. Elle souhaitait un reportage sur une « démarche participative », comme pour 11 autres sujets en France. Elle éditera, à ce sujet, une plaquette au printemps.

Jeudi, Mireille Alphonse, journaliste, et Alain Pinoges, photographe, ont rencontré les enfants, l'équipe enseignante, le personnel, mais également l'un des architectes, Mathieu Le Barzic, Didier Pidoux du CAUE 22. « Tous les enfants ont retenu quelque chose sur le projet, quel que soit leur âge. J'ai été surprise de voir des architectes accueillis par les élèves comme des enseignants. Ils sont à l'écoute et la parole des enfants est aussi écoutée », indique Mireille Alphonse. « L'explication du plan par exemple, ce n'est pas facile, mais avec des mots adaptés à chaque âge les enfants comprennent. Le travail pédagogique est important. »

Mercredi 8, une nouvelle réunion avec des représentants de la Fondation de France, les commanditaires, les élus, le CAUE, les architectes, mais également Matali Crasset, artiste designer du projet. L'appel d'offres devrait être prochainement lancé et les travaux pourraient débuter à l'automne.

 

pour rappel: descriptif du marché public ou privé...des fonds privés pour le service public

Trébédan
reconversion, réhabilitation et construction d'équipements publics : école primaire "Le Blé en Herbe", 3·classes, cuisine et salle des restauration scolaire salle communale associative, bibliothèque, relais de la médiathèque intercommunale

La recherche de fonds va être élargie pour l'école

samedi 11 février 2012
Matali Crasset, artiste designer parisienne qui a réalisé les plans de la nouvelle école et imaginé le concept mobilier, est venue travailler mercredi avec les commanditaires. Elle est ici aux côtés de Valérie Ronsoux et Manuela Arnaud, enseignantes.

Mercredi, une journée de travail était organisée sur le projet de réhabilitation de l'école Le blé en herbe. Autour du groupe de commanditaires et d'élus, étaient présents les architectes, le CAUE, la Fondation de France, l'artiste designer Matali Crasset, les enseignantes, parents d'élèves, le personnel de l'école, l'amicale laïque. Les modifications de plans ont été expliquées par Mathieu Le Barzic l'architecte. Un point a été fait au niveau budgétaire et sur les subventions sollicitées. Les réponses sont attendues pour le mois de mars.

Mais l'ensemble des intervenants est bien conscient qu'il faut trouver d'autres fonds ou moyens par d'autres biais. « Nous sommes dans une mauvaise conjoncture » indiquait le maire Didier Ibagne. Et il semble que tous les engagements ne puissent être tenus. Des recherches financières vont être menées jusqu'au mois de juin vers d'autres interlocuteurs pour la partie bâtiments et des recherches d'expériences et compétences pour la partie mobilier (hors tables, chaises et tableaux).

Le groupe de travail a imaginé un système participatif de parents, éventuellement de lycéens en section menuiserie, des amis de l'école... Les travaux pourraient débuter en septembre-octobre. Le déménagement de l'école aurait alors lieu durant l'été.( le collectif espère un chauffage "efficace" en attendant la nouvelle école )

 

L'école le Blé-en-Herbe, le gros morceau du budget - Trébédan

mercredi 04 avril 2012

Les élus ont planché sur les chiffres lors du dernier conseil municipal. 297 584 € sont inscrits en fonctionnement, 699 508 € en investissement. Cette année, l'investissement majeur est l'école le Blé-en-Herbe avec 625 661 € provisionnés. Les subventions attendues viendront du Département, de la Région, de l'Ademe, de la réserve parlementaire, de la DETR (dotation équipement des territoires ruraux). Des emprunts et de l'autofinancement seront nécessaires.

Durant les travaux, le restaurant scolaire sera déplacé à la salle des fêtes. Le conseil municipal a décidé de suspendre sa location à partir du 1 er septembre. Des préfabriqués seront loués et installés sur le parking de la salle des fêtes pour les classes. L'espace sera clos pour sécuriser les récréations.

 

Lors du dernier conseil municipal, le maire Didier Ibagne est revenu sur le chantier de l'école. « Pour le bâtiment de la maternelle, les travaux sont bien avancés. La semaine prochaine, les huisseries seront posées.

Pour la salle de partage et de restauration, le sénateur Le Cam a débloqué une enveloppe de 10 000 € », a indiqué l'élu.

  la réserve parlementaire?

Programme 122. C’est sous ce code que se cache la réserve parlementaire. Une enveloppe de 58 millions d'euros répartis entre les sénateurs. Trois personnages sont un peu à part : le président du Sénat, celui de la commission des finances et le rapporteur général ont droit à plus de 3 millions chacun. Au final, tous les sénateurs ne la perçoivent pas, mais en moyenne cela représente 130.000 euros que chaque élu doit utiliser pour soutenir des projets d'équipements comme des crèches ou des centres de loisirs par exemple. Si le choix est à la discrétion de l'élu, le tout serait très encadré...

Problème, il est souvent difficile de connaître précisément comment est réparti la somme par les sénateurs faute d'une réelle transparence. Et les critiques pleuvent, notamment sur des utilisations à des fins clientélistes.

 

Le début des travaux de l'école prévu en janvier 2013 - Trébédan

lundi 02 juillet 2012
C'est en janvier 2013 que les travaux de rénovation de l'école doivent démarrer, ils dureront un an.

L'état d'avancement du dossier de rénovation de l'école Le blé en herbe était au coeur des débats d'une réunion publique, jeudi soir, à la salle des fêtes. Le dossier a pris du retard. « La phase projet est terminée. Le dossier de consultation des entreprises sera prêt d'ici quinze jours. Il sera lancé en septembre par le biais des marchés publics. Le démarrage des travaux est prévu pour la rentrée de janvier 2013, indiquait Didier Pidoux du CAUE (conseil en aménagement, urbanisme et environnement). La réalisation de l'école se fera en deux temps de façon à limiter le coût de location des classes mobiles. »

Énergies renouvelables

Durant les travaux, l'école sera transférée sur le site de la salle des fêtes qui servira de cantine. Trois classes mobiles seront installées de façon à faire un espace clos avec la salle des fêtes, pour former une cour de récréation extérieure. La première phase de rénovation (deux classes et bibliothèque) serait achevée pour la rentrée de septembre 2013.

Les enfants pourraient alors rejoindre l'école, la poursuite des travaux pourrait se dérouler sans les perturber. L'ensemble de la rénovation serait achevé pour janvier 2014. « Cette école dite passive sans chauffage nécessiterait simplement un préchauffage le temps que les enfants arrivent », indiquait l'architecte, Mathieu Le Barzic.

La salle de partage servira de restaurant scolaire, mais aussi pour les associations qui n'auront pas accès à la cuisine. Une ligne de meubles sera réalisée spécialement pour la commune à qui elle appartiendra. Une oeuvre d'art à laquelle l'artiste designer parisienne, Matali Crasset participe. Les parents seront sollicités pour participer à une partie de la fabrication des meubles.

Emily Duthion de la SCIC énergies renouvelables du pays de Dinan est venue rappeler la convention Enescom à laquelle la commune a adhéré, avec le projet de rénovation de l'école. L'objectif d'ici 2020 étant la réduction de 20 % des émissions des gaz à effet de serre dans la commune, 20 % d'économies d'énergies et une production de 20 % d'énergies renouvelables.

 

 

Les classes mobiles ont été livrées pour six mois - Trébédan

vendredi 21 décembre 2012
Douze modules de classes mobiles ont été installés lundi pour les 3 classes de l'école qui vont emménager près de la salle des fêtes dès janvier en raison des travaux de rénovation qui vont durer plusieurs mois.

Les travaux de rénovation de l'école doivent débuter en janvier. Durant les travaux, l'école va emménager dans des classes mobiles et utiliser la salle des fêtes pour au moins 6 mois.

Lundi matin, les 12 modules Algéco ont été livrés par l'entreprise Williamson transports et installés à l'aide d'une grue. Les classes mobiles ont pris place près de la salle des fêtes, dos à la route. La salle servira à la fois de cantine scolaire et de salle de garderie, elle sera séparée en deux par une cloison mobile qui va être installée. Les réseaux d'électricité, eau et téléphone doivent être mis en service pour la rentrée de janvier.

Le déménagement de l'école aura lieu les 2 et 3 janvier. La municipalité sollicite toutes les personnes disponibles pour l'installation de la cuisine, les toilettes sèches, réaliser des peintures, aménager la salle et sécuriser le site durant les vacances de Noël entre le 22 et 29 décembre et du 2 au 5 janvier. Le parking de la salle des fêtes qui servira de cour a été restauré par l'entreprise TPCE. L'entrée de l'école se fera par l'arrière de la salle des fêtes et la garderie par l'entrée de la salle des fêtes.

La classe de cycle 1 qui se trouve à l'école, sera démontée par le club de football qui souhaite la réutiliser.

 

 
 

Le chantier de l'école du Blé-en-Herbe prend du retard - Trébédan

samedi 19 janvier 2013

C'est donc en présence de Mathieu Le Barzic, architecte, et Didier Pidoux, du CAUE (conseil architecture urbanisme environnement) que le conseil municipal s'est penché sur les réponses des entreprises à l'appel d'offres pour la future école le Blé-en-Herbe. Un projet de près d'un million d'euros. Peu de réponses et des élus très étonnés. Une interrogation aussi « pourquoi un tel manque d'intérêt pour un chantier si innovant ? »

Un chantier qui allie groupe scolaire, espace partagé et oeuvre d'art de la designer Matali Crasset. Le montant élevé des rares devis a surpris. Les nouvelles normes antisismiques, qui obligent à conforter les structures béton, en seraient l'une des principales causes.

« Ce qui ne va pas non plus en notre faveur, c'est le morcellement du projet », a expliqué l'architecte. Le conseil municipal a décidé de donner la priorité aux lots principaux comme la maçonnerie, la charpente et les menuiseries extérieures en attendant les réponses des autres corps de métier et de démarrer le chantier dès que possible. Le prochain conseil municipal a été avancé au 30 janvier.

Les bonnes nouvelles

Prudence affichée chez certains élus et urgence de démarrer les travaux de gros oeuvre au regard d'un planning d'impératifs chez d'autres, le débat n'a pas été facile.

Le maire, Didier Ibagne, a donné quelques bonnes nouvelles, en annonçant la réponse positive de la Fondation de France qui soutient financièrement le projet et le montant de l'enveloppe parlementaire (20 000 €) débloquée par la députée Viviane Le Dissez. (nb: pour la station d'épuration de Plélan, une enveloppe parlementaire est aussi annoncée pour 20000 euros)..voir aussi au thème impôt/finance: enveloppe parlementaire

De plus, le dossier d'aide dans le cadre de la revoyure du contrat de territoire (conseil général) sera rédigé.

Enfin, au titre des amendes de police, une demande sera faite pour des aménagements sécuritaires autour de la future école (parking par exemple).

Une inquiétude palpable

De fait et en raison de ces nouveaux paramètres étonnants, le démarrage du chantier de démolition et de reconstruction de l'école va prendre quelques semaines de retard.

Il était initialement prévu pour début janvier et toutes les dispositions communales avaient été prises comme la délocalisation des classes dans des mobile-homes implantés près de la salle des fêtes qui accueille provisoirement la cantine et la garderie.

pour rappel en juillet 2012

Le permis de construire sera probablement déposé dans les 15 jours. « Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer en 2012 » a indiqué le maire Didier Ibagne

 

Lors du dernier conseil municipal, le maire Didier Ibagne est revenu sur le chantier de l'école. « Pour le bâtiment de la maternelle, les travaux sont bien avancés. La semaine prochaine, les huisseries seront posées.

Pour la salle de partage et de restauration, le sénateur Le Cam a débloqué une enveloppe de 10 000 € », a indiqué l'élu.

  la réserve parlementaire?

Programme 122. C’est sous ce code que se cache la réserve parlementaire. Une enveloppe de 58 millions d'euros répartis entre les sénateurs. Trois personnages sont un peu à part : le président du Sénat, celui de la commission des finances et le rapporteur général ont droit à plus de 3 millions chacun. Au final, tous les sénateurs ne la perçoivent pas, mais en moyenne cela représente 130.000 euros que chaque élu doit utiliser pour soutenir des projets d'équipements comme des crèches ou des centres de loisirs par exemple. Si le choix est à la discrétion de l'élu, le tout serait très encadré...

Problème, il est souvent difficile de connaître précisément comment est réparti la somme par les sénateurs faute d'une réelle transparence. Et les critiques pleuvent, notamment sur des utilisations à des fins clientélistes.

 

 

nb: sur l'article à suivre, le collectif constate que par décision d'une majorité de conseillers dont le maire, la presse n'assiste pas aux débats. Visiblement cette initiative s'adressait aux correspondants locaux dont nous savons que pour Ouest France,  l'activité de correspondance de presse locale est réalisée par une élue de ce même  conseil municipal de Trébédan, C. Bouënard qui habituellement rend compte des réunions du conseil municipal (cf rubrique "la presse locale"), y compris en informant sur ses positions personnelles d'élue.

Le maire, visiblement le lendemain, a accepté de donner quelques explications à Ouest France représenté cette fois par un journaliste de rédaction du quotidien et signataire de l'article...Le dossier est annoncé "sensible" et sujet à la tension

Au final, des informations sont livrées le lendemain au journaliste, celui la même que l'on avait pu lire au moment des élections cantonales de 2010 (cf le thème élection)

Les travaux de l'école devraient débuter mi-février - Trébédan

vendredi 01 février 2013

Le conseil municipal s'est réuni mercredi soir avec, au programme, le projet de rénovation et de construction de l'école. Mais, chose rare, une majorité de conseillers, dont le maire, a souhaité que la presse n'assiste pas aux débats. « C'est un dossier assez sensible dans lequel on sent une certaine tension. Les conseillers ont préféré en discuter entre eux calmement sans pression », a expliqué le maire, Didier Ibagne, avant la séance aux correspondants locaux.

Néanmoins, hier, il a accepté de donner quelques explications sur la réunion. « Nous avons validé les propositions des appels d'offres et choisi par lot les entreprises qui vont réaliser les travaux. » Le montant des travaux est maintenant estimé à 1 054 256 €. Une première phase, estimée à 512 000 €, devrait débuter mi février par la rénovation de trois classes du bâtiment existant et la fondation du nouveau bâtiment. Une deuxième phase est prévue durant l'exercice 2013-2014 avec la construction de la cantine et de la salle de partage.

Le choix des entreprises a été voté à l'unanimité mois une abstention. « Le nom des entreprises sera dévoilé dans une dizaine de jours, une fois le délai légal passé », a fait savoir Didier Ibagne.

Jean-Valéry HÉQUETTE.

 Constat: du collectif: le maire qui ne voulait pas communiquer en présence de la presse, informe la presse de la validation des appels d'offres et du choix par lot des entreprises qui vont réaliser les travaux.. La hausse du montant des travaux est communiquée et le déroulement du processus de constructiion est annoncé. Le maire précise un vote à l'unanimité moins une abstention. Le maire dit que la loi sera respectée en matière de délai pour dévoiler le nom des entreprises. Les "choses"  ont alors l'air bien simples et l'on se demande pourquoi toutes ces péripéties avec la presse pour un sujet sur lequel aucun élu du conseil municipal ne s'est opposé

une question: qui est à l'origine de la rencontre entre le maire et le journaliste auteur de l'article?

La minorité répond au maire suite au conseil - Trébédan

samedi 02 février 2013

Catherine Bouënard et Henri Picard deux élus de la minorité ont souhaité répondre au maire Didier Ibagne suite au conseil municipal de mercredi soir (O.F d'hier).

Nous déplorons le fait qu'il a été demandé par téléphone à la presse locale de ne pas être présente au conseil municipal. Nous n'avons pas été associés à cette demande venant de la majorité. La séance ne s'est pas déroulée en huis clos, précise Catherine Bouënard, j'ai reçu un mail du maire Didier Ibagne à 19 h ce mercredi, (le conseil se déroulait à 20 h 30) comme quoi il avait été demandé à la presse de ne pas être présente. On nous a imposé une décision. Il est certain que si nous avions été consultés, nous aurions demandé la présence de la presse car nous assumons pleinement nos paroles et nos votes.»

nb: article non signé? est ce la correspondante locale de ouest France donc Catherine Bouënard, élue au conseil muicipal qui en serait l'auteur?

constat: un des 2 élus de la "minorité" s'est abstenu au moment du vote en réunion de conseil, le second à voter  comme la majorité "unanimité". L'unique probléme semble relever de la décision concernant la  présence de la presse, difficulté surmontée puisque 2 articles ouest France sont consacrés à la réunion du dit conseil, que le contenu est communiqué et que chaque partie s'est faite entendre sur sa position avec la presse 

Si un problème persiste libre à chacun de contester l'exercice démocratique lié au fonctionement de l'exécutif local

Le compte rendu de réunion devrait mettre en évidence après séance déclarée ouverte ce qui a été décidé démocratiquement ou non en début de séance (par un vote des élus) concernant la présence de la presse, ou un huit clos.

 

nos en profitons pour faire un peu de droit...

 

Selon les propos consignés dans la presse un dossier sensible entouré d'une certaine tension a conduit a souhaiter que la presse n'assiste pas aux débats pour que les élus puissent discuter entre eux sans pression? Par ailleurs il est indiqu que le huit clos n'avait pas été demandé...

 

les élus ne sont pas ignorants de ce qui régit leur pouvoir !

loi 96-142 1996-02-21 jorf 24 février 1996

Les séances des conseils municipaux sont publiques.

 

Néanmoins, sur la demande de trois membres ou du maire, le conseil municipal peut décider, sans débat, à la majorité absolue des membres présents ou représentés, qu'il se réunit à huis clos.

 

Application du principe :  Dès lors que les séances du conseil municipal sont publiques, toute personne est en droit d’assister aux débats dans la limite des places disponibles : « Il faut que l’accès à la salle des séances [soit] à la fois libre et égal »  Le maire ne peut donc pas sélectionner les personnes qui peuvent assister aux séances du conseil municipal , ni même interdire l’accès à la salle des débats alors que des places sont encore disponibles  En revanche, pour « des motifs de sécurité et d’ordre public », le maire est en droit de faire usage de son pouvoir de police et d’empêcher, par exemple, l’entrée dans la salle du conseil d’un groupe d’individus portant des pancartes et du matériel sonore

 Exception : Comme le prévoit l’article L2121-18, le principe de publicité des débats du conseil municipal souffre d’une exception. En effet, l’assemblée délibérante peut décider de se réunir à huis clos sur proposition du maire ou de trois conseillers. Ce huis clos ne peut être décidé que par un vote public du conseil municipal et non par le seul maire   La décision de recourir au huis clos ne doit pas reposer sur un motif matériellement inexact et ne doit pas être entachée d’erreur de droit, d’erreur manifeste d’appréciation ou de détournement de pouvoir

 selon les propos consignés dans la presse un dossier sensible entouré d'une certaine tension a conduit a souhaiter que la presse n'assiste pas aux débats pour que les élus puissent discuter entre eux sans pression?

 

 

Le plan de financement de la future école a été voté - Trébédan

jeudi 28 février 2013

Au cours du conseil municipal, lundi soir, le maire, Didier Ibagne, a donné les dernières informations concernant le chantier de l'école dont la démolition devrait démarrer cette semaine. Le retard de démarrage des travaux repousse la durée de location des classes préfabriquées. Une négociation avec le loueur a eu lieu. L'élu a également indiqué « dans le cadre de la revoyure du contrat de territoire (conseil général), nous avons obtenu 45 500 € de plus soit 245 000 € en contrat de voirie. »

La majorité des élus a voté le plan de financement. Henri Picard (minorité) s'est abstenu, Catherine Bouënard (absente) n'a pas participé au scrutin. Pour 2013, la première phase coûtera 511 472 €. Elle concernera trois classes à rénover et le gros oeuvre du cycle un ainsi que le préau. Selon le maire « 62,50 % de subventions pourraient être obtenus pour cette phase ». Soit 319 765 € émanant du contrat de territoire, de l'Eco Faur, l'Ademe, DETR (État) et Leader. Les fonds propres viendront de la fondation de France 100 000 € et d'un emprunt de 91 707 €.

La phase 2013-2014 s'élèvera à 542 764 €. Le total de subventions espérées est de 66,37 % pour cette 2 e phase.

Le coût de création d'un espace bibliothèque-relais de la médiathèque communautaire, d'un cyber commune et d'un espace communal est estimé à 136 204 €. Ce qui représente 26,62 % du montant global de la phase 1. Les subventions attendues contrat de territoire, DETR, Leader et l'Adem. Le mobilier de la bibliothèque sera réalisé par la SARL La Charpenterie pour 36 390 €. Pour cette partie, des demandes seront faites à la fondation de France, conseil général et Leader. Restera l'équipement informatique pour le cyber-espace (3 à 4 postes). Là aussi, des aides seront demandées.

 

Trébédan: le plan de financement validé

Février 2013 (extrait  le télégramme )

Le conseil municipal s'est réuni, mercredi soir, à la mairie. À l'ordre du jour figurait la validation du plan de financement prévisionnel des travaux de l'école. École Le Blé en Herbe

Un nouvel espace bibliothèque (relais de la médiathèque intercommunale) et un cyberespace verront le jour également, pour une somme de 136.204,93 EUR, dont 45.041,49 EUR à la charge de la collectivité. Du mobilier pour la bibliothèque sera conçu par Matali Crasset, designer, et réalisé par la SARL La Charpenterie de Plerneuf, pour un montant de 36.390 EUR. Trois ou quatre postes informatiques, pour le cyberespace, seraient acquis pour une somme de 10.000 EUR

 

 

Budget : un emprunt pour l'école et la voirie est envisagé - Trébédan

samedi 27 avril 2013

Lors du premier budget intégrant la construction de l'école, les chiffres ont été passés au crible en présence du percepteur, M.Guezennec.

Afin d'équilibrer les dépenses, le chantier sera réalisé en deux phases. Pour des raisons pratiques et de sécurité, la location des classes provisoires est nécessaire : 16 295 € ont été prévus. Les frais d'études de ce dossier se montent à 71 849 €. Le montant global des nouveaux bâtiments (école, cantine, bibliothèque... pourrait atteindre le million d'euros. 255 000 € de subvention de l'État sont espérés sur les deux phases du chantier.

« Le sous-préfet s'est engagé, a indiqué le maire. Il va falloir terminer la phase 1, sachant qu'il y a une tranche ferme et une tranche conditionnelle relative à l'aménagement intérieure d'une classe, à la cantine et à la salle de partage. Il faut laisser du temps, si on voit que l'on n'y arrive pas, on reverra le projet. »

Sont donc prévus au budget principal en investissement 991 142 €, en fonctionnement 353 779 €.

Des nouvelles recettes et de nouvelles dépenses

Le percepteur a invité les élus à poursuivre les recherches d'économie, en maintenant un niveau nécessaire pour la vie des habitants. Le rapprochement avec la communauté de Plancoët-Val-d'Arguenon a engendré des transferts de taxes qui amènent des produits et de la trésorerie supplémentaires.

Les frais scolaires et les activités scolaires sont désormais pris en charge, mais la voirie tombe dans le domaine communal et n'est plus de compétence communautaire. De plus, le fonctionnement de la salle omnisports nécessite des frais. « Le surplus de produit fiscal va certes permettre des investissements mais pas tout, remarque le trésorier. Il ajoute que pour les communes de moins de 500 habitants qui ont une école, c'est toujours très compliqué. » Les impôts et taxes rapporteront cette année 143 386 € et les dotations, 137 417 €.

Un emprunt de 330 000 € sera nécessaire pour faire face aux frais relatifs à l'école et la voirie. Ils s'ajouteront aux encours, dont deux se termineront cette année et en 2015. Pour le budget général, le vote a été majoritaire. Catherine Bouënard (minorité) s'est abstenue sur la partie investissement.

 

 

Les travaux se poursuivent dans les délais à l'école - Trébédan

mardi 21 mai 2013

Les travaux ont repris sur le chantier de l'école. Les maçons ont coulé les dalles et jeudi, la charpente a été posée.

« Le délai est respecté », a indiqué le maire pour répondre à un élu qui estimait que le chantier n'avançait pas.

Il a également informé l'assemblée sur la rencontre des entreprises avec Matali Crasset la designer à la mi-juin. Concernant le financement, Didier Ibagne a annoncé que la DETR dotation d'équipement pour les territoires ruraux avait été accordée à hauteur de 120 000 €. « C'est en dessous de ce que nous avions demandé mais nous ferons une deuxième demande l'année prochaine ». Par ailleurs, il a indiqué que le Crédit agricole a donné son feu vert pour l'emprunt de 250 000 € concernant l'école

Nouvelle école : où en est-on ? - Trébédan

samedi 22 juin 2013

Mercredi soir, en séance de conseil, le maire Didier Ibagne a évoqué le chantier de l'école. 

Les travaux qui avaient pris du retard sont aujourd'hui dans les délais. La fondation de France qui soutient ce projet se réunit lundi à Paris et la fondation Carosso viendra dans la commune courant septembre.

Le 10 septembre, les élus seront reçus à Paris par une commission au ministère de la Culture. « Il faudra préparer cette réunion. Mon idée est de s'y rendre le plus nombreux possible en mini car. »

 

 

 

Le dossier mobilier de l'école à l'étude à Paris - Trébédan

lundi 16 septembre 2013
Le groupe des commanditaires qui a rejoint Paris vendredi, avec l'artiste designer Matali Crasset, l'architecte, la directrice de l'école, le CAUE 22, la Fondation de France et la Drac Bretagne.

Vendredi très tôt, de nouveaux commanditaires de la commune : Michel Petit, Laurence Rodrigues, Clémence Essevaz, Nicolas Guéguen, Alain Hamoniaux (adjoint au maire) et Didier Ibagne (maire), rejoints ensuite par Nolwen Guilloux (directrice de l'école) ont pris la route vers Paris.

Un rendez-vous important les attendait : la Commission nationale consultative de la commande publique du ministère de la Culture les recevait pour une audition et la présentation du projet école : Le blé en Herbe.

Le dossier portait plus particulièrement sur le mobilier des futures classes, mobilier conçu par Matali Crasset artiste designer parisienne.

Accompagnés de Laëtitia Bouvier (Drac Bretagne), Didier Pidoux (CAUE 22), Mathieu Le Barzic (architecte du projet), Anastassia Macridou (Eternal Network/Fondation de France) et Matali Crasset conceptrice générale du projet Le blé en herbe, ils ont pu le présenter devant la vingtaine de membres de la commission.

L'audition et les échanges ont duré une bonne heure et au sortir l'optimisme était de mise. « Nous avons toutes les raisons de penser que l'issue sera positive, a déclaré Didier Ibagne. La commission a été particulièrement sensible à la sincérité à l'originalité et à l'exemplarité de notre projet. Nos interventions les ont émus et l'exposé du travail de Matali Crasset tant par son originalité et sa précision a marqué les esprits. Nous sommes confiants mais nous devons rester patients. Encore quelques jours d'attente et nous connaîtrons l'avis de la commission. »

 

 

Conseil. Le projet d'école impressionne jusqu'à Paris

20 septembre 2013 (le télégramme) extraits


Financement du mobilier

L'un des projets phare de la commune, l'école Le Blé en herbe, a occupé les élus pendant un long moment. Didier Ibagne, maire, est revenu sur le déplacement qui a eu lieu vendredi à Paris. Il était accompagné de plusieurs personnes comme Mathieu Le Barzic, architecte du projet ; Nolwen Guilloux, directrice de l'école ; Matali Crasset, conceptrice générale du projet. L'objet de la visite ? L'attribution de crédits de réalisation concernant le mobilier des futures classes de l'école créé par l'artiste Matali Crasset. Pour cela, ils avaient rendez-vous avec la Commission nationale consultative de la commande publique du ministère de la Culture pour une audition et la présentation du projet école. « C'était un déplacement rapide et intense. Les membres de la commission ont été impressionnés », a commenté Didier Ibagne. L'avis de la commission sera connu dans quelques jours.Après ce compte-rendu, les élus ont validé la tranche conditionnelle concernant douze lots (classe des cycles 1, garderie, cantine, etc.) pour un montant de 542.784 €.

 

Le montant du mobilier de la future école fait débat

vendredi 18 octobre 2013 OF extrait

Mercredi soir, le maire Didier Ibagne a ouvert le dossier sur l'école.

258 650 € pour 80 élèves

Le mobilier des classes sera réalisé par la designer Matali Crasset, dans le cadre de l'action Nouveaux commanditaires, initiée par la Fondation de France. Le montant estimé de ce mobilier, pour 80 élèves, a fait sursauter l'assemblée. L'estimatif global s'élève en effet à 258 650 € : 195 000 € de matériaux, 25 000 € d'honoraires pour l'artiste, 10 000 € de chaises, 7 000 € d'équipements d'ateliers contributifs, 4 000 € d'inauguration, 5 000 € de parutions dans les publications spécialisées.

La part communale ne serait que de 5 000 €, une fois les subventions déduites : 65 000 € de la Fondation de France et 60 000 € du ministère de la Culture sont d'ores et déjà acquis. Le conseil municipal va faire une demande de 60 000 € au conseil général. Il restera 68 750 € à trouver ; le maire disposerait d'une piste.

Certains élus ont vivement réagi, en se demandant notamment si les meubles n'étaient « pas en or » ; « les enfants n'ont plus qu'à bien travailler ! » a ironisé un autre.

Franck Mélet a souligné la disparité des sommes nécessaires pour faire face à la réforme du temps scolaire et de telles estimations.

Le conseil municipal a malgré tout validé le budget prévisionnel en demandant à ce que soit bien précisé que « la collectivité s'engage sur l'opération, selon les modalités prévues uniquement pour la somme de 5 000 €, montant qu'elle devra régler ». Le maire a été autorisé à demander les subventions.

 

  4000 euros pour l'inauguration, l'équivalent de plus de 3 mois de travail pour un emploi au salaire minimum en France...Kalache du collectif (qui travaille à mi temps) fait remarquer que pour lui cela représente presque 6 mois de salaire....

 

Mobilier du Blé-en-Herbe : une école « oeuvre d'art » - Trébédan

mardi 22 octobre 2013

Suite à la parution dans nos colonnes, vendredi 18 octobre, de l'article « Le montant du mobilier de la future école fait débat », le maire, Didier Ibagne, apporte des précisions, « à propos de l'adoption du budget prévisionnel concernant le mobilier intérieur de l'école le Blé-en-Herbe ».

Un projet de la Fondation de France

« En 2008, s'est constitué à Trébédan un groupe de commanditaires, à l'initiative des enseignantes de l'école, de parents d'élèves, d'élus et de partenaires divers. Ce groupe a proposé au conseil municipal, fraîchement élu, de valider une commande d'oeuvre auprès de la Fondation de France. Cette même Fondation a missionné Matali Crasset, designer, pour élaborer un projet global transformant l'école le Blé-en-Herbe. Ce projet, à la fois architectural et artistique, va donner à l'école communale une place et une originalité unique au coeur de notre commune.

C'est en ce sens que cet espace devient en soi une oeuvre d'art et s'inscrit tout à fait dans la philosophie du programme des Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France, soutenu dans notre département par le conseil général et le CAUE, et dont la troisième phase (mobilier intérieur) vient d'obtenir le soutien du ministère de la Culture.

Le volet artistique mobilise en effet des partenaires et des budgets différents qui paraissent proportionnellement plus importants que celui de la construction et de la rénovation des bâtiments. Ainsi le nouveau mobilier créé par Matali Crasset sera un ensemble de pièces uniques et adaptées à l'environnement, aux demandes spécifiques de l'équipe enseignante et aux besoins particuliers des enfants de chaque cycle.

C'est dans ce sens que l'ensemble constituera une oeuvre d'art, au même titre que les quatre structures architecturales - la rencontre, l'entrée, la bibliothèque et le jeu - qui donneront à l'école et son environnement son caractère artistique et pour lesquelles le conseil a validé en son temps les budgets proposés.

Il semble que certains conseillers aient quelque peu oublié l'histoire du projet, pointe le maire. Ceci est d'autant plus étonnant que [ces personnes] sont associées depuis le départ et membre du groupe des Commanditaires pour l'une d'entre elles. »

 

Selon les sources de notre collectif les commanditaires sont (cf article école Trébédan historique)

Didier Ibagne, maire de Trébédan, Gérard Hamoniaux, ancien maire, Alain Hamoniaux (adjoint au maire), Madame Hamoniaux (parent d'élève), mesdames Patteta (candidate non élue à l'élection municipale), Catherine Bouenard (conseillère municipale), Laurence Rodrigues (candidate non élue à la dernière élection municipale) Nicolas Gueguen (candidat non élu à l'élection municipale) , Monsieur Petit, président du Club de l’amitié, Yvon Le Corre, principal adjoint de collège, Nicolas Rodriguez, ancien élève de l’école Clémence Essevaz, Nolwenn Guillou, maîtresse des écoles et directrice de l’école « Le Blé en herbe », Valérie Rousoux, maîtresse des écoles
  

 

Ce projet mérite d'être soutenu, et, même si nous sommes interrogatifs sur son intérêt dans le cadre local concerné, nous pensons que la solidarité du groupe de commanditaires  pour une éole "oeuvre d'art", "un projet qui impressionne jusqu'à Paris", "un projet qui sera montré en exemple"...ne doit pas se transformer en jeu de cour de récréation à l'approche de l'élection municipale.. 

 

 

novembre 2013 

Lors de la dernière séance de conseil municipal, le maire Didier Ibagne a informé les élus de l'avancée des travaux de l'école Le blé en herbe. « Nous avons un retard de 7 à 8 semaines. Ce qui signifie que nous ne pourrons déménager les classes qu'aux vacances de Noël. Aussi, la location des préfabriqués devra-t-elle être prolongée », a expliqué Didier Ibagne. L'élu a également fait part de l'envoi des dossiers de subventions qui « sont en cours mais l'argent n'est pas débloqué ».

Pour le mobilier « les choses se précisent ». Une rencontre a eu lieu mercredi matin, avec les architectes et Matali Crasset, la designer. Une demande de subventions a été faite auprès du Département, de la Région et du sénateur Lecam. « Nous en saurons plus dans le courant du mois de décembre. »

extrait presse..historique
« la première pierre du chantier ne sera posée que lorsque nous aurons l'assurance d'avoir un plan de financement précis et favorable. »

Le budget de 939.000 EUR HT a été validé par le cabinet Le Barzic 

« Effectivement, à l'heure actuelle, nous n'avons ni la certitude d'obtenir toutes ces aides, ni la connaissance des montants exacts de celles-ci. Nous avançons à pas comptés, mais nous avançons. »

Une autre sera demandée auprès des services de l'État, pour une réactualisation de la première, car le montant des travaux a été revu à la hausse

Cette année, l'investissement majeur est l'école le Blé-en-Herbe avec 625 661 € provisionnés.

Un projet de près d'un million d'euros. Peu de réponses et des élus très étonnés.

« Ce qui ne va pas non plus en notre faveur, c'est le morcellement du projet », a expliqué l'architecte

Le conseil municipal s'est réuni mercredi soir avec, au programme, le projet de rénovation et de construction de l'école. Mais, chose rare, une majorité de conseillers, dont le maire, a souhaité que la presse n'assiste pas aux débats. « C'est un dossier assez sensible dans lequel on sent une certaine tension. Les conseillers ont préféré en discuter entre eux calmement sans pression », a expliqué le maire, Didier Ibagne, avant la séance aux correspondants locaux.

Le montant des travaux est maintenant estimé à 1 054 256 €.

 Le percepteur a invité les élus à poursuivre les recherches d'économie, en maintenant un niveau nécessaire pour la vie des habitants.

« Le délai est respecté », a indiqué le maire pour répondre à un élu qui estimait que le chantier n'avançait pas
Il restera 68 750 € à trouver ; le maire disposerait d'une piste.

Certains élus ont vivement réagi, en se demandant notamment si les meubles n'étaient « pas en or » ; « les enfants n'ont plus qu'à bien travailler ! » a ironisé un autre.

Près d'1 million d'euros d'investissements

   

 

Le budget général, qualifié par le maire « d'exceptionnel », affiche près d'1 million d'euros en investissements. Le budget communal a été adopté à l'unanimité.

La rénovation principale de l'école Le Blé en herbe

Les deux postes principaux sont la rénovation de l'école Le Blé en herbe pour la fin de la première phase et la deuxième phase (692 790 €), ainsi que le projet artistique avec la Fondation de France (235 174 €). En recettes, sont inscrits 626 715 € pour le dossier école (subventions) et 189 000 € pour le projet artistique.

« Le budget est historique, c'est la première fois que la commune a un budget aussi important. Le dossier de l'école Le Blé en herbe arrive à son terme. L'investissement est élevé car les travaux non finis sur la première tranche de 2013 sont reportés sur 2014.

 

 

le chantier de l'école a pris du retard

mai 2014

Le conseil municipal a décidé de lancer la consultation des entreprises pour les aménagements de la cour d'école.

Il est prévu de mettre un enrobé dans la cour, des plantes près des classes, des copeaux, une terrasse au niveau de la salle de partage actuellement en construction, une courette close au niveau de la classe enfantine, des bandes enherbées...

Les travaux devraient avoir lieu en juillet. Ceux-ci sont prévus dans le budget voté pour cette année. D'autres aménagements sont prévus sous le préau, dessinés par l'artiste designer Matali Crasset (rampe d'accès, toboggans, montgolfière).

Le maire a aussi fait le point sur l'avancement du dossier de rénovation en général « Les travaux sont ralentis par un problème de délais de livraison des fermetures du bâtiment G. Nous avons fait le point ce jour, avec le maître d'oeuvre et la coordinatrice. On essaye de faire au mieux. Les entreprises ont du mal à respecter leurs engagements et ça décale tout le monde. Le bâtiment G (salle de partage, cantine), ne sera pas opérant pour septembre. Les toilettes seront bientôt finies. Les toilettes sèches pourront être enlevées de la cour. »

Le conseil devra aussi revoir la demande d'augmentation d'honoraires du cabinet Rannou, économiste du dossier.

 

 

s de festivités (arbre de Noël, chasse aux oeufs, kermesse...).

 

La participation de l'association s'élève à 70 € par année scolaire, par enfant, pour financer les transports vers le cinéma, la piscine, les sorties scolaires, les jeux de cour... Sans amicale il n'y aura plus ces activités ou alors les parents devront les financer directement.

Les personnes intéressées peuvent contacter avec les anciens membres du bureau, l'équipe enseignante ou la mairie.

Il serait dommage qu'avec une école flambant neuve et près de 70 élèves, il n'y ait plus d'amicale laïque.

  
octobre 2014

Les travaux de l'école terminés pour la Toussaint 2014

Si tout se déroule selon les plannings établis, les travaux de l'école publique le Blé en herbe devraient être terminés après les vacances de la Toussaint. « Nous sommes actuellement dans la phase finale », indiquait, jeudi, le maire, Didier Ibagne. L'installation des structures en bois conçues par Matali Crasset a débuté mercredi après-midi.

En investissement, 79 % des dépenses ont été réalisées. « C'est correct globalement, car il reste encore un trimestre à faire, mais le poste le plus important, l'école, a dépensé 96 % de ce qui était prévu. » 692 790 € avaient été budgétés pour la rénovation de l'école en 2014. 682 384 € ont été réalisés sur ce poste. Il est constaté des travaux et honoraires supplémentaires pour 244 539 €, non inscrits au budget.

Un dépassement à l'école

À la question « pourquoi ce dépassement ? », soumise par Nathalie Leroy, Franck Mélet reconnaît que « cela provient d'une erreur. On aurait dû le budgéter, on connaissait le marché ». Et le maire de poursuivre : « Il y avait des frais non prévus du fait que le chantier dure, l'économiste continue de travailler et il a fallu changer une armoire téléphonique : rien que là, c'est déjà 8 000 €. »

Le total des avenants sur le chantier école (1,2 million d'euros) s'élève à + 8 000 € pour le moment, selon Franck Mélet. En ce qui concerne le projet artistique de l'école où 235 174 € ont été inscrits, 166 270 € sont déjà réalisés.

En recettes d'investissement, seulement 39 % ont été perçues. Il reste notamment les 245 000 € du contrat de territoire à rentrer pour l'école, mais aussi 189 000 € de la Fondation de France. 92 % des dotations et subventions de l'État ont été réalisées. La commune va devoir emprunter cette année.

Le besoin serait de199 515 €. Le calcul de la TVA à percevoir pour 2015 a été fait pour 114 167 €, ce qui permet de diminuer l'emprunt à 85 348 €, mais il faut ajouter les 81 000 € déjà inscrits au budget prévisionnel. Le total serait donc d'environ 167 000 €. Le conseil va suivre l'avis du trésorier-payeur général pour emprunter 150 000 € maximum. « La commission des finances va affiner en fonction de l'évolution des travaux. »

Le maire a été autorisé à consulter les banques pour un prêt maximal de 150 000 €.

 

 

Le conseil municipal a voté un emprunt de 150 000 €

Deux banques ont été contactées et ont fourni six propositions. C'est le Crédit mutuel qui a été retenu au taux de 2 ,39 % sur une durée de 20 ans, à échéances constantes.

Les intérêts s'élèveront à 39 134 €. Le conseil a préféré choisir 20 ans plutôt que 15 ans, au cas où d'autres investissements seraient nécessaires.

En 2014, tous emprunts confondus, la commune règle 45 250 € d'annuités de remboursements de prêts. Une renégociation des prêts antérieurs est actuellement à l'étude.

 

 

L'inauguration de l'école reportée au 10 avril 2014

Lundi soir, le maire a fait l'état de l'avancement des travaux de l'école. « Les travaux s'achèvent. La pré-réception aura lieu le 10 décembre, et la réception, avec l'artiste Matali Crasset, doit avoir lieu le 17 décembre. La levée des dernières réserves s'effectuera d'ici la fin janvier. »

Les tables pour la salle de restauration sont en cours de fabrication et seront montées lors de la deuxième semaine de décembre. Les chaises des classes et de la salle de restauration doivent être livrées d'ici la fin du mois. La mairie fera appel au bénévolat pour le vernissage de 88 plateaux de tables.

En raison des élections départementales, l'inauguration officielle de l'école, initialement prévue le 21 mars, aura lieu le 10 avril, après la classe. Pour le moment, il n'est pas encore sûr de pouvoir faire le repas de Noël de l'école à la salle de partage.

Lors du dernier conseil d'école, il des heures de ménage supplémentaires dans les trois classes avaient été demandées. Les élus vont se pencher sur cette demande. Ils devront aussi envisager l'achat d'équipements pour le nettoyage des sols de l'école.

Le maire a aussi précisé qu'un tiers des enfants de l'école viennent de communes voisines, ce qui a un coût de fonctionnement pour la commune. Il souhaite approfondir la question du regroupement pédagogique intercommunal « pour travailler de manière plus efficace ».

 

 

Les deux premières extensions « L'accueil » et « La rencontre » ont été réalisées par l'entreprise Francial de Lille... source Extensions de générosité

Didier Ibagne, a évoqué la structure de jeu et la bibliothèque dessinées par la designer Matali Crasset, qui porte une partie du projet.  Quatre entreprises ont répondu à l'appel d'offres. Seule « La charpenterie » de Plerneuf répond aux critères demandés. Coût global : 90 979 EUR HT...

Clic vidéo Timelapse : l'igloo

ouest France janvier 2014 extrait

Inauguration le 10 avril

Le maire, Didier Ibagne, a exprimé sa « hâte que ce soit vraiment terminé. Il y aura l'inauguration du relais de la médiathèque, fin février, et celle de l'école, le 10 avril, le temps de peaufiner et régler les derniers détails ».

Il reste notamment la terrasse, près de la maternelle, à réaliser par des bénévoles. Mais aussi poser le portail d'entrée, installer la passerelle de la montgolfière, rehausser un muret et effectuer les plantations.

La salle de partage sera équipée d'un vidéoprojecteur.

Les bâtiments ont obtenu 60 % de subventions les quatre structures de générosité en bois, 75 % et le mobilier des classes a été intégralement subventionné.

La commune a contracté deux emprunts, pour un montant total de 400 000

 

15 avril 2015

 

. L'inauguration officielle, déjà reportée deux fois, aura lieu finalement le 4 septembre prochain.

 

Le maire était présent

Les 60 000 € du ministère de la Culture et les 75 000 € de la Fondation de France, ajoutés au 200 000 € de la Fondation, ont servi au travail de Matali Crasset sur le mobilier et aux équipements dessinés spécialement pour l'école (le dortoir de la maternelle, les cloisons, les aménagements intérieurs, le mobilier des classes, de la salle de partage, les honoraires de la designer, etc.).

 

Coût total : 1,2 million d'euros

 

Le coût total du projet est d'environ 1,2 million d'euros. La commune a emprunté au total 400 000 € pour le financer. 60 % de subventions ont été obtenues pour les bâtiments et 75 % pour les quatre extensions.


Partager cet article

Repost 0
Published by collectifmoutonnoir - dans SCOLAIRE

Accueil

  • : Le blog de collectifmoutonnoir
  • Le blog de collectifmoutonnoir
  • : blog collectif pays de Plélan le Petit Côtes d'Armor
  • Contact

  en démocratie,

le pouvoir appartient

au peuple qui le donne...

logm

élus et fonctionnaires sont les employés

du citoyen / contribuable

          http://www.camping-mouton-noir.fr/photo/mouton_noir_unido.png

 

            http://www.pcfreims.org/IMG/gif/mouton_noir02.gif